09/02/2017

De choses et d'autres : faire et défaire c’est toujours travailler

penelope,fillon,emploi fictif,présidentielle

 

L’affaire Fillon et le supposé emploi fictif de son épouse fait gamberger la mienne. Férue de Grèce antique, pour elle «la Pénélope d’Ulysse défaisait la nuit ce qu’elle tissait le jour. La Penelope de Fillon se contente de faire tapisserie. Tandis que François s’emberlificote dans un tissu de mensonges.» On peut aussi imaginer une autre interprétation.

Faire et défaire, c’est toujours travailler. Même si au petit matin, toute trace du labeur de la veille a disparu. Et c’est bien le problème. Des années et des années de labeur, mais plus le moindre dossier, email ou agenda des rendez-vous. Comme si elle utilisait, tel dans un mauvais film de série Z, un effaceur de mémoire. La journée elle participe à une réunion sur un futur projet de loi défendu par son mari. À la fin, armée de son flasheur à la Men In Black, elle presse le bouton et «pfuit», tout le monde l’oublie. Sauf le comptable bien évidemment, qui chaque mois transférait le salaire bien effectif selon les dires du mari. Un flasheur testé sur elle-même et qui lui a occasionné un trou noir juste avant l’interview accordée à un journal anglais au cours de laquelle elle regrette ne pas travailler et avoue s’ennuyer dans son statut peu valorisant de femme au foyer. Après le coup d’état institutionnel et le complot médiatique, «Men In Black» sera peut-être la nouvelle explication fournie par le candidat de la droite pour laver son honneur. Pas forcément la moins crédible.