03/05/2009

Mes BD souvenirs (9)

 

BdpForumLogo.gifLe site BD Paradisio propose régulièrement des forums pour les fondus de 9e art. Récemment, l'un d'entre eux m'a interpellé : « Les BD qui vous quittent... » Intrigué par ce titre, il faisait en fait le pendant du forum, beaucoup plus fréquenté, des BD récemment achetées. C'est le problème numéro 1 des collectionneurs : la place. A moins d'habiter un palace (ou d'avoir un immense grenier), il arrive un moment où les albums envahissent tout l'espace vital. Ce problème est devenu encore plus énorme quand j'ai régulièrement signé des chroniques BD dans les divers titres qui m'ont employé. Un collègue m'a fait découvrir les services de presse. J'ai commencé à recevoir des albums. Gratuitement. De plus en plus. Comme je continuais à en acheter par ailleurs, mes étagères ont vite été complètes. En fait, après avoir mis en place un système de comptage et de classement rudimentaire, je décidais qu'il était inutile d'avoir plus de 2000 BD.

IMG_2394.JPGJ'ai revendu pas mal de titres à des bouquinistes. Mais impossible de me séparer de certaines séries. Par exemple, pour rien au monde je ne me séparerai de ma collection de Spirou. Et je continue en achetant les intégrales Franquin. Par contre je n'ai plus un seul Tintin... Hermann, impossible de m'en séparer. Même si, comme le fait remarquer un membre du forum, on peut bazarder tous les titres scénarisés par son fils, Yves H. C'est vrai que ce n'est pas génial, mais le dessin reste toujours aussi merveilleux.

IMG_0028.JPGJ'ai également beaucoup donné de titres à des enfants de la famille, notamment les séries Dupuis comme l'Agent 212, les Tuniques Bleues ou Sammy. Il y a trois ans et demi, déménageant une nouvelle fois, pour la Martinique cette fois, je réduisais encore mon fond. 1000 albums. Là, j'avoue, j'ai eu du mal. Et aujourd'hui encore je regrette certains titres, notamment de chez Delcourt ou la série complète des Valérian. Mais qu'importe, comme le faisait remarquer un autre habitué de BD Paradisio, il faut qu'une collection vive. En recevant une trentaine d'albums en service de presse chaque mois, je ne serai jamais à court de lecture. Au contraire, je suis toujours en retard, ratant quelques beaux titres. Je vends beaucoup moins. Et aujourd'hui j'ai à nouveau plus de 2 000 albums dans mon minuscule appartement. Près de la moitié sont dans des cartons dans le garage. Un jour, peut-être...