23/12/2015

Un patrimoine cinématographique à redécouvrir

Restaurations remarquables de chefs-d'œuvre du cinéma français.

christian-Jaque, le vigan, disparus, pathé, goupi, pere noel, véryLe cinéma, heureusement, ne se résume pas à des blockbusters. Inventé en France, il a longtemps permis à des artistes de s'exprimer simplement, avec leur cœur et leur âme. Pathé, fort d'un catalogue grandiose, s'est lancé dans la restauration de quelques œuvres légendaires de la production hexagonale. Cinq titres viennent d'être dévoilés, trois des années 40, deux autres plus récents avec Alain Delon en vedette. "Les disparus de Saint-Agil", "L'assassinat du Père Noël" et "Goupi mains rouges" ont pour point commun qu'il s'agit de l'adaptation de romans de Pierre Véry. L'écrivain français, spécialiste du genre fantastico-policier, a mis sa plume au service des meilleurs cinéastes de l'époque.

Christian-Jaque signe peut-être son chef-d'œuvre avec "Les disparus de Saint-Agil". Une histoire palpitante, une bande de gosses d'une rare spontanéité (dont Mouloudji à la voix trainante et dans des rôles de figuration Aznavour et Reggiani) et deux stars de l'époque : Michel Simon et Erich Von Stroheim. Dans ce pensionnat pour garçons, les trois membres de la société secrète des "Chiche-capons" complotent. Leur but : aller en Amérique. Mais en pleine nuit, dans la salle de sciences naturelles, un homme mystérieux apparaît dans l'ombre d'un squelette. Dans les bonus, en plus d'un reportage très complet sur le processus de restauration, Noël Véry, fils du scénariste, mène plusieurs entretiens avec des spécialistes de la littérature populaire, Pierre Tchernia et Robert Rollis dont c'était le premier rôle.

Occupation

Réalisé en pleine occupation allemande, "L'assassinat du Père Noël" est le premier film produit par la Continental, la société française voulue par Goebbels. Toujours Christian-Jaque à la réalisation sur une histoire de Pierre Véry, mais avec Harry Baur en vedette. Entre conte et intrigue policière, l'histoire se déroule aux alentours de Noël, dans un village de montagne isolé par de fortes chutes de neige. Superbes images et décors dignes de la Belle et la Bête rattrapent ce film un peu suranné.

christian-Jaque, le vigan, disparus, pathé, goupi, pere noel, véry"Goupi mains rouges" de Jacques Becker est une satire du monde paysan. Tourné vers la fin de la guerre, il met en vedette Fernand Ledoux mais surtout Robert Le Vigan. Ce spécialiste des seconds rôles (il est également à l'affiche des deux précédents films) interprète Goupi Tonkin, un colon nostalgique de l'Indochine à l'esprit dérangé. Robert Le Vigan, certainement un des plus grands acteurs français du XXe siècle. Sa carrière a cependant été brève. Promis au plus bel avenir, il a fait les mauvais choix durant l'Occupation. Non seulement il a accepté de tourner pour les Allemands, mais il a participé à nombre d'émissions de Radio Paris au cours desquelles il a déversé son fiel antisémite. Il fuit en Allemagne après le débarquement puis il est capturé et jugé. Condamné à dix ans de travaux forcés, il rejoindra l'Argentine au milieu des années 50 où il vivra pauvrement jusqu'à sa mort dans la misère en 1972. Ces trois films permettent de le redécouvrir dans toute sa démesure, notamment quand il est face à Michel Simon dans les "Disparus" où il livre une composition inquiétante et glaciale.

"Les Disparus de Saint-Agil", "L'assassinat du Père Noël" et "Goupi Mains rouges", Pathé, 19,99 euros chaque coffret DVD + blu-ray.

 

14/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Lost, au-delà du réel

lost, boeing, malaysia airlines, disparus, digital globeLa disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines a tout du feuilleton haletant. Et le grand amateur de séries télé que je suis n'a pu s'empêcher de penser, dès le premier jour, à une certaine similitude avec « Lost ». Tant que les autorités n'auront pas trouvé des débris de l'avion, l'espoir demeurera.

Plus les recherches sont vaines, plus j'imagine une partie des 239 passagers sur une île perdue en pleine mer de Chine tels des Robinson des temps modernes. Pour ceux qui auraient raté l'intrigue du phénomène télévisuel du début des années 2000, petit rappel des grandes lignes. Un avion, reliant l'Australie à la Californie, s'égare au-dessus du Pacifique. Il est pris dans un champ électro-magnétique et coupé en deux. Deux groupes de rescapés tentent de survivre sur une île occupée par les « Autres », peu hospitaliers.

Si dans la première saison l'avion se crashe, dans la sixième et ultime, un autre avion parvient à se poser sur l'île. Sans vous en dévoiler la véritable fin, il parvient même à redécoller pour rejoindre la civilisation. Qui sait, le vol MH370 peut réapparaître, comme par enchantement.

En attendant, toute une armada de navires et une escadrille d'avions ratissent la zone. Même les internautes sont sollicités. Ils peuvent scruter les images satellites récentes et signaler toute anomalie à la société Digital Globe. L'absence de résultat contribue à renforcer toutes les hypothèses farfelues et « complotistes ». Lost, d'histoire de science-fiction un peu tirée par les cheveux, en devient presque une œuvre prophétique un peu plus culte encore.

Chronique "De choses et d'autres" parue ce vendredi en dernière page de l'Indépendant.