17/03/2017

De choses et d'autres : cuisine au poste


Plus que tendance depuis quelques années, les émissions culinaires deviennent carrément incontournables. Top Chef a ouvert la voie. Toutes les autres chaînes s’y sont engouffrées. France 2, pour remplacer ses talkshow intelligents et insolents de l’après-midi dé- gaine tous les concepts possibles et imaginables autour de la bouffe. « Un chef à l’oreillette » ou « Chérie c’est moi le chef ! » tentent de remonter la pente d’une audience en berne. Mais ailleurs aussi les casseroles sont de sortie (non, je ne vais pas encore vous casser les pieds avec François Fillon). 
M6 vient de mettre à l’antenne « Ma mère cuisine mieux que la tienne ». Le principe : une mère donne des conseils à un de ses enfants pour réaliser une recette. Ce genre de programme fonctionne quand les candidats se montrent peu doués. Voire complètement nuls telle cette jeune candidate qui ne sait même pas à quoi ressemblent des pommes de terre et ignore que les oignons s’épluchent. Encore une qui doit fréquenter assidûment les fast-foods et qui est persuadée que les poissons sont tous carrés et sans arêtes. 

Lundi prochain à 11 h 45 sur M6, une famille de Perpignan se mesure à une autre d’Aix-en-Provence. Espérons que Françoise et son fils Kevin, 22 ans, donneront une meilleure image de la gastronomie catalane. On ne leur demande pas de réussir une ollada parfaite. Juste de ne pas être trop ridicule...
(Chronique parue le 17 mars en dernière page de l'Indépendant)

09:13 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cuisine, top chef, france2, m6

15/03/2017

De choses et d'autres : France 2, télé frileuse


Ça ne rigole plus sur France 2. Plus du tout même pour Mathieu Madénian et Thomas VDB. Les deux compères, présents depuis octobre dans la défunte émission de fin d’après-midi AcTualiTy, devaient continuer leur programme court tous les soirs après le journal télévisé. Une exposition maximale pour une pastille humoristique très appréciée sur internet. Et puis patatras. Au dernier moment, la direction décide de les déprogrammer. Et quand je dis au dernier moment, c’est véritablement dans l’urgence car la décision a été prise deux heures avant la première diffusion, directement par Delphine Ernotte, la présidente de France Télé- vision.
Les deux copains ne se démontent pas et publient un sketch sur Twitter, dans l’esprit de ce qu’ils font habituellement. Ils s’y étonnent que l’argument principal de leur éviction serait que la direction ignorait qu’ils parlent politique et qu’en cette période de campagne électorale, mieux vaut ne pas prendre le risque de se fâcher avec un candidat. Surtout celui ou celle qui pourrait dans six semaines se retrouver à l’Elysée, serais-je tenté d’ajouter.
À se poser des questions sur le management de la chaîne. Car la politique, Madénian et Thomas VDB l’abordent deux fois sur trois dans les 120 messages déjà diffusés à l’antenne, sans le moindre problème jusqu’à présent. Réponse sèche sur Twitter de la PDG (même si elle est agrémentée d’un smiley clin d’œil) : « Je vous dois la vérité : vous ne me faites pas rire... » Peut-être préfère-t-elle Jean Roucas et le Bébête Show ? 

04/11/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Météo et complot


Philippe Verdier, présentateur météo sur France 2, vient d'être licencié. Il devrait presque s'en féliciter tant sa mésaventure apporte une énorme publicité gratuite à son livre sur le climat. Résumé des épisodes précédents : mi-octobre, le M. Météo du service public prend des congés. Il a besoin de ce temps pour assurer la promotion de son essai Climat Investigation, brûlot destiné à dénoncer le "complot" du réchauffement planétaire. Un manifeste "climatosceptique" à quelques semaines de la conférence COP 21 à Paris.
La direction de la chaîne apprécie peu les sorties virulentes de Philippe Verdier ; il met clairement en cause la probité du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec). Il pense qu'on dramatise la situation, que le réchauffement de la Terre n'est pas aussi important que décrit, notamment en France. Convoqué en entretien préalable en vue de son licenciement, il lance une pétition sur le net pour "sauver son job". En vain.
Dernier rebondissement, mis en scène avec effet dramatique à volonté, il publie ce week-end une vidéo dans laquelle, face à la caméra, il ouvre sa lettre de licenciement et déclame, comme si la fin du monde était imminente : "J'ai décidé d'ouvrir cette lettre avec vous et devant vous parce qu'elle s'adresse à chacun au nom de la liberté d'expression et du droit à l'information."
Viré donc, mais il devait s'en douter. L'argumentaire de son livre débute par ces deux phrases : "Le climat est aujourd'hui une guerre, une religion. Tout avis contraire sera éliminé." Dont acte.


Philippe Verdier ouvre sa lettre de... par Editions_Ring

18/09/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Télé d'outre-tombe

Le groupe NRJ postule à l'obtention nouvelle fréquence sur la TNT pour lancer Nostalgie TV, déclinaison en images de la radio du même nom. Faire du neuf avec du vieux semble la grande mode en ce moment.

