08/11/2015

BD : Sillage face à un redoutable virus psy

 
Nävis, la dernière humaine de la série de SF « Sillage », est de nouveau mise à contribution pour sauver le convoi d'espèces extraterrestres à la recherche de nouvelles planètes à coloniser. Alors qu'elle tente de faire intégrer la jeune Juliette à Sillage, une entité est libérée par mégarde. Il s'agit d'un virus qui s'attaque à toute espèce qui a des pouvoirs psy. L'effet est immédiat : dégradation physique et surtout, tels des zombies incontrôlables, l'envie de tuer et détruire. Bref rien ne va plus dans Sillage. Un scénario bourré d'action signé Morvan, dessiné par Buchet, toujours aussi pointilleux dans ses créations aliens. Bien que publiées en grand format, ces planches bourrées de détail mériteraient une exploitation encore plus grande. Alors si vous voulez pleinement profiter de ce grand art, munissez-vous d'une loupe et n'hésitez pas à détailler chaque case.

 

« Sillage » (tome 18), Delcourt, 14,50 €
 

08:17 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sillage, navis, morvan, buchet, delcourt

09/02/2015

BD : Monde sauvage et primitif

 

Morvan, Bévière, Hersent, aroles, enfant sauvage, marie-Angélique Le Blanc, delcourt

Quand on parle d'enfant sauvage, on ne retient que l'histoire de Victor, le jeune découvert en Aveyron et dont François Truffaut a transformé l'existence (et surtout le retour à la vie civilisée) en chef-d'œuvre du cinéma. Mais il existe plusieurs cas similaires. Ce gros roman graphique de plus de 200 pages est la biographie de Marie-Angélique Le Blanc, née en 1712 aux Amériques et morte en 1775 à Paris. Morvan et Bévière, les scénaristes, se sont librement inspirés du livre de Serge Aroles. Gaëlle Hersent assure la mise en images. En Champagne, des chasseurs découvrent au bord d'une rivière le cadavre d'une jeune Noire. A ses côtés, ce qu'ils prennent pour un démon. En réalité c'est une fillette retournée à l'état sauvage. Quelques jours plus tard, la faim la pousse à s'approcher des habitations. Capturée, elle est confiée au noble du village. Celle qui n'a pas de nom (elle ne sait pas parler) devient la sauvageonne qui mange de la viande crue qu'elle chasse à main nue (lapin, grenouilles...) et dort à même le sol. Mais en 1731, toute créature de Dieu doit recevoir un enseignement religieux. Elle est placée dans un couvent et sous la férule de rigides sœurs, acquiert des rudiments de langage et de maintien. Par contre, côté alimentation, elle ne supporte pas les aliments cuits et dépérit dès qu'elle n'ingurgite plus sa ration de chair saignante. D'où vient-elle ? Par quelles épreuves est-elle passée ? Les auteurs alternent avec brio les scènes actuelles avec les retour sur le passé de celle qui se nomme en réalité Louve quand elle était dans une tribu indienne au Canada puis Marie-Angélique après son adoption par des colons français. Passionnante, cette vie de souffrance et d'errance donne matière à une BD d'une exceptionnelle densité. Au dessin, Gaëlle Hersent, pour sa première réalisation, place la barre très haut. Elle alterne les ambiances et les époques avec une même constance : rendre cette femme aussi mystérieuse qu'attachante, aussi sauvage que torturée par un secret inavouable.

