20/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Bruit satanique au Hellfest de Clisson

 

hellfest,lez zeppelin,metal,behemoth,killers

Aujourd'hui débute le Hellfest à Clisson, petit village viticole (le fameux muscadet) situé à quelques dizaines de kilomètres de Nantes. La grand-messe annuelle des fans de Metal (appellation fourre-tout dans laquelle se mélangent hard rock, death ou trash) affiche une nouvelle fois complet. 150 000 personnes sur trois jours pour une cinquantaine de groupes. Et ce malgré des prix prohibitifs : pas moins de 79 euros la journée ou 185 pour un passe de trois jours.

Les trois têtes d'affiche de cette année : Iron Maiden, Aerosmith et Black Sabbath. Des vieux de la vieille aux scores incroyables. Le premier groupe a 33 ans d'existence et 80 millions d'albums vendus, le second tourne depuis 1970 et cumule 150 millions de ventes alors que le troisième capitalise plus de 100 millions d'albums au compteur depuis ses débuts en 1968.

Le Hellfest permet également de découvrir des groupes plus atypiques aux noms prometteurs. Les Killers, par exemple, comme leur nom l'indique sont Français. Basques exactement. Ils ouvrent la journée de samedi... à 11 heures du matin. Le métalleux aura pu la veille faire saigner ses oreilles grâce aux riffs de Sepultura qui, toujours comme son nom l'indique, est brésilien. Après avoir parcouru longuement le programme, Behemoth (des Polonais...) remporte le prix du groupe le plus sataniste. Du moins au vu de son clip "Blow Your Trumpets Gabriel" sur le site du festival. Mais mon préféré reste les Lez Zeppelin, version féminine et glamour de Led Zep'. On trouve vraiment de tout au Hellfest.

En bonus, une vidéo des Lez Zeppelin

Et une autre, âmes sensibles s'abstenir, des inquiétants Behemoth

23/09/2011

Le Léviathan de Scott Westerfeld chez Pocket Jeunesse poursuit sa route à la rencontre du Béhémoth

Béhémoth, Léviathan, Scott Westerfeld, Pocket Jeunesse

Il est des univers littéraires qui longtemps après la dernière page tournée continuent à vous faire rêver. Léviathan, la nouvelle saga imaginée par Scott Westerfeld (Ugglies, Midnighters) est de cette veine. Un an après la publication du début des aventures de Deryn et Alek, les deux jeunes héros sont de retour dans un copieux volume de 500 pages richement illustré et intitulé « Béhémoth ». Ce récit d'histoire alternative se déroule en 1914, à l'aube de la grande guerre. L'empire allemand a des envies d'expansion malgré sa prise en tenaille entre les britanniques et les Russes. Tout l'intérêt du récit, directement inspiré des véritables événements, est de présenter une société ayant évolué différemment. Les Anglais ont développé le Darwinisme ou l'art de créer des animaux utiles alors que les Allemands, les clankers, tirent leur puissance de la fabrication de machines.

 

Deryn, orpheline, se fait passer pour un garçon pour servir sur le Léviathan, un « souffleur d'oxygène », sorte de baleine des airs transformée en forteresse volante. A son bord le jeune Alek, prince héritier de l'empire austro-hongrois, y a trouvé refuge en fuyant les Allemands. Dans ce second tome, on retrouve le vaisseau amarré au-dessus de Constantinople. Les diplomates anglais ont pour mission de rallier les Ottomans. C'est dans cette ville cosmopolite, véritable nid d'espions et de traitres que l'intrigue se déroule. On y croise par exemple « des golems de fer. Ils protègent le quartier juif. » Ce sont des « mécanopodes à la silhouette quasi humaine. Ils avaient des jambes courtaudes, de longs bras et des visages lisses. Ils étaient ornés d'étoffes rayées et de symboles étranges, et ne portaient aucune arme dans leurs mains griffues. »

Les bonnes raisons pour lire Béhémoth sont légion, de la relation de plus en plus amicale entre les deux héros à la découvertes de nouveaux animaux comme ces loris perspicaces aux pouvoirs étonnants. Quant au Béhémoth qui donne son nom au livre, vous devrez attendre les derniers chapitres pour le voir en action. Mais vous ne le regretterez pas !

« Béhémoth » de Scott Westerfeld, Pocket Jeunesse, 19 €