25/06/2017

BD : Quand Leslie Plée chante, gare aux zygomatiques

 


La mode est aux comédies musicales, aux opéras rock. Il ne se passe pas une semaine sans que n’émerge un projet depuis le succès de « Notre Dame ». Tous les thèmes sont revisités et cela a donné l’idée à Leslie Plée d’imaginer ce qui pourrait se faire de pire dans le genre. Pas dans la catégorie grosse production avec stars et effets spéciaux mais dans la niche « spectacle de banlieue fauché, bourré de clichés et d’idées tordues ». Une vingtaine d’histoires courtes composent ce recueil, avec en vedette les trois membres fondateurs des « Nouveaux Sergio Lama ». Ils revisitent la vie de Delon, celle de Brel, imaginent le quotidien de Buckingham ou de façon encore plus improbable la vie extraterrestre façon XFiles... Complètement délirant et absolument hilarant.
➤ « Mon opéra rock », Delcourt, 16,95 € 

09/06/2017

BD : Cap sur Neptune à bord du Rorqual

 


Les albums de Valp, jeune dessinatrice suisse, se lisent à deux niveaux. Pour l’histoire, originale souvent. Mais aussi juste pour les dessins. Elle a cette grâce et cette délicatesse qui transforme la moindre case, toute attitude et moue des personnages en petit tableau dont on peut longuement se délecter. Ses femmes sont sublimes, ses méchants d’anthologie et comme le tout est à base de science-fiction steampunk, les engins, robots et autres créatures imaginaires sont tout aussi intéressants. Alors sachez que dans la suite des aventures de la jeune Meena, elle sera aux prises avec une espionne vénale, un savant fou, une créature mystérieuse et que l’essentiel de l’histoire se déroule dans le Rorqual, immense vaisseau spatial en partance pour les lunes de Saturne. Bref, de quoi voyager loin dans un imaginaire qui semble sans fin.
➤ « Les fantômes de Neptune » (tome 2), Delcourt, 12,50 €

12:13 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fantômes neptune, valp, delcourt

08/05/2017

BD : Voleurs, poison et magie dans « Venosa »



La ville de Venosa a mauvaise réputation. Cité marchande très fortifiée, elle abrite plusieurs guildes. Celle des brigands et voleurs n’est pas la plus forte. Mais elle a de l’honneur. Les autres ont délibérément choisi le pire commerce possible : la drogue. L’opalium, qui se fume, est devenue la pire menace du royaume. Aussi le roi assiège la forteresse dans l’espoir de faire cesser le trafic. Sur cette trame d’héroic fantasy, Olivier Milhiet, rajoute un peu de magie et beaucoup de complot. Sans compter une multitude de personnages et des monstres à foison. Une plongée dans un riche imaginaire, étonnante et passionnante. On suit plus particulièrement Epine, voleur plus intelligent que la moyenne, Gargarine, chef de la police et du renseignement, Neige, la fille du roi, droguée et en manque et le fameux Ibzik, droguiste et magicien de son état. Ce nain est celui qui va relier l’ensemble. Il connaît la drogue, fait chanter Epine, n’aime pas Gargarine et surtout a le moyen d’aller de l’autre côté du quartier maudit, là où les habitants de Venosa n’osent plus mettre les pieds depuis des décennies. Riche, dessinée dans un style très personnel, cette série confirme le talent d’Olivier Milhiet.
➤ « Venosa » (tome 1), Delcourt, 14,50 €

10:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venosa, milhiet, delcourt

30/03/2017

BD : Des dieux et un Messie dans "Gudesonn"



Le principe de base de « Gudesonn », nouvelle série de Convard, Boisserie et Adam (trois scénaristes pour le prix d’un) est très étonnant. Une uchronie assez dingue qui a pour base les religions. Notre monde a été façonné ces deux derniers millénaires par la domination des croyances en un dieu unique. Et si le Messie n’avait jamais imposé le christianisme, si Mahomet n’avait pas annoncé Allah ? Alors les anciennes religions seraient toujours d’actualité. D’un côté les dieux nordiques, de l’autre les grecs ou égyptiens, sans oublier incas et aztèques. Dans ce monde contemporain si différent, la fédération scandinave est toute puissante. Stockholm, sorte de capitale mondiale, a développé le commerce sur toutes les mers. Mais la puissance du Nord s’effrite. Tout doit être fait pour la maintenir. D’autant que des oracles annoncent l’arrivée prochaine d’un Messie, le fameux messager d’un dieu unique qui pourrait changer la face du monde. Réflexion passionnante sur fond de complot, de thriller et de chasse à l’homme, le tout dessiné par Mr Fab, dans un style réaliste, futuriste et efficace.
➤ « Gudesonn » (tome 1), Delcourt, 14,95 €

21/02/2017

BD : Et si nous avions deux vies ?

 


Baudouin s’est longtemps rêvé guitariste et chanteur d’un groupe de rock. Mais les impératifs de la vie l’ont poussé à entreprendre des études de droit. Résultat, à trente ans, il est juriste dans une grosse société à la Défense, le crédit de son appartement sur le dos, célibataire et presque sans amis. Une situation qui désole son frère aîné, médecin pour une ONG humanitaire en Afrique. Lors d’un de ses retours à Paris, il tente de persuader Baudouin de mieux profiter de la vie. En vain. C’est une petite boule sous le bras qui va le pousser à tout remettre en question. Une tumeur. Et d’après un ami cancérologue du grand frère, il ne sert à rien de tenter de la soigner. C’est trop tard. Mieux vaut essayer de profiter des derniers mois qu’il lui reste à vivre. Baudouin part au Bénin avec son frère et va commencer sa seconde vie. Car comme l’a dit Confucius « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une ». Une très belle histoire de Fabien Toulmé maîtrisant à merveille narration et coup de théâtre final de ce roman graphique de plus de 270 pages.
➤ « Les deux vies de Baudouin », Delcourt, 27,95 €