« Sauvage », Delcourt, 24,65 € 

 

17/11/2014

BD : Mutations planétaires dans "La couleur de l'Air" de Bilal et "Sillage" de Morvan et Buchet

bilal, morcan, buchet, sillage, couleur de l'air, casterman, delcourtEt si notre bonne vieille planète, lasse de souffrir sous nos coups de boutoirs polluants, décidait elle-même de se réinitialiser. Comme une intelligence supérieure qui aurait donné sa chance aux humains, en vain. Ce scénario de science-fiction est au centre de la troisième et dernière partie de la trilogie initiée par Enki Bilal. Après Animal'z puis Julia & Roem, « La couleur de l'air » marque la fin de cette étonnante utopie naturaliste. Dans un zeppelin devenu incontrôlable, cohabitent un homme, le narrateur, une femme, un garde de la sécurité et deux fillettes, des jumelles. Devenu incontrôlable, l'engin dérive au dessus d'une terre en pleine mutation. Les villes sont englouties, certains continents se rapprochent les uns des autres, des montagnes s'effacent, des volcans naissent. Ils voient tout cela de la-haut, en traversant des nuages opaques aux effets surprenants, les fillettes se mettant à réciter des extraits d'oeuvres de philosophes. On retrouve également les personnages des deux précédents albums, Kim et Bacon dans leur villa luxueuse, le groupe des « shakespeariens » ou le couple aux mains d'un cannibale de la pire espèce, préfigurant l'évolution inéluctable de l'espèce humaine si rien n'est fait. Sans oublier toute une arche de Noé. Les poissons et mammifères marins se mettent à voler dans les airs, d'autres espèces (du lézard au gorille en passant par le crocodile) ont trouvé refuge sur le zeppelin. Cet album, très attendu, ne décevra pas les amateurs de Bilal. Il a multiplié les immenses cases format scope, comme pour nous faire regretter les moyens techniques trop limités du cinéma. Il joue avec les couleurs, du gris à l'arc-en-ciel en passant par un passage dans le noir complet que ne désavouerait certainement pas Soulages. Du grand art, bien au-delà de la simple bande dessinée.

bilal, morvan, buchet, sillage, couleur de l'air, casterman, delcourtLe 17e tome de la série Sillage est elle beaucoup plus classique dans sa forme. Cela n'enlève rien au talent de Philippe Buchet, le dessinateur. Le scénario de Morvan envoie l'héroïne, Navis, dernière humaine dans le convoi des mondes extra-terrestres, sur la planète Tri-JJ 768. Elle est parfaite dans cette mission (dérober un mystérieux objet) car elle connaît parfaitement le terrain. Elle y a déjà fait un séjour (Engrenages, tome 3) et a même eu un enfant avec un autochtone, Clément Vildieu, devenu chef de la rébellion. Un album particulièrement rythmé avec l'arrivée d'un nouveau personnage, Jules, neveu de Clément, petit génie intrépide mais pas aussi net qu'il y paraît. Il faudra donc attendre le tome 18 pour tout savoir sur les dessous cachés de cette mission périlleuse.

« La couleur de l'air », Casterman, 18 €

 

« Sillage » (tome 17), Delcourt, 13,95 €

 

17/05/2014

BD : Espions de compétitions

spy games, spygame, morvan, Kim Jung Gi, glénat

Ça ne plaisante pas dans la petite coterie des espions internationaux. Pas de quartiers. Une acrimonie encore plus exacerbée tous les quatre ans lors du « Kontest ». Il s'agit d'une sorte de jeux olympiques des forces spéciales. Huit équipes, autant de codes à récupérer pour au final acquérir dans un coffre les dizaines de secrets d'État mis en jeu. L'idée de ce scénario est de Jean David Morvan. Le créateur de Sillage, pour cette série on ne peut plus internationale, a sélectionné un dessinateur coréen. Kim Jung Gi dessine les scènes d'actions, les explosions et les flingues comme d'autres, en France... les gros nez. Impossible de faire plus virtuose. La preuve en image : un flash code en couverture permet de voir l'artiste au travail. Certains dessinateurs européens, en visionnant la scène, ont abandonné le métier pour se reconvertir comme traders (fausse information propagée par le Gorafi mais qui a le mérite de faire sourire...) Parmi les 8 pays, la France : souvent qualifiée en finale mais jamais gagnante. Mais on est loin du concours de l'Eurovision. La claque graphique est monumentale !

