01/07/2017

De choses et d'autres : Le rire en mode «Data Life »

 


Selon quelques cerveaux de la profession, le data-journalisme est l’avenir du métier. Le journaleux du futur ne tentera plus de former de belles phrases, avec vocabulaire enrichi, descriptions au cordeau et retranscription de l’ambiance à grand renfort de métaphores savamment élaborées. Il devra se contenter de collecter des chiffres, des centaines, des milliers de chiffres (nommées data dans ce futur numérique) et les transformer pour les moins bons en tableaux, pour les meilleurs en cartes et autres infographies lisibles, ludiques et intéressantes. Car comme dans toutes les matières ou spécialisations, on trouve du bon et du franchement mauvais. Rarement les data m’ont intéressé. Sans doute trop compliquées dans ma tête pour comprendre du premier coup ce qui normalement est évident pour les intelligences moyennes du XXIe siècle.
Par contre cette « Data Life » imaginée par le magazine NEON m’a bien plu. Car en plus d’apprendre quantité de choses (souvent futiles, mais notre vie ne l’est-elle pas la plupart du temps), on se marre souvent. Savez-vous par exemple qu’il y a dans les 5 saisons de Game of Thrones, 122 scènes de nudité, 25 plans de foufounes, 39 paires de fesses et 58 poitrines ? Et je repense au salarié qui a visionné ces centaines d’heures de fiction, cochant méticuleusement son tableau quand apparaissaient les fameuses foufounes. Vous parlez d’un sale boulot...
➤ « Data Life », by NEON, Hugo, 16,50 €

11:21 Publié dans Chronique, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : data, hugo image, life, neon

13/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les publicitaires rendent la bureautique sexy

stabilo, bureautique, sexisme, macho, néon,

Si la théorie du genre fait peur à certains, pas d'inquiétude à avoir chez les publicitaires et certains industriels. Pour eux, on trouve forcément des différences entre hommes et femmes. Et si par hasard elles n'existent pas, il suffit de les créer.

Mesdames, avez-vous conscience qu'en utilisant des surligneurs classiques, vous abandonnez une part essentielle de votre féminité ? Heureusement, la principale marque de cette fourniture de bureau remédie à cette faute de goût. Voici le surligneur "Néon" de chez Stabilo®, pensé pour les femmes. Toute une campagne de publicité se met en place pour valoriser "une nouveauté sexy, unique et différente. La conception du tube est frappante et attire l'attention, ce qui en fait le sujet de conversation de tous ceux souhaitant se démarquer en matière de style". 

Certaines, en découvrant l'argumentaire, pensent à une blague. D'autant que "même sur le point de vente, Néon reste féminin avec une présentation inattendue en filet résille". Et pourtant, cette publicité est bien réelle et validée par la société. Les photos montrent une main délicatement manucurée, la couleur de son surligneur assortie à celle de ses bracelets.

Disponible en quatre teintes, le bleu est volontairement absent, trop masculin certainement. Maintenant, gare aux accidents. Si les femmes sont aussi idiotes que le pensent ces publicitaires sexistes, elles risquent de se tartiner les lèvres ou les paupières au surligneur, à cause de la similitude du conditionnement avec un produit de beauté.

Chronique "De choses et d'autres" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.