20/01/2017

Roman : la catastrophe annoncée

La catastrophe annoncée Dans 100 jours, les Français votent. Début mai, ils auront un nouveau président de la République. Eric Pessan dans ce court roman, imagine le pire.

nuit second tour,pessan,albin michel,présidentielle,fn,le pen

A 20 heures, sur tous les écrans, l’extrême droite l’emporte. Immédiatement la ville s’embrase. David, cadre oppressé par un travail déshumanisé, n’ose pas rentrer chez lui. Mina, son ancienne compagne, a préféré anticiper et elle passe cette nuit sur un cargo à destination des Antilles. Mina, isolée mais aussi désespérée que David qui lui est au cœur de la tourmente. « La maladie a infecté la ville. C’est la nuit de la grande contagion généralisée. Attaqué par un virus, l’organisme élève sa température en dernier recours. » Conséquence, la voiture de David est incendiée par les mécontents. Si le roman a une trame amoureuse (Mina a quitté David mais le regrette), il est surtout intéressant par son analyse politique : « L’addition des crises et des promesses trahies, des dépressions et des chances ratées, des petitesses et des rancœurs, des ego et des arrivismes, plus la conviction profonde que le pire ne se produira jamais ont permis que cela advienne ». A lire avant d’aller voter…

➤ « La nuit du second tour » d’Eric Pessan, Albin Michel, 16 €

 

05/01/2017

De choses et d'autres : Période glaciaire

fillon,présidentielle,le pen,gorafi,congelationLes mauvais esprits du Gorafi ont encore frappé. Comme pour mieux remuer le couteau dans la plaie de tous les progressistes qui espèrent encore une autre solution qu’un duel Fillon - Le Pen au second tour de la présidentielle, ils ont imaginé le témoignage d’un homme choisissant «la cryogénisation pour enfin voir un président de gauche».

Certes le Parti socialiste, en pleine primaire, n’est pas à son meilleur niveau côté sondage. Mais il ne faut pas non plus exagérer. L’intérêt de se faire cryogéniser, c’est de se réveiller quelques siècles plus tard, au minimum. Histoire de pleinement profiter des progrès accomplis par la science. A priori, cinq années d’hibernation devraient suffire aux partisans de gauche. Car on fait confiance à la droite française pour raccourcir l’échéance si elle assurait cette fameuse alternance.

Par contre, pour ceux qui voudraient véritablement se congeler pour ne pas voir la catastrophe annoncée, j’ai la solution miracle: écouter minutieusement le programme de François Fillon ou de Marine Le Pen. Dans un premier temps ça fait froid dans le dos, puis on est saisi de la tête aux pieds, comme figé par un blizzard venu directement de la période glaciaire. Alors si le peuple de gauche ne veut pas grelotter en mai prochain, il devra se mobiliser fin janvier. 

14/04/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : La nouvelle aristocratie de la politique

clinton, bush, le pen

Le renouvellement de la classe politique laisse à désirer. Le suffrage universel permet normalement de donner sa chance à tout un chacun. Dans les faits, seules les têtes changent, les mêmes noms reviennent toujours. Aux USA, dimanche soir, Hillary Clinton annonce son intention de briguer la présidence des USA. Si, en 2016, elle est élue par les démocrates, elle deviendra First Lady au sens propre, à la tête de la première puissance mondiale. Pourtant elle ne sera que la seconde Clinton, Bill, son mari l'ayant précédée à la Maison Blanche. Et si elle échoue, pas de problème, leur fille Chelsea se positionnera certainement sur les rangs tôt ou tard.

La famille républicaine ne se diversifie guère plus. L'épouse de l'ancien président Clinton risque d'affronter le frère de l'ancien président Bush. Qui lui-même était le fils du premier président Bush. En résumé, le duel se réduit à "la femme de contre le frère de... »

En France, l'aristocratie a perdu le pouvoir en 1789. Hormis quelques baronnies locales (souvent dans le sud), les fils de ou femmes de, ne sont pas légion. Reste le cas du Front national. Un peu comme les Bush, on se trouve face à un coup de billard à trois bandes. Le père, poussé vers la sortie par la fille, décide finalement de céder sa place à la petite-fille.

Ainsi, presque chaque année, les Français peuvent piocher des bulletins de vote au nom d'un quelconque Le Pen, entre les présidentielles (déjà six fois) et les Européennes (tous les trois ans depuis 1984). Et comme Marion n'a que 24 ans, on en arrive à la quadrature du cercle.

19:59 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clinton, bush, le pen

17/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET: Roucas, Dahan... humoristes en perdition

 

jean roucas, gérald dahan, jean vincent placé, le pen, humour, twitter

Ils ne nous font plus rire. Jean Roucas et Gérald Dahan, quasiment simultanément, quittent le cercle des humoristes pour celui des tristes sires. Le premier s'affiche en tête des soutiens de Marine Le Pen à l'université d'été du Front National, le second publie un tweet raciste et insultant sur Jean-Vincent Placé, leader écologiste. Si le cas de Jean Roucas, chansonnier rarement inspiré, déjà étiqueté « populaire tendance populiste » dans le défunt Bébête Show, n'étonne pas grand monde, le dérapage de Gérald Dahan interpelle. Hier matin, il tweete ce trait d'esprit qu'il croit certainement drôle : « Jean-François Placé on dirait Eva Joly qui reviendrait de Fukushima ». Réplique immédiate de l'intéressé, toujours sur Twitter : « Moi, c'est Jean-Vincent :-) Vous êtes humoriste ? »



En plus du caractère ouvertement raciste de la blague (Jean-Vincent Placé est d'origine asiatique), Dahan se trompe sur le prénom. L'imitateur, connu pour ses canulars téléphoniques, réussit l'exploit de se mettre tout Twitter à dos et permet au sénateur Vert de redorer son blason sur les réseaux sociaux après quelques petits dérapages, comme cette photo où il exhibe fièrement sa pêche du jour, un bar de 47 cm, cliché comparé à celui de Poutine et son brochet. Jean Roucas ne faisait plus rire depuis longtemps. Gérald Dahan est sur la même pente.

Etrange comme certains humoristes vieillissent mal. Finalement, Coluche, Le Luron et Desproges ont eu raison de partir « jeunes ». 

Edit : Gérald Dahan a réagi et garde son tweet en l'état.