10/07/2017

De choses et d'autres : La souris croquée au sommet du Chat

L’été, certains saisonniers, plutôt que de vendre des beignets sur la plage ou servir des moules à des touristes rouge écrevisse, se font embaucher sur la caravane publicitaire du Tour de France. Voilà un job royal. Fatigant mais original. Les plus anciens se souviennent d’Yvette Horner jouant de l’accordéon au sommet d’une camionnette. On a le public qu’on peut. Aujourd’hui les marques recherchent surtout de jolies hôtesses capables de sourire dix heures d’affilée sans que leur visage ne se transforme en masque d’effroi. Pas évident quand les plaisanteries salaces et autres gestes déplacés accompagnent leur passage en tenue légères, chaleur et élégance obligent.
Hier, parmi les partenaires, le Journal de Mickey a provoqué une grosse frayeur aux organisateurs. La souris mondialement célèbre, sur sa voiture rouge et jaune vantant la diversité de son hebdomadaire, redoutait une des difficultés de la Grande Boucle. Quand Mickey s’est engagé sur la route du Mont du Chat (col hors catégorie), la tension était à son comble.
Qui de la souris ou du chat l’emporterait ? KO technique pour le félin, ses pentes ayant rapidement mis à mal la boîte de vitesse de Mickey. Immobilisé sur la petite route sinueuse, tout le monde a paniqué. La souris, telle la sardine dans le port de Marseille, allait-elle bloquer le peloton ? Heureusement, la caravane publicitaire a beaucoup d’avance sur les coureurs et quand Warren Barguil puis Froome sont passés, la souris avait disparu dans son trou.

Chronique Parue lez 10 juillet en dernière page de l'Indépendant