01/03/2017

DVD et blu-ray : comment dire l'inacceptable ?


De « Juste la fin du monde » de Xavier Dolan, on retiendra une ambiance moite et trouble dans une famille à fleur de peau. Le fils prodige, Louis (Gaspard Ulliel, césar du meilleur acteur la semaine dernière) revient au pays après avoir connu la célébrité. Il y retrouve sa mère (Nathalie Baye), son frère aîné (Vincent Cassel), sa jeune sœur (Léa Seydoux) et sa belle-sœur (Marion Cotillard). Retrouvailles explosives pour un week-end. Ils ont tous beaucoup à se dire. Beaucoup à se reprocher aussi. Cris, pleurs, rires… La vie. Pourtant si Louis est revenu c’est pour leur annoncer l’inacceptable : il est malade, condamné. Dans quelques semaines il sait qu’il sera mort. Formidable adaptation d’une pièce de théâtre, « Juste la fin du monde » en DVD c’est la possibilité de revoir les performances des acteurs, notamment de Gaspard Ulliel, un peu négligée lors de la sortie du film, mais qui est essentielle pour l’équilibre de l’ensemble. Un grand moment. Mais c’est devenu une habitude avec les films du jeune Canadien surdoué qu’est Xavier Dolan.
➤ « Juste la fin du monde », Diaphana, 19,99 €

21/09/2016

Cinéma : la cellule familiale éclatée de "Juste la fin du monde" de Xavier Dolan

dolan, cotillard, lagarce, ulliel, seydoux, cassel

Xavier Dolan adapte une pièce de théâtre sur un huis clos familial. Acteurs époustouflants, dialogues hyper réalistes : on se reconnaît tous dans "Juste la fin du monde".

 

La distribution du nouveau film de Xavier Dolan en impose. Le réalisateur canadien a puisé dans le vivier des acteurs français "bankables" pour monter son projet d'adaptation de la pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce. On aurait pu objectivement craindre qu'il perde son authenticité face à ces grands comédiens, habitués à jouer d'une certaine façon et peu enclins à toucher à leur image de marque. Pas pour Nathalie Baye, déjà passée par tous les rôles, mais comment diriger Léa Seydoux (ex-James Bond girl), Vincent Cassel ou l'oscarisée Marion Cotillard ? Juste en leur demandant de respecter le texte et de se glisser dans la peau des personnages. Et surtout de suivre la direction de Xavier Dolan qui se révèle un très grand metteur en scène. Car rapidement, en découvrant les premières images de cette réunion de famille tendue, on oublie totalement le parcours des acteurs. Ne reste que le fils prodigue de retour au bercail pour une journée, la sœur rebelle, le frère jaloux et brimé, sa femme timide et effacée et la mère foldingue, nostalgique du passé et toujours amoureuse du père, le grand absent.

Dans le rôle du fils, Louis, revenu pour annoncer sa mort prochaine à ses proches, Gaspard Ulliel a sans doute la tâche la plus compliquée. Il doit dire sans parler, exprimer en étant de marbre. Ravalant ses larmes, repoussant l'échéance, il est conscient que sa réussite (il est un écrivain à succès) l'éloigne inexorablement de sa famille. Une famille qu'il a délaissé depuis 10 ans, comme honteux de leurs vies trop simples, trop primaires.

Plus que du théâtre filmé

Le film permet aux différents acteurs d'avoir leur scène, leur petit moment de gloire, en plus des réunions où, tous au complet, ils se gueulent dessus comme des chats énervés. Léa Seydoux, malheureuse dans sa province, complètement défoncée à l'herbe, est aussi triste qu'elle est belle. Louis aimerait l'aider. La prendre sous son aile. Mais c'est trop tard. Pour lui comme pour elle. Antoine le grand frère, sous des airs de violent compulsif, cache une profonde dépréciation personnelle. Il se persuade être le raté face à ce frère plus jeune mais si brillant. Même s'il se dévoile à un moment en expliquant que s'il est silencieux en société "Ce n'est pas parce que je sais écouter les gens. C'est parce que je veux leur donner l'exemple. Se taire". Quant à Catherine, la femme d'Antoine, elle semble avoir tout compris. "Vous en avez pour combien de temps ?" lâche-t-elle à Louis qui n'a encore rien dit.

"Juste la fin du monde", pour les détracteurs de Xavier Dolan, ne serait que du théâtre filmé. Certes, mais du grand théâtre avec d'excellents comédiens et une mise en scène parfaite. Juste de quoi expliquer le grand prix récolté à Cannes.

