28/07/2017

BD : 1966, année hallucinante

 


Jack Cool est détective privé. Un vieux de la vieille, avec santiags sur le bureau, clope au bec et rouflaquettes car ses aventures se déroulent en 1966. Quand le gendre du directeur des usines Cadillac à Detroit disparaît, Jack est réquisitionné pour retrouver le fugueur. Traumatisé par la guerre du Vietnam, le jeune homme a rejoint la Californie pour se faire « désenvoûter » par le gourou de l’église de Satan. Devenu clochard, il termine sa vie errante dans la communauté des Merry Pranksters. Rebaptisé Jésus-Gris (à cause de la crasse), il passe par une première phase d’initiation en ingurgitant quelques pilules de LSD, une drogue pas encore illégale, qui lui permet de voir la vie d’une façon beaucoup plus positive. Là, il mettra à profit ses connaissances en mécanique pour retaper le bus scolaire aux couleurs criardes nécessaire pour continuer le « Magic Trip » à travers les USA. Cette nouvelle série, écrite par Jack Manini, plonge le lecteur au cœur des années hippies de cette Amérique coincée entre une guerre meurtrière, les revendications des minorités noires et une jeunesse désabusée, avide de plaisirs faciles et de paradis artificiels. L’arrivée de Jack Cool dans l’entourage de Jésus-Gris va bouleverser l’ordre des choses. Un premier tome dessiné par Olivier Mangin qui a déjà signé « La guerre des amants », déjà avec Manini, chez Glénat.
➤ « Jack Cool, 1966 », Bamboo Grand Angle, 13,90 €

06/06/2017

BD : Père et grand-père en plein brouillard

 


Suite et fin de l’histoire de « L’adoption » écrite par Zidrou et dessinée par Arno Monin. Après un séisme au Pérou, un couple en mal d’enfant adopte une petite fille, Qinaya. La fillette amène joie et bonheur. Pour Gabriel aussi, le grand-père taciturne. Mais l’adoption est illégale. Qinaya est renvoyée dans son pays d’origine et le père emprisonné. La suite raconte comment Gabriel, sur un coup de tête, décide de se rendre au Pérou. Il engage un détective privé pour retrouver Qinaya. Sur ce sujet délicat, Zidrou parvient à faire passer un message plein d’espoir et d’ondes positives. Gabriel est en plein doute alors qu’il se retrouve plongé dans la Garua, ce brouillard venu du Pacifique et spécifique à Lima. La rencontre avec un père venu lui aussi rechercher sa fille disparue va changer sa vision de la vie. Lumineux et terriblement concret.
➤ « L’adoption » (tome 2), Bamboo Grand Angle, 14,90 €

02/06/2017

BD : Dernier voyage entre désespérés

 


Après Blablacar pour sa voiture et AirB &  B pour son appartement, la mode au partage se met au... suicide. Une jeune femme, désespérée après une déception amoureuse douloureuse poste une petite annonce. Comme cela se fait au Japon, elle propose de partager son ultime voyage en compagnie d’autres suicidaires réticents à partir seuls. Elle obtient trois réponses et leur donne rendez-vous un petit matin. Dans sa voiture, elle emmène un jeune trader ruiné, un vieux monsieur amateur de haikus et un black à capuche taciturne et fumeur de joint. Ils ont décidé d’en finir dans une forêt, en raccordant le tuyau d’échappement de la voiture à l’habitacle. Pas de noms, pas de pleurs ni de regrets. Cette situation est le prétexte à un roadmovie mouvementé imaginé par Stéphane Massard et Jean Rousselot, les scénaristes, complétés par Nicolas Délestret au dessin. Dans un premier temps, rien ne fonctionne comme prévu. Et les quatre désespérés vont vite se retrouver embarqués dans des complications au cours desquelles ils devront lutter pour mener à bien leur funeste projet. Mais c’est souvent dans l’adversité que l’on se découvre des raisons d’aimer la vie. Humour et humanité se complètent pour cette BD qui devrait intéresser le cinéma tant son propos se prête à ce support.
➤ « Adieu monde cruel ! », Bamboo Grand Angle, 17,90 €

04/02/2017

BD : L’art grandeur nature dans "Le Retour" de Bruno Duhamel

retour,duhamel,manrique,lanzarot,canaries,bamboo,grand angle

Librement inspiré de la vie et l’œuvre de Cesar Manrique sur l’île de Lanzarote aux Canaries, « Le retour » de Bruno Duhamel est sa première BD en solo. Il a déjà illustré des scénarios de Brrémaud ou Kris et vole désormais de ses propres ailes dans ce roman graphique épuré. Dans les années 60, Cristobal, un artiste espagnol, après être devenu célèbre aux USA, revient sur sa terre natale, petite île volcanique perdue dans l’océan. Il décide de modeler le paysage de son enfance, transformant la nature en œuvre d’art. Réflexion sur la création, la solitude et le progrès, cette histoire qui finit mal aborde aussi la problématique du tourisme de masse. Car Cristobal milite pour un développement écologique et minimaliste, sans béton ni épuisement des réserves en eau. Un visionnaire pour l’époque qui rapidement déclenche l’hostilité des « décideurs », bien décidés à faire fructifier leur caillou en offrant ce que veulent les touristes : confort, soleil et piscine.

➤ « Le retour », Bamboo Grand Angle, 18,90 €.

 

 

25/05/2016

BD : Le vieux boucher et la fillette

Préparez vos mouchoirs. Zidrou raconte une histoire émouvante et triste, mise en images (en lumière plus exactement) par Arno Monin. "L'adoption" embarque le lecteur dans une de ces relations si fortes qu'elle a la puissance à sa lecture de faire disparaître tout le quotidien autour de soi. Gabriel est un vieux monsieur un peu bougon. Boucher toute sa vie, il fête cette année ses 75 ans. Dans son pavillon de banlieue, il passe le temps entre soirées télé, jardinage, sorties avec les vieux copains et bavardages complices avec sa femme. Il a tout pour être heureux. Une fille qui fait de la politique, un fils... courtier en assurances. Gabriel aurait voulu qu'il reprenne la boucherie, mais le sang ce n'est pas pour Alain. Marié, il n'arrive pas à avoir un enfant avec son épouse. Alors, à la "faveur" d'un tremblement de terre meurtrier au Pérou, ils partent sur place et reviennent avec Qinaya, petite orpheline de quatre ans. Accueil glacial du Papy. Amour débordant de la Mamy. Et comme les parents travaillent tous les deux, pour économiser les frais de baby-sitter, Qinaya va souvent passer des journées, voire des semaines chez ses grands-parents. L'essentiel de l'album raconte cette rencontre magique entre le vieux monsieur et la jeune orpheline. Une tendre complicité au fil des jours, des jeux et des découvertes. Comme si l'ancien boucher, des années à rebours, voulait rattraper les moments qu'il n'a pas pu passer avec ses enfants, pour cause de surcharge de travail. Jusqu'au jour où... Les contes de fée n'existent plus dans notre société. Le tableau est trop beau. Le drame s'invite et on ne peut s'empêcher d'écraser une larme à la fin de l'album, impatient de connaître la suite des aventures de Gabriel et de Qinaya qui signifie "nuage" sur les hauts plateaux du Pérou.

"L'adoption" (tome 1), Bamboo Grand Angle, 14,90 euros

 

24/11/2015

BD : Marcel Pagnol en images

 
 
Monument de la littérature française, « La gloire de mon père », souvent adaptée au cinéma, n'avait jamais intéressé le milieu de la bande dessinée. Une erreur de réparée grâce à l'initiative des éditions Bamboo qui inaugurent avec ce premier titre une collection « Marcel Pagnol ». Le récit de l'enfance de l'écrivain et cinéaste provençal a été adapté par Serge Scotto et Éric Stoffel, dessiné par Morgann Tanco, sous la supervision de Nicolas Pagnol, petit-fils de l'auteur et gardien du temple. Un gros album de plus de 80 pages, avec un cahier historique pour clôturer la première partie des souvenirs de Pagnol. On retrouve avec délice l'émerveillement du petit Marcel dans cette garrigue provençale, chaude et vivante, monde imaginaire qui a fait rêver tous les enfants de France et de Navarre depuis des décennies. Fidèle à l'œuvre, la partie « chasse » n'est pas l'essentiel de l'album, on découvre aussi la jeunesse des parents de Marcel, leur vie simple dans une époque en pleine mutation. Un programme éditorial riche, Bamboo prévoyant de sortir deux à trois adaptations par an. En 2016 sont déjà annoncés « Le château de ma mère » et la première partie de Topaze avec Hübsch au dessin.

