17/11/2016

De choses et d'autres : Météo politique

météo, normandie, morin  tf1, cherbourg, caen

On ne plaisante pas avec la météo. Depuis la nuit des temps, la température et l’humidité conditionnent la vie des humains. Hervé Morin l’a bien compris. Président de la région Normandie, il vient de se plaindre à TF1. En cause le choix de la ville qui illustre le temps qu’il fait en Normandie. Trop souvent c’est Cherbourg qui est retenue.

L’élu qui a à cœur de promouvoir sa région souligne que cette ville est située sur « la presqu’île du Cotentin qui constitue un point plutôt froid et pluvieux, et ne reflète pas la réalité du climat normand. » Comment ? Il ne pleut pas toujours en Normandie et on nous le cache ? Les climato-sceptiques auraient-ils fomenté un complot ? Et l’homme politique de conseiller à TF1 d’oublier Cherbourg et de prendre plutôt en exemple Granville ou Caen. «Pour véhiculer une image plus sincère de notre climat », précise Hervé Morin.

Une rapide recherche sur internet donne raison à Hervé Morin quant aux précipitations. L’hiver dernier, il est tombé 480 mm à Cherbourg et seulement 204 à Caen. Idem au printemps, 258 mm contre 178. TF1, par la voix d’Evelyne Dhéliat, a accepté de suivre les recommandations du président normand, « en espérant ainsi ne pas trahir la douceur normande. » Au quotidien, cela ne changera pas grand chose, mais il est des victoires qu’il faut savoir savourer. On devrait proposer à Hervé Morin un week-end dans les P.-O. ou l’Aude. Au moins, ici il fait toujours beau.

(Chronique parue en dernière page de l'Indépendant le 17 novembre)

11/05/2014

BD : Au cœur du Débarquement dans une série chez Glénat

 

glénat, le galli, fabbri, falba, della Vexxhia, glénat, normandie, overlord,

A la veille de la commémoration du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, les éditions Glénat proposent une série de trois albums sur le fameux D-Day. Les deux premiers viennent de paraître, le troisième est annoncé en librairie le 4 juin. Les histoires, indépendantes les unes des autres, racontent la prise de trois lieux symboliques. Le premier, écrit par Michael Le Galli, se focalise sur les combats autour de Sainte-Mère-eglise. Ce n'est pas à proprement parlé le débarquement mais sa préparation par les parachutistes. En pleine nuit, dans des conditions difficiles, les paras américains sautent sur la campagne normande. Beaucoup de pertes mais suffisamment d'hommes décidés pour faire quelques brèches dans la défense allemande et couper les moyens de communication avec l'arrière. Le dessin est de Davide Fabbri, artiste italien qui aime l'Amérique et les comics. Il est également à la base du story-board du second tome, finalisé par Christian Della Vecchia sur un texte de Bruno Falba. Direction la plage d'Omaha Beach et l'assaut des fortifications nazis, sous l'objectif de Cappa. Humains et documentés, ces albums permettent de ne pas oublier ces hommes morts pour un idéal et contre la tyrannie fasciste.

 

« Opération Overlord » (tomes 1 et 2), Glénat, 13,90 €

 

19/04/2012

Soldats de la liberté dans "Airborne 44" de Jarbinet

airborne 44, normandie, guerre, marines, jarbinet, casterman, débarquement

La Normandie, été 1944. Les forces américaines viennent de débarquer. Les pertes sont considérables. Les Allemands jettent leurs dernières forces dans la bataille. Ils savent qu'en cédant la France, c'est toute la guerre qu'ils sont en train de perdre. Philippe Jarbinet, loin du récit didactique, nous fait vivre cette offensive de l'intérieur en suivant un soldat, Gavin, et la femme qu'il aime, une Française engagée dans la Résistance, Joanne. Une histoire d'amour comme pour mieux faire passer ces dizaines de morts et de blessés, exorbitant prix à payer pour la liberté. Avec au final un hymne sincère pour l'Europe, la paix et la tolérance. Une BD pour ne pas oublier, garde-fou contre la folie de certains hommes.

« Airborne 44 » (tome 4), Casterman, 11,95 €