Semaine exemplaire avec quatre émissions en prime time entièrement consacrées au passé. Les "rétrospectives" ont commencé mardi avec un nouvel épisode du "Monument préféré des Français" sur France 2 présenté par Stéphane Bern, expert es naphtaline. Le même Bern jouera la vedette samedi soir, toujours sur France 2 pour une spéciale "Sauvons nos trésors" dans le cadre des journées du Patrimoine. La chaîne publique ne paraît pas craindre l'overdose de ruines.

Démarche quasi identique sur D8, mais au lieu de reliques en pierres, ce sont des morts qu'on porte au pinacle. Ce soir, grand retour de Jean-Luc Delarue en prime time. Pas d'humour noir dans cette affirmation, juste la présentation objective du documentaire-hommage intitulé "Jean-Luc Delarue, trois ans déjà." Et dès le lendemain rebelote, toujours sur D8, dans le genre hommage à ces stars mortes trop jeunes avec "Grégory Lemarchal, la fureur de vivre".

W9 et TMC ne sont pas en reste avec, samedi soir, le combat fratricide entre l'émission anniversaire du Top50 et le documentaire "Génération Star Academy". Peter et Sloane contre Jenifer...

À moins que ces programmes ne soient chamboulés par Guy Béart, dont l'annonce du décès est tombée au moment ou j'écrivais ces lignes.

24/04/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : La vérité des visages dans l'affaire DSK

DSK, sinclair, lie to me, visage, bunard, france2, sofitel, diallo, synergologue

Mardi soir, sur France 2, pour la première fois Anne Sinclair s'exprimait sur l'affaire DSK. « Non je n'y ai jamais cru, je ne le crois pas et je sais que ce n'est pas le cas », a-t-elle répondu à Laurent Delahousse sur le fait que son mari aurait violé Nafissatou Diallo.

L'émission a obtenu une très bonne audience, plus de 5 millions de téléspectateurs. Face à l'intervieweur, elle est revenue sur l'affaire en toute franchise, sans occulter le moindre fait. Cette confession fait déjà partie des grands moments de télévision, comme l'intervention de DSK au journal de Claire Chazal à son retour en France. Une séquence décortiquée pour le Figaro par Stephen Bunard, célèbre synergologue, discipline qui permet « d'appréhender le fonctionnement de l'esprit humain à partir de la structure de son langage corporel ». Il arrive à la conclusion qu'Anne Sinclair « veut nous convaincre de ce dont elle s'est convaincue. » Il étaye sa démonstration : « Les clignements de paupières sont plus rapides : effet du stress qui tend à remettre en cause le propos tenu ». Quand ses deux yeux s'écarquillent, elle « doute de sa capacité à susciter l'adhésion. Elle force donc l'attention de l'autre. »

La technique de Stephen Bunard fait penser à celle du héros de l'excellente série « Lie to me ». Tim Roth y interprète un médecin capable de détecter un mensonge juste en regardant le visage de son interlocuteur. Ses déductions sont souvent illustrées d'archives (Nixon avant le Watergate par exemple). Les confessions d'Anne Sinclair ou de DSK pourront y être intégrées sans problème.


Générique Lie To Me saison 2 par Mathiinho

26/12/2013

DE CHOSES ET D'AUTRES : Bêtisiers, la télé du pauvre

bêtisier, d8, tf1, france2, nrj12, arte, comique

Les fêtes de fin d'année, les cadeaux, les gueules de bois, les bonnes résolutions... le bêtisier. En quelques années ce programme télé peu coûteux est devenu l'arme fatale des programmateurs. Car comme une gastro provoquée par des huîtres pas fraîches, le bêtisier s'est propagé sur toutes les chaînes.

Mardi soir, les solitaires en manque de bûches et de cadeaux pouvaient oublier leur déprime en zappant sur France 2, D8, TF1 et NRJ12. De 20 h 30 à 2 heures du matin, il n'y en avait que pour les fous rires impétueux, les chutes, lapsus et autres gaffes en direct. Cinq heures de rires assurés.

En théorie car dans la réalité, une fois qu'on enlève les transitions laborieuses des présentateurs sur le retour, il reste tout juste quatre heures d'images. Il faut encore y retrancher les trois heures vues et revues depuis des années et qui ne font même plus sourire tant on en connaît le dénouement par cœur. Reste une heure inédite. Ou presque. Internet est souvent passé par là et certaines séquences ont déjà fait le buzz.

En fait, un bêtisier, ce sont 30 minutes de nouveautés chaque année, qui tournent en boucle sur toutes les chaînes. C'est pas cher, ne demande aucune originalité et rapporte gros. La télé du pauvre par excellence. Pour preuve, certaines chaînes de la TNT déclinent le format à l'infini en cours d'année.

Seule Arte échappe à la mode. Pourtant qu'est-ce qu'on rigolerait en entendant Alain Finkielkraut confondre Freud avec Lacan ou le chef d'orchestre Erwin Ortner laisser passer un do dièse à la place d'un ré...

