12/12/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : La chaîne de l'omelette


Parfois, une immense perplexité me gagne en découvrant certaines initiatives sur internet. Si la majorité des utilisateurs du réseau mondial ont l'air sains de corps et d'esprit, il existe une minorité qui ferait bien de consulter un psy en urgence.
Dans le genre, le "egg smach dare challenge" en impose. A la base, l'initiative a pour but de dire non à l'extrémisme. Comme pour le Ice bucket, il faut désigner d'autres amis qui réaliseront le geste fort qui nous sauvera de Daech.
Les concepteurs du projet ont trouvé une parabole assez déconcertante. Face caméra, une jeune femme explique en montrant sa main : "Daech est comme cette main, une main malveillante et destructrice qui dévaste tout sur son passage." Un autre intervient en montrant un œuf : "Prends cet œuf, un œuf c'est la vie, si fragile, c'est l'avenir". Et de se le casser sur le front. Conclusion : "Voilà ce qui va se passer si Daech n'est pas stoppé : tout ce qui porte la vie sera détruit." Le challenge consiste donc à se casser un œuf sur le front, face caméra, en proclamant "refuse l'extrémisme, choisis la vie".
L'intention est louable. Mais pourquoi un œuf ? Et sur le front ? Certes la manœuvre donne des images étonnantes (à partager sur Facebook évidemment), mais pourquoi gâcher, au mieux de la nourriture, au pire un embryon de vie ? L'idée pourrait venir du syndicat des exploitants agricoles spécialisés en poules pondeuses ou alors du "cercle anonyme des allergiques aux œufs" s'il existait.
Personnellement, je pencherais plutôt pour une fin de soirée un peu trop arrosée... au lait de poule traditionnel.

17/02/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : De la cuisson d'un œuf

chilmie, oeuf, urée, cuisson, cruAvancée majeure dans la recherche scientifique. Des chimistes ont découvert comment décuire un œuf. Cette trouvaille ne semble pas essentielle au premier abord, mais risque de modifier bien plus que nos habitudes culinaires.

Après avoir cuit un œuf durant 20 minutes, de cru il est devenu dur. Les chercheurs américains et australiens ont trouvé une méthode pour redonner l'aspect mou et liquide au jaune et au blanc. Les mauvais cuisiniers ont désormais la certitude d'obtenir des œufs coque parfaits quoi qu'il arrive. Vous avez dépassé les fatidiques 3 minutes ? Pas de problème, cette découverte permettra de faire marche arrière dans la cuisson. Et si le procédé fonctionne pour les œufs, pourquoi pas pour la viande ? Votre steak, demandé bleu, arrive carbonisé. Vous pourrez le renvoyer sans état d'âme en cuisine, où il sera modifié pour retrouver son aspect initial.

En extrapolant un minimum, on peut même imaginer les conséquences éthiques qui pourraient découler de ce "retour à l'état initial". Le steak, de cuit, redevient cru, puis carrément vivant. Et si en voulant décuire un œuf, les chercheurs avaient mis le doigt sur le philtre d'immortalité ?

Avant de vous enthousiasmer outre mesure, il convient peut-être de se pencher sur l'ingrédient principal utilisé dans l'expérience. Afin de reconditionner les protéines composant l'œuf cuit, il faut le recouvrir… d'urée. Un produit présent en quantité dans notre urine. Alors certes, l'œuf est à nouveau cru, mais si vous avez l'intention de l'utiliser pour monter une mayonnaise, ne vous étonnez pas de ce drôle d'arrière-goût.

08:57 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chilmie, oeuf, urée, cuisson, cru

18/04/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Des œufs, une cloche

milo moiré, oeuf, cloche, paques, art, cologne, plopegg

Nous avons tous des souvenirs de chasse à l'œuf les matins de Pâques. Peut-être est-ce la proximité avec le week-end pascal qui a donné l'idée de sa performance à Milo Moiré, une artiste suisse de 31 ans.

Intitulé "PlopEgg#1", son happening s'est déroulé en début de semaine sur le parvis de l'immense bâtiment accueillant la foire d'art contemporain de Cologne en Allemagne. Entièrement nue (c'est sa marque de fabrique, sa signature artistique...) elle peint une toile avec des œufs de couleur. Pour être sûre d'être remarquée (la nudité ne semble plus être un critère suffisant pour attirer les regards), elle utilise une technique très particulière. Et d'expliquer le plus sérieusement du monde que "pour créer, j'utilise la source originale de la féminité : mon vagin." Juchée sur une échelle, dissimulée derrière un drap blanc, elle "prépare" sa couleur. Puis se place, jambes écartées, au-dessus de la toile posée à plat et "pond" un œuf qui, en éclatant, répand ses nuances.

L'opération est répétée une dizaine de fois et produit un galimatias multicolore. Au final, Milo Moiré plie la toile en deux pour obtenir une forme du genre test de Rorschach. Le résultat ressemble étonnamment à la représentation schématique de l'appareil génital féminin.

Milo Moiré a déjà fait parler d'elle quand elle s'est promenée dans le tram entièrement nue. Elle s'est également filmée, toujours nue, marchant de nuit dans une rue déserte recouverte de 40 cm de neige. Est-ce véritablement de l'art ? Je ne sais pas. Seule certitude : si Pâques est le jour des œufs... c'est aussi celui des cloches.

En bonus la vidéo de sa performance :