06/06/2017

De choses et d'autres : Le Gorafi à la volée


Il y a longtemps que je ne m’intéresse plus au tennis. Il fut un temps où j’appréciais la diffusion quasi ininterrompue des matches de Roland-Garros. Souvenirs du lycée, quand en plein mois de juin, les cours s’espaçaient pour cause de préparation aux examens. Alors, au lieu de réviser comme tout bon élève qui se respecte, je regardais les Chang, Agassi et autres Noah crier et glisser sur la terre battue.Et puis, l’âge aidant, mes idoles ont raccroché, mon intérêt s’étiolant, peu charmé par les nouvelles stars du circuit : le taciturne Nadal, le peu expressif Federer. 
Mais depuis peu, le tennis me fait de nouveau vibrer. Pas pour les exploits de joueurs français ou les victoires des nouvelles stars comme Djokovic ou Murray. Non, la faute au Gorafi. Visiblement un des rédacteurs du journal parodique est lui accro à ce sport. Et s’y connaît suffisamment pour alimenter le site de ces faux articles hilarants car terriblement crédibles. J’avoue, j’ai ri quand j’apprends que « Tsonga obtient son ticket pour les quarts de finale » avec la précision qui tue : « rang B place 23 ». Il y a même des commentaires en direct, sur le match d’hier après-midi pour expliquer que « Gaël Monfils déclare être gêné par ‘de la poussière orange’ sur le court ». Le résumé de l’esprit tennistique du Gorafi tient dans un petit film de « 58 secondes pour comprendre Roland Garros ». Le match le plus long du tournoi a duré « trois ans.Il opposait Paul-Henri Mathieu à la façade nord du court Philippe-Chatrier » et que depuis 1996, « les tennismen français sont exemptés de contrôle antidopage ». Ce tennis-là, j’adore. 

05/01/2017

De choses et d'autres : Période glaciaire

fillon,présidentielle,le pen,gorafi,congelationLes mauvais esprits du Gorafi ont encore frappé. Comme pour mieux remuer le couteau dans la plaie de tous les progressistes qui espèrent encore une autre solution qu’un duel Fillon - Le Pen au second tour de la présidentielle, ils ont imaginé le témoignage d’un homme choisissant «la cryogénisation pour enfin voir un président de gauche».

Certes le Parti socialiste, en pleine primaire, n’est pas à son meilleur niveau côté sondage. Mais il ne faut pas non plus exagérer. L’intérêt de se faire cryogéniser, c’est de se réveiller quelques siècles plus tard, au minimum. Histoire de pleinement profiter des progrès accomplis par la science. A priori, cinq années d’hibernation devraient suffire aux partisans de gauche. Car on fait confiance à la droite française pour raccourcir l’échéance si elle assurait cette fameuse alternance.

Par contre, pour ceux qui voudraient véritablement se congeler pour ne pas voir la catastrophe annoncée, j’ai la solution miracle: écouter minutieusement le programme de François Fillon ou de Marine Le Pen. Dans un premier temps ça fait froid dans le dos, puis on est saisi de la tête aux pieds, comme figé par un blizzard venu directement de la période glaciaire. Alors si le peuple de gauche ne veut pas grelotter en mai prochain, il devra se mobiliser fin janvier. 

01/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Interdictions

burkini, interdiction, maires, sandales, chaussettes, pokémon go, gorafi

Le conseil d'État a tranché : il est interdit d'interdire le port du burkini sur les plages françaises. Dans cette frénésie de légiférer sur tout et n'importe quoi, les ministres, maires et autres édiles feraient mieux de s'intéresser aux véritables problèmes.

