10/03/2017

BD : L’art de l’horreur

 

dark museum,alcante,gihef,wood,american gothic,perger


Alcante et Gihef, deux scénaristes aux multiples productions, s’unissent pour nous faire visiter leur « Dark Museum ». Une série concept, prévue en quatre tomes, basée sur la peinture. Ils ont sélectionné des tableaux célèbres et ont brodé autour des histoires sombres. Avant de s’intéresser au « Cri » de Munch (dessin de Luc Brahy), ils ouvrent le bal avec « American Gothic » de Wood. Sur cette toile, deux paysans américains figés, rigides et austères, devant une grange. L’homme plus âgé a une fourche en main. La femme, pas riante pour deux sous, se tient légèrement en retrait. Les scénaristes ont demandé à Stéphane Perger d’illustrer la vie du paysan, Lazarus Henkel. Durant les années 30, la famine menace les riches plaines américaines. Lazarus et sa fille vendent leurs dernières machines pour acheter de quoi manger. Quand cela ne suffit plus, ils trouvent une solution pour subvenir à leurs besoins. Et comme ils sont pétris de charité chrétienne, ils en font bénéficier tout le village. Le côté « dark » est parfaitement retranscrit par des dessins particulièrement expressifs dans les moments les plus terribles.
➤ « Dark Museum » (tome 1), Delcourt, 14,95 €

24/09/2016

BD : Ce cher Hubert chez les Grecs

 

oss 117,gihef,cuneo,soleil,bruce

Il est des vieux héros qu'il fait toujours bon de retrouver. Sans doute par nostalgie. Ou dérision. Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117 en fait partie. L'espion français, imaginé par Jean Bruce, repris par son épouse dans quantité de romans dits de gare (populaires est plus adapté), après le cinéma renaît de ses cendres sous forme de bande dessinée. Gihef au scénario, Andrea Cuneo au dessin, reprennent les recettes simples des romans originaux. Hubert est beau, intelligent, toujours en avance d'un coup et très séducteur. Son acolyte, Enrique Sagarra, Catalan, est moins futé mais expert en maniement des armes. Quand on lui demande de faire le ménage, il nettoie plu que de raison... Dans ce second tomes, ils sont en Grèce, dans ces années 60 où la guerre Froide permettait aux espions de manger à leur faim. Parfaitement désuet, léger et sans prétention. A lire au second degré comme on redécouvre des films de série B de cette époque insouciante.

«OSS 117» (tome 2), Soleil, 11,95 €

 

09:26 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oss 117, gihef, cuneo, soleil, bruce

15/10/2015

BD - Espion mignon

Certains héros sont immortels. Ceux qui ont cru enterrer Hubert Bonisseur de la Bath sous les décombres de la guerre froide en sont pour leur argent. Hubert, plus connu sous son nom de code de OSS 117, après le succès des romans de Jean Bruce, est revenu par grand écran interposé et son interprétation ironique de Jean Dujardin. Il revient une seconde fois, presque au premier degré cette fois, dans des aventures écrites par Gihef et dessinées par Rinaldi. Dans « Tequila Molotov pour OSS 117 », Hubert s'infiltre dans l'ambassade russe de Mexico pour découvrir qui se cache derrière les bandelettes portées par un mystérieux transfuge. Plaque tournante vers Cuba, le Mexique grouille d'agents troubles. OSS 117 aura fort à faire face à la belle et totalement nymphomane Anna Kousakova, au perfide Piotr Pogossian et au musculeux Chimichanga, catcheur mexicain au masque terrifiant. L'agent américain aux ascendances françaises pourra cependant bénéficier de la complicité de Pilar Tomez-Rojaz, aspirante espionne, bonne Mexicaine dans tous les sens du terme. On retrouve dans cette BD distrayante tous les ingrédients des romans : action, bagarre, humour et un soupçon d'érotisme. Vintage, mais très réussi.