____________

 Xavier Dolan, réalisateur adulte

dolan, cotillard, lagarce, ulliel, seydoux, casselL'enfant terrible du cinéma canadien semble avoir franchi un cap dans sa carrière. Le formidable succès planétaire de "Mommy" ne lui a pas coupé l'envie de filmer. On sent cependant une moindre appétence à la nouveauté, à l'expérimentation. "Juste la fin du monde" est selon lui "Mon premier film en tant qu'homme". Cette pièce de théâtre lui a été conseillée par son actrice fétiche Anne Dorval en 2010. Mais il n'a pas accroché. "J'avais à l'égard de l'histoire et des personnages un blocage intellectuel qui m'empêchait d'aimer la pièce tant vantée par mon amie, explique-t-il dans des notes de productions. J'étais sans doute trop pris par l'impatience d'un projet ou l'élaboration de ma prochaine coiffure pour ressentir la profondeur de cette première lecture diagonale." Ce n'est que quelques années plus tard qu'il est parvenu à rentrer dans l'univers du dramaturge français, mort du sida en 1995 à l'âge de 38 ans. Pour l'adaptation, il a décidé d'être le plus fidèle possible aux textes de Lagarce : "Que l'on 'sente' où non le théâtre dans un film m'importe peu. Que le théâtre nourrisse le cinéma… N'ont-ils pas besoin l'un de l'autre de toute façon ?" Le résultat est remarquable, les deux mondes de Lagarce et de Dolan semblant se répondre à travers les années.

02/07/2015

Cinéma : « Tale of tales », histoires à frémir

Matteo Garrone, le réalisateur de « Gomorra », abandonne la réalité pour une vaste fresque tirée de trois contes italiens. Histoires dotées d’une distribution prestigieuse.

tale of tales, garrone, hayek, cassel

Trois royaumes, trois histoires tragiques pour une reine et deux rois. « Tale of tales » de Matteo Garrone (présenté en compétition au dernier festival de Cannes) est le méli-mélo de trois histoires indépendantes les unes des autres. Trois légendes où le fantastique a toujours son mot à dire.

A Selvascura, la reine (Salma Hayek) se désespère de ne pas avoir d’enfant. Elle est prête à tout pour sentir la vie pousser en elle. Avec son mari, elle accepte une nouvelle fois de recevoir un sorcier. Il explique qu’une nouvelle vie implique une mort pour l’équilibre du monde. La reine tombera enceinte si elle mange le cœur d’un monstre marin cuisiné par une vierge et chassé par son mari. Le roi tue la bête (et meurt dans l’opération), une servante passe aux fourneaux, la reine déguste. Le lendemain elle enfante d’un garçon, Elias. La servante aussi, Jonah. Des jumeaux qui aiment à se retrouver ensemble. Mais cette complicité rend la reine folle. Elle tente de supprimer Jonas. Ses ennuis débutent.

 

Puce savante

A Roccaforte, le roi (Vincent Cassel) vit dans la débauche et la luxure. Un jouisseur qui tombe amoureux d’une douce voix entendue dans une ruelle au pied des murailles de son château. Il est persuadé qu’il s’agit d’une enfant de 16 ou 17 ans et la convoite. Mais derrière la porte ce sont deux sœurs très âgées, aux corps prématurément vieillis par les travaux. Comment vont-elles faire pour bénéficier malgré tout des faveurs du roi ? La mystification se termine mal.

Enfin à Altomonte, le roi (Toby Jones) veut préserver sa jolie fille. Cette dernière rêve du chevalier servant. Un pari idiot de son père va la conduire droit dans les bras d’un ogre bestial (Guillaume Delaunay).

Le film, malgré deux heures, semble fluide grâce au montage judicieux où chaque royaume et conte alternent. Les décors sont d’une extraordinaire beauté. Tant dans les châteaux qu’aux alentours, soit dans des vallées verdoyantes ou des montagnes rocailleuses. La distribution très internationale permet de faire passer l’anglais comme langue commune de tournage. Salma Hayek sort des sentiers battus dans le rôle de cette reine aveuglée par l’amour filial. Vincent Cassel en noceur insatiable est parfaitement crédible et Toby Jones, roi lunatique et renfermé, joue la folie avec une facilité déconcertante.

