18/02/2014

BD : Papiers courts chez Delcourt

 

pénélope bagieu, julien frey, trondheim, delcourt, marmoux, papier

A l'heure où l'ogre numérique menace de tout dévorer sur son passage, notamment le livre imprimé sur du bête papier, certains auteurs ont volontairement lancé une expérience digne du siècle dernier : créer une revue de BD. Lewis Trondheim est derrière ce projet intitulé « Papier ». Cela ressemble à un livre de poche de 200 pages, du noir et blanc simple et un générique entre valeurs sûres, petits jeunes et découvertes internationales. Le second numéro vient de sortir (disponible dans les librairies spécialisées). On retrouve une longue histoire politique de Trondheim himself, mais les deux véritables pépites sont placées au début et à la fin. En ouverture de ce numéro sur la famille, Pénélope Bagieu, dans un style moins léché, plus torturé, revient sur la mort de son père et les jours qui ont suivi. En fin de volume, Julien Frey (dessin de Mermoux) raconte sa première rencontre avec son père. Rien que pour ces deux histoires complètes, Papier mérite votre attention et montre toute l'étendue des talents de la BD actuelle.

 

« Papier » (numéro 2), Delcourt 9,95 €

 

04/06/2013

BD : La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu en Livre de Poche

 

livre de poche, boulet, pénélope bagieu, paris, page blanche

Cette « Page blanche » réunit les deux blogueurs les plus influents de la scène BD : Boulet et Pénélope Bagieu. A l'arrivée cela donne un roman graphique de 200 pages, tout en finesse, avec un personnage principal dans lequel tout un chacun peut se reconnaître et y puiser une envie de « s'améliorer ». Une jeune femme perdue dans ses pensées sur un banc à Paris. Elle revient à la réalité. Et ne comprend pas. Sa mémoire semble s'être effacée. Elle ne se souvient plus de son nom, ni de son passé. En fouillant son sac, elle va retrouver son adresse, ses clés, son téléphone portable. Commence alors une sorte d'auto enquête policière. Elle va reconstituer son quotidien, entre travail dans une librairie et sortie avec des amis de son âge. Rien d'exaltant. Une vie banale. A moins de profiter de cette page blanche pour réécrire son existence...

(Le Livre de Poche, 8,10 €)


30/09/2012

Chronique : succès confirmé pour le Festiblog

festiblog, boulet, laurel, pénélope bagieu, margaux mottin, bastien vivès, delcourt, blogosphère

La BD bouge encore. Pour preuve le succès du Festiblog dont c'est la 8e édition ce week-end à Paris (cour de la mairie du 3e arrondissement). L'idée de ce festival est à mettre à l'actif de Yannick Lejeune. Il constate l'incroyable vitalité des blogs BD, propose aux plus célèbres de participer à une séance de dédicace en pleine rue. Quelques tentes, des auteurs en devenir n'ayant pour la plupart encore rien publié : le pari était risqué. Mais les milliers de visites virtuelles se transforment en milliers de visiteurs, en chair et en os.

Depuis, les pionniers sont devenus des valeurs sûres de la BD. Boulet explose les ventes avec ses « Notes », Laurel enchaîne les projets, Pénélope Bagieu vend des milliers de « Joséphine », Margaux Motin est incontournable dans les magazines féminins. Ces stars ne dédicacent pas au Festiblog de ce week-end. Place aux jeunes : dans le numérique, une génération ne dépasse pas 5 ans... Le festival s'est étoffé. Les partenaires se bousculent car le public est au rendez-vous.

Mais comme partout, les réussites font office d'arbre qui cache la forêt. La simplicité de mise en œuvre d'un blog BD ne garantit pas la qualité. Et Bastien Vivès, le premier, a osé une BD critique sur le phénomène. « La Blogosphère » chez Delcourt se moque de ces gribouilleurs tentés de reproduire les recettes des plus originaux. Une sorte de consécration pour un phénomène de mode de plus en plus concurrencé par les réseaux sociaux.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue samedi en dernière page de l'Indépendant

