19/03/2017

DVD et blu-ray : Ce Ciel ressemble à l'Enfer

 


Sonia (Noémie Merlant) et Mélanie (Naomi Amarger) n’ont absolument rien en commun. La première a un père d’origine maghrébine. L’islam elle en a beaucoup parlé avec son grand-père quand elle était enfant. La seconde est élève en seconde S, brillante, investie dans une association humanitaire, musicienne dans l’âme (le violoncelle). Toutes les deux tombent dans filets des recruteurs de l’État islamique. Deux parcours différents pour au final une seule et unique ligne d’arrivée : l’enfer de la Syrie, chair fraîche pour de pseudos combattants pour un monde plus religieux. « Le ciel attendra » est un film à montrer à tous les jeunes Français. Sans exception. Marie-Castille Mention-Schaar a monté ce film dans l’urgence.
■ Un mal profond
Car le mal est profond dans notre société. Aidée d’Emilie Frèche au scénario, elle a imaginé le parcours de deux jeunes filles, embrigadées dans les rangs de Daech. Une œuvre de fiction inspirée de parcours réels. Dans le DVD, on trouve en bonus quelques scènes coupées mais surtout un long entretien de la réalisatrice. Marie-Castille Mention-Schaar raconte la genèse du film.
Ses interrogations puis son travail de terrain avec Dounia Bouzaar pour avoir une matière véridique avant l’écriture du scénario en collaboration avec Emilie Frèche. Une fois le projet monté, à trois jours du dé- but du tournage, le 13 novembre 2015 a failli tout remettre en question. Mais après un week-end d’interrogations et une large concertation de l’équipe (et notamment des jeunes actrices), la décision a été prise de continuer. Comme un devoir pour expliquer les dérives de ces adolescentes, comme la jeune fille héraultaise, interpellée il y a quelques jours après avoir épousé un djihadiste avec qui elle comptait commettre un attentat contre la Tour Eiffel. Un nouveau télescopage entre ce film essentiel et l’actualité. 
➤ « Le ciel attendra », UGC, 19,99 € le DVD et le blu-ray

05/12/2014

Cinéma : L'héritage de la transmission

Le film « Les Héritiers » de Marie-Castille Mention-Schaar est une formidable bouffée d'espoir dans cette période de doute sur la jeunesse française.

héritier, dramé, mention-Schaar, shoah, déportés, lycée, créteil

Ce n'est pas un documentaire, mais parfois le film a des accents de vérité étonnants. « J'ai voulu être au cœur de la classe, explique la réalisatrice. J'ai rencontré la véritable prof, je l'ai suivie en cours pour voir sa manière de travailler. » Conséquence on a l'impression qu'Ariane Ascaride a toujours enseigné. Elle incarne cette enseignante volontaire et ouverte, de celle qui marque des générations d'élèves, leur redonne confiance, permet un total épanouissement dans un système éducatif sclérosé mais qui pourtant fonctionne parfois très bien.

 

 

 

Ahmed Dramé, l'interprète de Malik, aura été du début à la fin de cette aventure. Véritable élève de la classe lauréate, il a percé au cinéma en obtenant des petits rôles et surtout en proposant le scénario à Marie-Castille Mention-Schaar. A la base le concours devait parler de slam et de poésie. Mais la réalisatrice, également productrice du film, a préféré s'inspirer de l'histoire vraie, si belle et merveilleuse. Le film joue sans cesse sur la corde raide. Le racisme, latent à tous les niveaux de notre société, oblige à une grande prudence. Au final l'équilibre est parfait entre devoir de mémoire pour dénoncer la Shoah et outil militant afin d'alerter la population sur les autres dérives. Une véritable œuvre de salubrité publique à montrer dans tous les lycées de France.