17/03/2017

BD : L’enfant derrière les barreaux

 

puta madre,run,ankama,mutafukaz,neyef,usa,violence,comics


Série écrite et dessinée par Run, « Mutafukaz », avant d’être bientôt adaptée au cinéma, se décline sous forme de comics mensuel. Dans « Puta Madre », Run imagine le passé d’un des personnages de la série, Jésus. Ce jeune latino de Los Angeles a 13 ans quand sa vie bascule. Condamné à 7 ans de réclusion, il passe de la case école à celle, moins glorieuse, de prison. Car aux USA, les enfants peuvent être condamnés et emprisonnés. La vie de Jésus est inspirée d’un véritable fait divers. Le premier fascicule de 32 pages, dessiné par Neyef, est paru en février, le second vient d’arriver la semaine dernière dans les bacs des librairies. On ne dira pas pourquoi Jésus est emprisonné. Sachez simplement qu’il est innocent et que d’enfant aimant il va se transformer en redoutable tueur. Réservée à un public averti, cette série a tout pour passionner les amateurs de films noirs américains, de séries télé transgressives et de faits divers sordides.
➤ « Puta Madre » (tomes 1 et 2), Ankama, 3,90 €

07/11/2016

Ces femmes-là, elles sont « super » !

comics,stan lee,super hérosSUPERHÉROS. Au commencement il n’y avait que des hommes : Superman, Batman, Spiderman. Et puis les femmes ont, elles aussi, eu des super pouvoirs. Bonnes à la castagne, effrontées et souvent très belles, elles s’imposent dans un monde beaucoup moins macho qu’il n’y parait.

 

Décembre 1941, un nouveau personnage entre avec fracas dans l’univers des super héros qui se cantonnent à cette époque dans les comics publiés aux USA. La princesse Diana est une Amazone. Seule sur son île paradisiaque, elle voit débarquer un aviateur américain. Ce dernier l’emmène dans son mode et elle devient Wonder Woman. La première super héroïne vient de naître. Le succès est immédiatement au rendez-vous et la jolie brune armée d’un lasso magique et des ses bracelets anti-balles, obtient six mois plus tard un titre spécifique à son nom. La consécration. Dans ce monde exclusivement masculin des super héros américains, cette première femme dotée de pouvoirs va rapidement se transformer en apôtre du féminisme. Même si au fil des décennies (et d’une certaine « morale » typiquement américaine) elle a parfois été réduite à une simple femme au foyer... Dans les années 70, Wonder Woman franchit un nouveau cap avec la série télévisée où le rôle titre est incarné par Linda Carter. Totalement kitch, mais plein de charme un demi-siècle plus tard. L’an prochain, au début de l’été, le film « Wonder Woman » devrait confirmer que les femmes aussi peuvent attirer les foules. Le personnage, interprété par Gal Gadot, a déjà fait une apparition dans le récent « Batman VS Superman ». Mais cette fois elle sera la vedette incontestée d’un long-métrage réalisé par Patty Jenkins.

■ Girl power

comics,stan lee,super héros

Même si les comics, comme la société en général, sont loin de la parité, les femmes occupent de plus en plus d’espace. Que serait Superman sans Loïs Lane ? Spider- man serait-il si cool s’il n’y avait pas la belle Mary ? Mais ce ne sont que des rôles annexes. Importants mais surtout de fairevaloir. Pourtant les femmes ayant des pouvoirs sont légion dans les « teams ». Parmi les Avengers on trouvez la Guêpe dans la série dessinée et la Veuve Noire dans les films sortis ces dernières années. Un quart des quatre Fantastiques est féminin. Paradoxalement c’est la femme invisible... Chez les super-vilains aussi les femmes sont de plus en plus présentes. La dernière en date, qui a crevé l’écran cet été dans «Suicide Squad» a un parcours complexe. Comme si la psychologie féminine était forcément plus élaborée que celle des mâles bêtement primaires. Harley Queen (Margot Robbie) est à la base une psychiatre folle amoureuse du Joker, ennemi mortel de Batman. Mais elle parviendra à se défaire de son emprise pour devenir la bad girl dont on rêve tous de devenir amoureux. Provocante et effrontée, ce n’est pas elle qui va faire la vaisselle en plus de ses missions. Elle incarne à la perfection l’avenir des super- héroïnes : des femmes fortes et à la personnalité développée. Il y en aura de plus en plus dans l’univers foisonnant des super héros. Comme dans la vraie vie, on l’espère... 

