22/08/2017

Rentrée littéraire : Une famille française face à l’Histoire dans "Taba-Taba" de Patrick Deville

 


Voyage dans l’Histoire de France. Le nouveau roman de Patrick Deville, écrivain-voyageur, est une vaste photographie de la vie politique du pays de la fin du XIXe siècle à nos jours. Mais pour parler de l’universel, il a fait le choix de ne le faire que par l’entremise de sa propre famille. Des colonies aux tranchées de 14-18, de l’éducation pour tous aux attentats de 2015 en passant par la Résistance, les Deville étaient toujours présents, acteurs ou spectateurs, mais à la vie façonnée, modifiée ou bouleversée par ces événements.
Il y a l’arbre généalogique synthétique, impersonnel et le roman, chaleureux et édifiant. Le choix est vite fait pour Patrick Deville. Il débute son récit dans un ancien lazaret devenu hôpital psychiatrique. Un gamin, boiteux, y côtoie un ancien marin répétant sans cesse «Taba, Taba ». Ce gamin c’est l’auteur qui va y revoir l’arrivée de son arrière-grand-mère, en provenance d’Égypte, plus d’un siècle auparavant. Elle rencontre un homme qui deviendra instituteur, de ceux qui recrutés par Jules Ferry formeront la fameuse armée pacifique des « hussards noirs ».
■ De Bram à Sorèze
L’auteur, au volant de sa voiture, entreprend un long voyage pèlerinage sur les différents lieux de vie de ses ancêtres. Une voiture qui joue un rôle dans le roman, « j’observais en bas dans la cour la Passat - le Passé en catalan mais l’Alizé en allemand - comme un animal gris métallisé dont ma vie dépendait. » Son récit familial l’entraîne dans la banlieue parisienne, les champs de bataille de Verdun.
Et puis, en 1941, cap au sud. Les Allemands déferlent sur la France. La famille Deville fuit. « On leur avait dit qu’ils devaient descendre à Brame. Ils avaient entendu Brame. Ils avaient découvert dans la gare minuscule l’absence du e final. Ils sont à Bram, dans le département de l’Aude. » La ville de l’époque est décrite par le père de l’auteur. Lui y retourne de nos jours et en dresse un portrait contrasté. C’est le sud, mais la cité est à l’agonie. Uniquement tourné vers le passé, le rugby des Spanghero et des Rancoule. Ensuite ce sera le maquis dans le Lot. Un tour de France qui s’achève à Saint-Nazaire, dans ce lazaret devenu asile, après une longue parenthèse à Sorèze dans la Montagne noire.
Le roman offre le triple intérêt de raconter la vie d’une famille, de la replacer dans le contexte historique et surtout de découvrir ce que sont devenus ces lieux aujourd’hui. Une vision souvent teintée de nostalgie par un auteur qui a la capacité de voir au-delà des apparences et de découvrir des histoires derrière une lettre, un objet ou une simple façade décrépie. 
➤ « Taba-Taba » de Patrick Deville, Seuil, 20 €


14/05/2017

Livres de poche : Et si on essayait de rire maintenant ?

 


Ces 3 000 anecdotes, histoires drôles et mots d’esprit de l’humour juif ont été recueillis par Victor Malka, fervent partisan de l’autodérision mais aussi spécialiste d’histoire de la civilisation hébraïque. Aussi hilarant que cinglant, ce florilège n’épargne rien ni personne, des mères juives aux relations pères-fils, en passant par la vie de couple, l’argent ou encore les bar-mitsva.
➤ « Le dico de l’humour juif », Points, 7,40 €



Nouvelle fournée de ces livres signés Hazeley et Morris. Ils nous présentent les mondes merveilleux du bobo, de la femme au foyer et du premier rendez-vous. Second degré à tous les étages. Sur de gentilles gravures tirées de livres éducatifs des années 50, ils brossent une satire au vitriol de notre société moderne. A lire avec modé- ration, risque de fou-rires intempestifs.
➤ « Le monde merveilleux du bobo », 10/18, 6,50 € chaque volume (en vente le 18 mai)



Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, leurs fils, Matthieu, éternel adolescent ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles insupportables ! Satire familiale savoureuse par Aurélie Valognes.
➤ « En voiture, Simone ! », Le Livre de Poche, 7,10 €

11/08/2016

Cinéma : Quand les enfants prennent leur famille en main

famille, divorce, tagbo, gayet, neuvic, depardieu

Et si les enfants étaient parfois plus sérieux et responsables que les parents ? Ce concept est à la base de "C'est quoi cette famille ?" de Gabriel Julien-Laferrière.