08:49 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, baudouin, toulmé, delcourt

05/02/2017

BD : Compostelle, son chemin et ses ampoules

norvégien,compostelle,jason,delcourt

A 50 ans, Jason, dessinateur norvégien installé à Montpellier, décide de faire le chemin de Compostelle. Pourquoi ? Les autres marcheurs lui posent souvent la question. Il la transforme en gag récurrent quand il répond : « C’était ça ou acheter une Porsche ». S’il veut faire ces 300 km de Bayonne à l’Océan, c’est aussi pour améliorer sa relation avec les autres. Mais il n’y parvient pas toujours, passant souvent ses soirées seul dans des gîtes pourtant remplis de pèlerins. Ce récit, en noir et blanc de 190 pages, donne parfois envie de faire son sac et de partir dans la foulée à la recherche d’une spiritualité qui nous fait défaut dans notre vie quotidienne si stressante. Sauf si on est allergique aux ampoules aux pieds, aux punaises de lit et aux tortillas au petit-déjeuner...

➤ « Un Norvégien vers Compostelle », Delcourt Shampooing, 15,50 €

 

 

30/12/2016

BD : La magie à portée de tapis

maître des tapis,nesme,bleys,delcourt

Superbe album que ce « Maître des tapis » écrit par Olivier Bleys et dessinée par Alexis Nesme. Format extra large pour histoire toute simple, digne des meilleurs contes du temps passé. Dans une Russie médiévale, Fedor sillonne le pays pour vendre les tapis fabriqué par sa femme et sa fille. Mais certains sont magiques et si l’on connaît les bonnes incantations, on peut voler avec. Cela permet à Fedor de sauver Danil, un jeune braconnier poursuivi par les hommes du boyard. Fedor recueille Danil chez lui et ce dernier tombe amoureux de la fille du marchand. Ce grand album, à faire lire par les enfants, voire à lire aux plus petits, offre de plus un pop-up à construire. Une reconstitution de la datcha enneigée du « Maître des tapis » donnant encore plus de relief aux enluminures d’Alexis Nesme.

➤ « Le maître des tapis », Delcourt, 14,50 € 

 

26/12/2016

BD : Prise de tête métaphysique

otto,homme réécrit,mathieu,delcourt

Marc-Antoine Mathieu aime innover. Après des albums de BD où il jouait avec les formes, le papier, les surimpressions voire la 3D, il revient au récit plus classique. Format à l’italienne, un seul personnage, pas de dialogues mais un texte narratif sous chaque case. C’est un peu austère au premier abord, mais rapidement on plonge dans cette histoire de recherche d’identité. Un artiste contemporain, après une nouvelle performance dans un musée, se retrouve sans inspiration. Il découvre dans la maison de ses parents récemment décédés une malle contenant du matériel informatique. Ce sont toutes les minutes de ses sept premières années. Il se retire dans un lieu isolé et se plonge dans ce passé dont il ne se souvient pas. Une naissance à rebours qui lui permet (au lecteur également) de se demander « pourquoi sommes-nous celui que nous sommes ? » Un peu prise de tête parfois, mais édifiant quant à la démarche artistique de l’auteur et, en creux, de tout artiste voulant laisser une trace.

➤ « Otto, l’homme réécrit », Delcourt, 19,50 €

 

12/12/2016

BD : Le garagiste mène l’enquête

robert sax, rodolphe, alloing, drac, delcourt, belgique

Bruxelles dans les années 50. Une chanteuse de cabaret, en rentrant tard chez elle, est abattue d’une balle dans le cœur. A la lecture du fait divers, Robert Sax, garagiste, est bouleversé. Il y a quelques années, sa jeune épouse a été assassinée de la même façon. Il délaisse l’atelier pour se lancer dans une enquête mouvementée où le trafic de drogue, déjà, conditionne les guerres entre gangs. Ce polar, plein de nostalgie, tel un bon Simenon, nous balade d’une piste à l’autre. Rodolphe est au scénario, Alloing au dessin. Ce dernier, dans une ligne claire élégante, est un vieux routier de la BD. Il a nombre d’albums Bayard à son acti comme Marion Duval ou les Moineaux.

➤ « Robert Sax » (tome 2), Delcourt, 14,50 € 

 

28/11/2016

BD : Femme parfaite virtuelle

alex ada,luna,vaughn,delcourt,robot

 

Dans un futur proche, la vie quotidienne est rythmée par l’omniprésence des robots. Des humanoïdes plus vrais que nature qui servent à tout. Alex, le personnage principal de cette série de comics écrite par Sarah Vaughn et dessinée par Jonathan Luna, solitaire et introverti, a des difficultés pour s’intégrer. Sa grand-mère, riche et audacieuse, décide de lui offrit un X5, robot dernière génération totalement dévoué à son propriétaire. Un robot féminin en l’occurrence qu’Alex baptise Ada. Mais cette dernière est totalement dépourvue de personnalité. Son maître va s’aventurer dans les arcanes des réseaux de hackers pour « réveiller » sa conscience, pour la rendre indépendante, au risque de la perdre. Il y a un peu de « Her » dans cette BD très moderne, avec un peu de « Mr Robot » et un soupçon de « Blade Runner ». Le résultat est passionnant et donne envie de découvrir vite (parution en 2017) les deux autres tomes de la trilogie.

➤ « Alex + Ada » (tome 1), Delcourt, 15,50 €

 

 

10:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alex ada, luna, vaughn, delcourt, robot