 

« OSS 117 » (tome 1), Soleil, 11,95 €
 

09:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oss117, gihef, rinaldi, soleil

18/04/2014

BD : Contrat rempli pour les "héritiers" de Jessica Blandy

crotales, jessica blandy, gihef, renaud, dupuis

Gihef au scénario et Renaud au dessin poursuivent l'histoire de Jessica Blandy. La belle romancière imaginée par Dufaux n'intervient pas directement dans cette fausse suite. Le lecteur découvre en fait la cavale meurtrière de deux personnages secondaires de la série mère, le tueur Soldier Sun et sa fille Agripa. Après avoir semé quelques cadavres le long de ces routes américaines si inhumaines, ils se retrouvent dans un petit patelin au milieu du désert. Il y a un shérif ambitieux, quelques ploucs de bases, une riche propriétaire et des dizaines de crotales. Paradoxalement ce ne sont pas ces serpents à sonnettes les plus dangereux de l'histoire, même s'ils sont responsables de quelques morts dans d'atroces souffrances. Soldier Sun n'est pas là par hasard. Il a pour contrat d'éliminer la vieille et riche veuve. Il temporise. Pour se faire oublier. Et aussi car il fait un passage par son lit... Agripa, toujours aussi impulsive, précipite les choses. Cela donne un final dense et surprenant. Le contrat est doublement rempli. Pour les tueurs. Pour les auteurs aussi qui signent un diptyque tout à fait dans l'esprit de la série initiale.

 

« Crotales » (tome 2), Dupuis, 14,50 €

 

28/01/2014

BD : Tueurs vénéneux comme des "Crotales"

 

gihef, renaud, dufaux, jessica blandy, crotales, dupuis

Soldier Sun et sa fille Agripa ont droit eux aussi à leur propre série. Personnages secondaires croisés dans les aventures de Jessica Blandy, ils font dans cette BD de Gihef (scénario) et Renaud (dessin) ce en quoi ils sont les meilleurs : assassiner. Tueurs à gage officiant en famille, ils ont un peu foiré leur coup à Salt Lake City. La série débute là où les lecteurs de Jessica Blandy les a laissés. Dans un motel, ils se cachent avant de retrouver leur prochaine cible. Agripa, insatiable, se passe les nerfs sur un routier. Nouvelle fuite du duo vers le désert. Ils arrivent dans une petite ville isolée et rapidement entrent au service d'une riche veuve. Ce que cette dernière ne sait pas, c'est qu'elle est aussi sur la liste des personnes à éliminer. Gihef s'approprie l'univers de Dufaux, mettant l'accent sur la vénéneuse Agripa. Dangereuse mais si tentante.

 

« Crotales » (tome 1), Dupuis, 14,50 €

 

08/06/2012

Pirates contemporains dans "Skipper", nouvelle série de Joël Callède et Gihef

 

Skipper, Callède, Gihef, Lenaerts, Dupuis

Dans le genre marin aventurier parcourant toutes les mers du monde pour tabasser les méchants, Bernard Prince reste une référence. Mais désormais, le héros de Greg et Hermann a de la concurrence en la personne de Erwann Kerrien. Mais Erwann navigue seul et à bord d'un voilier, le Gecko. Cet ancien sportif de haut niveau a abandonné la compétition du jour au lendemain après un deuil douloureux. Au début de ce premier tome, il est en train de végéter dans les îles grecques, transportant de riches et adipeux Américains de crique en crique pour quelques dollars. Et pour oublier cette déchéance, il boit. Son salut viendra de la femme de Damien Renaud, un reporter indépendant. Cela fait plusieurs semaines qu'elle n'a plus de nouvelles. Il enquêtait au large des côtes de Somalie, la zone maritime la moins sûre du globe. Erwann va accepter de sortir de sa retraite dorée et repart à l'aventure, récupérant au passage un peu de fierté et d'honneur. Histoire très psychologique pour lancer la série. Joël Callède et Gihef, les scénaristes, ne lésinent pas sur le pathos. Un peu de politique et de bagarres complètent agréablement cette BD dessinée par Lenaerts.

 

« Skipper » (tome 1), Dupuis, 11,95 €


 

09:32 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : skipper, callède, gihef, lenaerts, dupuis

08/06/2010

L'ombre d'Ezekiel

Haute Sécurité 5.JPGUn peu à la façon des séries TV américaines qui, tout en proposant des intrigues différentes à chaque épisode, suivent également le quotidien des héros, « Haute Sécurité » de Callède (scénario) et Gihef (dessin) nous plonge dans la vie d'une prison d'Etat. On découvre ce milieu fermé, dur et inhumain, avec les yeux d'Aleks, jeune gardien faisant ses classes. Dans « L'ombre d'Ezekiel », 5e tome de la série, Aleks est rejoint pas son passé de délinquant qu'il tente d'oublier. Il va se retrouver sur la route de ce fameux Eziekel, un ponte de la mafia, sanguinaire et violent. Mais si dans son adolescence Aleks avait fui sans tenter d'aider son ami d'enfance froidement abattu par Ezekiel, il va cette fois porter secours à un truand dans la ligne de mire. C'est violent, bien documenté, crédible, palpitant. Le suspense est à son comble. Le dénouement, dans le tome 6, sera fin août dans les bacs de votre libraire préféré.