 

« Spy Games » (tome 1), Glénat, 13,90 €

En bonus, le dessinateur virtuose en plein travail :

 

10/04/2014

BD : Sherlock Fox le renard curieux de Morvan et Du Yu

 

sherlock fox, renard, morvan, du yu, glénat

Commissaire de police méticuleux et intransigeant, Sherlock Fox est un renard curieux et observateur. Il est le meilleur dans sa catégorie. Une excellence au détriment de sa vie personnelle, vide et solitaire. Ce héros imaginé par Morvan et dessiné par Du Yu (encore un petit génie chinois déniché par le scénariste de Sillage) est un « animain », des animaux qui ont su abandonner leurs instincts et vivre comme des humains. Après avoir résolu une énigme à base de fuite de capitaux pour cause d'addiction au jeu, le policier velu est chargé de découvrir à qui appartiennent des ossements retrouvés dans des bois. Sherlock va faire une découverte horrible : les os ont été rongés ! Une affaire de zoophagie ! C'est la première de sa carrière et cela remet bien des certitudes en doute dans cette société pacifiée. Mais ses découvertes ne s'arrêtent pas là : les os sont ceux d'une espèce inconnue des autorités scientifiques. Dans cette enquête policière classique, Morvan a mis beaucoup de philosophie et d'interrogation existentielle. L'immoralité d'être vivants s'entredévorant peut sans problème être ramenée aux dérives de notre société d'exploitation du faible par le puissant.

 

« Sherlock Fox » (tome 1), Glénat, 14,95 €

 

08/10/2013

BD : La famille de Nävis

sillage, navis, morvan, buchet, delcourt

Au rythme soutenu d'un album par an, Jean-David Morvan et Philippe Buchet font vivre le monde de Sillage. Des aventures spatiales épatantes avec en toile de fond la quête de Nävis, dernière terrienne, autour de son identité. Les aléas du convoi (immense train de vaisseaux spatiaux dérivant dans la galaxie) sont un peu mis de côté pour recentrer l'intrigue sur la belle et fougueuse orpheline. Celle qui a longtemps cru être la dernière représentante de son espèce a finalement retrouvé quelques humains. Un contact de courte durée mais qui lui a permis de découvrir l'amour et d'avoir un enfant. Oui, Nävis maman ! Que les fans se rassurent, l'aventurière ne va pas remiser ses sabres pour les couches culottes. Morvan, le scénariste, a trouvé la parade non seulement pour éviter la grossesse, l'accouchement et l'allaitement, mais également l'enfance du marmot. C'est un adulte, aussi impétueux qu'elle, que Nävis découvre au détour d'un complot. Et dans ce 16e tome, ils ne seront pas trop de deux pour sauver Sillage d'une destruction programmée. Beaucoup de baston, des aliens en pagaille et quelques pleurs : un savant dosage pour une série devenue incontournable.

 

« Sillage » (tome 16), Delcourt, 13,95 €


08:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sillage, navis, morvan, buchet, delcourt

15/04/2013

BD : Tous les visages de Spirou

spirou, 75 ans, dupuis, rob-vel, jujé, franquin, fournier, nic, cauvin, tome, janry, morvan, munuera, yoann, vehlmann

Rob-Vel est le créateur de Spirou. Dessinateur français, embauché par Dupuis pour animer le journal qu'il venait de créer, Spirou devait incarner cette jeunesse espiègle et débrouillarde. Son métier lui permet de croiser quantité de personnes. Problème, le décor, le Moustic Hôtel, est trop réducteur.

 




Jijé, touche-à-tout et stakhanoviste de la planche à dessin reprend les destinées du personnage vedette de la revue à la faveur de la guerre. Premier ajout d'importance le personnage de Fantasio. Spirou, trop sérieux, se retrouve en duo avec un farfelu permettant de multiplier les situations cocasses. Les histoires sont courtes et résolument comiques.

 

spirou, 75 ans, dupuis, rob-vel, jujé, franquin, fournier, nic, cauvin, tome, janry, morvan, munuera, yoann, vehlmannFranquin hérite de Spirou par défaut. Jijé, part aux USA avec l'espoir d'être embauché dans les studios Disney. Le jeune apprenti prend le relais en pleine histoire. Il lui faudra quelques années pour s'accaparer cet univers. Rapidement il lancera son héros dans des histoires plus longues, avec plus d'aventure, des intrigues complexes et des voyages. C'est l'âge d'or du personnage, avec l'arrivée du comte de Champignac, du Marsupilami de Zorglub ou de Zantafio.

 


Fournier est « désigné » pour succéder à Franquin, dépressif et accaparé par Gaston. Le jeune dessinateur breton imagine un Spirou plus impliqué dans le monde actuel. Son trait se bonifie rapidement. Problème : Franquin a refusé de céder le Marsupilami. Fournier est écarté après des albums jugés trop « politiques ». Trop à gauche et tiers-mondistes pour les héritiers Dupuis...

 

Nic, avec Cauvin au scénario, assure un court intérim. Dessin sommaire, histoires creuses, c'est une période (seulement trois albums) que les fans préfèrent oublier.

 

spirou, 75 ans, dupuis, rob-vel, jujé, franquin, fournier, nic, cauvin, tome, janry, morvan, munuera, yoann, vehlmannTome et Janry, reviennent aux sources. Ils admirent Franquin, son dessin, ses ambiances. Spirou repart sur de bonnes bases. La meilleure reprise pour beaucoup, la plus longue aussi. Mais comme Franquin, le duo va se désintéresser du héros principal pour les gags du Petit Spirou. Tout le monde croit à la fin de l'aventure après « Machine qui rêve », histoire où Spirou, devenu adulte, est dessiné de façon réaliste.

 



Morvan et Munuera vont relever le défi. Remettre Spirou au goût du jour. Le changement est radical. Un peu trop. En lorgnant vers la science-fiction la série perd des fans et n'en gagne pas assez...

 

spirou, 75 ans, dupuis, rob-vel, jujé, franquin, fournier, nic, cauvin, tome, janry, morvan, munuera, yoann, vehlmannYoann et Vehlmann ont hérité depuis 2010 des destinées du groom le plus célèbre du monde de la bande dessinée. Ils ont trois albums à leur actif dont un, très sombre, se déroulant sur la Lune.   

14/04/2013

Spirou : septante-cinq ans de groomeries

Spirou, personnage de bande dessinée et journal pour la jeunesse, fête en ce mois d'avril ses 75 ans. Gros plan sur le groom rouge.

 

spirou,dupuis,anniversaire,75 ans,franquin,jijé,uoann,tome,janry,fournier,morvan

Qu'est-ce qui est rouge, qui monte et qui descend ? Un groom dans un ascenseur. Quel est le groom rouge le plus célèbre au monde ? Spirou, pour toujours.

Personnage de bande dessinée lancé dans les pages de l'hebdomadaire éponyme en avril 1938, Spirou n'a quasiment pas cessé de vivre des aventures, dans la revue puis en albums. Une longévité due à ses propriétaires. Contrairement à Tintin, création d'Hergé qui ne lui aura pas survécu, Spirou, simple groom au Moustic Hôtel, est attaché aux éditions Dupuis. L'éditeur a toute latitude pour confier les rênes de la série au dessinateur de son choix. Si Spirou doit beaucoup de son succès planétaire au talent de Franquin, il a survécu quand le créateur de Gaston a jeté l'éponge. Un second âge d'or a même vu le jour avec l'arrivée de Tome et Janry aux manettes.

