09/10/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Une star de la BD est née

laurel, ulule, record, comme convenu, californie

Le crowfunding ou financement participatif en français dans le texte, entre dans les mœurs. Si certains projets restent sur le bord du chemin, d'autres remportent un succès foudroyant. La plateforme Ulule vient d'exploser tous les records avec l'initiative d'une jeune dessinatrice de BD. Il y a quatre ans, Laurel quitte la grisaille de Metz pour s'installer avec mari et enfant à San Francisco. Co-créatrice d'une société de jeux vidéo pour smartphone, elle dessine les décors et personnages principaux. Tout ne se passe pas "Comme convenu" (titre de l'histoire) et face aux difficultés du quotidien, elle trouve un exutoire en racontant ses aléas sur son blog. Trois ans plus tard, à la tête de 260 pages, elle décide d'éditer ce pavé via le crowfunding. Elle calcule le budget nécessaire et arrive à la somme de 9 167 euros (en réalité 10 000 dollars tout rond). Une heure après l'ouverture du compte, l'objectif est atteint. Au bout de 24 heures, elle se retrouve à la tête d'un pactole de 100 000 euros. Hier, elle flirtait avec les 120 000 euros, soit plus de 1 300 % de la somme escomptée. Et il reste encore 28 jours de souscription... Son livre, avant même d'être imprimé, connaît le succès. Surtout, Laurel est rémunérée à la hauteur de son investissement. En se passant des intermédiaires (éditeurs, distributeurs, libraires), elle augmente considérablement ses droits d'auteur. Pour les fans, elle propose un pack à 3 186 euros avec visite de l'atelier, planche originale, tour en décapotable et dîner au pied du Golden Gate Bridge. Mais attention, le "trajet vers la Californie n'est pas compris dans le pack".

11/02/2014

DE CHOSES ET D'AUTRE : François Hollande à San Français-sco

françois hollande, san francisco, obama, usa, laurel, jeux vidéo, BD

Demain, François Hollande clôture sa visite officielle aux USA par une escale à San Francisco. Il y rencontrera des représentants de l'importante communauté française installée près de la Silicon Valley. Des entrepreneurs dans les nouvelles technologies, souvent obligés de s'expatrier pour se trouver au plus près des innovations et des décideurs. Ne pensez pas que cette communauté ne compte que des techniciens surdiplômés et fortunés. La conquête de l'Ouest est ouverte à tous. Il suffit d'un peu de talent, de pas mal de volonté et de bonnes idées.

Exemple avec Laurel. Cette dessinatrice de BD originaire de Metz, aurait tout à fait pu vivre de ses albums et illustrations dans la presse jeunesse. Sa rencontre avec Adrien a changé sa vie. Il l'aime, elle l'aime. Mais là n'est pas le sujet, même si Laurel doit sa notoriété à son blog largement autobiographique. Le jeune informaticien cogite sur la conception d'un nouveau jeu vidéo. Laurel se charge d'en dessiner l'univers. Une première version remporte un joli succès. Limité. Le couple décide alors de faire le grand saut. Depuis près d'un an ils ont créé une société près de San Francisco et travaillent d'arrache-pied sur de nouvelles créations. L'idée, le talent, la volonté : la trilogie magique pour réussir aux USA. Je ne sais pas si Laurel et Adrien feront partie des Français conviés à rencontrer le président Hollande, mais ils le mériteraient.

D'autant que Laurel, sur son blog (bloglaurel.com) compare la vie en France et aux USA. Pour l'instant, à part le système de couverture santé, les States mènent largement...

30/09/2012

Chronique : succès confirmé pour le Festiblog

festiblog, boulet, laurel, pénélope bagieu, margaux mottin, bastien vivès, delcourt, blogosphère

La BD bouge encore. Pour preuve le succès du Festiblog dont c'est la 8e édition ce week-end à Paris (cour de la mairie du 3e arrondissement). L'idée de ce festival est à mettre à l'actif de Yannick Lejeune. Il constate l'incroyable vitalité des blogs BD, propose aux plus célèbres de participer à une séance de dédicace en pleine rue. Quelques tentes, des auteurs en devenir n'ayant pour la plupart encore rien publié : le pari était risqué. Mais les milliers de visites virtuelles se transforment en milliers de visiteurs, en chair et en os.

Depuis, les pionniers sont devenus des valeurs sûres de la BD. Boulet explose les ventes avec ses « Notes », Laurel enchaîne les projets, Pénélope Bagieu vend des milliers de « Joséphine », Margaux Motin est incontournable dans les magazines féminins. Ces stars ne dédicacent pas au Festiblog de ce week-end. Place aux jeunes : dans le numérique, une génération ne dépasse pas 5 ans... Le festival s'est étoffé. Les partenaires se bousculent car le public est au rendez-vous.

