27/11/2017

Polar : Quand la mort frappe les enfants de la Meute

 


Moitié cité ghetto, moitié campagne perdue. Le polar de Jérémy Bouquin fait le grand écart entre deux mondes que tout oppose. Deux sociétés qui à priori ne se rencontrent jamais. Pas les mêmes codes ni populations. À moins que certains aient cette double origine comme Garry, le personnage principal de cette histoire ramassée sur deux jours. Garry a longtemps zoné dans cette banlieue parisienne où la came est le seul espoir de s’en sortir. Il y a grandi, faisant semblant d’aller à l’école.
Et l’été, sa mère le laissait, avec son grand frère Karl, chez le grand-père. Papy comme il dit. Un vieux qui pourrait être sympa avec son côté original d’ermite vivant en quasi-autarcie dans sa cabane au fond des bois de La Meute, minuscule village du Jura. Mais c’est en réalité la pire raclure qui existe.
■ Sec et incisif
Garry n’est pas mieux. Il revient dans la cabane car il cherche un endroit où se planquer. Il vient d’enlever un gamin, Yannis. Le fils de son « patron », un gros dealer qui gère son réseau depuis la prison. Garry est en service commandé. Mettre Yannis à l’abri, loin de sa mère, car le caïd va s’évader.


Les retrouvailles permettent de comprendre les rapports entre le vieux et son petit-fils. Pas de respect. Papy redoute que Garry soit un « pédé », pire qu’il « baise avec une bougnoule ou une négresse ». Raciste, intolérant, paranoïaque, le papy ne croit plus en l’Humanité. Sans doute s’est-il trop côtoyé car au fil des pages, Jérémy Bouquin dévoile la véritable personnalité de Papy. Raclure est finalement très gentil.

La suite du polar, sec, incisif, violent, est digne des meilleurs romans noirs. Garry, après une course au village revient à la cabane. Et là, « Crevé. Le chien, sur le côté, par terre, la gueule ouverte, la langue dehors. Le corps tordu dans une flaque de sang, sur le seuil de la maison. Il a tenté de protéger son maître. (...) J’observe autour de moi, la forêt, les arbres dansent. Le rideau de pluie, le vacarme lourd et effrayant. L’orage approche ». La tension monte à son maximum.
Car un troisième larron entre en scène. Il est chargé de retrouver le gamin. Et n’a pas l’intention de faire de cadeau ni de quartier. Le déchaînement des éléments se dispute avec celui de la violence du nouveau venu qui lui aussi a quelques comptes à régler avec le Papy. Un texte très dur, sans concession, mais on comprend au final que le malheur de ces enfants de La Meute justifie tous les excès, toutes les horreurs, passées et présentes. 
➤ «Enfants de la Meute» de Jérémy Bouquin, Rouergue Noir, 18 €

02/11/2015

BD : L'effet de meute

 
 
Après les vampires (Rapaces), Jean Dufaux décide d'épingler les loups-garous à son tableau de chasse. Le scénariste a demandé à Boiscommun d'illustrer cette nouvelle série fantastique. Comme souvent avec Dufaux, l'histoire est racontée par l'intermédiaire d'une jeune femme. Otis Keller est la fille d'un aristocrate distingué. Son père mène une vie sage, excepté ses parties de chasse avec des amis chaque mois. Il disparaît durant trois ou quatre jours et en revient épuisé. On comprend vite qu'il s'agit d'un loup-garou qui rejoint le reste de la meute pour une virée sanglante. Insoupçonnables, bien cachés, ces prédateurs sont tous d'un milieu aisé et à des postes haut placés. Otis elle aussi commence à ressentir l'envie de chair fraîche, mais les « femelles » ne sont pas conviées aux chasses. Par contre son jeune frère semble avoir un énorme potentiel. Entre complot, enquête policière, et petite amourette, l'album propose de nombreuses pistes. La seconde (et dernière) partie annoncée en janvier devrait conclure l'épopée dans un déchainement de violence.

 

« Meutes » (tome 1), Glénat, 14,50 €