25/01/2015

BD : La politique en folie

aurel, dély, hollande, valls, léonarda, montebourg, taubira, glénat

Mieux qu'une rétro politique, cette BD écrite par Renaud Dély et dessinée par Aurel, vous permet de revivre de l'intérieur les récents soubresauts du pouvoir socialiste. Il voulait une « République exemplaire », il s'est rapidement retrouvé avec une « république des couacs ». Pauvre François Hollande, souvent dépassé par des ministres à l'égo sur-dimensionné. Après les calamiteuses affaires Léonarda et Florange, l'exécutif pense avoir atteint des sommets de cafouillage. Pourtant, en 2014, le gouvernement fera mieux. L'affrontement entre Christiane Taubira et Manuel Valls est l'exemple de cette schizophrénie du pouvoir. L'une veut vider les prisons, l'autre veut en construire de nouvelles pour y enfermer le plus de délinquants possibles. Les militants de gauche en perdent leur latin. Pendant ce temps, François Hollande, comme absent, se désintéresse un peu des affaires de l'Etat. Il est des rendez-vous qu'il ne faut pas manquer. Les discrets, en scooter... Le meilleur reste l'affrontement entre Ayrault et Manuel Valls, puis entre Valls (qui a terrassé l'élu nantais) et Montebourg. Avec en toile de fond l'émergence d'Emmanuel Macron... Cela nous promet une année 2015 des plus agitées.

« La République des couacs », Glénat, 15,50 €

 

 

 

02/11/2013

NET ET SANS BAVURE : l'humour incompris de Natacha Polony

Il faut bien l'admettre, l'humour trash est fréquent sur Twitter. Quand il vient d'une journaliste connue, la pilule passe moins bien.

Natacha Polony, Leonarda, racisme, twitter, givenchy

Hier matin, alors que la France se réveille à peine, Natacha Polony, une fois sa revue de presse diffusée sur Europe1, tweete une photo. Sur les marches d'une station de métro, une vieille femme, rom certainement, fait la manche, les jambes enroulées dans un plaid griffé Givenchy. Commentaire de Polony : "Leonarda de retour en France pour la fashionweek... »

Le tweet ne reste en ligne qu'une petite demi-heure car les réactions n'épargnent pas la "snipper" de l'émission de Laurent Ruquier sur France 2. "Honte", "Dérapage", "Humour beauf", "Xénophobie"... les anathèmes au premier degré déferlent. D'autres dénoncent le petit scandale avec finesse : "Twitter et l'instantanéité font beaucoup de mal aux idiots tout de même" ou le très inspiré trait de Didier Porte "Natacha Polony vient de découvrir que Twitter était un piège à surmoi... »

 

 

 

Face à l'ampleur du scandale, l'ancienne journaliste du Figaro tente un rétropédalage laborieux : "Bon, une photo insolite envoyée par un ami et un trait d'humour pas très drôle. C'est tout."

 

 

 

Oui, un moment d'égarement, quand les masques tombent...

Le paradoxe, comme le tweete Maelle & Diction, « La blague de Polony, avec plein de fautes et un avatar de Babar, ça faisait 1200 RT ». 

Mais le plus marrant, après coup, c'est de découvrir que sa revue de presse d'hier était consacrée aux "dérapages" de Marine Le Pen sur les ex-otages et de François Hollande à propos des footballeurs grassement payés...

Chronique "net et sans bavure" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant.