19/01/2017

De choses et d'autres : L'immobilisme en action

mannequin challenge,itélé,immobilisme,mode,narbonne,perpignan

Dernière tendance sur les réseaux sociaux, le mannequin challenge fait des ravages et a tendance à m’énerver. Le principe : un quidam filme en plan séquence des gens comme pétrifiés en pleine action.

Pas plus loin que dans notre agence de Narbonne, on a pu voir les secrétaires plongées dans les archives, un journaliste boire sans fin une bouteille d’eau et la chef adjointe figée devant le chemin de fer des pages à réaliser. Si par malheur quelqu’un a la mauvaise idée d’en réaliser un au siège à Perpignan, je n’accepterai d’y participer que protégé de mon casque intégral pour épargner les hypothétiques spectateurs de mon rictus consterné... A Carcassonne, la patinoire a servi d’écrin pour des amateurs immobiles, pas évident alors qu’on est en équilibre sur des patins, glissants par définition. Le plus osé reste celui de cette agence de mannequins. Les modèles posent toutes en petite tenue dans ce qui sert visiblement de cuisine.

Quelques-uns sont cependant impressionnants comme dans ce club de gym, où l’un des sportifs qui reste durant tout le film à l’équerre aux anneaux. Cet éloge de l’immobilisme devrait plaire à certains politiques de plus en plus frileux face à un électorat résolument conservateur. Petite précision, le plus long mannequin challenge est à porter à l’actif des débats de la primaire de la gauche.

Mais le meilleur reste celui de la rédaction d’iTélé en pleine grève. Des dizaines de journalistes à l’arrêt, au propre comme au figuré. 

11/01/2017

De choses et d'autres : iTélé, plus dure sera la chute

itele, licenciements, plan social, nedjar, bolloréLe CSA reçoit ce mercredi la direction de iTélé pour faire le point sur les engagements pris au sortir de la longue grève. Cela risque d’être sportif car la télé toute info du groupe Canal+ est dans un bien triste état. Le départ de plus de 90 journalistes ne permet plus de tenir l’antenne en continu. Les remplacements promis n’ont pas eu lieu et le lancement de la nouvelle formule, sous l’appellation de Cnews, est encore repoussée. Pourtant il y a toujours de l’agitation autour de la chaîne. Du gros recrutement même.

Après Jean-Marc Morandini, les Bogdanov et Jean-Pierre Elkabbach, c’est au tour de Patrick Poivre-d’Arvor d’être sur les tablettes de Serge Nedjar, le directeur de la chaîne et de la rédaction. Problème, PPDA ne veut pas travailler avec ce Morandini si décrié. Mais comme on lui propose un poste de polémiste le week-end, il ne devrait pas croiser la route de l’ancienne star d’Europe1. Reste maintenant à mettre tout cela en musique. Et trouver les pigistes qui feront tourner la boutique, car les noms évoqués ne sont là que pour rebondir personnellement après des échecs.

Un conseil aux candidats, soyez à l’heure. Serge Nadjar ne plaisante pas avec la ponctualité. Selon le site Lesjours.fr, une pigiste arrivée 30 minutes en retard le 31 décembre a été licenciée sur le champ. Elle a eu le malheur d’aider une voisine tombée dans le hall de son immeuble. Cela faisait quatre ans qu’elle travaillait pour la chaîne. Y’a pas à dire, ça donne envie de postuler... 

(Chronique parue le mercredi 11 janvier en dernière page de l'Indépendant)

02/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Surinformés

franceinfo, lci, itélé, cnews, bfm, tnt

Et de quatre ! Quatre chaînes d'information en continu sur la TNT gratuite. Depuis hier soir, Franceinfo: a rejoint BFM, Itélé et LCI. Sur le canal 27, vous pourrez avoir un autre son de cloche que la très populiste chaîne de Bourdin, l'élitiste LCI, marquée économie ou la bling bling Itélé (bientôt Cnews) avec Laurence Ferrari et qui a failli recruter Morandini s'il n'avait pas dérapé dans ses castings douteux. Franceinfo: (avec deux points à la fin, le petit détail qui fait la différence) s'appuie sur le savoir-faire de l'audiovisuel public. France Télévisions évidemment mais aussi les journalistes de France Info, la radio. Un drôle de challenge pour ces hommes et femmes habitués aux studios sombres, de se retrouver sous les spots, obligés de regarder une caméra et de se maquiller avant de prendre l'antenne. Journaliste, un métier en perpétuelle mutation. Manque de moyens oblige, chaque présentateur de flash a suivi une formation en maquillage. Savoir se poser du fond de teint, une évidence pour la majorité des femmes mais un monde à découvrir pour les hommes. S'ils paraissent blafards ou luisants, ne leur en voulez pas. Ils débutent. Par contre pour ce qui est de distiller les infos, ils n'ont rien à prouver. Lancé sur le Web 24 heures en avance, Franceinfo : a un avantage considérable face à ses concurrentes : pas de pubs. Je suis un maudit des réclames. Chaque fois que je me branche sur BFM, je tombe sur de la pub. Alors je zappe sur Itélé. Et là aussi de la pub. Comme par hasard... Maintenant, je sais où aller pour les éviter.

09:33 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : franceinfo, lci, itélé, cnews, bfm, tnt

15/10/2013

NET ET SANS BAVURE : Stajière* aux manettes

itélé, coquilles, erreur, fauten canard enchaîné, bérurier

Se moquer des erreurs des autres n'est guère charitable alors qu'on en commet soi-même. A l'Indépendant on en laisse passer quelques-unes. Enaurmes* parfois. Et elles restent, car imprimées. Vous retrouvez les plus savoureuses dans notre dossier Bol d'Air de fin d'année, un must.

Dans le Canard Enchaîné, les coquilles sont collectées dans la célèbre rubrique « Rue des petites perles ». Anxieux, je la parcours chaque semaine en espérant ne pas m'y retrouver épinglé...

Les chaînes d'info en continu proposent aussi du texte à lire. Des télex éphémères, au bas de l'écran, souvent composés à la hâte. La légende veut qu'à iTélé c'est un stagiaire qui s'y colle. Résultats : quelques aberrations à se rouler par terre. Souvent corrigées dans la minute, elles sont très fugaces. Pour s'en délecter il s'agit d'ouvrir l'œil. Aujourd'hui -gloire à internet- vous les retrouvez durablement sur un blog intitulé simplement « Le stagiaire d'iTélé », dans des captures écran des meilleures approximations de ces derniers mois. Petit florilège pour la postérité : « Accident de train à Jean-Jacques* de Compostelle », « 100 détenus en grève de la fin* », « De notre correspondante à Londres (Etats-Unis*) » . Enfin savourez cette dernière, digne d'une réplique de Bérurier dans les enquêtes de San-Antonio : « C'est tellement facile de trouver un bouquet missaire*. »

* Il fallait lire, dans l'ordre : stagiaire, énormes, Saint-Jacques, faim, Grande-Bretagne, bouc-émissaire.

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant.