24/12/2017

Roman : Quand la gazelle se transforme en lionne



Les lions ont tendance à somnoler, sauf quand il s’agit de se repaître de la proie que les femelles ont chassée pour eux. Paru à la rentrée littéraire de septembre, il nous a semblé judicieux de « Réveiller les lions » à la manière d’Ayelet Gundar-Goshen, qui nous fait connaître là des voix dont nous, les Occidentaux, n’entendons parler que de très loin. Tout en abordant des thèmes récurrents et universels tels que l’amour, le courage, l’amitié mais aussi le racisme quotidien, l’humiliation, les trafics mafieux d’une société israélienne hyper réglementée et catégorisée, elle nous raconte une histoire haletante, bouleversante, dans laquelle chacun de nous pourrait se reconnaître.
■ Où l’honnêteté ne paie pas

Chouchou du chef de service de neuro-chirurgie du plus grand hôpital de Tel Aviv, le Dr Ethan Green se voit contraint d’accepter une « mutation » à l’hôpital Soroka de Beer-Sheva, petite ville au milieu du désert. Plein d’illusions et d’intégrité, Ethan, lorsqu’il s’aperçoit que son patron touche de grosses enveloppes pour opérer prioritairement tel ou tel patient, le dénonce au directeur de l’hôpital... lequel lui fait bien comprendre que le procédé est non seulement connu mais apprécié. Sa propre épouse, Liath, pourtant inspecteur de police, l’encourage elle-aussi à ne pas faire de vagues. Après tout, ils ont deux petits garçons et un emprunt immobilier. Mais Ethan a l’impression d’étouffer dans la poussière de cette petite ville, dans l’étroitesse de son propre esprit. Une nuit de fin de garde, il prend son 4X4, fait hurler à fond le moteur et Janis Joplin, et se lance sur les pistes du dé- sert.
Quatre heures du mat, la plus belle lune de sa vie, la sensation de liberté et d’ivresse qu’il recherche depuis si longtemps atteint son paroxysme. Jusqu’au choc. Terrible.
Quatre heures du mat. Une piste dans le désert. Personne. Pourtant, il vient de percuter un homme. Paniqué, il constate très vite que la tête de l’Erythréen n’a aucune chance face au solide pare-choc – indestructible, disait le vendeur. Sa décision est vite prise, finalement.
Quatre heures du mat. Une piste dans le désert. Personne. Il repart, laissant agoniser l’homme dans la nuit. Et là, pour Ethan, commence le pire des cauchemars. 

Fabienne Huart 

➤ "Réveiller les lions", Ayelet Gundar-Goshen, Les Presses de la Cité, 22,50 €

26/05/2017

De choses et d'autres : Amazing Trump

 

Le premier voyage à l’étranger de Donald Trump est une mine pour les observateurs un peu critiques et prêts à relever toutes les gaffes, bévues et autres incongruités que le nouveau président ne manque pas de commettre. Après l’Arabie Saoudite il rejoint Israël. Dès la descente d’avion il se fend d’une déclaration et le fort vent qui souffle sur Tel Aviv suscite les pires craintes pour sa chevelure péroxydée. Baste, grâce à une couche de laque aussi performante qu’un bouclier anti-missiles et de la colle (peut-être la même que pour le dentier), sa coiffure bouge mais ne rompt pas.
On rit beaucoup moins quand il se rend au mémorial de la Shoah après un détour par le mur des Lamentations où tous les visiteurs de marque laissent un message dans le livre d’or. En 2008, Barack Obama avait rempli une page d’un texte poignant, où il insistait sur le besoin de se souvenir de ceux qui ont péri. Trump se contente de quatre lignes et d’une conclusion un peu abrupte et sans la moindre profondeur selon tous les observateurs : « So amazing + Will never forget » soit « C’est dingue + je n’oublierai jamais ! » Le « amazing » est pour le moins déplacé.
Suite du voyage au Vatican. Là, pas de déclaration mais des photos qui interpellent. Entre sa femme et sa fille, vêtues de noir, un crêpe sur les cheveux blonds, et un pape François taciturne, il est hilare. Le contraste entre son sourire et la gravité du pape est frappant. Enfin il rejoint la Belgique pour une réunion de l’Otan. Là aussi il en a sorti une belle, se déclarant particulièrement heureux de découvrir « cette belle ville qu’est la Belgique ».
Hier il a reçu pour la première fois en tête à tête Emmanuel Macron. S’il continue sur sa lancée, Trump pourrait, au choix, croire que Macron est toujours conseiller à l’Élysée, chercher Sarkozy dans la délégation ou draguer Sylvie Goulard la ministre des Armées françaises. 
(Chronique parue le 26 mai en dernière page de l'Indépendant)

