26/01/2017

De choses et d'autres : Cure-dent ou baguette magique ?

internet,panne,reset,box

Suite (et sûrement pas fin) de nos déboires internet. Le nouvel opérateur n’offre finalement pas un service de très grande qualité. Des coupures, toujours des coupures… Mon épouse décide de prendre le taureau par les cornes et compose le numéro de la maintenance technique. Dans mon coin, j’écoute la conversation (le téléphone est branché sur haut-parleur) et rigole d’avance. Je ne suis pas déçu. Après quelques minutes d’attente, un « technicien » prend l’appel. Après les préliminaires habituels « Je me présente Madame Litout, je m’appelle… et suis à votre service. » Donc, ça coupe. Souvent. Incessamment. Et la communication au téléphone est mauvaise, comme parasitée. « Très bien madame Litout. Votre box est-elle à côté de votre micro-ondes ? » Premier étonnement de mon épouse. « Ben non, le micro-ondes est dans la cuisine et la box dans le salon » explique-t-elle. « Très bien madame Litout. Prenez un cure-dent. » Je me retrouve propulsé dans un dessin de Tex Avery. La mâchoire de mon épouse se décroche littéralement et ses yeux se transforment en grosses billes de loto. « Un cure-dent ? » ne peut-elle que répéter interloquée. « Oui madame Litout, un cure-dent ». Bon, à priori, c’est lui le technicien. Elle s’exécute et la communication coupe… Elle se retrouve seule avec son cure-dent devant la box. Je lui explique que c’est certainement pour actionner le minuscule bouton « reset ». Elle le fait. Depuis ça marche mieux. Parfois. 

08:58 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, panne, reset, box

17/01/2017

De choses et d'autres : Net intermittent (Part 2)

internet,cable,fibre,adsl,coupure

Notre grosse erreur : vouloir changer d’opérateur internet. Déçus du nouveau, nous voulons faire marche arrière (lire la chronique d’hier) et là c’est le drame. Premier problème, la ligne téléphonique ne sera rétablie que dans 3 semaines.

Presque un mois sans internet ni téléphone. Et de constater notre dépendance. Une petite cure de désintoxication peut présenter des avantages. Sauf pour les adeptes du télétravail comme moi. J’ai redécouvert les joies du café matinal et wifi au bar du village (la Brasserie de l’Europe de Pollestres que je ne remercierai jamais assez).

Quant au téléphone fixe la situation semble plus problématique. Surtout lorsque notre ancien et donc nouvel opérateur après l’essai non concluant chez la concurrence, nous explique que le numéro qui est le nôtre depuis 15 ans a été racheté par l’opérateur temporaire. Il faudra en changer. Obligatoire et non négociable. Commence une longue période de disette. Nous recevons enfin la nouvelle box. La branchons mais la ligne n’est toujours pas rétablie. Attendons. Finissons par nous habituer. Twitter et Facebook vivent leur vie sans nous et ne s’en portent pas plus mal.

Un jour enfin la box passe au vert. Nous voilà reconnectés au monde. Ma femme appelle immédiatement sa sœur. Cette dernière lui demande quel est notre nouveau numéro et Kafka, toujours d’actualité, l’oblige à répondre : « Je ne sais pas. » Numéro que nous recevrons... quatre jours plus tard. 

16/01/2017

De choses et d'autres : Net intermittent (part 1)

internet,cable,fibre,adsl,coupure,opérateur

A la base nous avons commis une grosse erreur. Lassés de payer trop cher notre opérateur internet, mon épouse et moi prenons la décision de passer à la concurrence nettement moins chère. Un coup de fil et nous voilà embarqués dans une sacrée galère. Pourtant tout commençait très bien. La nouvelle box arrive en trois jours. Ils s’occupent de tout : transfert de la ligne et portabilité du numéro.

