22/02/2017

Cinéma : pour ne pas oublier d'où vient le Front national


CHEZ NOUS. Lucas Belvaux réalise un film engagé contre l’extrême droite. Selon lui, même « dédiabolisé » le Front national a toujours des relents de racisme qu’il cherche à cacher.


Dans ce Nord de plus en plus sinistré socialement, le lien social se délite. Pauline Duhez (Emilie Dequenne) est une fille de Hénart, la ville imaginaire du film « Chez nous » de Lucas Belvaux. Elle y est née, son père, ancien syndicaliste et militant communiste y a toujours travaillé. Devenue infirmière libérale, à domicile, elle s’occupe de ses patients avec beaucoup d’empathie. Souvent des personnes âgées dépendantes, seules et tristes. Pour elle non plus la vie n’est pas tous les jours facile. Divorcée, elle élève ses deux enfants seule. Malgré les horaires à rallonge. Un matin, elle découvre une de ses mamies morte dans la cuisine. Le médecin de la ville, le docteur Berthier (André Dussolier) constate le décès et en profite pour inviter Pauline à dîner chez lui. Pauline a beaucoup d’affection pour le médecin familial qui a tout fait pour permettre à sa mère de guérir d’un cancer. En vain.
■ Candidate
Lors du repas, en tête à tête, Berthier aborde la politique. Cela débute par le classique « tous les mêmes » suivi du « tous pourris » pour finalement faire l’apologie d’Agnès Dorgelle (Catherine Jacob), la présidente du Bloc, le parti d’extrême droite qui cherche à conquérir le pouvoir. Et Berthier de proposer à Pauline de s’engager aux prochaines municipales comme tête de liste pour le Bloc. Elle rétorque qu’elle ne s’en sent pas capable, mais Berthier lui explique qu’elle sera entourée de jeunes diplômés, qu’elle est la meilleure pour comprendre la population de la ville, qu’elle connaît tout le monde. Et surtout que tout le monde l’apprécie.
Pauline va longtemps hésiter. Elle change d’avis après une nouvelle dispute avec son père, retraité, malade, acariâtre, déçu. Et surtout après les conseils d’une amie, enseignante mais qui ne cache plus ses penchants pour la préférence nationale.
Le début du film est un peu déconcertant car tout cela semble trop beau. Le médecin près de ses patients, la jolie infirmière un peu paumée, le vieux militant de gauche râleur... En réalité c’est ce que le Bloc veut nous faire croire. Berthier, intime avec la présidente, lui « vend » litté- ralement Pauline. Parfaite pour le rôle. Et surtout sans la moindre casserole. Car lui, déjà élu une fois, a quelques faits d’armes qui pourraient, s’ils étaient découverts, compromettre sa carrière. Cela n’empêche pas le second du parti (ressemblant étrangement à Louis Aliot) de faire une enquête discrète sur la perle rare du Nord. Tout se passe parfaitement jusqu’à la découverte de la relation de Pauline avec un autre enfant de Hénart, Stanko (Guillaume Gouix), vieille connaissance de Berthier. Ensemble ils ont cassé de l’arabe (ce que Stanko continue à faire avec ses amis néo-nazis et identitaires). Berthier va changer de visage et ordonner sèchement à Pauline de choisir entre sa carrière politique et Stanko, presque la menacer.
Le film change de registre. Chantage, manipulation, mensonges : la seconde partie démasque le parti qui cherche à se refaire une virginité avec des candidats neufs mais qui conserve dans ses rangs, et souvent aux postes de décision, les plus extrémistes et racistes de ses membres, comme protégés par ces nouveaux visages.
Alors que la gauche, déchirée, semble avoir définitivement abandonné toute chance de contrer le FN, ce film est un courageux manifeste pour ouvrir les yeux aux futurs électeurs qui en croyant sanctionner les sortants risquent de faire bien pire.

19/02/2017

Pour Lucas Belvaux, le FN « veut prendre le pouvoir, pas arranger les choses »

Dans une rencontre avec la presse quotidienne régionale, le réalisateur Lucas Belvaux revient sur le message qu’il veut faire passer dans son film « Chez nous » sur les candidats et les électeurs du Front national



L’Indépendant : D’où vous est venue l’envie de réaliser un film politique sur l’extrême droite en France ?
Lucas Belvaux : L’idée du film m’est venue durant le tournage de « Pas son genre », à Arras pendant la campagne des dernières élections municipales. J’aimais beaucoup le personnage principal, une coiffeuse sympathique, volontaire, une fille du peuple pour qui j’avais beaucoup de sympathie. Pendant le tournage, les sondages donnaient entre 30 et 40 % pour le FN. Nous avions parfois 200 figurants sur le plateau. Et statistiquement, cela en faisait entre 60 et 80 qui votaient FN. Je me suis demandé « mais elle, le personnage de Jennifer, comment va-t-elle voter ? » Et surtout, à la fin du film, après qu’elle se soit fait maltraiter par son amoureux philosophe, qui représente la cible des partis populistes, pour qui votera-t-elle après son dépit amoureux ? J’avais cette idée, cette envie de parler du parti et des électeurs mais je ne trouvais pas la forme. Puis j’ai découvert le roman « Le Bloc » de Jérôme Leroy et je me suis appuyé sur cette trame.