De choses et d'autres : Amazing Trump

 

Le premier voyage à l’étranger de Donald Trump est une mine pour les observateurs un peu critiques et prêts à relever toutes les gaffes, bévues et autres incongruités que le nouveau président ne manque pas de commettre. Après l’Arabie Saoudite il rejoint Israël. Dès la descente d’avion il se fend d’une déclaration et le fort vent qui souffle sur Tel Aviv suscite les pires craintes pour sa chevelure péroxydée. Baste, grâce à une couche de laque aussi performante qu’un bouclier anti-missiles et de la colle (peut-être la même que pour le dentier), sa coiffure bouge mais ne rompt pas.
On rit beaucoup moins quand il se rend au mémorial de la Shoah après un détour par le mur des Lamentations où tous les visiteurs de marque laissent un message dans le livre d’or. En 2008, Barack Obama avait rempli une page d’un texte poignant, où il insistait sur le besoin de se souvenir de ceux qui ont péri. Trump se contente de quatre lignes et d’une conclusion un peu abrupte et sans la moindre profondeur selon tous les observateurs : « So amazing + Will never forget » soit « C’est dingue + je n’oublierai jamais ! » Le « amazing » est pour le moins déplacé.
Suite du voyage au Vatican. Là, pas de déclaration mais des photos qui interpellent. Entre sa femme et sa fille, vêtues de noir, un crêpe sur les cheveux blonds, et un pape François taciturne, il est hilare. Le contraste entre son sourire et la gravité du pape est frappant. Enfin il rejoint la Belgique pour une réunion de l’Otan. Là aussi il en a sorti une belle, se déclarant particulièrement heureux de découvrir « cette belle ville qu’est la Belgique ».
Hier il a reçu pour la première fois en tête à tête Emmanuel Macron. S’il continue sur sa lancée, Trump pourrait, au choix, croire que Macron est toujours conseiller à l’Élysée, chercher Sarkozy dans la délégation ou draguer Sylvie Goulard la ministre des Armées françaises. 
(Chronique parue le 26 mai en dernière page de l'Indépendant)

08/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Piques olympiques (1/3)

jeux olympiques, rio2016, blessure, maillots, mladenovic, liban, israël, Samir Aït-SaïdDébutés la semaine dernière, les Jeux olympiques devraient être la grande fête du sport et de l'amitié. En réalité, la compétition sportive est aussi l'endroit où il se passe des choses pas très nettes. A chaque jour son lot de piques olympiques.

Les femmes, selon la croyance populaire, seraient particulièrement attentives à leurs tenues vestimentaires. La tenniswoman nordiste Kristina Mladenovic s'est lâchée sur Twitter après sa défaite en double féminin dès le premier tour. La faute à "l'incompétence" de la fédération française de tennis. Une bête histoire de liquette. Les maillots fournis par le staff n'étaient pas de la même couleur. Interdit par le règlement. Mladenovic a puisé dans sa réserve personnelle pour rhabiller sa partenaire. Mais pour cacher les sponsors, elle a dû le porter à l'envers. De quoi déstabiliser les sportives les moins coquettes.

Des petites anecdotes de ce type, il y en aura des dizaines, chaque athlète a son histoire et celle de son pays, difficile à porter parfois. Qui génère par exemple des tensions entre Libanais et Israéliens pour une histoire de bus à prendre ensemble. La paix se rétablit sur les stades, pas encore dans les transports publics.

