18/07/2016

BD : la difficile vie des immigrés

 

A New York, dans les années 30, trouver du travail n'est pas très compliqué. Sacha, émigré ukrainien, participe à la construction des gigantesques gratte-ciels. Un salaire de misère qu'il complète en gardant des chiens et en participant aux petites combines d'un lieutenant de la mafia locale. C'est dans ce cadre qu'il rencontre Magda-Lena, deux sœurs siamoises. La passion prend parfois d'étranges chemins si l'on en croit l'histoire concoctée par Régis Hautière. Amour fou, incontrôlable, impossible malgré toutes les bonnes volontés du monde. Un récit âpre et désenchanté mis en images (en abîme plus exactement) par le pinceau tourmenté de David François.

« Un homme de joie » (tome 2), Casterman, 13,95€

 

 

12/07/2015

BD : L'ours et le poussin

 

fred, alvin, abélard, dillies, hautière, dargaud

La disparition de l'immense Fred n'a pas marqué la fin de la BD tendance poésie onirique. Le gentil moustachu a heureusement suscité quelques vocations. Renaud Dillies est un digne héritier de l'inventeur de Philémon. Avec son compère scénariste Régis Hautière il a imaginé les pérégrinations d'Abélard, un petit héros au grand chapeau magique, pourvoyeur d'aphorismes. Abélard disparu (snif), ne reste plus que Gaston, son compère, gros ours taciturne et mélancolique. Dans la grande ville, il gagne sa vie en travaillant au sommet des buildings en construction. Le soir, il prend un peu de plaisir avec Purity, prostituée au grand cœur. Quand elle meurt sous les coups d'un client irascible, Gaston doit s'occuper de son fils, Alvin, poussin perdu dans cette vie de misère. L'ours va devoir le prendre sous sa protection et se lancer dans un nouveau périple. La finesse du dessin de Dillies, avec des gros plans très expressifs, donne une grande force à ce récit plein d'humanité et de tendresse.

 

« Alvin » (tome 1), Dargaud, 13,99 €

 

29/06/2015

BD : Au sommet de New York

homme de joie, hautière, abelard, françois, casterman

Régis Hautière fait partie des scénaristes qui montent. Il a longtemps été cantonné aux éditions Paquet, mais le succès aidant (notamment le Dernier Envol avec Romain Hugault) il a diversifié sa production. Chez Dargaud il a imaginé Abelard, pour Delcourt il a repris Aquablue et chez Casterman il a écrit la Guerre des Lulus et De briques et de sang. Cette dernière série avec David François au dessin qu'il retrouve pour « Un homme de joie », sous titré également « La grande époque des buildings de New York ». Au début du 20e siècle, Sacha, jeune émigré ukrainien, débarque à New York. Il fuit la famine de l'Europe et croit en son destin. Il va survivre dans un grenier, travaillant le jour au sommet des buildings. Mais la roue tourne et un soir, au détour d'une balade, il sauve un certain Tonio qui le prend sous son aile. Tonio d'origine italienne et très impliqué dans la jeune mafia américaine. Un scénario entre histoire et social, avec un brin de romance, le tout mis en images par David François se permettant parfois des doubles pages panoramiques pour montrer toute la démesure des constructions de l'époque.

 

« Un homme de joie » (tome 1), Casterman, 13,95 €

 

19/10/2014

BD : Fatale et Perico, histoires de femmes en cavale

L'une veut échapper à une vie de prostitution à Cuba, l'autre à un passé de femme battue. Leur point commun : elles sont trop belles pour des hommes sans cœur.

fatale, perico, berthet, hautière, dupuis, dargaud, manchette, cabanes, headline« Fatale », polar de Jean-Patrick Manchette paru en 1977 est peut-être le plus sombre et nihiliste des romans de l'écrivain trop tôt disparu. Doug Headline en signe l'adaptation et Cabanes les dessins. Un récit au long cours de 130 pages avec des airs de Simenon pour la description des notables de banlieue et de roman noir américain pour le personnage d'Aimée. La jeune femme aux cheveux noirs apparaît dès les premières pages. Une partie de chasse entre amis. L'un d'entre eux s'isole. Aimée arrive, lui sourit, le tue. Dans le train de nuit qu'elle prend dans la foulée, elle change de tête. Blonde et bouclée, elle débarque à Bléville. Son bord de mer, ses industries agroalimentaires. Sous une couverture de riche veuve qui cherche une propriété tranquille, elle s'intègre à la bonne société de la cité. Industriels, médecin, notaire : elle les intrigue et devient l'amie de leurs femmes. Patiemment Aimée va tisser sa toile d'araignée pour tout connaître de leurs travers, grands et petits secrets. Alors elle pourra faire ce pour quoi elle est venue. La BD, fidèle au roman, est le portrait d'une femme dangereusement désespérée. Son passage à Bléville laissera des traces. Rouges et sanglantes...

