10/07/2017

De choses et d'autres : La souris croquée au sommet du Chat

L’été, certains saisonniers, plutôt que de vendre des beignets sur la plage ou servir des moules à des touristes rouge écrevisse, se font embaucher sur la caravane publicitaire du Tour de France. Voilà un job royal. Fatigant mais original. Les plus anciens se souviennent d’Yvette Horner jouant de l’accordéon au sommet d’une camionnette. On a le public qu’on peut. Aujourd’hui les marques recherchent surtout de jolies hôtesses capables de sourire dix heures d’affilée sans que leur visage ne se transforme en masque d’effroi. Pas évident quand les plaisanteries salaces et autres gestes déplacés accompagnent leur passage en tenue légères, chaleur et élégance obligent.
Hier, parmi les partenaires, le Journal de Mickey a provoqué une grosse frayeur aux organisateurs. La souris mondialement célèbre, sur sa voiture rouge et jaune vantant la diversité de son hebdomadaire, redoutait une des difficultés de la Grande Boucle. Quand Mickey s’est engagé sur la route du Mont du Chat (col hors catégorie), la tension était à son comble.
Qui de la souris ou du chat l’emporterait ? KO technique pour le félin, ses pentes ayant rapidement mis à mal la boîte de vitesse de Mickey. Immobilisé sur la petite route sinueuse, tout le monde a paniqué. La souris, telle la sardine dans le port de Marseille, allait-elle bloquer le peloton ? Heureusement, la caravane publicitaire a beaucoup d’avance sur les coureurs et quand Warren Barguil puis Froome sont passés, la souris avait disparu dans son trou.

Chronique Parue lez 10 juillet en dernière page de l'Indépendant

19/10/2016

Livre : Mickey décortiqué

mickey,disney,safra,vendémiaire

Ambitieux livre que cette « Face cachée de Mickey Mouse » de Clément Safra. Ce spécialiste du cinéma hollywoodien va beaucoup plus loin que l'analyse de l'animation ou des évolutions graphiques de la célèbre souris imaginée par Walt Disney. Dans ces 200 pages richement illustrées, il aborde des thèmes plus spécifiques et pointus comme sa comparaison avec des acteurs de chair et de sang ou l'anthropomorphisme de cette Amérique animée. En réalité, ce livre nous apprend aussi que la carrière de Mickey est relativement brève. Héros de films courts destinés à être diffusés en ouverture des long-métrages, il n'a jamais eu son grand film à lui. Une volonté de Walt Disney, selon l'auteur, qui a préféré conserver sa « mascotte » comme symbole de sa société de production. Et c'est vrai qu'aujourd'hui, Mickey n'est plus qu'un Logo formé de trois cercles qui nous fascinent.

« La face cachée de Mickey Mouse », éditions Vendémiaire, 25 euros

 

 

09/03/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : YouTube, tuyau d'argent

youtube, kev adams, cyprien, norman, mickey

Pauvre Kev Adams, à peine arrivé au sommet, déjà oublié. Le champion du box-office français en 2015 ("Les Profs 2", "Aladin") chute brutalement dans le classement des personnalités préférées des Français de 7 à 14 ans. En tête l'an dernier de ce "Top 50" proposé par Le Journal de Mickey, il redescend en 3e position, terrassé par les stars de YouTube. Cyprien et Norman, jeunes humoristes riches de millions d'abonnés sur la plateforme vidéo, font une entrée très remarquée, propulsés illico à la première et seconde place.

Pour ceux qui en doutent, voilà la preuve que les jeunes sont de grands consommateurs d'images. À la télévision bien évidemment mais de plus en plus sur leur ordinateur ou smartphone. Où la facilité d'accès prime sur la qualité. Car il faut bien l'avouer, en dehors de tout clivage générationnel, Cyprien et Norman ne se posent pas en génies de l'humour et de la transgression.

Par contre, ils semblent avoir compris comment faire fructifier cette célébrité naissante. La très officielle Direction générale de la répression des fraudes vient de lancer une enquête au sujet de publicités cachées dans des clips. Selon le site des Inrocks, une dizaine de vidéastes ont perçu entre 20 000 et 100 000 euros pour chanter les louanges d'une marque de voiture. À cause de cette publicité dissimulée, leur amende pourrait atteindre le montant encaissé. La publicité pour des marques n'est pas interdite. Encore faut-il dûment signer un contrat. Et payer les taxes et impôts afférents.

La valeur (de l'argent) n'attend pas le nombre des années.