Mais le pire de ces JO, pour l'instant, ne vient pas des sportifs. Ce sont les sites internet à l'affût de sensationnel qui méritent un carton rouge. A grand renfort d'adjectifs (horrible, terrible, affreuse) pour qualifier la blessure et attirer les clics, ils passent en boucle la double fracture ouverte tibia péroné du gymnaste français Samir Aït-Saïd. Des images choc dont on se serait bien passé.

18/04/2016

BD : Roman graphique sur la création d'Israël

 

En 1947, Chaskel vit chichement à Budapest en compagnie de sa mère, malade. Il décide de rejoindre Jérusalem et son oncle qui y tient un café. Violoniste, il anime la salle, donne un coup de main en cuisine et surtout rencontre l'amour en déchargeant les fruits amenés par la belle Yaiza. Le jeune juif et la belle musulmane semblent avoir toute une vie de bonheur devant eux. Mais c'est sans compter sur la politique. Fin 1947, l'ONU accepte la partition de la Palestine. Le peuple juif fait la fête. Mais les Arabes fourbissent leurs armes. Après avoir fui la guerre en Europe, Chaskel se retrouve au cœur d'un autre conflit, tout aussi violent. Le roman graphique d'Alfonso Zapico, tout en noir et blanc, alterne séquences historiques et vie quotidienne. Avec à la clé un beau message contre tous les extrémismes et pour la tolérance religieuse.

"Café Budapest", Steinkis, 18 euros

 

14/03/2016

BD : Humour juif et familial

asaf hanuka, israel, tel aviv, steinkis

Son trait réaliste et précis, toujours composé avec force et vigueur, donne une vision exacte de son quotidien : Asaf Hanuka nous plonge au cœur de la vie d'un dessinateur israélien vivant à Tel Aviv. Dessinateur mais également mari d'une épouse aussi active que lui et père de deux enfants qu'il tente, tant bien que mal, de protéger de la violence permanente de cette nation en perpétuelle guerre depuis sa création. Cette centaine de planches, entre désespoir, humour juif et tendresse familiale, raconte les nuits dans les abris quand les roquettes tombent, les questions sans fin de la petite dernière ou les tâches ménagères, parfois partagées, souvent délaissées par ce grand gamin en perpétuel doute. Asaf Hanuka, loin d'avoir une position définitive et arrêtée sur ce qui se passe dans cette région du monde, est en permanence partagé entre son envie de vivre en paix et la nécessité de se protéger, d'anticiper ces attentats.

asaf hanuka, israel, tel aviv, steinkis

Il raconte notamment la psychose qui s'est installée depuis quelques mois partout dans le pays après les attaques au couteau. Et sa dernière planche sera une référence au 13 novembre. Ou comment la BD, avec finesse et intelligence, replace ces événements dans un contexte international encore plus angoissant.

« K.O. À Tel Aviv » (tome 3), Steinkis, 18 euros

 

06/01/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : L'amour gagne toujours

L'intrigue de Roméo et Juliette a encore de beaux jours devant elle. Indémodable. Depuis toujours et pour longtemps encore, l'amour s'affranchit des races, clans, religions et autres différences.

Dernier exemple en date en Israël. A la nuance près qu'il ne s'agit pas d'un véritable amour mais d'une simple histoire, un roman. Dans le rôle de l'empêcheur de roucouler en paix on trouve le ministère de l'éducation. Le roman, intitulé Borderlife en anglais, vient d'être exclu du programme de littérature des lycéens israéliens. En cause les sentiments partagés entre Liat, une traductrice israélienne et Hilmi, un artiste palestinien. Ils tombent amoureux à New York. Une love story banale jusqu'au moment où ils doivent rentrer à Tel-Aviv et Ramallah, en Cisjordanie occupée. Selon la presse israélienne "la peur de l'assimilation entre juifs et Palestiniens" aurait poussé les responsables éducatifs à prendre cette décision.

Paradoxe car tout le monde souhaite la paix dans cette région du monde et l'amour a toujours été le meilleur vecteur de la bonne entente entre les peuples. Même en plein apartheid sud-africain, toute la propagande gouvernementale ne parvenait pas d'empêcher (en cachette bien sûr) la formation de couples "dominos".