Souvent nommé jamais primé, « Tale of tales » n’a qu’un seul défaut : être trop original dans une production cinématographique très formatée ces dernières années. Mais si les drames sociaux français vous fatiguent, que les biopics manquent d’originalité à vos yeux et que les super héros vous laissent de marbre, ce film vous plaira forcément.

_____________________________

 

Bestiaire fabuleux

 

tale of tales, garrone, hayek, casselFilm adapté d’un célèbre ouvrage italien, “Le Conte des Contes” de Giambattista Basile, « Tales of tale » regorge de sorcières et autres animaux fantastiques. Ils sont trois à bénéficier de quelques minutes à l’écran.

Trois bêtes monstrueuses qui ont bénéficié des dernières innovations techniques pour être incroyablement réelles.

Tout d’abord le monstre marin. Sorte de salamandre géante, il sommeille calmement avant l’attaque du roi de Selvascura. Son cœur donnera naissance aux jumeaux (mais de mères différentes) Elias et Jonah.

Ils devront unir leurs forces pour combattre dans une sombre galerie souterraine une gargouille volante. Monstre hybride entre la chauve-souris et le dragon, il sera vaincu et se transformera en belle princesse.

Dernière bestiole du film, la puce du roi d’Altomonte. Insecte savant, nourrit du sang royal, il va grossir au point de se transformer en énorme animal de compagnie. Le roi l’aime de tout son cœur. Plus que sa fille ? Cette dernière se le demandera certainement après être passée entre les mains de l’ogre.

 

09/05/2015

Cinéma : Notre père le manipulateur dans "Partisan" avec Vincent Cassel

 

partisan, cassel, sicarios, ariel kleiman

Un père aimant et exigeant, transforme ses enfants en machines à tuer dans “Partisan” avec Vincent Cassel.

Scénario, réalisateur et capitaux australiens, « Partisan » a pourtant été entièrement tourné en... Géorgie. L’ancienne république soviétique a conservé son architecture bétonnée et ses terrains vagues. Idéal pour planter le décor de ce film semblant se passer dans un futur quasi post-apocalyptique. Tout est gris, terne, froid, la peur sourde des murs en ruines. Dans cet univers de violence larvée, Gregori (Vincent Cassel), tente de se construire son paradis. Une communauté retirée, inaccessible si ce n’est par un dédale de souterrains.

Gregori recueille des femmes seules qui viennent d’accoucher. Il leur propose gîte, couvert et sécurité. Pour elles et les enfants. Elles sont une petite dizaine, comme un harem insouciant, et autant d’enfants coupés du monde, en autarcie. L’homme fait figure de père, d’instituteur, de Dieu aussi quand il se met à manipuler ces jeunes consciences vierges de toute morale.

 

Petits sicarios

Ariel Kleiman, le réalisateur de ce très étrange film, filme cette petite communauté comme un lieu sûr et épanouissant. Les enfants jouent entre eux, s’amusent, apprennent, respectent leur mère.

Une réalité trop belle. Car la finalité de Gregori est tout autre. Pour assurer la tranquillité de son petit monde, il lui faut de l’argent. Et pour le gagner, il utilise ses gamins si obéissants. Régulièrement, un homme lui remet des chemises avec à l’intérieur des indications précises. Où trouver un homme ou une femme, à quelle heure exacte, comment l’aborder. Dans le film c’est Alexandre (Jeremy Chabriel), 11 ans, qui s’en charge. Sa cible : un banal garagiste. Une fois qu’il s’est assuré de son identité, il sort de son sac à dos un pistolet et l’abat froidement. Bien éduqués, ces enfants sont des tueurs. Parfaits car totalement coupés du monde extérieur. Pour eux, ce n’est pas faire du mal, juste obéir au père...

L’idée du film est venue au réalisateur australien en visionnant un reportage sur les jeunes « sicarios » colombiens. Des enfants formatés par les trafiquants de drogue pour exécuter leurs basses œuvres. Sans montrer froidement la violence, « Partisan » glace le sang. Juste par le regard des enfants, leur innocence perdue. Pourtant la machine va se dérégler. Alexandre, à la faveur d’un événement inattendu, va saisir la réalité de la situation. Il aura alors le choix : continuer l’œuvre de Gregori ou retrouver un peu d’humanité. La fin, déroutante, laisse un goût amer dans la bouche. Tout n’est que fiction dans “Partisan”, mais la réalité, dans nombre de pays en guerre notamment, est encore pire.