________________

 Stan Lee, le maitre-étalon des comics

comics,stan lee,super hérosIcône de la Pop culture américaine, Stan Lee fait partie de ces auteurs qui n’ont obtenu une reconnaissance mondiale que sur la fin de leur carrière. Scénariste de bande dessinée, il a longtemps pondu des kilomètres d’intrigues, toutes plus alambiquées les unes que les autres, multipliant les personnages et les coups de théâtre. Nouveau feuilletoniste de la fin du XXe siècle, son génie a finalement été admis quand des chercheurs et exégètes ont analysé les mondes imaginaires qu’il a mis sur pied. Pour la première fois, un Français se penche sur le phénomène. Jean- Marc Lainé signe une biographie critique sur cet « Homère du XXe siècle ». Celui qui a quasiment tout créé de l’univers Marvel, de Spider-man à Captain America en passant par Hulk ou les X-Men n’est pas le plus offensif pour la cause des femmes, mais il a toujours tenté de les valoriser. L’exemple le plus flagrant étant Misses Marvel, «le pendant féminin de Captain Marvel. Elégante et raffinée, elle devient un dragon dès qu’il s’agit de préserver ses droits, jusque dans l’art délicat de la négociation de salaire. » Très complète, cette biographie s’adresse essentiellement aux passionnés, ceux qui connaissent tout de l’univers Marvel.

● « Stan Lee, Homère du XXe siècle », Jean-Marc Lainé, Fantastik, 25 €

_____________________________

Encore plus d’héroïnes à la télévision

 

comics,stan lee,super héros

Si le cinéma n’a pas encore joué à fond la carte féminine, les séries télé ont franchi le pas depuis longtemps. Depuis Wonder Woman, les héroïnes sont très présentes dans les feuilletons tirés des comics américains. Parmi les plus récentes, notons «Supergirl» avec Melissa Benoist ou «Agent Carter» actuellement en diffusion sur TMC tous les samedis. Tirée de l’univers Marvel, l’histoire se déroule durant la seconde guerre mondiale. Peggy Carter, grand amour du Captain America, se transforme la nuit en justicière et espionne. Deux saisons ont été tournées. « Jessica Jones » a elle aussi eu beaucoup de difficultés dans la vie. A l’origine, adolescente sans intérêt, elle acquiert des pouvoirs après un accident. Beaucoup plus tard, elle les perd et redevient humaine. Mais son envie de combattre pour le bien demeure et elle ouvre une agence de détective privé. C’est cette histoire qui est racontée dans le 13 épisodes de la première saison produite et diffusée sur Netflix. Le succès étant au rendezvous Jessica Jones et son monde assez sombre sera de nouveau sur la plateforme de vidéo à la demande l’an prochain. Une production très féministe puisque tous les épisodes de la saison 2 seront confiés à des réalisatrices. Dernier exemple de ces personnages féminins marquant dans les séries de superhéros, celui de la cheerleader de «Héros», création originale de Tim Kring. Parmi les personnages récurrents, Claire Bennet interprétée par Hayden Panettiere a marqué toute une génération. Cette ado américaine dans tout ce qu’il y a de plus caricatural (pompom girls, blonde et vaguement décérébrée...) cache un pouvoir qui la rend quasiment immortelle. Elle ne paye pas de mine mais est presque la plus puissante de tous les héros imaginés de la série.

(Dossier paru le dimanche 30 octobre dans l'Indépendant.)