Aujourd'hui, les destinées de Spirou et Fantasio sont confiées à Vehlmann (scénario) et Yoann (dessin). Mais à côté de la série mère, plusieurs déclinaisons amplifient ce phénomène éditorial. D'abord le Petit Spirou, rejeton de Tome et Janry, continue d'amuser des millions de grands enfants dans des gags pleins de sous-entendus scabreux. Mais surtout Spirou, tel un monument national, est désormais revisité par des auteurs confirmés pour qu'ils donnent leur version du célèbre groom. Des albums en dehors du décompte, aux univers très diversifiés. C'est comme ça que Vehlmann a mis le pied à l'étrier. La plus belle réussite dans le genre est à mettre à l'actif d'Emile Bravo avec « Le journal d'un ingénu », sorte de jeunesse de Spirou à la sauce Jijé.

 

Pour ces 75 ans, les éditions Dupuis ont décidé de voir grand. Nouveauté en janvier : « Dans les griffes de la Vipère », réédition des histoires courtes introuvables de Rob-Vel ou du Spirou d'Yves Chaland, recueil de 200 hommages par les auteurs d'aujourd'hui dans « La galerie des illustres », expositions et tournée en Europe (étape à Montpellier en juillet). Sans oublier la clé de voute à cette incroyable saga éditoriale : Spirou, l'hebdomadaire découvreur de talents depuis quatre générations, encore diffusé à 60 000 exemplaires et dont une version numérique, « Spirou Z » sera lancée ce 23 avril, le jour anniversaire.

A 75 ans, Spirou n'a pas pris une ride. Et il a encore de beaux jours devant lui, l'univers de la série s'enrichissant à chaque reprise. Comme le bon vin, il se bonifie au fil des ans, des arômes nouveaux s'ajoutent aux anciens.

Michel Litout

Demain : tous les visages de Spirou

23/03/2013

BD : Nomade en approche

nomad, morvan, buchet, carette, vavoia, glénat

Retour aux sources pour Jean-David Morvan. Le scénariste de Sillage avait fait le pari, à ses débuts, de lancer une série inspirée du rythme des mangas. Nomad, feuilleton de science-fiction, était dessiné par Buchet et Savoia qui eux aussi ont fait une belle carrière par la suite. Avec cette fois Carette au dessin, Morvan relance son héros sur les routes de ce futur technologique et totalitaire.

Retiré dans le désert du Sahel avec sa femme et son enfant, Nomad voulait oublier les péripéties liées à son pouvoir de contrôler les technologies. Mais sa famille est enlevée par un commando nord coréen. Il va devoir rejoindre l'Asie pour les libérer. Première difficulté, quitter cette Afrique violente et repliée sur elle-même.

Un premier épisode sans temps mort, avec en guest-star une dizaine de planches signées Savoia, toujours impliqué dans le projet.

« Nomad 2.0 » (tome 1), Glénat, 13,50 €

09:06 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nomad, morvan, buchet, carette, vavoia, glénat

13/12/2012

BD : 2013, l'année Groom

spirou, dupuis, franquin, tome et janry, velhmann, yoann, fournier, morvan, munuera, groom

Septante-cinq ans ! Spirou fête ses 75 ans en 2013. Le groom en rouge fait figure de grand ancien dans le monde de la BD franco-belge. Il a aussi la particularité de ne pas appartenir à son créateur, Rob-Vel, mais aux éditions Dupuis. Spirou a traversé les décennies passant de mains en mains. Avec cependant une période reine, quand Franquin s'est approprié le personnage après Jijé. La série a gagné en cohérence, en profondeur et en magie quand est apparu le Marsupilami. Spirou a également été dessiné par Fournier, Nic, Tome & Janry, Munuera et Yoann. La 53e aventure de Spirou et Fantasio, « Dans les griffes de la vipère » sera en librairie le 11 janvier. Premier étage d'une fusée à multiples moteurs qui sera en orbite vers n ovembre avec la parution de « La femme-léopard », le second Spirou par Yann et Schwartz, suite très attendue du « Groom vert-de-gris ».