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 Le grand bêtisier de D8, c'est cadeau !

20/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : Sophia se marre

sophia aram, france2, humour, audience

Impitoyables les téléspectateurs. Avant, quand une émission ne fonctionnait pas, il fallait attendre les audiences pour s'en rendre compte. Aujourd'hui, les chiffres sont quasiment connus en direct et avec les réseaux sociaux, on peut se faire une idée précise sur le succès du programme. Sophia Aram en fait les frais depuis lundi, jour de lancement de son émission « Jusqu'ici, tout va bien », à 18 h 15 sur France 2. La première tendance sur Twitter était sans équivoque : « Sophia Aram ne rame pas avec son émission, elle se noie ! » pour l'un, « Là, je suis même étonné que France 2 laisse le premier numéro de #JITVB se terminer... Ils mettent quoi demain à la place ? » surenchérit l'autre un peu expéditif. Pour l'instant, l'émission n'est pas déprogrammée. Si elle passe le cap de la première semaine, beaucoup seront déçus. La mentalité n'a pas changé depuis des siècles. Brûler quelqu'un en place publique est une occupation typiquement française. Mais ce ne serait que la seconde à passer à la trappe après des débuts laborieux. Morandini, pourtant installé sur la case depuis quelques années a fait pire en audience. En qualité, n'en parlons pas... Ce qu'on ne peut pas reprocher au talk-show de Sophia Aram. De François Berléand à Charlotte Gabris en passant par Arnaud Tsamère, la distribution est brillante. Donc, contre vents et marée l'animatrice peaufine, en direct, son émission annoncée « sans concept ». Bref, Sophia ne rame pas, Sophia se marre

04/06/2013

Chronique : Taratata, tais-toi

 

taratat,france2,nagui,juliette,twitter,facebook

France Télévisions veut faire des économies. Solution retenue : supprimer les émissions dont les audiences sont en berne. Exit « Les mots de minuit » et Taratata. Indifférence totale pour la première, lever de boucliers pour la seconde. Mobilisation éclair sur le net. Une page Facebook et surtout une pétition numérique sur change.org. En quatre jours, déjà 99 000 signatures. Plus que de téléspectateurs diront les mauvaises langues. Car l'émission de Nagui ne fait pas l'unanimité.

Quelques courageux osent émettre des réserves. Comme Juliette, la talentueuse chanteuse toulousaine. Sur son compte Twitter elle avoue son « problème existentiel : vais-je défendre la survie d'une émission qui a toujours refusé de m'inviter depuis 1995 ? »


Son seul passage, c'était à ses débuts, en tant que « révélation ». « Depuis malgré quelques disques d'or et beaucoup de concerts, mon attachée de presse a toujours essuyé des refus. Pas assez en anglais, je suppose... »

Pour beaucoup, le manque d'audience de Taratata est dû à son horaire tardif. Pour quelques uns, c'est aussi une programmation très « branchouille » qui condamne le show. Enfin, comme le remarque ce très caustique twittos : « Je suis vraiment ravi que ma redevance serve à payer les croquettes du chien de Michel Drucker. »


Et du côté de TF1 ils ont tout compris. Ils annoncent « 5 heures de direct pour fêter l'anniversaire de Johnny Hallyday » le 15 juin. D'ici là, Nagui aura peut-être signé sur la Une et paradera à la présentation...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant. 

11/03/2013

Chronique : piques épiques ou pathétiques de Véronique

 

veronique genest, caron, ruquier, ruquier, france2

Les réseaux sociaux ont une nouvelle star. Ou une tête-de-Turc. Cela dépend de son camp. Il y a les « pathétiques » et les « épiques ». Cela rime avec Véronique, Genest de son nom. L'ex-interprète de Julie Lescaut tente un retour en grâce auprès du public en passant par la case politique. Elle se présente, en tant que suppléante de Jonathan Simon Sellem (à droite, toute), sur la 8e circonscription des Français de l'étranger.

Elle commence très fort quand, en direct dans l'émission d'Alexandra Sublet, elle prononce ce lapsus d'anthologie : « Politiquement je ne me situe nulle part, je suis un étron libre. » Relevée dans l'heure sur Twitter, diffusée sur YouTube, la séquence de l'électron tourne en rond et remporte un beau succès.


Mais cet épisode est loin de déstabiliser Véronique Genest bien décidée à se montrer dans tous les médias. Elle accepte même de passer sous les fourches caudines du redoutable duo Polony-Caron samedi soir chez Ruquier. C'est ce dernier qui se charge de la mise à mort. Un véritable massacre, un « traquenard » dira Véronique Genest à la sortie de l'enregistrement. Comme souvent dans ce genre d'émission, il faut suivre l'interview les yeux rivés sur Twitter. Quelques rires ou plaisanteries adoucissent la violence de l'affrontement. Exemple cette remarque : « Très fort le sketch de Jonathan Lambert déguisé en Véronique Genest. Comment ça c’était la vrai ! »

En fait il ne s'agit que de mauvais théâtre, panem et circenses dans notre société moderne. 


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant