21/07/2017

DVD et blu-ray : Le meilleur de Jean-Luc Godard en coffret


Jean-Luc Godard est-il le meilleur ? Si vous avez un doute, contre quelques dizaines d’euros vous pourrez redécouvrir 7 de ses films les plus emblématiques de la période des années 60. De grands classiques comme « Le Mépris » ou « Pierrot le fou » ou d’autres moins célèbres comme « Made in USA » avec Yves Afonso dans un de ses premiers rôles ou « Le petit soldat » brûlot (déjà) contre le colonialisme et l’OAS.
Donc Godard s’il n’est pas le meilleur est quand même un grand du cinéma qui mérite ce nouveau coffret dans une collection qui porte, tout simplement, son nom.
➤ Studiocanal, 59,99 € les sept DVD, 69,99 € les sept bluray avec quatre heures de bonus et un livret.

10:32 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : godard, coffret, dvd, studiocanal

12/05/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Cannes, usine à rêves

cannes, godard, festival, cinéma, cronenberg, tommy lee jones

Mercredi, la grand-messe cannoise du 7e art s'ouvre avec un film symbolique de cette alliance entre paillettes et exigence cinématographique. "Grace de Monaco" d'Olivier Dahan fait partie de ces biopics qui font parler d'eux avant même d'être sortis sur les écrans. Une polémique sur le montage final (le producteur a "charcuté" la version voulue par Olivier Dahan) et des déclarations fracassantes de la famille Grimaldi suffisent pour faire le buzz. Rajoutez Nicole Kidman dans le rôle titre et le succès devrait déferler comme un ouragan sur la Croisette.

Beaucoup de films en compétition restent absolument top secrets. Heureusement quelques bandes annonces permettent de se faire une idée. Reste ensuite à interpréter les quelques images distillées par les distributeurs. La palme du mystère à "Adieu au langage" de Godard. Sous forme de flashes on distingue des coquelicots, des chiens, beaucoup de nuages, des poils pubiens et une femme nue. Faut quand même un minimum attirer le chaland…

 

 

La plus mortelle d'ennui : ex aequo entre "Coming Home" et "Sommeil d'hiver" films chinois et turc.

 

 

Par contre on est alléché par "Maps to the stars" (délire hollywoodien bourré de perversité) de David Cronenberg et "The Homesman" (western sur la folie) de Tommy Lee Jones.

 

 

Au menu figurent aussi quelques surprises et enthousiasmes dithyrambiques de la critique. Même s'il est hors compétition, souhaitons que ce soit "Geronimo" (sortie nationale le 15 octobre) de Tony Gatlif tourné en partie à Perpignan, l'an dernier.

En extra-bonus, un extrait du film de Godard. 

Adieu au langage Trailer from Zéro de Conduite on Vimeo.

25/09/2009

L'avenir sur polaroïd

Dedales 2.jpgCombien donneriez-vous pour connaître votre avenir ? Savoir exactement le lieu et la date de votre mort. Certains sont prêts à mettre des millions d'euros. Et quelques vies de gêneurs au passage. C'est le thème central de cette série fantastico-réaliste écrite par Godard et dessinée par Plumail. Tout a commencé quand Sébastien, représentant dans le domaine de la BD, découvre dans l'ancienne maison de Maurice Leblanc un manuscrit inachevé et un appareil photo expérimental. Un polaroïd qui a le pouvoir de photographier l'avenir. On vous tire le portrait aujourd'hui, mais sur le papier c'est la photo de votre cadavre tout frais qui apparaît. Sébastien en a fait l'expérience et s'est vu, égorgé, dans deux mois exactement. Et de fait sa vie tranquille s'anime car ils sont nombreux a vouloir récupérer l'appareil. Des religieux, oeuvrant pour le Vatican, mais également le descendant de Lars Heine-Huppin, l'homme qui a inspiré le personnage d'Arsène Lupin à Maurice Leblanc. En compagnie d'Ariane, sa fiancée, une blonde pulpeuse du plus bel effet visuel, Sébastien va devoir déjouer bien des pièges pour conserver, vie, appareil et liberté.

« Dédales » (tome 2), Glénat, 13 €

06:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : godard, plumail, glénat

01/08/2009

Victimes de la fonction publique

 

guide fonctionnaires.jpgIl est si facile de se moquer... Notamment des fonctionnaires, têtes de turcs préférées des Français (après les Belges...). Pas étonnant donc si la collection des Guides de Vents d'Ouest propose un recueil sur cette espèce encore bien représentée dans nos administrations mais en voie de disparition depuis l'arrivée d'un certain N. S. à leur tête et qui visiblement a été traumatisé dans sa jeunesse par un de leurs représentants... On rit donc des fonctionnaires, mais plus pour longtemps... Profitons de notre bonheur en compagnie de Christian Godard et Cédric Ghorbani. Le premier, vieux routier de la BD, signe le texte de ces gags incisifs et parfois très près de la réalité. Le second excelle dans cet exercice où la principale difficulté est qu'il n'y a pas de personnage principal. Il faut donc inventer des visages pour chaque situation. Cela fait facilement plus d'une centaine de tronches à imaginer. Ghorbani s'en tire à merveille, trouvant même l'occasion de dessiner des pulpeuses créatures (celles qui cherchent de la promotion canapé dans les ministère) interdisant la lecture de cet album aux plus jeunes. Godard au scénario, ce n'est pas une première pour lui qui signe également « Les postiers » chez Bamboo. Certains pensent que c'est gâcher son talent. N'oublions pas qu'il est l'auteur complet de Martin Milan et le scénariste de la Jungle en folie ou du Vagabond des Limbes, succès de librairie des années 70/80. Mais Godard, qui était des débuts de Pilote, l'hebdo, est un grand travailleur. Il a traversé l'âge d'or de la BD et l'accompagne dans son évolution. Chapeau l'artiste !