fatale, perico, berthet, hautière, dupuis, dargaud, manchette, cabanes, headlineLa belle Livia est elle aussi au centre de « Perico », série écrite par Régis Hautière et dessinée par Philippe Berthet. Cette jeune Cubaine, après une enfance malheureuse, est vendue à un parrain de la drogue. Dans la première partie, elle profite de la fuite aux USA du jeune Joaquim, un employé du trafiquant, pour s'évader avec lui. Ils volent au passage une valise pleine de billets. La seconde partie du récit vient de paraître et se déroule entièrement aux USA, à la fin de ces années 50 où la corruption est partout. Le rêve américain aussi. Livia voudrait devenir actrice à Hollywood. Dans une belle décapotable, elle va traverser les States avec Joaquim en chevalier servant. Mais le rêve devient cauchemar... un trio de tueurs cubains, bénéficiant de complicités dans la police et les syndicats de routiers, va traquer les deux jeunes en cavale. Berthet, qui a désormais sa propre collection (Ligne noire), excelle dans ces décors rétros. Il revient un peu à ses premières amours, du temps du « Privé d'Hollywood » avec Bocquet et Rivière.

« Fatale », Dupuis, 22 euros

 

« Perico » (tome 2), Dargaud, 13,99 euros

 

25/02/2014

BD : traque et traquenard dans "Perico" de Berthet et Hautière

 

Perico, berthet, hautière, cuba, ligne noire, dargaud

« Ligne noire », nouvelle collection des éditions Dargaud est directement inspirée de la mythique série Noire. Des histoires sombres, dessinées par Philippe Berthet, l'unique illustrateur très ligne claire de la série. Premier titre avec « Perico » (perruche en espagnol, mais également cocaïne en argot cubain) sur un scénario original de Régis Hautière. A la fin des années 50, à Cuba, pays en pleine déconfiture peu de temps avant l'arrivée de Castro au pouvoir, Joaquim, un jeune employé d'un hôtel restaurant appartenant au caïd de la pègre locale, récupère une valise bourrée de dollars. Avec ce trésor, il quitte l'île en compagnie de Livia, une chanteuse de talent promise en « cadeau » au président dictateur Battista par le gangster. Le couple va tenter de rejoindre Hollywood par la route. Des relations compliquées entre Joaquim et la diva, l'incrustation d'un joli et mystérieux) blondinet dans la voiture décapotable et les hommes de main à leurs trousses, l'action ne manque pas. Un road movie tendu et dramatique, mis en couleur par Dominique David qui a peut-être donné un coup de main à Berthet sur les dessins, le héros ressemblant énormément à Jimmy Boy, son héros si attachant mais abandonné faute de succès.

 

« Perico » (tome 1), Dargaud, 14,99 €

 

05/12/2011

Retour sur Aquablue avec Hautière et Reno, toujours chez Delcourt

, aquablue, Hautière, Reno, Vatine, Cailleteau, Delcourt, Nao

Série vedette des éditions Delcourt, Aquablue a connu une longue éclipse. Nao est enfin de retour sous la signature de deux jeunes auteurs prometteurs. Hautière est un scénariste ayant rencontré le succès avec des séries d'aventure, Reno, dessinateur des Womoks et de Valamon, est un génie de la couleur. Le duo remplit son contrat avec brio, ce « Retour aux sources » est digne des premiers tomes de la série créée par Cailleteau et Vatine. De retour sur la planète bleue, Nao mène des recherches génétiques pour trouver un lien entre les Terriens et les habitants d'Aquablue. Il retrouve sa femme, son fils et quelques ennemis. Une première partie haletante, qui donne envie de lire la suite. Il ne reste plus qu'à Reno de faire mentir la légende le présentant comme le plus talentueux de sa génération, mais également le plus lent...

