26/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Copé casse les prix des chocolatines

 

copé,chocolatines,pains chocolat,twitter

Déraciné, hors-sol, au pays des Bisounours... Les expressions ne manquent pas pour décrire la sortie de Jean-François Copé lundi matin au micro d’Europe 1. A la question toute bête d’un auditeur lui demandant combien coûte un pain au chocolat, le candidat à la primaire, qui avait déjà abordé ce problème des chocolatines pour dénoncer une certaine pression de l’immigration, a répondu, après une longue hésitation, de 10 à 15 cents pièce. Franchement, si ce boulanger existe ailleurs que dans son imaginaire fantasmé, je suis preneur. Car j’adore les chocolatines. Et je sais, moi, qu’elles valent huit fois plus cher. Même achetées en lot, jamais je n’en ai trouvées de si bon marché.

Pauvre Jean-François Copé, si content d’être à nouveau sous les projecteurs après ses déboires judiciaires. Une bête histoire de viennoiserie vient plomber tout son plan com’. Moqué sur les réseaux sociaux, il a tenté de rattraper le coup en faisant de l’humour sur le fait qu’il surveillait sa ligne.

Mais les électeurs, qui visiblement fréquentent plus souvent que lui les boulangeries, se montrent impitoyables. Vu sa propension à minorer les prix, il est logique que la facture de Bygmalion ait explosé si rapidement. Et certains de se souvenir, perfides, qu’il fut ministre du Budget sous Sarkozy. Comme on dit familièrement, il « tenait les cordons de la bourse ». Comment s’étonner dès lors que l’État soit en faillite depuis si longtemps ? 

17/02/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Perché et à poil

nu.JPG

Tout le monde se réjouit de l'exploit de Renaud Lavillenie. Devenu l'homme le plus haut du monde (6,16 mètres à la perche samedi en Ukraine), même Jean-François Copé doit jubiler. Il y a quelques années, Lavillenie était un des rares athlètes à avoir taclé son collègue Romain Mesnil. En panne de sponsor, Mesnil diffuse sur le net un film où il court, perche en main, dans les rues de Paris. Détail qui tue : il est nu comme un ver.

Copé, grand croisé contre le "tous à poil" depuis une semaine, n'a pas relevé à l'époque. Lavillenie si. Il déclare dans Sud-Ouest : "Je n'adhère pas du tout à ce qu'il fait. Ce n'est pas une démarche sportive, ce n'est pas comme ça qu'on cherche des sponsors. (...) Je ne fais pas de la perche pour qu'on parle de moi, chacun son truc".

C'était en avril 2009. Deux ans plus tard, Lavillenie participe à une publicité pour une marque de slips. Devant appareils photos, caméras et équipe technique, les publicitaires ont la brillante idée de le faire sauter en sous-vêtements. Puis sans… Donc, Mesnil se met à poil pour trouver des sponsors et Lavillenie se retrouve à poil à cause de ses sponsors, après avoir clamé haut et fort que ce n'est pas son truc. Dans un cas comme dans l'autre, le sport est loin, très loin. Par contre, côté régal des yeux, nombreuses (et nombreux…) sont ceux qui ont détaillé sa plastique parfaite.

Et si l'histoire se répète, Jean-François Copé tournera son clip de campagne pour les présidentielles de 2017 dans le plus simple appareil…

Chronique "De choses et d'autres" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant. 

08/10/2012

Chronique : Pain au chocolat vs chocolatine

chocolatine, pain au chocolat, copé, front national, ramadan, chronique

Internet est le lieu de tous les débats. Du plus profond au plus futile. Vendredi, Jean-François Copé, en meeting à Draguignan, explique comprendre l'exaspération de ces parents quand ils apprennent, en rentrant du travail, que « leur fils s'est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant le ramadan. »

Après le « racisme anti blanc », cette nouvelle déclaration sous forme d'anecdote du candidat à la présidence de l'UMP provoque une levée de boucliers. Nombreux sont ceux qui s'indignent de le voir marcher sur les plate-bandes du Front National. Un tweet résume cet état d'esprit : « Copé, c'est Le Pen au chocolat ! »

Ce débat de société on ne peut plus grave en provoque un second, beaucoup moins essentiel, mais qui suscite lui aussi quantité de réactions. En parlant de pain au chocolat, Jean-François Copé se met à dos les millions de zélateurs de la chocolatine.

chocolatine, pain au chocolat, copé, front national, ramadan, chronique

Et sur Twitter les deux camps s'affrontent. Férocement. Mathieu Madénian : « Jean-François Copé dépasse les bornes. Ses propos sont honteux. On ne dit pas pain au chocolat. On dit chocolatine. »

 

 

Un certain Stan réplique « Ayons une pensée de compassion pour les attardés qui disent chocolatine. »

 

 

Comment trancher ? Facile, un site spécialement dédié a vu le jour samedi. Vous pouvez voter et faire triompher le bien face au mal. Et le premier Belge qui ose parler de couque au chocolat sera passé par les armes !

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.