12/12/2016

Fred Hidalgo raconte 30 années d’amitié avec Jean-Jacques Goldman

goldman,hidalgo,chanson,confidentiel,l'archipel

Il se présente comme un « faiseur de chanson ». Pas compositeur, ni parolier. Encore moins interprète. Jean-Jacques Goldman est un simple « faiseur de chanson ». Mais le meilleur. Depuis des années. Devenu vedette un peu par hasard, il a longtemps été considéré comme un simple voire vulgaire « chanteur à midinettes ». Fred Hidalgo, créateur du mensuel spécialisé « Paroles et musique », avoue ne pas avoir immédiatement accroché aux premiers tubes. « On était plus Balavoine, voix grave » explique-t-il. Mais quand la grande presse se déchaîne contre ce chanteur dont leur fille, adolescente, leur rabâche les oreilles, il se décide à lui consacrer un dossier. « Je découvre un personnage intéressant et cultivé » se souvient celui qui va finalement devenir ami avec le chanteur et entreprendre une longue correspondance de 30 ans entre réflexions professionnelles sur le milieu et choses de la vie quotidienne. C’est cette matière qu’il a utilisée pour écrire de longs passages de son « Jean-Jacques Goldman confidentiel » paru le mois dernier. « Nous avons fait un vrai travail journalistique, avec longue interview, témoignages de proches et analyses des chansons. » Résultat Jean-Jacques Goldman apprécie et sera toujours fidèle à Fred Hidalgo et ses aventures de presse (création de Chorus après la fin de Paroles et Musiques). Au point qu’en 2005, lors d’une longue interview à Marseille, le chanteur qui n’est plus remonté sur scène depuis fin 2002 et n’a pas sorti de nouvel album glisse à Fred sa décision d’arrêter sa carrière. Définitivement. Un « J’arrête » qui a beaucoup fait parler à l’époque.

■ Cap vers Londres

Seule concession, « JJG » continue les Enfoirés, donnant de son temps à l’organisation du spectacle au point que parfois il dort carrément dans la salle lors des répétitions. Mais même ça c’est trop. Touché par la polémique de l’an dernier sur la nouvelle chanson des Enfoirés (presse et réseaux sociaux l’accusent d’être réactionnaire), il abandonne l’œuvre chère à Coluche. Fred Hidalgo revient longuement sur cet épisode dans le livre. Par contre il n’y a pas la décision de Goldman de quitter Marseille pour aller habiter à Londres. Encore une fois le journaliste défend la star. Pas d’exil fiscal selon lui, c’est une idée ridicule, simplement « il veut que ses trois filles soient bilingues, il désire s’éloigner des Enfoirés en 2017 et surtout vivre dans un pays où il peut se balader en tout anonymat. » Continuer cette nouvelle vie qu’il s’est choisie en 2002, de père disponible et présent, d’époux attentionné. D’homme normal en résumé. Loin de la gloire et de la célébrité qu’il n’a jamais désirée.

 ➤ Fred Hidalgo a également publié « La mémoire qui chante », livre sur une cinquantaine de chanteurs francophones qui comptent (dont Cali ou Jordi Barre) en vente sur son site sicavouschante.over-blog.com

 

 

---------------

Une chanson par titre de chapitre

goldman,hidalgo,chanson,confidentiel,l'archipel

Le pavé de 560 pages de Fred Hidalgo sur Jean-Jacques Goldman est construit autour de chapitres qui ont tous pour titre le nom d’une chanson. Même le titre est inspiré d’une composition, « Confidentiel » dans l’album « Non homologué » paru en 1985. De « A nos actes manqués » à « Une autre histoire », ce sont les 30 années de relation professionnelle et d’amitié que l’ancien journaliste raconte. Toujours à la première personne, de façon très subjective. « Il faut que je m’implique, je suis incapable de faire autrement » explique Fred Hidalgo, sommité dans le monde de la chanson française. Ça tombe bien, Jean-Jacques Goldman, avare de confidences, n’a pas voulu collaborer directement à la rédaction du livre. Tout en faisant une entière confiance à l’auteur qui a puisé dans la longue et ininterrompue correspondance (sans oublier les interviews officielles) pour décrypter les grandes étapes de sa carrière. Notamment quand il annonce son intention de ne plus faire de scène. Ni de sortir d’album. De se donner une seconde chance d’élever les enfants de sa seconde épouse. Modeste et normal, telle est l’image de Jean-Jacques Goldman qui ressort de cette biographie lumineuse.

● Jean-Jacques Goldman confidentiel » de Fred Hidalgo, l’Archipel, 23 €

 

29/03/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Tubes d'une vie

tubes, chanson, top 50, hit parade, springsteen

Nous sommes décidément trop vieux ma femme et moi. Lorsque je tombe sur un gadget mis au point par le site du Monde, je me réjouis d'apprendre quelle chanson caracolait en tête des ventes lors de notre conception ou de notre naissance.

Perdu, le hit-parade n'apparaît qu'en 1963. Il me manque deux bonnes années et à peine quinze jours à ma moitié qui a vu le jour fin 62. Mais franchement, mieux vaut éviter ces années 60 trustées par Johnny Hallyday et autres yéyés du même acabit.