« Le guide des fonctionnaires », Vents d'Ouest, 9,40 €

06:45 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : godard, ghorbani, vents d'ouest

18/07/2007

Les secrets de Maurice Leblanc

medium_Dédales_1.jpgSébastien Lenfant connaît le jour et la cause de sa mort. Le cou brisé, un poignard enfoncé dans la gorge, vidé de son sang dans son salon. Dans trois mois environ. Sébastien n'est pas médium. Il est commercial pour un éditeur de bandes dessinées. Mais le héros de cette série écrite par Christian Godard et dessinée par Claude Plumail est en possession d'un appareil photo qui a la faculté de fixer sur papier la scène de la mort de celui qui est devant l'objectif. Comment est-il arrivé entre ses mains ? C'est ce que raconte ces 44 planches se passant de nos jours et au début du XXe siècle. Sébastien, pour tenter de recoller les morceaux avec sa petite amie, lui propose quelques jours de vacances à La Baule dans la maison de sa tante. Une belle bâtisse qui a accueilli en 1940 un Maurice Leblanc, créateur d'Arsène Lupin, en fin de carrière. Dans le grenier, Sébastien découvre un manuscrit inachevé du maître du feuilleton. La véritable histoire d'Arsène Lupin. Leblanc y raconte comment retrouver cet appareil photo extraordinaire. Le début des ennuis pour Sébastien qui va tenter de contredire le futur. ("Dédales", Glénat, 12,50 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Godard, Plumail, Leblanc, Dédales, Glénat

16/08/2006

Cet été, bronzez en « intégrale »

Les intégrales BD sont de plus en plus présentent dans les rayons des librairies. Réservées aux fêtes, elles paraissent également en été.

Prolonger la vie d'une série BD : les éditeurs sont toujours à la recherche de solutions pour bonifier leur fond. Les intégrales, d'objet luxueux et encombrant, sont devenues des suites logiques et très recherchées aux best-sellers de ces dernières années. Les éditons Dupuis ont été pionnières dans ce format différent, notamment au niveau de la pagination. On se souvient des collections comme « Tout Jijé » ou « Tout Gil Jourdan ». Généralement c'était l'occasion de redécouvrir des albums indisponibles depuis de longues années. Changement de cap maintenant avec la publication d'intégrales en parallèle à la série classique d'albums de 48 pages. Toujours chez Dupuis cette année vous pouvez commencer la collection des aventures de Yoko Tsuno dans ce format qui a également l'avantage d'offrir de nombreux bonus. Classés par thèmes, les huit volumes annoncés débutent par un voyage « de la Terre à Vinéa ». Trois aventures très science-fiction pour la jeune électronicienne japonaise imaginée par Roger Leloup. En plus d'un long texte sur la genèse de la série, plusieurs dessins pleine page s'intercalent dans le récit. (Dupuis, 16 €)
Les éditions Dargaud aussi intensifient leur publication d'intégrales avant les vacances. En juillet il y en a pour tous les goûts. « La Croix de Cazenac » propose le cycle du Loup avec les albums 4, 5 et 6. En bonus une histoire courte de 6 planches signée Boisserie et Stalner. (Dargaud, 29 €). Les amateurs de science fiction décalée accueilleront avec toujours autant de plaisir le tome 9 de l'intégrale du Vagabond des Limbes de Godard et Ribéra. (Dargaud, 16 €). Enfin ne manquez pas le western atypique de la regrettée Laurence Harlé dessiné par Michel Blanc-Dumont. Jonathan Cartland avait des airs d'écologie avant l'heure. Ce troisième et ultime tome reprend les titres « Les survivants de l'ombre », « L'enfant lumière » et « Les repères du Diable ». Une série majeure que tout amateur de BD réaliste doit avoir dans sa bibliothèque. (Dargaud, 23 €).

Spécial plage....
Autre type de gros bouquin fleurissant l'été sur le sable chaud les recueils de tomes 1, sous couverture souple et à petit prix. « Les Humanos à la plage », inventeurs du concept, proposent l'édition "spéciale plage" des albums « Sanctuaire », de Christophe Bec, dessinateur aveyronnais,  « Lune d’ombre », « Après l’Incal » et « La Danse du temps ». De plus une édition pour les plus jeunes reprend les titres « Gargouilles », « Piccolo », « L’enfant de l’Orage » et « Koma ». (Les Humanoïdes Associés, 14 €).
C'est également l'occasion de retrouver les oeuvres immortelles du plus grand auteur français de tous les temps. Moebius a débuté le Garage hermétique et les aventures du Major Fatal juste pour lui, comme pour se défouler la main après des années et des années de Blueberry au scénario rigoureusement construit. Découvertes par Dionnet dans un tiroir, le rédacteur en chef de Métal Hurlant a publié ces premières planches et ajoutant un judicieux « A suivre ». Résultat Moebius a signé une des sagas de SF les plus délirantes de tous les temps, 120 pages en noir et blanc rééditées dans cette version bénéficiant d'une explication de texte de l'auteur lui-même. Il prévient le lecteur, « Le Garage hermétique n'est pas une oeuvre fermée. Elle recèle des ouvertures et des correspondances vers d'autres systèmes. » (Les Humanoïdes Associés, 15,50 €).