Mais comme partout, les réussites font office d'arbre qui cache la forêt. La simplicité de mise en œuvre d'un blog BD ne garantit pas la qualité. Et Bastien Vivès, le premier, a osé une BD critique sur le phénomène. « La Blogosphère » chez Delcourt se moque de ces gribouilleurs tentés de reproduire les recettes des plus originaux. Une sorte de consécration pour un phénomène de mode de plus en plus concurrencé par les réseaux sociaux.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue samedi en dernière page de l'Indépendant

06/05/2012

Paroles de bêtes dans les aventures de Cerise, fille de Laurel

Laurel, Cerise, Lombard

Cerise est une petite fille de 9 ans comme les autres. Intelligente, joueuse, espiègle, elle aime les animaux. Tous les animaux, des chats de la maison (Brume et Pelote) aux araignées ou escargots. Aussi quand elle voit un sale gamin écraser un pauvre gastéropode, son sang ne fait qu'un tour. Recueillant la pauvre petite bête agonisant dans ses mains, cette dernière lui donne le don de communiquer avec les animaux. Un début un peu tiré par les cheveux mais qui permet ensuite à Laurel, la dessinatrice (et mère de Cerise) de multiplier les gags et histoires courtes. Directement inspirées de sa vie (Laurel est la célèbre blogueuse de « Un crayon dans le cœur ») ces scénettes sont parfois poétiques, souvent drôles et amusantes. Cerise, petite fille un peu naïve, est souvent la victime des blagues de sa mère. Mais elles ne sont jamais méchantes et on sent une réelle complicité entre elles. Cela fait tout le charme de ce premier album.

« Cerise » (tome 1), Le Lombard, 10,60 €

12:07 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laurel, cerise, lombard

14/04/2011

Questions de jeunes

elric, Laurel, Dargaud

Deux jeunes auteurs, passés par les blogs, ont mis en commun leur sensibilité pour réaliser ces 80 pages entre amour et mort. Laurel a signé le scénario. Elric les crayonnés. Puis Laurel a encré et colorié les planches alors que Elric se chargeait du lettrage.

Une collaboration concluante car ces créateurs sont encore en pleine recherche de leur style. Il ont travaillé sans contrainte, avec un plaisir et une soif d'apprendre qui illumine les planches.

L'histoire est celle de Harold. Il a 19 ans, une fiancée, Claire, mais n'arrive pas encore à franchir le pas question sexe. En plein été, il va passer une semaine chez sa grand-mère. Il y rencontrera une jolie rousse, Mathilde, un demi-frère et quelques chatons. Harold en plein doute sur l'orientation qu'il doit donner à sa vie. Encore rêveur, il a tendance à fuir face aux responsabilités.

Une BD initiatique dans laquelle nombre de jeunes adultes pourront se reconnaître.

 

« Marche ou rêve », Dargaud, 12,95 €

07:07 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elric, laurel, dargaud

20/02/2011

Mina s'émancipe

Lorris Murail, Laurel, Vents d'Ouest

Le succès de Carmina, série jeunesse de Lorris Murail et Laurel, a donné des idées aux auteurs. La petite sœur de Carmina, Mina, s'émancipe et a droit à sa propre collection. Mina, intelligente, curieuse et férue d'ésotérisme. Aidée par Grimoire, un programme informatique révolutionnaire, elle se transforme sur le net en Madame Divina, vieille dame un peu sorcière, un peu voyante, monnayant ses connaissances pour les victimes de fantômes, vampires et autres loups-garous. Dans ce premier album, Mina va se pencher sur le cas de la jeune Julie, bibliothécaire retrouvée inanimée dans « l'enfer » de son lieu de travail. Déguisée en Divina, Mina se laisse enfermer dans cette pièce sinistre et affronte, la nuit venue, les spectres et autres monstres qui sortent des livres les moins recommandables de la création. Le scénario de Lorris Murail, par ailleurs romancier pour la jeunesse, allie suspense et gags. Le tout est illustré par Laurel qui s'affirme de titre en titre comme une dessinatrice à la forte personnalité, ayant trouvé son style, spontané et moderne, grâce à son blog.

« Les enquêtes surnaturelles de Mina » (tome 1), Vents d'Ouest, 9,95 €

14/02/2010

Succulente nouvelle revue BD

Kramix 1.jpgKramix. Drôle de nom pour une revue de BD. Mais l'explication est facile quand on sait que ce bimestriel (qui paraît tous les deux mois donc) est édité par le Lombard, célèbre maison d'édition bruxelloise. Le cramique est une spécialité pâtissière belge. Les comics étant également une spécialité du Plat Pays, la fusion des deux a donné naissance à ces 52 pages de BD, tout en récits complets, disponible dans les librairies spécialisées pour la modique somme de 2 euros.