« Dans le Nord, voter pour un parti pétainiste n’a aucun sens »

Comment expliquer qu’une jeune femme soit séduite par ce parti ?
Elle travaille dans un secteur où elle est confrontée de 6 h du matin à 22 h le soir à la souffrance. Physique d’abord, et sociale aussi. Au bout d’un moment, elle ne peut répondre à tout, c’est un personnage généreux. Quand elle a la possibilité de s’engager plus, elle le fait car elle est dans une espèce de trou idéologique. Dans cette région, il y a encore ce souvenir de la lutte sociale et en même temps, il y a une rupture dans la transmission sur laquelle prospère le FN. On a une génération, des trentenaires nés au début des années 80, qui ont l’impression que les luttes n’ont abouti à rien. Droite ou gauche, tout ça c’est pareil, les socialistes sont corrompus, et ils n’ont pas tout à fait tort, encore que dans certaines communes où les élus travaillent bien, le FN n’a pas du tout prospéré. Je voulais raconter ce vote contre nature dans une région où il y a eu une résistance très dure dans les mines et maintenant ils votent pour un parti pétainiste et ça n’a aucun sens. On note un rejet de l’élite. Parce qu’on « souffre », on ne veut recevoir de leçon de personne.
Pourquoi sortir le film à moins de deux mois du premier tour ?
On voulait qu’il sorte maintenant, on s’est dépêché pour qu’il soit finalisé pour la campagne électorale. C’est une façon de participer au débat. Ça fait quelques années que le cinéma n’ose plus dire les choses frontalement. Il y a un moment, il faut dire les choses clairement : les gens oublient ce qu’est ce parti fondamentalement. C’est un parti cryptofasciste, raciste, antisémite. Et ce n’est pas la peine d’aller très loin pour s’en rendre compte. Mais les gens sont dans le déni. Pourtant, quand on gratte à peine, on voit réapparaître les vrais fascistes, des nazis. Car aujourd’hui, en 2017 en France, il y a des nazis, des gens qui s’en revendiquent. Notamment l’association des amis de Léon Degrelle, homme politique belge qui a porté l’uniforme SS. Elle publie des revues qui sont des apologies des crimes de guerre ou des nécrologies de combattants SS et dont ses membres sont élus dans les conseils régionaux. Pas ouvertement, ils ne se font pas élire sur ce programme. N’empê- che qu’aujourd’hui il y a des gens qui ont élu des nazis. La grande réussite de Le Pen père a été d’agréger une extrême droite qui était contradictoire. Il y a les fascistes, les Maurassiens, les néo-païens. Aujourd’hui il y a encore des tensions entre eux, mais ce qui les intéresse c’est de prendre le pouvoir, pas d’arranger les choses.
Votre vision de l’actuelle campagne électorale ?
Ça me déprime assez sur le fait que les idées du FN prospè- rent. Quand un syndicaliste policier trouve que « bamboula » c’est acceptable, quand on en arrive là, c’est effrayant. La campagne commence à me faire un peu peur.
(Interview parue dans l'Indépendant le 19 février dernier)
__________________
« On est chez nous »
Avant même sa sortie, le film de Lucas Belvaux a été violemment critiqué par les cadres du Front national. « Un joli navet clairement anti-Front national », selon Florian Philippot. Même élément de langage chez Steve Briois attaquant un « un sacré navet en perspective » et se portant à la rescousse de sa présidente : « Pauvre Marine Le Pen qui est caricaturée par ce pot à tabac de Catherine Jacob ». On appréciera au passage la méchanceté de cette appréciation contre une grande dame du cinéma français qui interprète son personnage sans la moindre outrance, trouvant l’attitude juste d’une femme de fer, poursuivant simplement son unique but par tous les moyens : accéder au pouvoir. Le problème réside bien les méthodes utilisées par le « Bloc », le parti du film, pour arriver à ses fins. La fameuse stratégie de dédiabolisation du FN, mise en place par Marine Le Pen pour faire oublier les provocations du père, n’est qu’un maquillage. Dans les faits, les mêmes décideurs sont toujours dans les instances dirigeantes. Ils n’ont pas perdu par une hypothétique prise de conscience leur profond racisme, antisémitisme et nostalgie d’une France nationaliste et recroquevillée sur ses « valeurs » du passé. « Chez nous » raconte comment la machine infernale va utiliser des hommes et des femmes assez naïfs (comme l’infirmière interprétée par Emilie Dequenne) pour représenter une image propre du mouvement d’extrême droite.