« Haute Sécurité » (tome 5), Dupuis, 10,95 €

10/03/2010

Hollywood au coeur

Mister Hollywood 2.JPGQuand on espère vivre de ses histoires à Hollywood, mieux vaut accepter de se couler dans le moule. Le jeune Orson l'apprend assez vite dans le premier tome de cette série réaliste écrite par Gihef et dessinée par Lenaerts. Orson est désormais une plume qui compte. Certes il n'écrit pas les films qu'il voudrait, mais le bel appartement, la piscine et les milliers de dollars sur le compte en banque effacent les scrupules. Une réussite tranquille qui n'empêche pas son père de mourir. Et Orson de devoir retourner dans son New Jersey d'origine pour les obsèques. Il fera le voyage en compagnie d'un autre scénariste, Marsellus et de sa compagne du moment, une actrice. La traversée des USA en voiture donne l'occasion au deux créateurs californiens de plonger dans la réalité des bouseux locaux. Et de redécouvrir l'Amérique profonde, puritaine et moralisatrice personnifiée par la mère d'Orson. Cet album nous donne une image d'un pays écartelé entre les traditions rigides des laborieux et la folie douce des artistes. Orson est un fragile pont entre ces deux mondes.

« Mister Hollywood » (tome 2), Dupuis, 10,95 €

06:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gihef, lenaerts, dupuis

29/01/2009

DU RÊVE AU CAUCHEMAR

Mister hollywood 1.jpg


Gihef, dessinateur réaliste ayant signé « Enchaînés » et « Haute sécurité » sur des scénarios de Callède, délaisse cette fois le pinceau pour sa première expérience de scénariste. Il a confié la réalisation graphique de cette histoire à Lenaerts, dessinateur réaliste au trait clair et précis, proche de ce que fait Berthet ou Dominique David. De scénariste, il en est justement question dans cette BD qui revisite le mythe de Hollywood. Le héros, Orson Wells, est un jeune scénariste qui va tenter sa chance à la Mecque du cinéma américain. Embauché dans un grand studio, il devra se contenter, au début, de distribuer le courrier. Mais rapidement le big boss se souviendra de ses capacités pour sauver le script d'un film mal engagé. Orson va alors tutoyer la gloire. Il devra cependant renier toute originalité artistique et une certaine déontologie de sa fonction. On se doute, dès les premières pages, que si la réussite est rapidement au rendez-vous, le prix à payer en contre-partie sera très élevé. Un BD sombre et triste sur un milieu plein de strass et de paillettes.
« Mister Hollywood », Dupuis, 10,40 €


06:02 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gihef, lenaerts, dupuis

30/04/2008

Entre quatre murs

9f18c4b8fefd6ea5d4e0d256f2443e94.jpgLa vie est tellement dure dans la prison de Templeton Bay que certains détenus, sans hésiter, choisissent la mort. Deux d'entre eux, pourtant condamnés à des peine minimes, se donnent la mort. Le premier en sautant du toit, le second en s'immolant avec du white spirit qu'il a dérobé dans la buanderie. Une drôle d'ambiance semble s'instaurer entre ces quatre murs. Une nouvelle drogue, aux effets dévastateurs, ne serait pas étrangère à cette modification de l'atmosphère générale. Aleks Wojda, un des gardiens, héros de cette série écrite par Callède et dessinée par Gihef, enquête et tente de découvrir qui inonde la prison de cette substance mortelle. Cette série, d'une rare violence, crue, ne laissant aucune des atrocités de la captivité dans l'ombre, est en fait très psychologique. Derrière ces attitudes se cachent de profondes fêlures, dans tous les camps. Gardien de prison corrompu, taulard terrorisé par son compagnon de cellule, caïd froid et sans pitié, femme facile au passé douloureux, maton cocu et trop conscient de l'être : la galerie de personnages est riche et diverse. Tout un monde dont on devient rapidement accro.
« Haute sécurité » (tome 3), Dupuis, 10,40 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Callède, Gihef, Dupuis