En ce jour de rentrée scolaire, je m'étonne que personne n'ait encore pris l'initiative d'interdire aux enfants le port de baskets à diodes colorées. De même, comment expliquer que les autorités responsables n'aient pas encore légiféré sur ces fautes de goût flagrantes que sont, en vrac, les tatouages tribaux, le vernis à ongle noir ou les petits hauts à volants. Mais que fait donc la police contre les chasseurs de Pokémon qui non seulement capturent de pauvres petites créatur

es virtuelles mais en plus bousculent les piétons, le regard rivé à leur écran de smartphone ? Pourquoi encore autoriser de nouvelles candidatures à la primaire de la droite puisque de toute manière c'est Sarkozy qui va l'emporter après un tour de passe-passe dont il a le secret, face à un Juppé trop honnête pour gagner ?

Qui aura le courage de prendre un arrêté interdisant à quiconque de raconter ses vacances ou commenter le dernier épisode de "Koh-Lanta" à la machine à café ? Et pourquoi le café est-il infect à cette même machine ?

Dans cette masse d'interdiction je me suis fait prendre à une bêtise du Gorafi, annonçant avec son sérieux habituel que "Le conseil d'État valide les arrêtés municipaux contre ceux qui portent des chaussettes avec leurs sandales". Trop beau pour être vrai.

04/02/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Madame est servie

gorafi, madame, pervers, narcissique, valls

Le Gorafi, site d'informations parodiques, se décline désormais au féminin. Depuis la semaine dernière, Madame Gorafi inonde la toile de ses articles caustiques et hilarants. En vérité, les rédacteurs sont de grands malades. Au premier degré. Afin de bien maîtriser leur sujet, ils sont certainement obligés de passer de longues heures dans les salles d'attente, seul lieu où j'ai moi-même l'occasion de parcourir quelques exemplaires de magazines féminins. On y trouve des quiz, des astuces, des reportages de fond sans oublier les incontournables conseils culinaire-beauté-mode.

Dans cette dernière catégorie, ne manquez pas la présentation des "Six débardeurs chics pour distribuer de la nourriture aux démunis". Le second modèle, "un débardeur black et glossy" est idéal pour "une signature rock qui stimulera les personnes qui peuvent mourir de froid cette nuit." Plus c'est méchant, plus c'est efficace. A la rubrique psychologie, Madame Gorafi vous donne "Cinq astuces pour séduire le pervers narcissique idéal". En effet, ces tristes individus, après avoir sévi en toute impunité, sont désormais de plus en plus recherchés. Mais "pas facile de le charmer. Voici nos meilleurs conseils pour ne jamais passer à côté de la chance d'être détruite pour toujours !".

Le site, largement illustré de beaux mecs épilés et musclés, sait aussi aborder les grands problèmes du monde et n'hésite pas à s'engager sur des causes essentielles comme ce virulent réquisitoire intitulé : "Ongles abîmés : le gouvernement Valls va-t-il faire quelque chose ?"

Mesdames, je ne sais pas si vous riez, mais moi j'adore !

04/09/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Histoires de Go Go

googlelogo_color_272x92dp.png

Il se passe toujours quelque chose sur internet. Impossible de rester plus d'une semaine sans qu'une nouveauté ne fasse parler d'elle. Pour cette rentrée, deux informations nous ont donné l'impression que les grands manipulateurs de la toile mondiale nous prennent quand même un peu pour des gogos. D'abord tout le tintouin fait autour du changement de logo de Google. Caractères plus "modernes", toujours aussi colorés, des centaines de commentaires saluent l'événement. On se calme les geeks !

Dans Google je ne vois qu'une grande fabrique de "gogols" incapables de prolonger leurs recherches au-delà de la première page de résultats, celle qui accueille tous les sites sous contrat publicitaire avec le géant américain.

Google omniprésent et au même moment un autre célèbre "Go" proclame abruptement sa disparition. "Le Gorafi, c'est fini. Merci de votre fidélité !" Émoi chez les amateurs de fausses nouvelles. Le site parodique quitte le net (sans avenir selon ces petits rigolos) pour se recentrer sur le papier... Quelques spécialistes en histoire des médias flairent le coup fourré. Le coup de pub exactement. En réalité, le Gorafi, dès le lendemain, opère une marche arrière et explique, le plus sérieusement du monde, que ce quiproquo résulte simplement d'une erreur de typo. Le véritable message aurait dû annoncer "Le Gorafi c'est fini, rendez-vous demain pour un tout nouveau site, merci pour votre fidélité."