Arrive le grand jour. L’ancienne ligne est coupée. On branche la box et miracle, elle fonctionne au premier coup. Mais pas longtemps. Mon épouse devient folle à cause des coupures incessantes en pleine communication téléphonique. Une demi-heure pour dire au revoir après 20 rappels. Côté télé aussi c’est la catastrophe. En plein film d’action, au moment le plus palpitant, l’image se fige comme dans u n mauvais Challenge mannequin. Et quand la connexion se rétablit (une fois sur dix), le méchant est mort ou le film terminé. Nous commençons à regretter notre désir d’économie. Qu’importe, nous téléphonons à l’opérateur pour nous rétracter dans le délai des 14 jours légaux. Pas de souci. Suffit d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception. Dans la foulée nous rappelons l’ancien prestataire de service pour réactiver notre abonnement.

Et là Kafka s’invite à la fête. En quelques minutes nous perdons tout : ligne, internet, télévision et même numéro de fixe. Suite du cauchemar demain. 

25/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Surchauffe sur le net

internet, hacker, mr robot

Apprendre à tous les jeunes à coder : ce vœu pieu devient de plus en plus d’actualité tant il apparaît que les utilisateurs d’internet, de passifs, ne peuvent plus que devenir actifs. On clique et ça fonctionne : presque de la magie qu’il va falloir oublier. L’heure est à la compréhension totale et complète des méandres du réseau mondial.

Certains s’alarment de la disparition programmée du net. La semaine dernière, de multiples attaques ont gravement perturbé le fonctionnement de plateformes devenues essentielles dans nos nouvelles vies hyperconnectées. De Twitter à Netflix en passant par Amazon, tout buggait. Avec l’intention de submerger ces services, des pirates ont pris possession de millions d’objets connectés. Un four qui veut twitter, une caméra de vidéo surveillance qui désire acheter un livre : de quoi se demander si la révolution virtuelle de l’intelligence artificielle planétaire ne se met pas en marche.

Une apocalypse déjà imaginée par les scénaristes de la série « Mr Robot » (saison 1 en DVD chez Universal et saison 2 depuis hier sur France 2). Pour nuire à une multinationale, les hackers anarchistes décident d’effacer toutes les mémoires des comptes privés stockés dans les bases de données. Il suffit pour cela de neutraliser la climatisation des chambres fortes. Un petit coup de chaud et des milliards de dettes disparaissent. Une utopie, vraiment ? 

10:33 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, hacker, mr robot

30/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : Jimmy, le boss du commerce sur internet

 

vide.jpgSi vous avez la bosse du commerce, passer par le net est devenu une nécessité. Une boutique en ligne bien référencée vaut parfois plus qu'un pas de porte idéalement placé. Hier, mon village était bloqué par un immense vide-greniers. Tôt le matin, d'étranges personnages, mine patibulaire et rarement souriante, arpentent les rues nerveusement munis de lampes torches suffisamment puissantes pour permettre à un Boeing 747 de se poser sans encombre. Ils n'attendent même pas que les exposants s'installent, fouillent les coffres des voitures à la recherche de l'objet rare. Livre, bibelot, jouet... même les pin's s'arrachent à prix d'or sur internet. Ces acheteurs matinaux, pour beaucoup, vivent de la revente de ces raretés dénichées dans l'obscurité. L'un d'entre eux m'a raconté avoir acheté pour moins d'un euro un livre de Guy Debord revendu, le jour même à l'autre bout de la France, 100 fois plus cher. A un adolescent peu nostalgique (mais heureusement soigneux), un autre a racheté 50 centimes un album de Richard Scarry parti chez un collectionneur pour une quarantaine d'euros...

 

Tout se revend sur internet. Enfin, si c'est légal. Ne faites pas comme Jimmy, 23 ans, de Guéret, bientôt convoqué devant les juges. Le commerce, il aime. Le cannabis aussi. Alors il s'est mis à vendre de l'herbe sur le net. Pour optimiser ses affaires, il a même créé son propre site. Et comme Jimmy ne semble pas être un foudre de guerre, il l'a baptisé... vendeurdedrogue.com. 