01/05/2014

Cinéma : La philosophie passée au shampooing dans "Pas son genre" de Lucas Belvaux

pas son genre, belvaux, dequenne, corbery, arras

Quand un professeur de philosophie parisien rencontre une coiffeuse à Arras, tous ses amis lui disent qu'elle n'est « Pas son genre ». Lucas Belvaux en fait un film entre douceur et amertume. Choc de cultures dans cette comédie de Lucas Belvaux.

Le réalisateur belge quitte son univers sombre de polars crépusculaires (Cavale, Rapt) pour revenir à la comédie. Mais dans cette histoire d'amour improbable entre deux êtres que tout oppose, il met une bonne dose de désillusion et de fatalisme. Comme pour conjurer le sort de ces trop conventionnels petits films d'amour français essentiellement basés sur un couple d'acteurs.

 

 

Clément (Loïc Corbery), jeune et brillant professeur de philosophie, ne sait pas aimer. Du moins il n'arrive pas à s'impliquer. Son esprit analytique l'empêche de se lâcher, de laisser libre cours à ses sentiments. Ce Parisien, fils de bourgeois, a remporté un joli succès de librairie avec un roman dans lequel il raconte ses conquêtes. De l'autofiction à la mode bobo comme le pire parisianisme sait en faire la promotion. Petit monde étriqué qui se croit au centre de la planète.

Déprime à Arras

Quand Clément apprend qu'il est muté -pour une année seulement- à Arras, il croit défaillir. La province ! Le Nord ! Le voilà professeur dans un lycée, tentant de faire apprécier la philosophie à des élèves d'une section économique qui n'ont qu'une idée : se faire de l'argent le plus vite possible. Il vit à l'hôtel. Du lundi au mercredi. Le reste du temps il retourne à Paris, la vraie vie selon lui. Mais les soirées sont longues à Arras. Surtout quand on se trouve en panne d'inspiration. Il drague donc la gentille coiffeuse qui vient de lui rafraîchir sa coupe.

Jennifer (Émilie Dequenne), fausse blonde toujours de bonne humeur, élève seule son grand garçon. Avec ses copines et collègues du salon, elle va s'éclater au karaoké du coin. Strass, paillettes et gloss, elle ne philosophe pas. Profite simplement de la vie comme elle vient. Quand Clément l'invite à boire un verre, puis au cinéma et au restaurant, elle n'est pas dupe. Mais décide de mener l'histoire à son rythme. Elle le fera languir, apprendra à mieux le connaître avant de faire le grand saut. Clément est sous le charme. Car Jennifer, sous ses airs de petite fille trop simple, cache beaucoup une profondeur insoupçonnée sur sa vision de la vie. Un exemple dans ce dialogue surréaliste où la coiffeuse explique à son futur amant qu'elle n'est pas belle : « Un mannequin comme Kate Moss est belle. Moi je suis juste jolie. J'ai un certain charme. » Clément vient de rencontrer la première coiffeuse kantienne.

Leur amour, secret, sera rendu public au cours d'une soirée en boîte de nuit avec les copines. L'occasion de voir la danse la plus sensuelle de ces dernières années au cinéma sur la magnifique chanson antillaise « Carrésé mwen » de Marie-Josée Alie. Ces deux-là s'aiment, c'est sûr. Mais les barrières sociales et la peur de la désillusion poussent certains à tout faire pour rejeter ce bonheur, trop beau pour être réel. La mayonnaise de Lucas Belvaux, cinéaste réaliste prend parfaitement dans une conclusion décoiffante...

________________________________________________

Blonde platine

pas son genre, belvaux, dequenne, corbery, arrasPour interpréter Jennifer, la coiffeuse amoureuse de « Pas son genre », Lucas Belvaux avait dans un premier temps choisi Sophie Quinton qu'il avait dirigée dans son précédent film « 38 témoins ». Mais la jolie blonde, prise par ailleurs, a décliné la proposition. Émilie Dequenne a récupéré le rôle. Première modification : le réalisateur la teint en blonde.

L'inoubliable interprète de Rosetta des frères Dardenne et de la jeune Marie dans « J'ai oublié de te dire » de Laurent Vinas-Raymond entièrement tourné dans les Pyrénées-Orientales avoue avoir une personnalité très proche de celle de la coiffeuse, malheureuse en amour, accro aux revues people et adepte de karaoké. « C’est une fille optimiste, une fille qui va de l’avant, une fille moderne, indépendante. En un mot : vivante ! » se réjouit Émilie Dequenne. Elle est parfaite dans ce rôle tout en apparence. Souriante, enjouée, toujours en train de courir pour rattraper un retard, la blonde à la recherche du grand amour est aussi une mère poule pour son gamin.

Et une fois le strass parti sous le sur le coton de lait démaquillant, elle montre son vrai visage de femme blessée, seule et pleine de doute. Son attitude trop enjouée cache une philosophie plus sombre : à quoi bon être heureuse si cela ne doit pas durer éternellement ?