Penchons-nous plutôt sur nos jeunes années. Alors que je fêtais mes 20 ans, la chanson la plus vendue était "Women in love" de Barbra Streisand. Pas vraiment ma tasse de thé. Je préférais la pop, comme "Cambodia" de Kim Wilde. C'est justement le titre qui cartonnait le jour des 20 ans de la future femme de ma vie. Mais elle, à choisir, préfère Kim Carnes et son légendaire "Bette Davis Eyes".

Une décennie plus tard, elle bascule dans la trentaine sur les rythmes de Michael Jackson, moi sur Enigma. Dans la foulée arrive la chanson la plus importante à mes yeux, celle qui a marqué le début de notre vie commune. Et cette fois, l'application tape dans le mille en indiquant "Streets of Philadelphia" de Springsteen. Mais on a eu chaud car peu de temps après, Ace of Base et ses rythmes binaires s'imposait et juste avant Elton John atteignait les sommets grâce à ses mélodies sirupeuses.

Avantage de ce petit logiciel bien conçu, avec le résultat vous pouvez directement visionner le clip de la chanson sur YouTube. La nostalgie en un clic.

26/12/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Noël à l'infini

béart, rossi, wham, noël, chanson

Noël, ses cadeaux, ses chansons. De toutes les fêtes, le 25 décembre est associé à quantité de ritournelles, symboles de cette parenthèse enchantée où petits et grands oublient frimas et tracas pour se retrouver en famille. Mais la chanson estampillée Noël n'est pas toujours bonne à entendre.

Les auditeurs d'une radio locale en Autriche en ont fait les frais le week-end dernier. Un des animateurs s'est barricadé dans le studio et a passé 24 fois d'affilée la chanson "Last Christmas" de Wham. Près de deux heures de la pire daube commerciale du groupe de George Michaël. Le projet de cet animateur retors était de la diffuser durant toute la journée. Mais quand il a reçu un appel de sa fille de 6 ans lui expliquant qu'elle n'aimait pas cette chanson, il a mis fin à l'expérience. Merci jeune demoiselle.

De mon enfance, j'ai le souvenir de la chanson diffusée en boucle pendant les vacances de fin d'année, "Petit papa Noël" de Tino Rossi. Le chanteur corse à la voix sirupeuse, idole de ma mère (comme de 95 % des Françaises nées entre 1920 et 1950), m'aurait presque dégoûté des réjouissances de fin d'année. Heureusement, Trust l'a transformée en version rock presque potable.

Mais ma chanson de Noël, celle qui me fera pour toujours rêver à cette enfance lointaine et naïve, reste "Bonne année, bonne chance" de Guy Béart. Multidiffusée sur FR3 car il s'agissait de l'"hymne" de tous les programmes spéciaux, malgré ses paroles répétitives et sa mélodie basique, elle demeurera définitivement gravée dans ma mémoire.


GUY BEART ET DOMINIQUE DIMEY : BONNE ANNEE... par BuddHuy

Joyeux Noël à vous !

08:13 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : béart, rossi, wham, noël, chanson

03/02/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Trop forte mam'zelle Zaz

chanson, zaz, mylène farmer, maitre gims, aveyron

L'industrie du disque se porte bien. Les ventes ont légèrement augmenté en 2013. Côté français, ces statistiques permettent de connaître le classement, toujours très commenté, des artistes les mieux rémunérés. Comme chaque année, c'est Mylène Farmer qui arrive en tête, suivie par Maître Gims, révélation rap de l'année. Ce dernier vend beaucoup de disques, mais doit certainement gagner encore plus d'argent grâce à ses produits dérivés, notamment les vêtements mis en valeur dans ses clips transformés en simples publicités déguisées.

Étonnant, Johnny Hallyday a toujours une place sur le podium. Pourtant, il ne fait plus recette. Pour preuve, il y a quelques mois, les piles de beaux livres sur sa vie son œuvre, soldés 5 euros (au lieu de 35…) dans une grande surface comme de vulgaires yaourts dont la date de péremption est presque dépassée. Il a quand même empoché 3 millions en 2013, ce qui explique son exil fiscal définitif et sans espoir de retour…

La véritable surprise, c'est de retrouver Zaz à la quatrième place. Elle est moquée sur internet mais a su faire fructifier ses premiers succès et élargir son public. Moins présente en France, elle s'impose à l'étranger. 300 000 exemplaires de son album "Recto Verso" ont trouvé preneur hors des frontières de l'Hexagone. Elle incarne la chanson française par excellence comme en son temps Mireille Mathieu.

Une belle revanche pour cette artiste qui a débuté en chantant "J'aime la saucisse avec de l'aligot !" du cultissime rap "Bienvenue en Aveyron".

Chronique "De choses et d'autres" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant. 

13/11/2012

Chronique : Nicolas Sarkozy, "reviens je t'en prie, viens nous sauver la vie"

Josh.jpg

Sur internet, il faut savoir nager à contre-courant. C'est souvent la meilleure façon de se faire remarquer. Une conférence de presse de François Hollande ? Pas assez glamour. Le duel Copé/Fillon pour la présidence de l'UMP ? Trop joué d'avance. Non, rien ne remplace la nostalgie, même si elle ne date que de six mois.

Josh Stanley, adolescent et apprenti chanteur, cartonne sur YouTube avec une composition toute simple, véritable ode à... Nicolas Sarkozy. De la chanson « à texte » que certains humoristes ne renieraient pas. Mais Josh l'affirme : c'est du premier degré.

En un mois, plus d'un million de vues pour cette ballade sans nuance : « Nicolas Sarkozy, reviens je t'en prie, viens nous sauver la vie. » Carrément ! Six mois après l'élection de François Hollande, Josh a peur pour sa vie. Il y va fort le petit jeune. Mais pourquoi cette crainte ? Il faut peut-être chercher du côté de la nationalité de Josh. Un peu Français, mais surtout Monégasque !

Son premier passage télé, c'est sur la chaîne locale Canal Monaco qu'il le fait. Il vient de remporter le concours Idées Jeunes 2012. Ce succès tout neuf permet à ce passionné de karting, de patinage et de musique, titulaire d'un « brevet de pizzaïolo » rêvant de célébrité, d'enregistrer un premier single. Il finit par s'imposer avec sa chanson « sarkonostalgique » dont les dernières rimes ne manqueront pas d'affoler Copé ou Fillon : « Nico c’est à toi. On ne baissera pas les bras. On te soutiendra ! »

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" à paraître ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.

26/10/2012

Chronique : Tubes d'hier et de demain, des Stones à Anne Horel

 

stones, rolling, anne horel, clique sur moi, tubes, chanson, consert, bide et musique

« Clique sur moi » de Anne Horel. Retenez ce titre et le nom de cette chanteuse. Mon petit doigt, celui qui justement ne clique jamais sur une souris, me dit que sa ritournelle basique va devenir un tube. Petite voix sucrée, cheveux en pétard, rythme électronique, elle truffe sa chanson de références au net. « Dis-moi que tu m'aimes avec ton pouce. Fais-moi vibrer avec Bluetooth », si vous ne surfez pas régulièrement, vous ne comprendrez rien. Quant au « Clique sur moi » du refrain : très explicite...Le clip, visible sur la chaîne Youtube de l'artiste, est un mélange psychédélique d'images puisées sur la toile, montées façon stroboscope, de quoi provoquer une crise d’épilepsie carabinée à toute personne bien portante.

Anne Horel va devenir célèbre. Ou pas. Peut-être dans deux mois rejoindra-t-elle le décoiffant site « Bide et musique », cimetière de ces chansons remarquables uniquement par leur insondable médiocrité. A côté, il y a des groupes qui durent. Hier matin, sur leur compte Twitter, les Rolling Stones annoncent un concert surprise, le soir même, au Trabendo à Paris. 350 places en vente dans un grand magasin des Champs Elysées au prix imbattable de 15 euros. Un petit tweet et une immense file d'attente. En quelques minutes tout était vendu... Mick Jagger et ses potes maîtrisent moyennement le français mais ils n'ont pas besoin de demander « clique sur moi ». Quant au mot bide, il est totalement absent de leur vocabulaire.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce vendredi en dernière page de l'Indépendant.

En bonus, le clip d'Anne Horel :


Et un autre des Stones, un court extrait du concert de jeudi...


18/10/2012

Chronique : Les nuits de Christophe H.

Il se passe des choses bizarres la nuit sur la toile. Christophe Hondelatte, ancien journaliste, nouveau chanteur, en fait le sujet de son nouveau single intitulé « Cybernight ». Virtuose de la rime riche, il frappe fort. Après son légendaire Dr House/Mickey Mouse, il ose le SMS/fesses. Et comme jamais rien n'est simple avec lui, lorsqu'Europe 1 diffuse sa chanson mardi sans son autorisation, « Aux voleurs » s'indigne-t-il immédiatement sur son mur Facebook. Reprise sur nombre de sites, « Cybernight » fait beaucoup jaser. Il est vrai que les phrases crues sur les rencontres d'un soir via le net ont de quoi interpeller. « T'es OK pour un plan ce soir ? Moi je ne peux pas recevoir. J'aime le cuir et le latex, et les toilettes du Grand Rex ». Le premier couplet plante le décor. Et de demander ensuite d'envoyer « par SMS », une photo « de tes fesses ». Les commentaires et avis sur les réseaux sociaux déferlent. Assez méchants dans l'ensemble. Christophe Hondelatte endosse involontairement le rôle de la tête de Turc dont il est si facile de se moquer. Beaucoup se demandent si les paroles sont inspirées des expériences personnelles de l'auteur...

Le problème est que la teneur du texte a éclipsé l'affaire du vol. Enregistré cet été, le single ne devait être dévoilé que le 15 novembre. L'énorme buzz a entraîné un changement de planning. On peut donc écouter « Cybernight » sur Youtube. Mais pas la noter. Logique : « Dr House » a recueilli 1234 « j'aime » contre 6219 « Je n'aime pas »...


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.