27/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : Déconnexion

 

internet,connexionA trop baigner dans internet au quotidien, chronique oblige, j'ai tendance à croire à l'universalité du réseau. Grosse erreur. Comme il existe encore quelques foyers ou la télévision n'a pas droit d'entrée, il y a nombre de personnes qui ne sont pas du tout connectées. Pour preuve, une récente étude démontre que 15 % des Américains n'utilisent pas internet. Et parmi cette minorité, ils sont 92 % d'irréductibles qui n'ont pas l'intention de se connecter dans un avenir proche. En passant ces chiffres à la moulinette de l'équation subjective mais souvent vraie démontrant qu'en « France on a toujours deux ans de retard sur les USA », on peut raisonnablement penser que ces 15 % avoisinent les 20 % dans l'Hexagone.

Des millions de nos compatriotes ne connaissent pas les joies de l'amitié made in Facebook se contentant de personnes en chair et en os. Ils n'ont pas d'adresse mail et n'auront jamais la chance de recevoir ces publicités douteuses sur des produits miracles « for enlarge your penis », ni d'hériter d'un pactole (placé sur un compte en banque en Côte d'Ivoire) en échange de leurs coordonnées bancaires. Il passent à côté de ce qui se fait de mieux en matière de musique et de danse, du « Gangnam Style » de Psy en passant par le Harlem Shake. On peut les plaindre. Ou, en y réfléchissant bien, les envier...

 

Mais le pire dans le lot, ce sont les quelques lecteurs de l'Indépendant qui s'obstinent à lire cette chronique depuis deux ans sans en comprendre la moitié des mots. 

22:53 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, connexion

11/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : Envie pressante

Et si Internet modifiait nos conditions de transports ? De plus en plus d'utilisateurs nomades ne supportent plus de rester dans une zone blanche. Plus de connexion et tout leur univers s'écroule. Ils ne sont qu'une minorité, mais ces « drogués » sont véritablement en état de manque dans les transports en commun. Une étude réalisée par le groupe américain Honeywell montre que 17 % des Britanniques, entre des toilettes dans un avion ou une connexion fiable à internet choisissent la seconde solution. Sur les moyens-courriers, c'est jouable. Mais encaisser Paris-New York ou Paris-Tokyo sans aller une seule fois aux toilettes relève de la pure fiction. Tout ça pour regarder des chats idiots et des lapins crétins sur Youtube, ne pas rire aux tweets abscons d'humoristes sur le retour ou pire, consulter ses emails du boulot alors que l'on vole vers une île tropicale et ses plages de sable blanc. Non, le net c'est bien, mais ne vaut pas de risquer un éclatement de la vessie par 10 000 mètres d'altitude. Et en avion, il y a pire que de ne pas pouvoir surfer sur le net. Se retrouver coincé en classe éco entre deux passagers qui font chacun le double de votre volume, subir tel autre dont les ronflements parviennent à couvrir le bruit des réacteurs ou les cris de ce bébé, forcément torturé par des parents sadiques, à entendre sa gamme dans les aigus. Mais le pire reste le bavard. L'olibrius qui se sent obligé de raconter toute sa vie (généralement très déprimante) comme s'il vivait les dernières heures de son existence. Même les lapins crétins sont plus supportables !

Chronique parue mardi 10 septembre en dernière page de l'Indépendant. 

 

03/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : @robase moyenâgeux

aro.jpg

Moderne internet ? Pas tant que ça. J'apprends avec consternation que le signe « @ » symbole de la communication et du partage sur le net a été inventé par les moines copistes. Vos adresses email, vos pseudos sur Twitter ? Juste le recyclage d'une trouvaille des scribes du XIVe siècle à la recherche d'un peu d'efficacité. « Utilisé comme un équivalent du « a » italien (qui correspond à la préposition « à » en français), l’arobase et son tracé bref, effectué d’un coup, leur aurait permis de gagner en vitesse et, donc, de travailler plus vite ».