BD : Mickey, l'éternel inspirateur

disney,mickey,cosey,glénat

Qui n'a pas rêvé, enfant, en lisant des histoires de Mickey dans le journal éponyme ? Ou en vibrant devant ses dessins animés ? Le personnage, imaginé par Walt Disney, a rapidement été confié à de multiples dessinateurs pour une présence massive dans les innombrables revues portant son nom. Des 'exécutants' rarement identifiés car il n'y a qu'une seule signature, celle de Disney. Pour la première fois, le personnage va vivre des aventures sous les plumes et pinceaux de créateurs aux parcours riches et personnels. Entre l'hommage et la réinterprétation du mythe, deux premiers albums viennent de sortir. D'un côté Trondheim et Kéramidas, de l'autre Cosey. L'auteur suisse de Jonathan a particulièrement réussi son coup dans l'exercice imposé. L'histoire se déroule au cours des années 20 aux USA. Mickey vivote en écrivant les scénarios de films comiques où les vedettes sont des animaux. Mais son producteur veut de la tragédie, de l'amour, du Shakespeare. Dans un train, en pleine nuit, une mystérieuse femme s'assoit à côté de lui. Coup de foudre ? L'album intitulé 'Une mystérieuse mélodie' est sous titré 'Comment Mickey rencontra Minnie' ne laisse que peu de suspense sur la fin. Le trait de Cosey, rond et épais, permet avec une incroyable économie de moyens de faire passer une foule d'émotions et d'attitudes. L'histoire a la douceur ety la simplicité de l'Amérique de ces années où personne ne craignait l'avenir. Un petit bijou qui saura plaire aux amateurs de Disney comme à ceux qui considèrent, à juste titre, Cosey comme un grand dessinateur trop souvent cantonné dans un certain style.

'Une mystérieuse mélodie', Glénat, 17 euros

 

16:22 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : disney, mickey, cosey, glénat

06/01/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Cherchez le message caché

disney, code, cachette, mickey

Image d'Épinal, image subliminale : on ne voit pas forcément tout ce que les illustrateurs mettent dans leurs créations. Des passionnés se sont par exemple amusés à décortiquer tous les dessins animés de Disney. Et nombre de bonus cachés ont été révélés par les meilleurs observateurs.

Régulièrement, d'autres personnages font des apparitions fugitives. Qui a remarqué la présence de Dumbo (sous la forme d'une peluche) dans le film "Lilo et Stitch" ou que Nemo le petit poisson, nage au milieu des saumons dans "Frères des ours". Autre spécialité des animateurs Disney, placer la tête de Mickey un peu partout. Simplifiée au maximum, elle n'est plus qu'un gros cercle surmonté de deux plus petits pour les oreilles. Mickey prend donc l'apparence de bulles de savon dans Blanche-Neige ou de melons sur l'étal d'un primeur dans Lilo et Stitch.

Loin d'être nouvelle, cette pratique d'insérer un symbole caché dans une illustration plus grande est très ancienne, on en a retrouvé dans les vitraux de certaines abbayes. Une constante à travers les âges et les civilisations.

Comme si l'esprit humain était incapable de se contenter de choses simples. La porte ouverte à tous les amateurs de complot dotés d'un peu d'imagination. À l'instar des billets de 1 dollar US, illustrés par la prétendue pyramide des illuminatis.

Quant à cette chronique, n'étant pas illustrée, si elle cache quelque chose, c'est un mot particulier ou une suite de mots (en rouge sur le blog). Un jeu de piste, une contrainte, qui débute aujourd'hui et se prolongera demain avec un nouveau mot. Ainsi, au fil des parutions, les lecteurs attentifs et fidèles pourront lire une chronique cachée dans les chroniques...

16:10 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : disney, code, cachette, mickey

23/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Mickey vote Stromae

mickey, stromae, enfants, personnalités, tal, gims,

Plus rien n'arrête Stromae. Le chanteur belge, après avoir trusté les Victoires de la Musique et les ventes de disques, fait une entrée remarquée dans le classement annuel des personnalités préférées des 7 n 14 ans publié dans le Journal de Mickey. Loin d'être anecdotique, cette liste est toujours très attendue car elle préfigure la réussite des stars des prochaines décennies.

En accédant d'entrée à la première place avec une notoriété de 92 % et une note de 8,5 sur 10, Stromae semble bien parti pour une longue carrière. Un résultat quand même étonnant dans la mesure où les textes de ses chansons n'ont rien à voir avec les poèmes à deux balles de celles des autres chanteurs classés dans le "top 10 Mickey" comme Maître Gims, Tal ou M Pokora. Que peut comprendre un petit garçon de 8 ans au "jusqu'aux prochaines règles" du refrain de "Tous les mêmes" ?

 

Stromae, sous ses airs de chanteur à la mode, est un touche-à-tout de génie. Dernière trouvaille, une mise au placard (hélas) de sa tentative d'imposer l'un de ses morceaux comme hymne officiel à l'équipe de Belgique, les Diables rouges, qualifiés pour le prochain Mondial au Brésil. Dans la leçon n° 28, série de courts-métrages dans lesquels il explique son processus de création, il essaie de convaincre les joueurs de participer à un clip officiel. L'un doit interpréter... le ballon, l'autre la "mère" en train de passer la serpillière, le tout dans un gigantesque labyrinthe. Tourner une vidéo surréaliste avec du football, seul un grand artiste en est capable.

En France, on doit se contenter de Francis Lalanne...

