30/04/2017

BD : Petite fille deviendra grande geisha

 


Le Japon a lui aussi connu sa révolution culturelle. Moins brutale que dans la Chine de Mao, mais aux conséquences radicales pour toute une partie de la population. Pas de revirement politique, mais simplement une modernisation de la vie quotidienne impliquant l’abandon de traditions séculaires. L’histoire de Setsuko Tsuda, petite fille de 8 ans, débute en 1912. Son père, samouraï déchu, quitte la campagne pour la grande ville. Là, incapable de nourrir sa famille, il vend Setsuko à une maison de geisha. La gamine au visage disgracieux et aux allures sauvages deviendra Kitsune, la renarde. Utilisée comme bonne à tout faire les premières années, elle va révéler un don pour le shamisen, cet instrument de musique typique. La première partie raconte sa dure vie dans un milieu où les femmes ne sont que des jouets pour les hommes. Le dessin en noir et blanc de Christian Durieux (sur un scénario de Perrissin) rend cette œuvre aussi délicate qu’un air joué sur cette guitare si particulière.
➤ « Geisha ou le jeu du shamisen » (tome 1), Futuropolis, 19 €

12/01/2016

BD : Les heureux hommes de Durieux

 

gens honnêtes, durieux, gibrat, dupuis, aire libre

Quatrième et ultime partie de la vie de ces “gens honnêtes” imaginés par Gibrat et dessinés par Durieux. Au début, un homme au chômage se reconvertissait en se lançant dans la coiffure dans les TGV. Exactement sur la ligne Bordeaux Paris. Cela lui permet de faire la connaissance d’un libraire qui lui lègue son fonds de commerce en Gironde. Philippe vit donc de la revente de quelques livres rares, dans cette boutique installée dans une petite commune du Bordelais. Philippe, un honnête homme mais au parcours compliqué. Marié, séparé, il a bien des difficultés à communiquer avec son fils, adolescent. Et puis il a la mauvaise idée de tomber amoureux. Lui le “vieux”, d’une jeunette qui a la bougeotte. Un peu comme dans un feuilleton au long cours, on a un grand plaisir à retrouver tous ces personnages, comme pour s’immerger dans leur vie, petite, pas très palpitante, mais tellement vraie. Philippe se languit depuis le départ de Camille. Il tente de se consoler dans les bras de l’opposante municipale écologiste. Mais le cœur n’y est pas. Il a lui aussi des envies de voyage. Notamment depuis qu’il a découvert les photos de Nadar dans le grenier de son ami maçon. Cap à l’Est ? Ou retour à Paris... À moins que la météo ne vienne contrecarrer tous ces beaux projets. Finement dessinées par Durieux, ces tranches de vie font du bien au lecteur. Parce qu’il n’y pas dans la BD que des aventures tumultueuses de Vikings ou de milliardaires beaux gosses. Parfois un ancien, dégarni et le nez cassé a plus de charisme que tous les héros bodybuildés du 9e art.

« Les gens honnêtes », Dupuis, 15,50 euros

 

 

14/06/2014

BD : Marcheur fou

 

captivé, dadas, tissié, dabitch, durieux, futuropolis

Albert Dadas, Bordelais, a véritablement existe. C'est son histoire, et celle de son psychiatre Philippe Tissié, que raconte Christophe Dabitch dans ce roman graphique dessiné par Christian Durieux. Albert est atteint d'un étrange trouble psychiatrique. Il explique : « Tout d'un coup, j'ai très chaud, j'ai des suées, j'ai mal à la tête. Il faut absolument que je marche. Et après je ne me souviens de rien. » Mais quand il dit marcher, ce sont des centaines de kilomètres qu'il peut avaler en quelques jours. Ses délires lui feront traverser toute l'Europe, de Paris à Moscou en passant par Berlin et Constantinople. Tissié parviendra à presque le guérir grâce à une nouvelle technique : l'hypnose. « Le captivé », terme inventé par le jeune médecin, raconte les errances d'Albert, les doutes de Tissié et l'accueil de cette nouvelle technique de soin par les confrères. Une BD très documentée, quasiment pédagogique mais profondément humaine aussi.  

