05/10/2016

BD : Le fabuleux roman de Joséphine Baker

josephine baket, catel, bocquet, casterman

Elle avait deux amours, son pays et Paris. Cette chanson a mondialement fait connaître Josephine Baker. La petite noire américaine, après des débuts difficiles dans le Sud des États-Unis, débarque en France en 1925. Danseuse de moins de 20 ans, elle fait sensation en apparaissant à moitié nue dans la Revue nègre. Le public parisien tombe amoureux de cette espiègle Vénus noire, cette dernière adopte ce pays où elle devient une reine de la nuit. José-Louis Bocquet et Catel racontent sur plus de 500 pages cette vie extraordinaire. Des brimades de sa jeunesse aux combats des dernières années, Josephine Baker semble avoir eu mille vies. Des hauts, des bas, des passions et des folies. Elle a connu les plus grands, inspirés les meilleurs et aimé sans limite. Reste trois films, des disques mais surtout une tribu, les 12 enfants qu'elle adopté et qui portent encore sa mémoire à travers le monde.

"Joséphine Baker", Casterman, 26,95 €

 

07/09/2015

BD : Mylène Demongeot en images fixes

demongeot, catel, Bouilhac, ukraine, dupuis

Immense star du cinéma français dans les années 1960, Mylène Demongeot a préféré abandonner les plateaux de tournage pour se consacrer à son couple. Après avoir interprété Milady puis la petite amie de Fandor dans La série des Fantomas avec Jean Marais et Louis de Funès, elle a tourné la page. 

En 1985, alors que sa mère meurt lentement d'un cancer, elle recueille l'histoire familiale et en fait un livre plus passionnant qu'un roman. Le récit de la jeunesse de sa mère, entre Russie, Asie et côte d'Azur, vient d'être adapté en bande dessinée. Mais plus qu'une simple illustration, Adieu Kharkov combine l'histoire de Mylène et de Gloria sa mère. Claire Bouilhac se charge de la partie maternelle, Catel de celle de l'actrice. 

Un regard croisé sur deux destins de femmes passionnées.

"Adieu Kharkov", Dupuis, 22 euros.

 

 

11/03/2010

Femme fatale

Dolor.jpgQui se souvient de Mireille Balin, actrice française adulée des foules dans les années 30 ? Mireille Balin, morte dans l'indifférence et la misère dans les années 60. Dolor, 38 ans, journaliste farouchement indépendante n'en avait jamais entendu parler avant la mort de son père qu'elle n'a quasiment pas connu. Paco les a abandonnées, elle et sa mère. Sans un mot ni la moindre explication. Alors qu'elle assiste à ses obsèques en banlieue parisienne, une mystérieuse femme lui remet une enveloppe contenant divers documents et le journal intime du défunt. Dolor va découvrir les raisons de la fuite de son père. Elle se rend sur la côte d'Azur et tente de retrouver la trace de cette Mireille Balin qui serait la cause de cette désertion. Cette histoire de passé trouble venant interférer avec le présent est signée Philippe Paringaux. Habitué à collaborer avec Loustal, il a cette fois confié ce scénario à Catel. Cette dessinatrice, révélée au public avec Kiki de Montparnassse, s'est complètement appropriée cette nouvelle figure symbolique de femme fatale au destin tragique.

« Dolor », Casterman, 16 €

04/05/2008

A quatre, c'est mieux

f876adcc94019a53c7303d59a96605e8.jpgCatel, dessinatrice pour la jeunesse, a changé de registre en dessinant l'histoire de Kiki de Montparnasse sur un scénario de Jean-Luc Fromental. Elle reprend un peu cette veine en proposant « Quatuor », recueil de quatre récits mettant des femmes en vedette. Des nouvelles d'auteurs venant de divers horizons. Jacques Gamblin explore la danse, la valse exactement et sa communion entre les deux partenaires, José-Louis Bocquet nous entraîne a 100 à l'heure sur des routes sinueuses au volant de bolides, objets sexuels de plaisir ultime, Thierry Bellefroid raconte de façon détournée comment il est tombé amoureux du dos de la princesse Mathilde, future reine des belges et Pascal Quignard nous emmène dans une vieille histoire d'amour entre un tailleur et une belle brodeuse. Chaque histoire est en bichromie, rouge pour la danse, bleu pour les voitures, verte pour la princesse et jaune pour la brodeuse. L'ensemble, malgré l'impression de disparité est très cohérent. J'avoue avoir un faible pour l'histoire de Thierry Bellefroid. Ce journaliste à la RTBF a parfaitement rendu la fascination que l'on a parfois pour des personnages publics et totalement inaccessibles. Une histoire douce amère sur la passion, la fatalité et la résignation. Les illustrations de Catel se mettent au service de ces histoires que la dessinatrice a adapté elle même.
Catel et Jean-Luc Fromental (qui signe la préface) préparent une nouvelle biographie dessinée consacrée à Marie-Olympe de Gouges, l’une des figures marquantes du dix-huitième siècle, intellectuelle ayant beaucoup fait pour l'émancipation des femmes.
« Quatuor », Casterman, 17,95 €