Famille recomposée, je vous hais. Du moins les parents qui ont de véritables tableaux de service pour savoir qui garde qui. Les enfants, ballottés d'un père à une belle-mère sans oublier les grands-parents se retrouvent quasiment sans domicile fixe. Cela arrive désormais à plus de la moitié des petits Français tant le divorce et le remariage sont entrés dans les mœurs de ces adultes peu responsables. Bastien, 13 ans, est l'exemple extrême. Il se retrouve au centre d'une immense famille recomposée avec pas moins de six demi-frères et sœurs et huit parents. Une véritable tribu qui se croise, vit quelques soirées ensemble, n'a pas le temps de partager quoi que ce soit avant que la garde change, les habitudes aussi. Il a l'impression d'être une tortue, avec toute sa vie contenue dans son petit sac à dos. Il en a marre. Pour l'instant il vit avec sa mère Sophie (Julie Gayet) et son beau-père actuel Hugo (Lucien Jean-Baptiste). Mais il sent qu'il y a de l'eau dans le gaz entre ces deux-là, malgré la naissance d'un adorable petit garçon cinq ans auparavant.

L'appartement des enfants

Redoutant un nouveau divorce (et donc obligatoirement un nouveau mariage dans peu de temps), il va tout faire pour que les choses changent. Son idée : tous les enfants habiteront dans un immense appartement. En permanence. Ensuite ce sont aux différents parents à assurer un tour de garde pour qu'ils ne vivent pas complètement seuls, même si cette première hypothèse a la préférence des plus âgés de la fratrie. Le spectateur craint que l'idée de base ne s'essouffle rapidement. Mais c'est sans compter avec le talent de Gabriel Julien-Laferrière qui, en plus de parfaitement diriger les enfants, sait faire jouer les ressorts de la comédie chez les adultes. Son casting pour l'occasion est assez malin. Julie Gayet, la plus "normale" du lot, joue les équilibristes entre ses deux ex, Philippe (Thierry Neuvic) et Claude (Philippe Katerine). Sans compter sur la dépression de sa sœur, Agnès (Julie Depardieu) qui se mélange à la tribu par défaut. Rajoutez un papa geek (Arié Elmaleh) et une grand-mère foldingue et légèrement nymphomane (Chantal Ladesou) et vous avez une succession de situations toutes plus hilarantes les unes que les autres. Avec en plus, un final en musique qui n'est pas sans rappeler un peu "La famille Bélier". Une comédie pour toutes les générations, que l'on soit une famille recomposée ou pas.

________________

Claudia Tagbo, un humour irrésistible

Parmi les six parents de la famille recomposée du film de Gabriel Julien-Laferrière, Claudia Tagbo  endosse le rôle de la mère excessivement possessive.

famille, divorce, tagbo, gayet, neuvic, depardieuAvec Hugo (père du jeune narrateur Bastien), elle a conçu dans sa jeunesse Eliot, devenu grand ado un peu trop sérieux. La faute à sa mère qui le couve comme un poussin à peine éclôt. La comédienne, repérée dans le Jamel Comedy Show, donne de sa personne pour rendre cette caricature de mère totalement irrésistible. Autant elle est sèche et presque méchante avec les autres adultes (et en plus horriblement jalouse des années après sa rupture avec Hugo), autant elle est prête à tous les sacrifices pour son fils qui lui ne demande qu'à s'émanciper.

Son bagout, son accent africain exagéré, ses tenues : tout n'est que caricature et c'est bien la force de cette actrice qui n'en a que faire de son "image". Elle veut avant tout faire rire. Et ça marche à tous les coups. Claudia Tagbo que l'on retrouve d'ailleurs dans une autre sortie de la semaine puisqu'elle prête sa voix à une des chasseuses de fantômes du remake de "SOS fantômes".

07/03/2016

L'overdose de déchets au quotidien

 

dechets,pichon,famille,zéro,souccar

N'en jetez plus. Nos poubelles débordent. L'objectif "zéro déchet" semble compliqué, mais pas impossible. La preuve avec ces exemples de la vie quotidienne.

Un pot de yaourt. Un simple pot de yaourt. S'il faut un exemple précis et concret pour comprendre l'enjeu de la réduction des déchets il suffit de réfléchir une minute, le temps de manger son yaourt. Rien de plus simple que de fabriquer un yaourt. Du lait, un peu de ferment et le tour est joué. Pourquoi alors ne pas le faire chez soi ? Comme si on achetait le café déjà passé... On déguste son laitage, puis on jette le pot à la poubelle. "Un yaourt est mangé en quelques secondes, explique Jérémie Pichon, mais le pot en plastique mettra plusieurs siècles à disparaître de la nature." Notre problème de déchet provient essentiellement du suremballage. Certes on a bonne conscience en recyclant dans la poubelle jaune papiers, cartons et bouteilles en plastique. Mais il ne s'agit pas d'une chaîne sans fin. Le plastique ne peut être recyclé plusieurs fois. Contrairement au verre à la vie éternelle. Et surtout la transformation coûte cher et provoque de nouvelles pollutions. Sans compter le gaspillage d'énergie, "pas très cohérent à l'époque du changement climatique" fait remarquer Jérémie Pichon.

Vrac et fait maison

Avant de s'engager dans une démarche "zéro déchet", il est impératif de dire mollo sur le recyclage. Une solution non durable, contrairement à l'idée répandue. Un mieux certes, mais pas la panacée. On peut facilement bannir de son quotidien nombre de déchets totalement inutiles. Arrêtez de craquer pour ces chips dans des paquets de plastique renforcé en alu, impossibles à recycler. Il est tellement plus simple de manger des crudités ou un bon fuet autour de l'apéro... Pour les enfants, les industriels ont imaginé les goûters emballés individuellement. En plus de la boîte, vous achetez également le plastique autour de la friandise gorgée de produits chimiques et de colorants. Ne vaut-il pas mieux préparer des gâteaux à la maison et les mettre dans une boîte lavable ? De même, cessez de manger ces sandwiches triangle où rien ne semble naturel. Le pain comme la garniture. D'autant que ce qui coûte le plus cher au fabricant reste l'emballage. Le fait maison, bio si possible, est quand même mille fois plus savoureux. Mais comme le fait remarquer un passage du guide "Famille zéro déchet", il faut faire attention à tout car "le bio sous plastique de Pologne (...) est une connerie sans nom". Certains bobos, en croyant bien faire, font pire que les plus gros pollueurs. Alors si vous avez un minimum de conscience écologique, accomplissez ce premier effort, le plus simple souvent. Changez vos habitudes alimentaires, évitez les emballages et les produits industriels, favorisez les circuits courts et les commerces locaux. Non seulement la planète et les générations futures vous en sauront gré, mais vous y gagnerez, tant au niveau financier que de votre santé.

_____________________

TROIS QUESTIONS À JÉRÉMIE PICHON

Auteur du livre 'Famille presque zéro déchet, ze guide', Jérémie Pichon s'affirme militant associatif et travaille depuis 15 ans pour des ONG environnementales. Il raconte le passage au zéro déchet dans sa famille. Un guide instructif et distrayant, illustré par son épouse, Bénédicte Moret alias Bloutouf.

Quel a été le déclic pour passer au zéro déchet ?

Au début des années 2000, on ramassait les déchets sur les plages avec l'association Surfrider, puis on a créé la même chose sur les montagnes. On ramassait les déchets un peu partout : des mégots, des emballages de barres alimentaires, qu'on retrouvait dans la nature, dans le cycle de l'eau, avalé par les vaches dans les pâturages ou par les poissons dans les océans. Le démarrage il vient de là. En constatant qu'on surconsommait des produits suremballés, à un moment donné une grande partie se retrouvait dans l'écosystème. En 2014 on pensait faire bien mais on avait toujours une poubelle qui finissait dans les incinérateurs. Alors on a décidé de la vider dans le jardin sur une bâche et on a regardé précisément ce qu'on avait dedans. C'est le premier article du blog qui est devenu depuis ce livre. Le suremballage n'est cependant que la partie émergée de l'iceberg. Il prend énormément de place dans votre chariot et votre poubelle. On nous vend des produits pas très bon pour notre santé dont on peut se passer simplement en décidant de ne pas les acheter. Il faut consommer différemment, adopter un mode de vie avec une logique plus lente. Éviter le gaspillage tout simplement.

Pour passer au zéro déchet, par quoi faut-il débuter ?

Il faut d'abord avoir envie de le faire. Le plus simple est de commencer par un compost. Un tiers de votre poubelle est de matière organique. Même quand on habite en collectif on peut avoir des composts au bas des immeubles. Les collectivités, de plus en plus, prennent le relais. Pour les courses, il faut supprimer le maximum d'emballage, privilégier le vrac et se détourner des grandes surfaces. Utiliser cabas, sacs en tissus et des Tupperware® ou des bocaux pour aller acheter son fromage chez le fromager ou sa viande chez le boucher. C'est assez simple, il suffit d'y penser et d'avoir son petit kit course dans la voiture. Mais une fois qu'on est dans la logique, c'est le premier pas qui compte. Et même vos commerçants vous remercieront car pour eux aussi c'est une économie, ça leur coûte d'acheter des petites barquettes en plastique.

Cette démarche du zéro déchet n'est-elle pas un peu trop radicale ?

Quand on est militant écologiste, à un moment il faut être cohérent, ne pas continuer à alimenter le système alors qu'on a conscience qu'il nous ruine la vie et la santé. On se pose les bonnes questions et on devrait tous le faire. Si tout le monde en faisait un tout petit peu, on limiterait la casse.

 

 

02/05/2015

BD : "Dad", les Filles à papa de Nob

 

Dad, nob, famille, spirou, dupuis

Nob a longtemps été un pilier de « Tchô », le défunt magazine de Titeuf. Il y a animé les séries « Mon ami Grompf » et surtout « Mamette », adorable mamie pleine de tendresse. Il fait une première infidélité aux éditions Glénat pour rejoindre Dupuis. Cela permet à son nouveau personnage, Dad, d'être prépublié dans les pages de Spirou. Des gags qui ont rapidement fait mouche et logiquement ils sont repris dans un recueil qui devrait toucher un large public. Dad c'est un acteur, ancien jeune premier cantonné depuis quelques années dans les publicités ringardes. Ce grand nonchalant séduit facilement. Il a ainsi eu plusieurs aventures. Toutes conclues par la naissance d'une fille. Résultat il doit, en plus de gérer sa carrière, assurer l'éducation de quatre sœurs toutes très différentes. Panda, l'aînée, un peu gothique, est une étudiante bosseuse et ambitieuse, comme sa mère, maire de la ville... Ondine, la suivante, en pleine adolescence, est aussi romantique que ses cheveux sont roses. Roxane, passionnée de jeux vidéo, est de loin la plus turbulente. Enfin Bébérénice vient compléter la smala. Encore au biberon, cette adorable métisse a la chance d'avoir un papa aimant et trois grandes sœurs qui jouent, à tour de rôle, les mamans de substitution. C'est tendre, bien vu et souvent hilarant. De loin la nouveauté la plus rafraîchissante de cette année 2015.

 

« Dad » (tome 1), Dupuis, 9,90 €

 

18:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dad, nob, famille, spirou, dupuis

31/05/2014

Cinéma : Chacun cherche sa famille dans "Les drôles de poissons-chats"

Emouvante histoire que celles des « Drôles de poissons-chats » de Claudia Sainte-Luce.

claudia, sainte-Luce, mexique, poissons-chats, famille, ayala, Lisa Owen

Seule. Désespérément seule. Claudia (Ximena Ayala), la petite vingtaine, vit dans un garage transformé en chambre. Elle a un travail, démonstratrice dans un supermarché, mais pas de vie sociale. Cette orpheline a appris à se débrouiller très jeune. Pas de famille. Ni d'amis. Un soir, en rentrant pliée en deux par la douleur, elle tente de faire passer le mal avec quelques comprimés. Mais finalement elle se résout à consulter les urgences. C'est dans la promiscuité de ce service débordé (l'action se déroule dans une grande ville du Mexique) que sa vie bascule. Derrière le mince rideau de séparation, elle entend les discussions autour de Martha (Lisa Owen). La mère de trois filles et un garçon, visiblement habitués à l'hôpital. Martha, si faible qu'elle ne peut plus se lever, a cependant la force pour tourner la tête vers sa voisine et tirer un peu le rideau. Martha, mère courage, foncièrement optimiste malgré la maladie qui la ronge, ouverte et chaleureuse. Elle engage la conversation avec Claudia qui elle, doit simplement se faire opérer de l'appendicite. Claudia, peut-être à cause de la douleur ou plus simplement car on ne peut pas vivre éternellement barricadée dans sa solitude, se confie un peu à Martha.

 

 

Et comme si Martha n'en avait pas assez avec sa tribu turbulente, elle décide de prendre sous son aile protectrice cette jolie fille aux airs d'oiseau tombé du nid.