Quand je vous dis qu'ils nous prennent tous pour des gogos...

09:34 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : google, gorafi

12/10/2013

NET ET SANS BAVURE : Je roule en clito

 

clito,clitoris,gorafi,féministes,toyota,viveleclito

L'anatomie féminine est encore un grand mystère pour nombre d'hommes. En dehors des appâts sexuels classiques que sont les seins et les fesses, leur ignorance crasse fait parfois peur. Pour preuve le très sérieux journal italien Corriere della sera a repris les chiffres d'un sondage où 86% des français pensaient qu'un clitoris était un modèle de Toyota comme il y a des Yaris ou des Auris. Ce sondage, totalement bidon et imaginé par le Gorafi, a piégé des journalistes italiens. Il a surtout donné des idées à quelques femmes persuadées que la caricature n'est pas si éloignée de la réalité. Sauriez-vous dessiner un clitoris ? Pourquoi seuls les croquis de sexe masculin prolifèrent un peu partout ? Une discrimination sexiste parmi d'autres. La discussion animée entre plusieurs amies a débouché sur la création d'un blog fièrement intitulé « Vive le clito ! » Louna, la principale animatrice, graphiste dans le privé, a trouvé la parade : « J’en suis venue à l’idée d’en faire un sticker à placarder un peu partout, histoire de démocratiser ce bon vieux clito qui a lui aussi droit à son heure de gloire visuelle. » Vous pouvez donc acheter 20 autocollants pour 5 euros et les essaimer dans des lieux publics. Le clitoris est représenté en entier, avec prépuce, gland (ce n'est pas pour rien qu'il est surnommé le pénis féminin) mais aussi bulbes du vestibule et piliers. Dessiné, il a l'air sympa avec sa petite tête et ses longues jambes. Et pour bien se moquer de tous les hommes qui ne comprennent pas, le dessin est légendé : « Ceci n'est pas une voiture ». 

Chronique "Net et sans bavure" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant.

07/10/2013

NET ET SANS BAVURE : Trop honnête pour être vrai

 

facebook,gorafi,fake,courrier des échos

L'histoire est subtile et à deux niveaux, tout ce que j'aime. Un lien circule énormément en ce moment sur Facebook. Il raconte l'histoire d'Antoine Garrot, un jeune infirmier Rennais de 26 ans. Lassé de ces fausses amitiés sur le réseau social où il faut « liker » pour être bien vu, il décide, dans le cadre d'une expérimentation sociologique selon les termes de l'article, de considérer tous les statuts de ses amis avec un maximum d'honnêteté. Résultat, il perd la moitié d'entre eux en moins d'une journée. Quand son pote Brice s'extasie à propos de vacances en Corse, avec mojito et pêche au gros au programme, Arnaud réplique « T'as jamais été heureux Brice. Pourquoi tu fais semblant sur Facebook. Et puis la pêche au gros c'est pas nécessaire, tu as déjà Lucile, non ? » Brice le prend mal. Et Lucile, n'en parlons pas... On en rêve tous de se lâcher un jour sur Facebook. Antoine l'a fait. Même auprès d'une maman, de celle qui publie sans cesse les photos de son petit prince. Commentaire d'Antoine : « On n'en peut plus de ton gosse. On sait que tu te fais chier dans ta vie, mais c'est pas un site internet qui va combler ton vide existentiel. » Là, je trouve qu'il est allé un peu trop loin. Et d'un seul coup le doute m'assaille . L'article est publié sur un site intitulé Le courrier des Echos. C'est en traduisant sa maxime que je comprends. « Publier en premier, vérifier après ». L'article sur Antoine Garrot, tout comme l'ensemble du site, est un faux, une parodie mode Gorafi. Mais si bien fait qu'il est partagé au premier degré. J'en ris encore.  

Chronique "Net et sans bavure" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.