En occultant le roman des programmes scolaires, les technocrates ont tout faux. Car si les romans parviennent parfois à édulcorer la vie, ils reflètent surtout la réalité. Et des histoires d'amour entre une Liat et un Hilmi, il y en a tous les jours de nouvelles. Ainsi va la vie.

02/08/2015

BD : Bombe à Tel Aviv

 

mike's place, tel aviv, israel, terrorisme, attentat, steinkis, shadmi, baxter

Mike's Place, bar à Tel Aviv, est un des rares endroits en Israël où la politique n'a pas droit de cité. Seule la bonne musique et l'esprit festif sont admis dans ce petit paradis de quiétude. Au printemps 2003, Jack Baxter, cinéaste américain, découvre cette oasis. Il tourne des dizaines de rushes sur les patrons, les barmen, les clients. Il veut faire de ce reportage une ode à l'entente entre les peuples, à la paix. Mais quelques jours avant son départ, un kamikaze d'Al Qaïda se font exploser à l'entrée du Mike's Place. Dom, la serveuse française est tuée, Jack grièvement blessé. Ce roman graphique en noir et blanc de 200 pages dessinées par Koren Shadmi raconte cette histoire où s'entremêle de multiples sujets, de l'amitié à l'amour en passant par la religion, forcément. Une œuvre en complément du film, rare témoignage du véritable Israël.

 

« Mike's Place », Steinkis, 20 euros

 

25/06/2014

BD : Prise de tête à Tel Aviv

 

Hanuka, tel aviv, israel, Steinkis

Il a la tête de l'emploi. Crâne rasé, petites lunettes rondes, barbe naissante : Asaf Hanuka a tout de l'intellectuel moyen-oriental. Pour d'autres il a une tête de terroriste. Quand il prend l'avion, passer les contrôles est une sinécure. Normal, Asaf Hanuka vit à Tel Aviv. Il a beau être Juif, il a une tête d'Arabe. « Mais je ne me plains pas. Après tout moi aussi je veux vivre dans un monde sûr. » Dessinateur pour la presse, illustrateur jeunesse, il se raconte dans ces planches au trait réaliste sûr. Et dans le genre torturé, il fait souvent fort. Marié (à une ravissante blonde aux yeux bleus originaire de Pologne aussi ashkénaze qu'il est séfarade...), il a un petit garçon et en cours d'album une petite fille fait son apparition. Une famille normale. Si l'on fait abstraction qu'elle vit dans un pays toujours au bord de la guerre. Où les sirènes annonçant des bombardements retentissent régulièrement. Où les anciens ont des souvenirs de camps et d'exil avant de trouver la Terre Sainte. Il y a un volet très politique, mais aussi des aspects absolument universels. Quelle que soit sa religion, un homme fait parfois des erreurs dans son couple et la complicité père-fils se moque des religions. C'est pourquoi c'est album, tout en informant sur la vie quotidienne à Tel Aviv, est aussi un formidable miroir où l'on se reconnaît facilement.

 

« K.O.À Tel Aviv » (tome 2), Steinkis, 16,95 €

 

07:05 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hanuka, tel aviv, israel, steinkis

29/04/2011

Israël s'envole dans Mezek, l'histoire de l'armée de l'air par Yann et Juillard

Juillard, Yann, Mezek, Israël, Lombard, collection Signé

André Juillard, loin de se reposer sur ses lauriers et de se contenter de ses séries à succès (Les 7 vies de l'épervier et Blake et Mortimer), met son trait réaliste à l'élégance inégalée au service d'histoires fortes. Ce Mezek en est l'exemple parfait. Yann, scénariste souvent caustique, est cette fois très sérieux, voire dramatique, avec en toile de fond la création de l'État d'Israël et de son aviation.

Les pilotes se faisant rares, Israël paie des mercenaire pour piloter des Mezek, version tchèque des messerschmitts allemands. Björn, Suédois, vole tous les jours sur un Mezek et forme les futurs pilotes de l'armée juive. Une trame historique, une autre sentimentale, sont perturbées par les manœuvres politiques et les démons du passé.

Violent et instructif : un album qui sort du lot en ce début d'année.

« Mezek », Le Lombard, 15,95 €