 

 

08:31 Publié dans BD, Film, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : comics, stan lee, super héros

07/08/2016

BD : reprise en abîme du comics "Airboy"

 

Quand un personnage de légende tombe dans le domaine public, certains éditeurs se précipitent pour lui faire vivre de nouvelles aventures à moindre coût. James Robinson, scénariste renommé aux USA, n'a pas le choix. Il doit trouver des idées pour relancer la carrière d'Airboy, un super héros américain, pilote d'avion combattant les nazis. Peu enthousiaste, Robinson décline puis pose ses conditions : il choisit son dessinateur (Greg Hinkle) et raconte en parallèle leur collaboration. Résultat un comics de 160 pages avec de l'action, du sexe et de la réflexion. Incapables de se concentrer dans un motel, les deux compères vont en virée dans une boîte de nuit. Alcool, drogues, prostituées : il se font la totale et au pire moment sont rejoint par Airboy en personne. Choc des générations et des cultures, interrogations métaphysiques, transfert des auteurs dans le monde du héros : Robinson explore avec une invention de tous les instants tous les possibles de cette reprise loin de ses classiques Batman et autres 4 Fantastiques.

« Airboy », Jungle comics, 17 € 

 

 

04/07/2016

BD : Nouveau monde, nouveaux monstres

manifest destiny,delcourt,comics,dingess,roberts

L'exploration de l'Amérique du Nord a réservé bien des surprises aux pionniers courageux. Tribus d'Indiens hostiles, animaux sauvages : les dangers étaient nombreux. Pour corser cette histoire récente, Chris Dingess, le scénariste, envisage d'autres découvertes. Une expédition est envoyée vers l'Ouest, au cœur des forêts inconnues, à la rencontre de colons français. Une petite communauté décimée par une maladie inconnue. Et avant d'arriver dans le village fortifié, les hommes du capitaine Lewis et du lieutenant Clark subissent les assauts de minotaures à tête de bison. Mais ce sont des broutilles face au risque de l'infection verte transformant les humains en zombies végétaux. Imagination débridée pour ce comics dessiné par Matthew Roberts.

« Manifest Destiny » (tome 1), Delcourt, 15,95 euros

 

 

13/06/2016

BD : Femme au foyer experte en lames

Ne vous fiez pas aux apparences. Josie Schuller a tout de la parfaite femme d'intérieur. Mariée à un bon Américain, mère de deux ravissantes petites filles blondes comme les blés, elle sait parfaitement organiser de cocktails quand son mari reçoit ses collègues de boulot. Mais Josie est également experte en maniement du couteau. Pas pour éplucher des légumes. Pour tuer. Vite et discrètement. Sous couvert de bénévolat, la jolie jeune femme, aux airs de sorcière bien aimée (l'action se déroule dans les années 60), va remplir ses contrats de tueuses à gages. Imaginées et dessinées par Joëlle Jones (avec l'aide de Jamie S. Rich au scénario), les aventures de "Lady Killer" sont très divertissantes. L'opposition entre la gentille mère de famille et rageuse tueuse fait merveille. Le tout dans un style délicieusement rétro et un peu kitsch.

"Lady Killer" (tome 1), Glénat Comics, 15,95 euros

 

 

20/09/2015

BD : Robots psychopathes dans "RUST"

rust, robots, s-cats, blengino, nesskain, delcourt, comics

Dans un futur proche, la Terre est victime d'une attaque surprise. Pas des terroristes, ni des extraterrestres, mais des robots géants sortis des entrailles de la terre. Les S-Cats ont tué les deux-tiers des humains en une semaine. Seule solution pour survivre, s'enterrer. 25 ans plus tard quelques zones de survivants tentent de lancer la contre-attaque. Des savants ont mis au point des Robot Unit, gigantesques machineries d'acier et de matière vivante que de rares humains peuvent contrôler. Problème, les pilotes « compatibles » sont tous morts au combat. Il ne reste plus aux autorités qu'une « black list » pour sauver l'Humanité. Voilà comment un serial killer, un révolutionnaire, un tueur à gages, un mercenaire et une prêtresse fanatique se retrouvent aux commandes des armes les plus puissantes de l'histoire. Le résumé de cette série écrite par Blengino et dessinée par Nesskain est prometteur. Les 150 pages du premier tome confirment qu'une bonne idée peut se transformer en excellente BD. Personnages atypiques, créatures imaginaires époustouflantes, combats épiques et suspense grandissant font de RUST la très bonne surprise de cette rentrée dans la catégorie Comics.

 

« R.U.S.T. » (tome 1), Delcourt, 17,95 €

 

14/09/2015

BD : Rentrée résolument "comics"

Si la BD Franco-belge a encore de beaux jours devant elle, le comics américain a de plus en plus d’adeptes. Et il n’est plus spécifiquement réalisé par des auteurs outre-atlantique.

 

comics, orphelins, recchioni, mammucari, gaiman, russell, glénat, delcourt"Orphelins” des Italiens Robert Recchioni (scénario) et Emiliano Mammucari (dessin) ont sans doute beaucoup aimé le film “Starship Troopers” de Paul Verhoeven. Comme dans le long-métrage, la terre est attaquée par des aliens et des commandos de jeunes terriens sont envoyés sur des planètes hostiles pour “botter le cul à ces monstres”. À la différence que les auteurs ont apporté beaucoup plus de soin aux personnalités composant le groupe de combattants. Tout débute par un flash. Une grande lumière blanche qui rend aveugle et sourd des millions d’Humains. L’attaque, un rayon, vient du fin fond de l’espace. Les différents pays s’unissent pour répliquer. Et profitent de la recrudescence d’orphelins pour les enrôler de force, malgré leur jeune âge, dans des bataillons d’élite. La première partie montre ces enfants originaires d’Espagne (Madrid et Barcelone), paumés, seuls, largués en pleine nature, obligés de tuer pour survivre. D’apprendre la solidarité aussi. Quelques années plus tard, les rares survivants forment un commando redoutable. Ils seront en première ligne pour se battre contre les extraterrestres, sortes d’ours en cristal, furtifs et puissants. 200 pages au rythme soutenu (format comic oblige), avec quelques superbes inventions sur la planète ennemie, notamment une réplique de la Sagrada familia de Barcelone tout en cristal.

comics, orphelins, recchioni, mammucari, gaiman, russell, glénat, delcourtL’étrange vie de Nobody Owens” est l’adaptation en BD du roman de Neil Gaiman paru chez Albin Michel. L’auteur s’est logiquement chargé de la transposition, déjà connu pour les séries “Sandman” et “Coraline”. Craig Russell a dessiné une aventure et la bible de cet univers, laissant plusieurs autres auteurs jouer avec Nob’. Une nuit, un tueur assassine toute une famille. Le père, la mère, la fille. Mais arrivé dans la chambre du petit dernier, le lit est vide. Il s’est réfugié dans un cimetière. Là, un couple de défunt décide de la protéger et de l’adopter. L’enfant devient Nobody Owens et va grandir entre tombes et chapelles, avec pour seuls compagnons des spectres et Silas, inquiétant homme en noir qui ne sort que la nuit. Entre récit fantastique et conte gothique, des histoires courtes permettent de comprendre comment le petit garçon va se forger une personnalité. Il descendra au plus profond des entrailles du cimetière pour un face-à-face avec une vouivre. Au pays des goules, il manquera mourir sans l’intervention d’un loup-garou (une louve en l’occurrence). Il parvient même à se faire une amie, une petite fille téméraire, prête à croire tout ce que raconte Nob’. Car s’il voit les spectres, pour elle ils restent invisibles. Reste le fil rouge de l’album : le tueur du début qui est toujours sur les traces de l’enfant. Mais ce sera pour le second tome annoncé début 2016...