31/10/2013

NET ET SANS BAVURE : Horreur trop mignonne au pays de Mickey

 

disney,mickey,parc,horreur,halloxeen,escape from tomorrow,randy moore

Petit avec de grandes oreilles. Et méchant. Très méchant ! Le mythe Disney est méticuleusement dézingué dans un petit film indépendant américain tourné à la sauvette en noir et blanc. Mickey en personnage d'un film d'horreur, il fallait oser. « Escape from tomorrow » réussit le double exploit d'être célèbre sans le moindre budget promotionnel et de tirer profit de l'univers Disney sans reverser un seul centime à la multinationale du divertissement.

Randy Moore, le réalisateur, n'a pas les moyens de se payer des décors gigantesques. Il a l'idée de tourner son histoire directement dans Disneyland, avec des téléphones portables, des acteurs professionnels et les milliers de figurants gratuits. Présenté au festival de Sundance, le film enthousiasme le jury et la bande annonce se propage sur le net.

disney,mickey,parc,horreur,halloxeen,escape from tomorrow,randy mooreAvant même sa sortie en salle, l'histoire de cette famille modèle prise au piège d'une machine à broyer l'imaginaire est devenue culte. En ce jour d'Halloween, rendons grâce à Randy Moore. Si son « Escape from tomorrow » connaît la même carrière que « Le projet Blair Witch », plus la peine d'engager des frais en déguisements horribles et coûteux (zombies, vampires, sorcières...) pour nos mômes chasseurs de bonbons. Un simple masque de Mickey ou de Donald et vos voisins videront leurs réserves pour éloigner le Mal absolu de leur demeure.

La BD Walking Dead sera prépubliée dans le journal de Mickey et les petites filles gothiques s'habilleront comme Minnie. Du monde des rêves à celui du cauchemar...

Chronique "Net et sans bavure" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant. 

disney,mickey,parc,horreur,halloxeen,escape from tomorrow,randy moore


01/11/2012

Chronique : Disney achète une étoile à 4 milliards de dollars

georges lucas, lucas filmp, disney, star wars, jedi, mickey, bugarach

Ceux qui doutaient de la prochaine fin du monde ont l'air fin aujourd'hui. Le temps n'est plus aux interrogations depuis l'annonce, ce lundi soir, de l'achat de la société de production Lucas Film par le géant Disney. Une transaction de 4 milliards de dollars. Georges Lucas, créateur de Star Wars, est donc passé du côté obscur. S'il abandonne sa franchise, acceptant même la mise en chantier d'un septième opus (sortie annoncée en 2015), tout espoir est mort. Cet extraordinaire visionnaire empoche le pactole. Cela lui laisse moins de deux mois pour le dilapider. A moins qu'avec cette montagne de dollars il ne se rabatte sur un autre sommet, le fameux Pic de Bugarach... 

georges lucas, lucas filmp, disney, star wars, jedi, mickey, bugarachCe qui est certain, c'est que la vente de Star Wars provoque une pléthore de réactions sur les réseaux sociaux. Le moindre geek connaît sa trilogie par cœur, tel un séminariste les évangiles. La greffe de Disney sur cet univers donne beaucoup d'idées, souvent farfelues, de remakes sauce « grandes oreilles » : « L'empire contre Tic et Tac », « La belle Leïa au bois dormant », « Ewoks et Rouky »... Dark Vador avec des oreilles de Mickey, est-ce plus ou moins effrayant pour les générations futures ? Harrison Ford va-t-il devoir prendre des cours de chant s'il veut rempiler pour Star Wars  7 ? Il ne reste plus à Disney qu'à racheter Spielberg (détenteur des droits ciné de Tintin) pour lancer le héros ultime : Mickey en pantalons de golf armé d'un sabre laser. Pauvre de nous...  

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.

03/11/2010

Disney cartonné

 

Histoires de Noël.jpg

Les personnages imaginés par Walt Disney (Mickey, Donald, Picsou...) ont bercé des générations de jeunes lecteurs dans les pages des revues portant leurs noms. Mais paradoxalement, ces héros très populaires n'ont que très rarement bénéficié de reprises en albums cartonnés. Une injustice réparée grâce à l'association entre Glénat et Disney Hachette Presse proposant en ce mois d'octobre cinq premiers titres. Tout d'abord un florilège d'histoires par thèmes. Vous pourrez découvrir dans cette première fournée Donald en cowboy ou pirate, Mickey en magicien ou artiste de music-hall. L'autre titre, plus luxueux, reprend les plus belles histoires de Noël signées Carl Barks. Cet auteur américain est devenu en quelques années le plus grand spécialiste de Donald et de tout son petit monde. Sous sa plume, les aventures du canard prennent une tournure particulièrement poétique et bon enfant. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, le premier tome de l'intégrale Carl Barks est annoncée pour ce début novembre...

« Mes plus belles histoires de Noël », 12,50 €, « Histoires de... pirates, cowboys, magiciens, spectacles », 7,30 € chaque volume


10:31 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : disney, mickey, donald, carl barks, glénat