 

Chat sauvage

Le film de Claudia Sainte-Luce, de grave au début, se transforme en un tourbillon de vie dès qu'il entre dans la maison de Martha. Claudia, au sortir de son opération, est invitée à déjeuner. Elle se cale dans un coin et observe ces enfants bouillonnants. Alejandra, l'aîné, tente de concilier travail, éducation de ses frères et sœurs et quête du grand amour. Wendy, exubérante, mange comme quatre et déprime dans son corps trop gras. Mariana, belle et élancée, rêve devant les vedettes de la téléréalité. Armando, le petit dernier, est préposé à la lessive. Normal, malgré ses dix ans il mouille ses draps toutes les nuits. Claudia va se faire apprivoiser par Martha. Puis la jeune femme, telle une pièce manquante à un puzzle pourtant évident, va devenir essentielle dans l'équilibre de cette famille.

La réalisatrice a puisé dans ses souvenirs personnels pour raconter cette rencontre miraculeuse à plus d'un titre. Par petites touches elle va montrer l'évolution de Claudia de chat sauvage en animal domestique dévoué. Un récit universel de la vie familiale, naturelle ou rapportée. Un formidable message d'espoir au final particulièrement émouvant.

Michel Litout

 

 

 

15/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ode politique à Balkany sur un air de Goldman

goldman, famille, balkany, youtube, avocats, militants, municipales, levallois-perret

Jean-Jacques Goldman n'est pas du genre à se laisser récupérer politiquement. Engagé auprès des Restos du cœur depuis toujours, il a dû s'étouffer en entendant les membres du comité de soutien à Patrick Balkany, maire sortant de Levallois-Perret, candidat à sa réélection, entonner le refrain d'un clip à sa gloire. Lesquels ont légèrement modifié les paroles de la chanson « Tu es de ma famille ». Jean-Jacques Goldman a obtenu le retrait de la vidéo des plateformes de streaming. Une victoire salutaire, pas forcément sur le plan politique mais surtout acoustique. Les militants UMP chantent effectivement comme des casseroles. Ce qui ne détonne pas tellement dans le paysage de Levallois-Perret, connaissant la batterie de cuisine que le couple (Patrick et Isabelle) traîne derrière lui depuis 1995. A la base, ce clip était « une surprise » des militants pour les Balkany et seulement pour eux. C'était sans compter sur les fuites inévitables. Parmi les couplets, tous dignes d'une chanson de propagande pro gouvernementale en Corée du Nord, on relève ce passage : « Tu as l'âme d'un conquérant (…) On baissera jamais les bras et tu tomberas pas, parce qu'on a trop besoin de toi. »

Mettre la campagne en musique, mieux vaut le laisser aux professionnels. Les chansonniers par exemple, qui ont certainement en stock deux versions des « Petites femmes de Pigalle » de Serge Lama, l'une avec Hidalgo et l'autre avec NKM. Quant à Sarkozy, pas candidat (pas encore exactement...), il fera son retour sur la mélodie du « Téléphone pleure» de Claude François.

En bonus, la seule et bonne version de cette chanson de Jean-Jacques Goldman.

10/04/2013

Chronique : Familles hétéroclites

 

famille,mariage pour tous,tolérance,photo

Le débat sur le mariage pour tous au Sénat donne une nouvelle occasion aux opposants de mettre en avant leur célèbre slogan « un papa, une maman : on ne ment pas aux enfants ». Beaucoup moqué sur Twitter depuis un happening un peu risible (pour ne pas être plus méchant...), cette apologie d'une « famille normale » cache en fait bien des différences. Pour s'en persuader, il suffit de parcourir un site américain et son répertoire de photos de famille excentriques. Franchement, côté traumatisme, des couples hétéros bien sous tous rapports peuvent parfois faire beaucoup de dégâts dans leur entourage.  

Que penser de ce père de famille grassouillet, posant avec son bébé dans les bras, simplement vêtus, chacun, d'une couche culotte. La maman, derrière, arbore une tunique d'ange... Cette fillette est très contente de poser contre son papa... et de sa tronçonneuse brandie telle une arme. Un homme est tellement fier des trois femmes de sa vie qu'il s'est fait tatouer dans le dos les visages de son épouse et de ses deux filles.  La photo la plus inquiétante : le couple pose avec sa fillette et une marionnette de ventriloque comme si l'assemblage de bois et de tissus faisait partie du foyer au même titre qu'une personne de chair et d'os. 

En fait, il n'existe pas de famille normale. On est obligatoirement excentrique dans le regard des « autres ». Leur norme n'est pas la nôtre.  Et inversement.  Mais le remède est tout bête : la tolérance.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.