 

Orphelins” (tome 1), Glénat, 14,95 euros

 

L’étrange vie de Nobody Owens” (tome 1), Delcourt, 19,99 euros.

 

09/10/2014

BD : Superhéros enfantin

 

voleur vert, intrépide, comics, marcus, guérin, lapeyre, ankama

Qui n'a pas essayé, en étant enfant, de se lancer dans la réalisation d'une bande dessinée. Marcus, l'animateur d'émissions sur les jeux vidéo diffusées sur plusieurs chaînes de télé, a imaginé le personnage de l'Intrépide du haut de ses dix ans. Un super héros aux prises avec un super méchant, le Voleur Vert. Quatre pages inachevées qu'il a osé ressortir du grenier pour en parler à ses fans. Résultat l'Intrépide a une seconde chance près de 30 ans plus tard. Toujours sous la supervision de papy Marcus, Rémi Guérin écrit un nouveau scénario et confie le dessin à son complice de toujours Guillaume Lapeyre (ils ont déjà City Hall à leur actif). Le héros va traverser le temps, quittant dans un premier temps ses années 70 pour l'époque actuelle. Un combat avec le Voleur Vert et le voilà propulsé à l'époque des dinosaures. Cela ne vole pas très haut (contrairement à l'Intrépide...), mais l'humour très présent sauve l'entreprise encore un peu enfantine.

 

« L'intrépide » (tome 1), Ankama, 13,90 €

 

12/08/2013

BD : Zombies à toutes les sauces avec "Revival"

revival, seeley, norton, wisconsin, comics, delcourt

Le succès de « Walking Dead » a forcément donné des idées à quelques auteurs. Mais « Revival » de Tim Seeley et Mike Norton est tout sauf une resucée du best-seller de Kirkman. Il ne s'agit pas d'invasion zombie mais de renaissance de quelques morts dans une zone géographique très limitée. Une petite ville du Wisconsin, tranquille, pépère. La première renaissance a eu lieu dans la morgue, en présence d'une journaliste. Le corps, en feu, s'est échappé de l'incinérateur. D'autres sont sortis de terre et sont retournés travailler, comme si de rien n'était. Certains mystiques parlent de miracles, d'autres plus prosaïques de maladie et mettent la zone en quarantaine. Dana Cypress, policière, est chargée de surveiller les agissements des morts-vivants. Cela se complique quand elle découvre que parmi eux se trouve sa jeune sœur, fraîchement assassinée. Dana, en plus de la protéger, va se lancer à la recherche de son meurtrier. Les quatre premiers chapitres plantent le décor. La suite ne saurait tarder car la série est toujours en cours aux USA.

 

« Revival » (tome 1), Delcourt, 15,50 €


26/07/2013

BD : Futur froid dans "Winterworld" de Dixon et Zaffino

chuck dixon, jorge zaffino, winterworld, comics, delcourt

Si les scientifiques prévoient un réchauffement climatique, les auteurs de BD imaginent plutôt notre avenir sous une chape de glace. C'est le cas de Chuck Dixon, vieux routier des comics américains, associé dans « Winterworld » à Jorge Zaffino, dessinateur argentin mort il y a dix ans, à 42 ans. Scully, marchand ambulant toujours flanqué de son glouton Rah-rah tente de survivre en troquant des vestiges de la civilisation à des tribus d'attardés. Dans le premier chapitre, il est attaqué par des dégénérés aveugles. Il réussit à prendre la fuite avec l'aide de Wynn, une jeune orpheline. Une escapade de courte durée. Repris, ils sont revendus comme esclaves à la ferme. Cette communauté, encore plus impitoyable, cultive légumes et élève des animaux sous un dôme protégé du froid, un ancien stade de base-ball que l'on devine être situé dans l'Etat du Texas. En noir et blanc, cette BD de 140 pages est considérée comme le chef d'œuvre de Zaffino. Une BD idéale au cœur de l'été pour tous ceux qui cherchent un peu de fraîcheur.

 

« Winterworld », Delcourt, 13,95 €