05/02/2012

"La page blanche", mémoire envolée de Boulet et Pénélope Bagieu

la page blanche, Boulet, Pénélope Bagieu, Pénélope, Delcourt

Ce n'est pas mentir que d'affirmer que cette « Page blanche » est l'album le plus attendu de ce début 2012. Il réunit les deux blogueurs les plus influents de la scène BD : Boulet et Pénélope Bagieu. A l'arrivée cela donne un roman graphique de 200 pages, tout en finesse, avec un personnage principal dans lequel tout un chacun peut se reconnaître et y puiser une envie de « s'améliorer ». Une jeune femme perdue dans ses pensées sur un banc à Paris. Elle revient à la réalité. Et ne comprend pas. Sa mémoire semble s'être effacée. Elle ne se souvient plus de son nom, ni de son passé. En fouillant son sac, elle va retrouver son adresse, ses clés, son téléphone portable. Commence alors une sorte d'auto enquête policière. Elle va reconstituer son quotidien, entre travail dans une librairie et sortie avec des amis de son âge. Rien d'exaltant. Une vie banale. A moins de profiter de cette page blanche pour réécrire son existence...


« La page blanche », Delcourt, 22,95 €


27/05/2010

Une « vie de merde », ça n'arrive pas qu'aux autres !

Vie de merde.jpgVous trouvez votre existence terne, sans saveur, triste ? Avant de plonger dans une grave dépression, lisez ce livre et dites-vous que finalement, cela aurait pu être pire. « Vie de merde » est apparue sur internet il y une paire d'années. Rapidement, ce site de témoignages a regorgé d'anecdotes croustillantes, visitées chaque jour par des milliers de personnes. Le principe est simple. En quelques lignes, vous racontez une mésaventure vécue dans la journée. Une situation honteuse qui vous permet, au final, d'affirmer que vous avez une « vie de merde ».

Succès oblige, ces VDM se sont déclinées sur papier (pour tous les Français qui n'ont pas internet, imaginez quel type de VDM ils sont obligés de subir...) et le premier volume vient d'être repris au Livre de Poche. Pour quelques euros (5,50 exactement) vous pourrez vous délecter des malheurs des autres. Avec en prime quelques commentaires d'internautes, parfois aussi bidonnants.

En trois grandes catégories, Maxime Valette et Guillaume Passaglia ont sélectionnne la crème du pire, Pénélope Bagieu se chargeant d'en illustrer une vingtaine. Pour vous donner un petit avant-goût, ce témoignage dans la partie « Grands moments de solitude » : « Aujourd'hui, je voulais faire peur à ma petite femme en me cachant derrière une porte, puis surgir tel un zombie. Elle m'a dit : « Arrête, il y a ton ventre qui dépasse. » VDM »

Pour les grands drogués (on devient rapidement accro), le site viedemerde.fr est toujours actif. Chaque jour des dizaines de nouvelles VDM sont validées par des experts de la chose. Pour débuter la journée, c'est le meilleur antidépresseur qui soit...

« Vie de Merde », Le Livre de Poche, 5,50 €

 

14/02/2010

Succulente nouvelle revue BD

Kramix 1.jpgKramix. Drôle de nom pour une revue de BD. Mais l'explication est facile quand on sait que ce bimestriel (qui paraît tous les deux mois donc) est édité par le Lombard, célèbre maison d'édition bruxelloise. Le cramique est une spécialité pâtissière belge. Les comics étant également une spécialité du Plat Pays, la fusion des deux a donné naissance à ces 52 pages de BD, tout en récits complets, disponible dans les librairies spécialisées pour la modique somme de 2 euros.

Le premier numéro a été présenté à Angoulême et avait la particularité d'être entièrement réalisé par des auteurs femmes. Et c'est à la crème de la profession que la rédaction a fait appel pour ce numéro faisant « La preuve par meufs ». Une couverture signée Pénélope Bagieu, une dernière page d'Hélène Bruller, un sommaire éditorial de Laurel : d'entrée la barre est placée très haut. Le reste est dans la même veine avec cet esprit humoristique si particulier, qui a pris son envol sur les blogs dessinés et remporte chaque jour un succès croissant. Si certaines signatures sont déjà bien connues des amateurs, d'autres sont à découvrir. Parmi les pages incontournables, ne manquez pas celles de Claire Bouilhac qui propose un match de catch entre la méchante sorcière et Blanche-Neige, Sandrine Revel qui nous dévoile le destin de deux « Femmes d'exception » (elle remporte la palme de l'humour noir) et surtout quatre pages de Gally sur la passion de son héroïne Bertille pour... les boutons. Pas ceux des vêtements mais les purulents, si agréables à crever...

