11/07/2017

Livres de poche : intrigues à travers les siècles


Printemps 1728. On traîne un homme jeune, bien habillé, dans les rues de Londres, jusqu’à la potence de Tyburn. À son passage, la foule le raille, le traitant de meurtrier. Thomas Hawkins essaie de rester calme. Il est innocent. Il sait, bien sûr, que tout est de sa faute. Il était si heureux avec Kitty Sparks. Pourquoi s’est-il mis à fréquenter le criminel le plus dangereux de Londres ? Un polar dans l’entourage de la maîtresse du roi dans cette Angleterre que connaît si bien Antonia Hodgson.
➤ « La trahison de la reine », 10/18, 8,80 €

Panique à Paris, la peste est de retour ! Voltaire aussi ! Une maladie mystérieuse affole la capitale, et voilà notre philosophe assailli de toutes parts. Policiers et médecins sont à ses trousses, mais plus étrange encore, Voltaire est poursuivi par un Anglais nommé Hyde et par son frère Armand avec qui on le confond sans cesse. Grâce à la plume de Frédéric Lenormand, nous voilà à nouveau embarqués dans une réjouissante aventure du philosophe le plus pétulant de l’histoire de France.
➤ « Docteur Voltaire et Mister Hyde », Editions du Masque, 7,90 €

1871. L’heure de la Commune de Paris sonne. Une bande d’amis vit la fièvre de l’insurrection. Ils se nomment Vallès, Verlaine, Courbet, Gill, Marceau, Dana… Mais le temps des cerises s’achève dans le sang. Dana, en fuite, est condamné à mort. Son souvenir obsède Marceau. Trente ans plus tard, il croit le reconnaître parmi les figurants du premier western de l’histoire du cinématographe. Patrick Pécherot signe un roman noir où la verve populaire et le goût du mystère s’allient à la précision de la reconstitution historique.
➤ « Une plaie ouverte », Folio Policier, 7,20 €

12:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : masque, 1018, folio

26/01/2014

Livre : Dealer en panique

fitz, gay, corps, polar, masqueFitz, héros récurrent d'Olivier Gay, n'est pas recommandable. Dealer des nuits parisiennes, il attire autant les ennuis que les belles filles en quête d'un peu de rêve.

 

Pour cerner la personnalité de John-Fitzgerald Dumont, Fitz pour les intimes, il suffit de lire ce passage en début de roman. Après une sortie en boîte samedi soir très arrosée, une nuit torride en compagnie d'une élégante avocate rencontrée dans le cadre de son « travail » (Fitz est dealer de cocaïne), un dimanche chez ses parents (qui ignorent tout de ses activités délictueuses) accompagnée d'une amie cliente chargée de jouer le rôle de la fiancée officielle et la livraison en urgence de quelques grammes chez un député en vue, Fitz se lève vers midi. « J'avais toujours aimé le lundi. C'est ce jour-là, lorsque je pouvais rester sous la couette alors que les travailleurs de France et de Navarre se pressaient pour affronter une nouvelle semaine que je réalisais vraiment à quel point je menais une existence privilégiée. » Mais ce qui est vrai le lundi à midi, n'est pas toujours confirmé le lundi soir.

 

Cambrioleur ou tueur ?

Entretemps Fitz a boulotté quelques croissants, bu du café et fait une partie de jeu vidéo en ligne avec Bob (mystérieux hacker rencontré dans le cadre de ses deux précédentes enquêtes) avant d'aller se promener sur les Champs Elysées. Bob très curieux, est resté connecté. Il a la possibilité de voir et d'entendre ce qui se passe dans l'appartement de Fitz. Il assiste donc (et enregistre) l'arrivée d'un étrange cambrioleur. Ce dernier n'est pas là pour voler mais éliminer Fitz. La preuve ? Au téléphone, il demande à son interlocuteur : « Mais je fais quoi du corps ? », terrible phrase qui donne son titre au roman d'Olivier Gay. Bob prévient Fitz et lui recommande d'éviter de rentrer chez lui dans l'immédiat.

Voilà comment débute une sale semaine pour un héros qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Il trouve refuge chez son pote Moussah, vigile survitaminé pour des sociétés de gardiennage. Il embarque dans sa cavale la belle Deborah, professeur dans un collège, celle qui accepte de jouer le rôle de Mme Fitz contre quelques grammes de cocaïne et un bon restaurant. Le trio va tenter de comprendre ce qui a déclenché cet engrenage.

Un partie d'explication se trouve en première page des journaux. Le dimanche soir, Fitz a répondu en urgence à la demande pressante de Georges Venard, 37 ans, député de gauche, très actif dans la défense du mariage pour tous (il est gay et le revendique) mais également un peu accro à la poudre blanche. Quand Fitz s'est rendu chez lui, il a trouvé porte close. Dans l'immeuble il a croisé un homme, soupçonneux. Quand il apprend que Venard s'est suicidé chez lui, Fitz subodore une histoire plus compliquée, voire un meurtre déguisé. Mais comment se défendre quand on ne sait pas qui est son ennemi ?

Jeune auteur lancé dans le grand bain de l'édition après avoir remporté le prix du premier roman au festival de Beaune, Olivier Gay prouve qu'il tient la distance. Son coup d'essai, déjà transformé, se transforme en œuvre avec ce troisième polar. Fitz y acquiert un peu plus de profondeur psychologique. Un dealer par nécessité, pas toujours à l'aise dans ses baskets dans ses activités illégales. Il a tout du joueur de poker quand il lance une grosse opération de bluff pour se tirer des griffes de ceux qui veulent l'éliminer. Il y démontre aussi toute sa science de la stratégie qui en ferait un excellent joueur d'échecs.

Et comme Olivier Gay a de la suite dans les idées, il place en début et fin de roman, deux courtes séquences indépendantes chargées d'appâter le lecteur. En fait, les ennuis de Fitz ne font que commencer...

 

« Mais je fais quoi du corps ? », Olivier Gay, Le Masque, 16 €

 

 

09:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fitz, gay, corps, polar, masque

14/03/2013

BD : Masque de fantôme

masqué, fraffort, créty, lehman, delcourt

Grand admirateur des super héros, Serge Lehman a délaissé le roman pour signer un scénario de BD mêlant uchronie, fantastique et psychologie. « Masqué » est dessiné par Créty, au trait sombre et dynamique. Le troisième tome vient de paraître, le quatrième (et dernier de la série) est annoncé pour avril. Les impatients seront comblés. Frank Braffort, soldat français blessé au cours d'une mission dans le Caucase, est investit par une mystérieuse force. Des pouvoirs sans limite qu'il exploite en devenant un homme masqué. Mais il se trompe de camp. Il se met au service du préfet Beauregard, un homme politique sans scrupules, prêt à tout pour diriger d'une main de fer la ville de Paris, l'autre héroïne de la série. Cet épisode se déroule en partie à Notre Dame. Braffort va affronter une gargouille (ou chimère) qui a tout d'un démon. Beaucoup d'action dans ces 46 pages mais aussi une réflexion profonde sur le pouvoir, l'obéissance et l'endoctrinement des foules, avec de vrais morceaux de Guy Debord au détours de certaines cases...

« Masqué » (tome 3), Delcourt, 13,95 €


08:56 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : masqué, fraffort, créty, lehman, delcourt

18/06/2012

Un méchant gazeux face à un gentil Masqué

 

Lehman, Créty, Masqué, Delcourt

Célèbre auteur de science-fiction français, Serge Lehman s'essaie à la BD depuis quelques années. Toujours dans son domaine de prédilection et plus spécialement les super héros dans « Masqué », série dessinée par Stéphane Créty. Dans un Paris futuriste replié sur lui même, où les très riches ne sont jamais plus au contact des très pauvres, des phénomènes anormaux se multiplient. Un ancien militaire, Braffort, va se transformer alors qu'un de ses collègues, lui aussi va évoluer au contact d'un gaz toxique. Le premier va devenir une sorte de vengeur masqué alors que le second se transforme en fuseur, être gazeux animé de noirs desseins. Un tome 2 tout en action et en combat au dessus d'une capitale transformée. Une transition, comme pour mieux fixer ce monde aux multiples possibilités. Prometteur.

 

« Masqué » (tome 2), Delcourt, 13,95 €


 

08:19 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lehman, créty, masqué, delcourt

23/01/2012

Des anomalies parisiennes au centre de "Masqué", nouvelle série de Serge Lehman et Créty

Masqué, Delcourt, Créty, Serge Lehman, Paris

Paris, dans un futur très proche, est en pleine mutation. Le Préfet de police a les pleins pouvoirs et est devenu une vedette. Il a même des fans. Un homme mystérieux qui entend profiter des nombreuses « anomalies » apparues depuis quelques années. Ces anomalies vont de l'hologramme géant d'un homme masqué au-dessus de Montmartre à un glisseur mirage, homme lumière volant sur une planche de surf. Et puis il y a ces machines, venues de nulle part, sans but mais de plus en plus complexes. La dernière est humanoïde et a tenté d'assassiner le préfet de police. Heureusement il a été sauvé par Braffort, un ancien militaire à la dérive après avoir été blessé dans le Caucase. Braffort qui pourrait être une pièce maîtresse dans cette  partie souterraine se jouant sur l'échiquier géant qu'est la capitale.

Le premier tome de cette série écrite par Serge Lehman (un des meilleurs auteurs SF français) est époustouflante. D'inventivité d'abord. Ces anomalies imposent une ambiance entre progrès technologique et revival du passé. De psychologie ensuite. Les différents protagonistes, loin d'être d'un bloc, sont complexes. Créty, au dessin, renforce cette image d'un Paris futuriste où tout est possible. Certaines doubles planches méritent d'être exposées tant elles foisonnent de détails. Une série prévue en quatre tomes à paraître en moins d'une année.
« Masqué » (tome 1), Delcourt, 13,95 €