11/04/2017

De choses et d'autres : de l'efficacité des élus


« Paroles, paroles, paroles » dirait Dalida dont le 30e anniversaire de sa disparition sera commémoré début mai. Les politiques font beaucoup de promesses qui se transforment en paroles s’envolant au vent une fois les urnes remisées au placard. Pourtant, quand ils le veulent, les élus sont efficaces. Et rapides.
Prenez Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison. Son sang n’a fait qu’un tour en découvrant dans la rue une campagne d’affichage pour un produit vaisselle. « Elu et efficace, c’est possible » proclament les publicités « Maison verte ». Le liquide vaisselle écologique vient de remporter le titre de « produit de l’année ». Sur le visuel, le flacon est ceint d’une écharpe tricolore. « Une vulgarisation anormale et populiste de la fonction d’élu » selon Patrick Ollier. Il ne supporte pas que l’on laisse entendre que les élus (lui en l’occurrence, membre du conseil municipal puis maire depuis 1974, passé par la case ministre et président de l’Assemblée nationale) ne produisent pas le travail escompté. Et il le prouve immédiatement puisqu’il a pris dans la foulée de sa déclaration indignée un arrêté pour faire retirer toutes les affiches « Maison verte » de sa ville.
Vous voyez que les élus sont efficaces. Ils dégraissent les panneaux publicitaires aussi bien que le produit vaisselle rend de nouveau nickel et comme neuves les casseroles les plus brûlées, de celles que l’on traîne depuis des années derrière soi. 
(Chronique parue le 11 avril en dernière page de l'Indépendant)