14/03/2017

De choses et d'autres : Et alors ?

« Se faire tailler un costard », « prendre une veste »… la dernière mésaventure de François Fillon et ses costumes taillés sur mesure, habituellement hors de prix mais gratuits pour lui, prête à rire. Jusqu’à sa réponse hier matin dans une interview aux Échos : « Un ami m’a offert des costumes. Et alors ? »
Tout tient dans le « et alors ? » désinvolte. Comme ce présent allait de soi pour le député de Paris. Il brigue la présidence de la République, mais ne semble vraiment pas vivre dans le même pays que ses électeurs. Combien de personnes en France comptent dans leurs intimes des amis si généreux qu’ils leur offrent des vêtements taillés sur mesure ? Comme ça, juste par gentillesse ? Sans prendre trop de risque, je peux affirmer qu’on en dénombre moins que de doigts dans une main.
Des fleurs, des bonbons, un livre ou une cravate, d’accord. Mais des costumes à plus de 6 000 euros pièce, cela ne relève pas de la rareté mais carrément de l’exceptionnel, genre cocher les bons numéros du loto deux fois dans la semaine…
L’anecdote est à rapprocher avec une autre saillie médiatique d’il y a quelques mois. Emmanuel Macron, en visite dans l’Hérault, apostrophé en pleine rue par deux syndicalistes en T-shirt, sort cette réplique qui lui colle encore aux basques : « La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler ». Voilà peut-être toute la différence entre le programme des deux candidats : pour l’un son costume on se l’achète, pour l’autre on se le fait offrir. 
 
(Chronique parue le 14 mars en dernière page de l'Indépendant)

10/02/2017

De choses et d'autres : La pétition exponentielle

fillon,argent,pétition,penelope,présidentielle

Désolé, une nouvelle fois je vais parler de l’affaire Fillon. Dans le but de rééquilibrer la balance, tentons de savoir s’il y a véritablement acharnement contre Penelope. Dès que l’affaire a été révélée par le Canard Enchaîné, Christophe Grébert élu à Puteaux, a lancé une pétition sur Change.org. L’intitulé a l’avantage de la clarté : « Mme Fillon, rendez-nous ces 500 000 euros ».

Rapidement plusieurs milliers de personnes signent sur le net ce nouveau genre de manifeste. 40 000 le premier jour et depuis la vague ne cesse de monter. 400 077 exactement hier à 12 h 30. Mais il n’y a pas que la quantité de signataires qui voit son nombre croître de façon exponentielle. La semaine dernière, après les nouvelles révélations du palmipède en papier, l’intitulé de la pétition est devenu « Mme Fillon rendez les 800 000 euros ».

Et au troisième épisode du FillonGate mercredi dernier, elle a encore grimpé d’un cran. Là, on frise effectivement l’acharnement car Christophe Grébert annonce carrément la somme de 1,5 million d’euros à rembourser. Mais comment est-il parvenu à un tel montant ? Tout simplement en précisant que le calcul est basé sur « l’euro constant 2016 ». Il exagère un peu, l’élu de Puteaux. 1,5 million représentent deux fois la valeur de l’habitation principale des Fillon selon l’estimation officielle du candidat. Après avoir sali son honneur, on va quand même pas mettre toute sa famille à la rue ? Allons. 

09/02/2017

De choses et d'autres : faire et défaire c’est toujours travailler

penelope,fillon,emploi fictif,présidentielle

 

L’affaire Fillon et le supposé emploi fictif de son épouse fait gamberger la mienne. Férue de Grèce antique, pour elle «la Pénélope d’Ulysse défaisait la nuit ce qu’elle tissait le jour. La Penelope de Fillon se contente de faire tapisserie. Tandis que François s’emberlificote dans un tissu de mensonges.» On peut aussi imaginer une autre interprétation.