« Kramix », Le Lombard, 2 euros

Le prochain numéro, pour les misogynes, paraîtra en mars et sera plus viril avec au sommaire Coyote, Foerster, Clarke, Nix, Relom et Julien/CDM.

30/01/2009

DU BLOG AU PAPIER

Grande mode depuis quelques années, le passage du blog dessiné au livre. Les éditions Delcourt et plus particulièrement la collection Shampoing se sont faites une spécialité de ce nouveau genre. Le blog, alimenté au jour le jour, permet aux auteurs de tester différents styles et de raconter leur vie. Cela donne parfois des résultats indigestes, mais dans l'ensemble c'est très réussi. La vie des dessinateurs comme vous n'avez jamais l'imaginer s'étale dans trois titres parus récemment.

Belle vie.jpg« La belle vie » de Bézian n'est pas issue d'un blog, mais la forme s'y apparente. Histoires courtes de une à six planches, ces tranches de vie parle de tout et de n'importe quoi. Scènes vues dans la rue, les trains ou le métro, discussions en famille, anecdotes de festival, Bézian, au dessin d'ordinaire travaillé et sombre, se lâche, changeant de style, trouvant une pertinence et une justesse étonnantes. Il se met en scène souvent. N'hésitant pas à se moquer de ses manies. Par exemple cette habitude qu'il a de fermer la porte de son appartement à clé quand il descend chercher son courrier. Pourquoi ? Paranoïa cachée, faut-il qu'il consulte. Très bien vues également les astuces de son gamin pour ne pas finir son assiette. Le meilleur restant les portraits de « fans » venant obtenir une dédicace en festival. Il n'est pas tendre pour ces étranges personnages, l'un lui demandant de dessiner un troll, une autre de faire un dessin sur un bout de nappe en papier tâché ou celui qui marmonne vouloir un personnage, n'importe lequel, mais qui pleure... (Delcourt, 13,95 €)
Petits riens 3.jpg« Les petits riens » de Lewis Trondheim illustrent parfaitement le concept de la collection dirigée par le même Trondheim (on n'est jamais mieux servi que par soit même). L'inventeur de Lapinot et du Donjon, mène une vie très normale si l'on excepte ses nombreux voyages. Il s'étonne lui même de passer le fêtes de fin d'année au soleil de la réunion, de revenir en France pour assister à une tempête de neige sur Montpellier avant de reprendre l'avion pour passer 18 jours à Fidji. Ce dernier voyage, assez flippant au demeurant, devrait dégoûter certains des destinations à priori paradisiaques et se révélant mortellement ennuyeuses. (Delcourt, 11,50 €)
Notes 2.jpg« Notes » de Boulet reste le mètre étalon du genre. Boulet, cantonné dans des BD pour enfants durant de nombreuses années, s'est défoulé le poignet en distillant sur le net ses notes totalement délirantes. Il y expérimente tout, tant au niveau graphique que narratif. Ce second recuil reprend les messages de 2005 et 2006. Il raconte sa vie parisienne, avec ses amis de studio et de bars. Lui aussi régulièrement participe à des festivals. Il en dévoile tous les à-côtés, de l'accueil chez l'habitant aux repas entre confrères et tentative de drague de jolies bénévoles. Boulet qui n'hésite pas à payer de sa personne pour porter la bonne parole du style franco-belge en Afrique. Il livre plusieurs récits de stages en Afrique, au Cameroun et au Tchad notamment. Il en profite pour publier les croquis et aquarelles réalisés sur place. Boulet sait se moquer de lui, mais il reste un excellent dessinateur. (Delcourt, 16,50 €)

P. S. : Parmi les blogs dessinés, n'oublions pas celui de Pénélope Bagieu. « Ma vie est tout à fait passionnante » a l'avantage d'avoir amené à la BD tout une kyrielle de lectrices qui ne connaissaient rien à ce support. La version « poche » de l'album paru l'an dernier est annoncée dans les prochains mois.