Le premier numéro a été présenté à Angoulême et avait la particularité d'être entièrement réalisé par des auteurs femmes. Et c'est à la crème de la profession que la rédaction a fait appel pour ce numéro faisant « La preuve par meufs ». Une couverture signée Pénélope Bagieu, une dernière page d'Hélène Bruller, un sommaire éditorial de Laurel : d'entrée la barre est placée très haut. Le reste est dans la même veine avec cet esprit humoristique si particulier, qui a pris son envol sur les blogs dessinés et remporte chaque jour un succès croissant. Si certaines signatures sont déjà bien connues des amateurs, d'autres sont à découvrir. Parmi les pages incontournables, ne manquez pas celles de Claire Bouilhac qui propose un match de catch entre la méchante sorcière et Blanche-Neige, Sandrine Revel qui nous dévoile le destin de deux « Femmes d'exception » (elle remporte la palme de l'humour noir) et surtout quatre pages de Gally sur la passion de son héroïne Bertille pour... les boutons. Pas ceux des vêtements mais les purulents, si agréables à crever...

« Kramix », Le Lombard, 2 euros

Le prochain numéro, pour les misogynes, paraîtra en mars et sera plus viril avec au sommaire Coyote, Foerster, Clarke, Nix, Relom et Julien/CDM.

04/10/2009

Les joies du camping

 

Carmilla 4.jpgC'est toujours un plaisir de redécouvrir le trait rond et charnel de Laurel. Cette jeune dessinatrice, qui s'est faite connaître en dévoilant ses états d'âme dessinés sur le blog « Un crayon dans le cœur », signe le quatrième album des aventures de Carmilla. Cette adolescente, dont les péripéties sont écrites par Loris Murail, est très actuelle. Elle confie à son journal intime les bons et mauvais moments de sa vie. Les bons c'est quand elle pense à son fiancé, Jo, les mauvais c'est dès que sa petite sœur, Mina, s'immisce dans sa vie privée. Dans ce nouveau récit, la petite famille de Carmilla part en vacances au camping les « Verts pins ». L'ennui est mortel, jusqu'au jour où Carmilla croise la route d'un mystérieux et jeune vacancier. Elle tombe amoureuse, mais lui reste étrangement atone, comme absent de notre réalité. Une histoire un peu à l'eau de rose (mais le public visé est clairement adolescent et de sexe féminin...) qui aborde pourtant nombre de problèmes plus sérieux comme le phénomène des locavores ou des médecines alternatives.

« Le journal de Carmilla » (tome 4), Vents d'Ouest, 9,40 €

10/10/2008

La campagne, ce cauchemar...



Ce qui arrive à Carmilla, adolescente urbaine contemporaine, on ne le souhaite pas à ses pires ennemis. Son père, comme possédé par le démon de l'écologie, décide de changer radicalement de mode de vie. Terminé la vie en appartement, vive le grand air de la campagne. Problème, la ferme tombe en ruine. Ecrite par Lorris Murail et dessinée par Laurel, cette série jette un regard moqueur sur ces citadins qui tentent de mettre leurs actes en conformité avec leurs idées. Et ce n'est pas facile. En plein hiver, la famille débarque dans une maison glaciale, dans un décor sinistre de campagne grise et triste. Et les clichés vont être alignés avec une belle régularité. Le compost sent mauvais, les éoliennes font du bruit, les légumes du jardin bio sont dévorés par les bestioles, il fait froid et les veillées en famille sont moins passionnantes que les dernières péripéties des élèves de la Starac... On ne comprend pas si c'est du premier ou second degré. Si les auteurs ont décidé de dégoûter les jeunes de la nature où s'ils se moquent de ces jeunes, dégoûtés de la nature. Ce petit manque de lisibilité dans le message ne doit pas cacher le très joli dessin de Laurel, doux, rond et enfantin.
« Le journal de Carmilla » (tome 3), Vents d'Ouest, 9,40 €


08:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laurel, murail, vents d'ouest

20/10/2007

Petits tracas d'une adolescente

medium_Journal_de_Carmilla_2.jpgLes adolescentes d'aujourd'hui ont toutes les chances de se reconnaître dans cette bande dessinée. Le problème c'est que les adolescentes d'aujourd'hui lisent très peu de BD. Elles sont plus sur le net, à commenter les blogs de leurs semblables. C'est peut-être cette constatation qui a guidé le choix de la dessinatrice de cette série écrite par Lorris Murail. Laurel a débuté dans le dessin en publiant sur son blog, « Un crayon dans le coeur », des croquis puis des notes plus construites où elle racontait avec force de détail sa vie au quotidien. Sa famille, ses premiers petits boulots, sa fille, sa séparation d'avec le père de cette dernière, ses conquêtes... Un blog parfois très fleur bleue, mais affichant une fréquentation qui a fait bien des jaloux. Bref, Laurel a un public et nul doute qu'il achètera le second titre de sa série. Et il n'aura pas tort car le résultat est plus que potable. Carmilla, adolescente amoureuse d'un garçon un peu trop passionné de foot, tente de comprendre avec ses copines du Tagada's club ce qui pourrait rendre un peu moins ignare la moitié de l'humanité. C'est souvent bien vu, jamais méchant, peut-être un peu trop superficiel. Mais dans le genre, rien n'égalera le Bidouille et Violette de Bernard Hislaire.
("Le journal de Carmilla", Vents d'Ouest, 9,40 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Vents d'Ouest, Murail, Laurel