 

« La gloire de mon père », Bamboo Grand Angle, 18,90 €
 

16/11/2015

BD : Aux amis morts

 

Si Jim est longtemps passé pour un dessinateur humoristique, spécialiste de la rigolade avec des titres comme la série « 500 idées... », il s'est finalement fait connaître comme un scénariste sensible et attentif à la grande désespérance des hommes modernes. Les éditions Bamboo lui ont fait confiance et il multiplie les récits réalistes touchants et émouvants. Après « Une nuit à Rome » en solo, il a écrit les scénarios d'« Héléna » pour Chabane et « Où sont passés les grands jours ? » pour Alex Tefenkgi. Cette série voit sa conclusion dans un second tome beaucoup plus optimiste que le premier. C'est le récit d'une amitié terminée. Quatre copains, depuis des années, sont bouleversés par la mort d'un des leurs. Il a préféré se tirer une balle dans la tête après une rupture douloureuse. Ils restent donc trois, perdus, à se poser des questions sur leur vie. Ils se comportent comme des enfants mais sont pourtant adultes depuis longtemps. Personnages à la psychologie complexe, bourrés de doutes et d'interrogations, ils agissent comme des miroirs pour le lecteur qui se reconnaît forcément un peu dans ces existences.
« Où sont passés les grands jours ? » (tome 2), Bamboo Grand Angle, 16,90 €
 

 

 

20/09/2015

BD : La jeunesse de De Gaulle

 

charles de gaulle, le Naour, plumail, bamboo, grand angle

Jeune officier prisonnier durant la première guerre mondiale, Charles de Gaulle prouve qu'il a de la suite dans les idées. Capturé en mars 1916, il tentera cinq fois de s'évader. La seconde fois, il reste 10 jours en cavale, repris à quelques kilomètres de la frontière. Jean-Yves Le Naour, historien et grand vulgarisateur de sa discipline, signe un scénario fidèle des péripéties de ce jeune soldat français, pétri de courage et de fierté. Longtemps déprimé car inutile à son pays entre les quatre murs de sa cellule, il n'a jamais baissé les bras, multipliant les plans pour s'échapper. Du déguisement à la descente des remparts à l'aide de draps déchirés et noués entre-eux en passant par la dissimulation dans le linge sale, De Gaulle fait preuve d'inventivité. Pour rien. Il ne retrouvera sa famille qu'en 1918, une fois les Allemands vaincus. Dessiné par Plumail, cet album montre les premiers pas d'un chef incontesté, sévère avec son état-major et persuadé que l'Armistice ne sera qu'une pause avant la reprise des volontés hégémoniques des Allemands.

 

« Charles De Gaulle » (tome 1), Bamboo, 13,90 €

 

21/08/2015

BD : Horreur en Tchétchénie

 

amère russie, bamboo, grand angle, ducoudray, anlor

Elle semble loin cette redoutable guerre en Tchétchénie. Durant de longues années l'armée russe a combattu contre des rebelles sanguinaires. Aurélien Ducoudray, ancien grand reporter, a utilisé ses connaissances journalistiques pour signer un scénario très fort s'appuyant sur quelques personnages marquant. Dans le premier tome, Ekaterina partait vers la zone de combats pour retrouver son fils, porté disparu. Capturée par Bassaiev, elle se retrouve dans une ville de Grozny totalement dévastées avec un soldat russe aveugle, pas son fils mais un homme à sauver quand même. Dans cette seconde partie, les auteurs (le dessin est réalisé par Anlor) tracent le portrait d'une des amazones, ces tireurs d'élite dévoués à la cause musulmane. Mais en face, les troupes russes multiplient elles aussi les exactions avec tout le temps les mêmes victimes : les civils et les enfants. Un regard sensible sur les horreurs d la guerre, toutes les guerres...

 

« Amère Russie » (tome 2), Bamboo Grand Angle, 13,90 €

 

10/07/2015

BD : Aux débuts du métro

métro, ordas, berr, grand angle, bamboo

Paris 1910. La capitale est en plein travaux. Des centaines d'ouvriers travaillent sous terre à la construction du métro. Mais au même moment, de violente pluies font déborder la Seine. Les tunnels se transforment en torrents. C'est dans ce cadre rigoureusement exact que Ordas, le scénariste des « Naufragés du Métropolitain », déploie son intrigue. La jeune et jolie Louise polie des pierres précieuses chez un joaillier. Elle a entre les mains des bijoux d'une valeur considérable. Le Fennec, un Apache, sent le bon coup. Il va se mettre dans la poche un arpète pour s'approcher du trésor. Le Fennec qui est suivi au plus près par un inspecteur de police d'un genre nouveau. Au lieu de parader en uniforme avec ses gros godillots, il se fait discret et infiltre le milieu. Pour le moment il se fait passer pour pianiste au Moulin Rouge. Cette série est dessinée par la talentueuse Nathalie Berr. Elle apporte beaucoup de soin à la reconstitution du Paris de l'époque, mais c'est surtout dans les trognes de Parigots typiques qu'elle excelle, du malfrat sournois à l'indic' fourbe.

 

« Les naufragés du métropolitain » (tome 1), Bamboo Grand Angle, 13,90 €

 

14:12 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métro, ordas, berr, grand angle, bamboo