 

« Le captivé », Futuropolis, 19 €

 

13/04/2014

BD : les vignes et les livres des Gens Honnêtes de Gibrat et Durieux

 

gens honnêtes, gibrat, durieux, bordeaux, vin, dupuis, aire libre

En plein vignoble du Bordelais, une petite librairie vivote. Elle est tenue par Philippe Manche. Ce presque sexagénaire, ancien commercial, passé par la petite entreprise (coiffeur dans les TGV, thème du premier tome de la série), file le parfait amour à distance avec Camille. Mais comme la vie est souvent un gros tas de crottin, la belle le plaque temporairement pour se lancer dans un tour du monde. Seul (si l'on excepte sa mère, veuve qui vient de s'amouracher du maire du village), il déprime sérieux. Heureusement il peut compter sur Isabelle, l'opposante rebelle au notable, pour le distraire de son spleen et à Ducousso, un maçon taciturne qui aime qu'on lui fasse la lecture. Ce troisième tome du feuilleton écrit par Gibrat et dessiné par Durieux est d'une finesse étonnante. Personnages forts et entiers, petits secrets, rebondissements : tout y est pour transformer ces « Gens honnêtes » en vedettes d'une saga attachante.

 

« Les gens honnêtes » (tome 3), Dupuis, 15,50 €

 

03/10/2010

Coiffeur et rêveur

Gens honnetes 2.JPG

Chronique sociale de notre époque, « Les gens honnêtes » est l'exemple type de ces BD sans prétention qui vous laissent longtemps rêveur et ragaillardi une fois terminée. Philippe, au chômage, abandonné par sa femme, se laisse vivre au gré des rencontres. Un libraire amateur de bon vin, une serveuse au bar du TGV... il va tenter de se relancer dans la vie active. Pourquoi ne pas utiliser le temps du trajet en train entre Paris et Bordeaux pour coiffer les passagers. Il ouvre son salon nomade et après des débuts difficiles, remporte un beau succès. Cette BD, entre Paris et Bordeaux avec des escales à Sauternes, est écrite par Gibrat. Durieux, au trait réaliste élégant et sans effet, donne encore plus de vie à ces gens honnêtes et surtout attachants.

« Les gens honnêtes » (tome 2), Dupuis, 14,50 €

21/09/2009

Fin de vie

appelle-moi Ferdinand.jpgCadre moyen menant une vie anodine, Oscar est en train de changer. Il semble ne plus supporter sa femme (qui le trompe), ses deux filles (qui l'ignorent) et son père (artiste qui se moque de sa médiocrité). Oscar change car il vient d'apprendre qu'il a un cancer. Il n'a plus que quelques mois à vivre. Il va tenter de rattraper le temps perdu. Il va méthodiquement faire ce qu'il n'a jamais osé réaliser dans sa vie raisonnable. Voiture de sport, escort girl, opéra, vol à l'étalage. Il transgresse au maximum et décide même de régler ses comptes avec son père. Ce récit de Bourhis et Conty est dessiné par Durieux. Un trait réaliste épuré amplifiant l'impression de sentiments bruts, sans fioritures ni concession.

« Appelle-moi Ferdinand », Futuropolis, 16 €

06:57 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : durieux, bourhis, conty, futuropolis

07/09/2008

Minuscules vies



Philippe a 53 ans. Ce père de famille reçoit un vélo tout terrain pour son anniversaire. Et un coup de fil de sa boite. Il est viré. Victime de la mondialisation et des pratiques peu orthodoxes de son patron. Rapidement il se retrouve à la rue sans indemnité ni chômage. Il va sombrer dans la dépression et l'alcoolisme. Mais avec l'aide d'un ami toubib, il va trouver l'occasion de rebondir. Pour une fois il ne sera pas du côté des gens honnêtes... Gibrat a signé un scénario sensible et ancré dans la triste réalité de notre pays. Il l'a confié à Durieux qui, avec simplicité et élégance, fait vivre ces personnages attachants dans lesquels on peut si facilement se reconnaître.
« Les gens honnêtes » (tome 1), Dupuis, 14 € (Il existe une édition limitée avec un cahier graphique supplémentaire en fin de volume à 18 €)


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Gibrat, Durieux, Dupuis