Un temps, j'ai cru à une blague du Gorafi, le site qui distille de fausses informations iconoclastes. Sauf que l'article de l'arobase moyenâgeux vient du journal La Croix, titre de référence dans le milieu des moines copistes (même s'ils ne sont plus très nombreux depuis l'invention de Gutemberg et de l'imprimante multi-fonctions). Appelé aussi « a commercial » l'arobase a connu une seconde vie en raison de sa disponibilité. Un peu perdu dans le clavier des PC, il est facile à trouver sur les Mac (actuellement, en haut à gauche). Les développeurs ont donc mis l'@ à toutes les sauces. La touche est devenue une des plus utilisées puisque qu'elle permet également de composer le symbole # popularisé avec les hashtags.

On peut aussi lire l'histoire à l'envers, façon uchronie à la Philippe K. Dick. L'@ est évident sur les claviers Mac car Steve Jobs, avant Apple, a inventé la machine à voyager dans le temps. Il a vu l'importance de l'@ dans le futur, l'a intégré à ses ordinateurs pour devenir l'homme le plus riche du monde, avant de souffler l'idée à un moine copiste. Mais ça, j'ai du le lire sur le Gorafi...

03/06/2013

Chronique : A Paris, même les pigeons votent

 

ump,nkm,primaire,paris,mairie,internet,vote électronique,minute

Paris, ses monuments, son prestige, sa mairie... Que ne ferait-on pour devenir le premier édile de la plus belle ville du monde ? (La modestie est un concept inexistant dès que l'on franchit le périphérique) Tricher par exemple. La primaire organisée par l'UMP s'est transformée en quelques heures en une foire d'empoigne délirante où ne manque que l'intervention de l'inénarrable Cocoe (commission de contrôle des élections)  pour remporter le Gérard de « On veut faire croire qu'on est moderne, mais on reste des buses sur internet ». Nathalie Kosciusko-Morizet avait pourtant un atout secret dans la manche : son frère est le fondateur de PriceMinister, le site de vente entre particuliers. Elle n'a pas su l'utiliser. Au contraire c'est le grand rival, eBay, qui a permis à des internautes irrévérencieux de mettre aux enchères un « vote UMP pour la primaire ». Quasiment gratuit puisqu'il suffit de composer « un poème pro-UMP contre l'adresse email "jetable" permettant de voter de manière sécurisée (évidemment !) pour le candidat ou la candidate de votre choix. » D'autres se sont amusés (et l'ont fait savoir) à voter plusieurs fois, voire au nom de quelques célébrités. Visiblement les 3 euros à débourser ne s'avèrent pas dissuasifs. Un journal d'extrême-droite a même titré en une « Pour 3 euros, payez vous NKM ! » appelant clairement à fausser le résultat.  Quel que soit le verdict de la primaire ce soir, au final, le grand et unique perdant sera le vote électronique par internet. Dommage.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.

29/05/2013

Chronique : Proximité numérique et fête des voisins avec All-together.net

fete, voisins, all-together, internetCe vendredi, pour la 13e fois, les voisins vont faire la fête entre eux. Lancée en 1999, cette initiative de rapprochement rencontre chaque année un beau succès. Proximité, contact humain :  l'antithèse parfaite des réseaux sociaux. Mais alors pourquoi passer par internet pour en faciliter l'organisation ? 

All-together.net, site spécialisé dans le partage des passions, tient le challenge de rajeunir le panel des participants. Sur la base des études démontrant qu'un jeune sur quatre ne connaît pas ses voisins, les gestionnaires sur site ont imaginé une solution pour entrer en contact avec ces derniers... sur internet. Il faut un volontaire, quelqu'un qui prenne l'initiative de l'événement. Il s'inscrit sur le site, précise le lieu et l'heure de la fête qui obtient ainsi un numéro. L'organisateur peut dans la foulée imprimer des flyers à déposer dans les boîtes aux lettres ou à placarder dans les halls. Terminée la corvée de sonnettes, des portes closes et des malotrus malpolis... Seules les personnes intéressées s'inscrivent. Elles doivent tout simplement aller sur le site et préciser le nombre du groupe et le choix de leur contribution culinaire ce vendredi 31 mai. Grâce à la magie d'internet, les timides pourront faire le premier pas sans sortir de leur salon. Petite précision pour les vrais geeks, il faudra quand même être présent physiquement à la fête les rencontres par webcam interposée ne sont pas encore au programme... 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.