Faire et défaire, c’est toujours travailler. Même si au petit matin, toute trace du labeur de la veille a disparu. Et c’est bien le problème. Des années et des années de labeur, mais plus le moindre dossier, email ou agenda des rendez-vous. Comme si elle utilisait, tel dans un mauvais film de série Z, un effaceur de mémoire. La journée elle participe à une réunion sur un futur projet de loi défendu par son mari. À la fin, armée de son flasheur à la Men In Black, elle presse le bouton et «pfuit», tout le monde l’oublie. Sauf le comptable bien évidemment, qui chaque mois transférait le salaire bien effectif selon les dires du mari. Un flasheur testé sur elle-même et qui lui a occasionné un trou noir juste avant l’interview accordée à un journal anglais au cours de laquelle elle regrette ne pas travailler et avoue s’ennuyer dans son statut peu valorisant de femme au foyer. Après le coup d’état institutionnel et le complot médiatique, «Men In Black» sera peut-être la nouvelle explication fournie par le candidat de la droite pour laver son honneur. Pas forcément la moins crédible. 

30/01/2017

De choses et d'autres : Jurisprudence Penelope

 

#penelopegate,fillon,penelope,emploi,fictif

Ce «Penelope Gate» me plonge dans l’embarras. Jeudi soir sur TF1, l’ancien député, sénateur, Premier ministre et actuel candidat de la droite a détaillé en quoi consistait le travail d’attachée parlementaire de son épouse. Elle «corrigeait mes discours, me faisait une synthèse de la presse» a-t-il expliqué en direct pour justifier les milliers d’euros qu’elle touchait chaque mois.

Je suis dans l’embarras car moi aussi je demande à mon épouse de lire et corriger ces chroniques. Et chaque jour, elle commente les titres des journaux, me glissant au passage quelques idées pour le futur. Là, en écrivant ces lignes, je comprends tout le problème. Car en les découvrant elle ne manquera pas de me faire remarquer: «Pourquoi moi je ne touche pas un centime alors que Penelope a empoché entre 3000 et 8000 euros mensuels ?» Que puis je lui répondre? Désolé, mais je suis pauvre. Pauvre et honnête de surcroît.

J’entrevois bien une solution mais elle risque de ne pas plaire à mon directeur. Selon cette fameuse «jurisprudence Penelope», je vais demander l’alignement de mes piges sur son barème de critique littéraire à la Revue des Deux mondes. Elle a été payée 100.000 euros (sur 20 mois de travail) en écrivant deux textes de 3500 signes au total. Conséquence, à raison de 24 chroniques de 1.500 signes chacune, je devrais gagner un peu plus d’un million d’euros par mois. Facile dans ces conditions d’en céder une infime partie à ma première lectrice. Dans mes rêves...

(Chronique parue le 30 janvier en dernière page de l'Indépendant)

05/02/2012

"La page blanche", mémoire envolée de Boulet et Pénélope Bagieu

la page blanche, Boulet, Pénélope Bagieu, Pénélope, Delcourt

Ce n'est pas mentir que d'affirmer que cette « Page blanche » est l'album le plus attendu de ce début 2012. Il réunit les deux blogueurs les plus influents de la scène BD : Boulet et Pénélope Bagieu. A l'arrivée cela donne un roman graphique de 200 pages, tout en finesse, avec un personnage principal dans lequel tout un chacun peut se reconnaître et y puiser une envie de « s'améliorer ». Une jeune femme perdue dans ses pensées sur un banc à Paris. Elle revient à la réalité. Et ne comprend pas. Sa mémoire semble s'être effacée. Elle ne se souvient plus de son nom, ni de son passé. En fouillant son sac, elle va retrouver son adresse, ses clés, son téléphone portable. Commence alors une sorte d'auto enquête policière. Elle va reconstituer son quotidien, entre travail dans une librairie et sortie avec des amis de son âge. Rien d'exaltant. Une vie banale. A moins de profiter de cette page blanche pour réécrire son existence...


« La page blanche », Delcourt, 22,95 €