 

« Aquablue » (tome 12), Delcourt, 13,50 €

 

16/08/2011

"Yerzhan" de Hautière et Efa chez Delcourt : Baïkonour, année zéro

Hautière, Efa, Delcourt

Hautière, Efa, DelcourtA Baïkonour, dans un futur proche, la ville a perdu son auréole de cité de l'espace. C'est devenue une zone pénitentiaire russe. La population est partagée entre ceux qui collaborent avec les militaires et ceux qui les rejettent. En l'occurrence des islamiste de plus en plus vindicatifs et armés. Entre les deux, Yerzhan ne peut pas choisir. Le jeune homme est totalement désenchanté. Il rejette autant la violence de ses amis que la docilité de son beau-père. Il va pourtant devenir le héros de cette série en aidant une jeune fille à s'évader du quartier de haute sécurité de la prison. Elle est jeune, belle mais très dangereuse. Une tueuse née semblant déterminée à retrouver la liberté. Un scénario faisant la part belle à l'action signé Hautière et dessiné par Efa, un auteur espagnol au trait réaliste très efficace. Une dose de politique, un peu de fantastique et beaucoup de « baston » pour un premier tome très prometteur.

 

« Yerzhan » (tome 1), Delcourt, 13,50 €

11:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hautière, efa, delcourt

15/07/2011

Abélard : du petit poussin au coq

Hautière, Dillies, Abélard, Dargaud

Hautière, Dillies, Abélard, DargaudPetit poussin deviendra grand. Mais un poussin, c'est naïf, très naïf. Abélard vit dans une minuscule maison au milieu des marais. Il a quelques amis avec qui il joue aux cartes ou va pêcher. Une existence placide. Morne et ennuyeuse aussi. Un jour, il croise des « citadins ». Ils sont en vacances. Parmi eux la belle Epilie. Le poussin rougit : coup de foudre immédiat. La belle repartant vers la ville, Abélard décide de la retrouver. Et pour gagner son cœur, il voudrait lui offrir un bouquet d'étoiles. Pour le cueillir il veut aller en Amérique. Il paraît que deux inventeurs viennent de fabriquer une machine qui permet de voler.

Une très jolie série animalière écrite par Régis Hautière (qui change totalement de registre) et dessinée par Renaud Dillies. Ce jeune Français installé en Belgique a un style très personnel. Ses personnages respirent la poésie, sont émouvants et ont des expressions très parlantes malgré leurs becs, groins et autres museaux...

« Abélard » (tome 1), Dargaud, 13,95 €

10:13 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hautière, dillies, abélard, dargaud

31/08/2010

Espace, si convoité

Guerre secrète de l'espace 1.jpg

Romancer la conquête de l'espace. Le concept de cette nouvelle série écrite par Régis Hautière devrait passionner tous ceux qui ont encore la tête dans les étoiles. Le premier tome, racontant le lancement de Spoutnik par les Russes, est directement lié avec l'actualité de l'époque : la guerre froide et la lutte pour le pouvoir au sein du politburo. Dans le secret le plus absolu, des scientifiques sont réquisitionnés pour mettre au point un lanceur de missile pouvant « déposer » une bombe atomique à 5000 kilomètres de Baikonour. Le chef de projet, Korolev, accepte car il a la promesse, si le projet réussit, d'utiliser la fusée afin de lancer un satellite dans l'espace. Les échecs répétés font suspecter l'action de saboteurs. Un premier meurtre conduit à l'arrivée d'enquêteurs du KGB. Une BD solidement documentée, dessinée par Cuvillier au trait réaliste et efficace mais manquant encore un peu de personnalité. L'équilibre entre faits historiques et suspense est parfait. Distrayant tout en étant pédagogique, c'est un peu les Oncle Paul du XXIe siècle.

« La guerre secrète de l'espace » (tome 1), Delcourt, 14,95 €

07:51 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hautière, cuvillier, delcourt

26/03/2010

Moissons rouges

vents_contraires_1_moissons_rouges_1_2_couverture.jpgRégis Hautière est le scénariste qui monte. Après de nombreux albums chez Paquet, il a multiplié les projets chez divers éditeurs. « Vents contraires » dessinée par Ullcer, est un polar contemporain. Le héros, ancien militaire reconvertit dans la photographie animalière, se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment. En pleine nuit, alors qu'il espérait surprendre un renard en forêt, il tombe sur une jeune femme, quasi nue, pourchassée par une bande de tueurs. Etonnamment, la séquence action ne débute qu'a la 28e page. La première partie, uniquement psychologique, présente le héros, un solitaire en quête d'absolu. Cela donne une étrange ambiance et renforce le tempo quand cela commence à canarder à tout-va.

« Vents contraires » (tome 1), Delcourt, 12,90 €

 

09:11 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ullcer, hautière, delcourt