24/04/2017

De choses et d'autres : Le début d’une nouvelle vie


Terminés les enfantillages et les « petits candidats ». La constitution française est ainsi faite. Après un premier choix, sorte de tri sélectif avant valorisation, il n’en reste que deux.
François Asselineau, si calé sur tous les traités et autres textes officiels, doit certainement connaître sur le bout des doigts l’article 7 de la Constitution française. Et le redouter car selon toute logique il marque la fin de son rêve de pouvoir : « Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour de scrutin, il est procédé, le quatorzième jour suivant, à un second tour. Seuls peuvent s’y présenter les deux candidats qui, le cas échéant après retrait de candidats plus favorisés, se trouvent avoir recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour. » Ils étaient 11 au départ. Il n’en reste que deux. Neuf viennent de passer à la trappe, brutalement, sèchement, comme dans un jeu télévisé récent. De la lumière de l’égalité de parole aux oubliettes de la logique politicienne. Cela semble trivial, mais c’est le mode démocratique choisi par les institutions françaises après l’instabilité gouvernementale qui a plombé la IVe république.
On peut imaginer quantité d’analogies avec des situations du quotidien. Je me risque à établir le parallèle avec celle du début de la vie. Lors de l’acte de reproduction, il y a un ovule (la France) et quantité de spermatozoïdes (les candidats). Mais au final, il n’y en qu’un et un seul qui a le droit de féconder. Espérons que le bébé soit en bonne santé. 
(Chronique parue le 24 avril en dernière page de l'Indépendant)

03/04/2017

Chronique "De choses et d'autres" : La chorale des onze


Nouvelle grande première dans cette campagne présidentielle atypique. Après le renoncement du président sortant, le candidat mis en examen et le débat des cinq favoris, place à la grande mêlée. Mardi soir ils seront onze sur le plateau de BFM et Cnews à tenter de persuader les électeurs que leur programme est le meilleur. Onze installés en demi-cercle devant les deux journalistes. Quelques minutes pour convaincre. Car vu le nombre, le temps de parole s’étrécit.
Les favoris auraient pu s’en passer. Par contre les «petits» y trouveront peut-être la seule occasion de se distinguer. Comme ils ne font pas partie du sérail et n’ont absolument rien à perdre, ils se permettront peut-être d’éreinter les pros de la politique. Philippe Poutou, adversaire de la langue de bois, devrait asséner des mots très durs au «banquier». Dupont-Aignan tentera de supplanter un Fillon qu’il estime discrédité. Cheminade veut marcher sur les platebandes de Le Pen.
Le plus imprévisible reste Jean Lassalle. Béarnais au verbe haut, un peu poète, ses envolées à l’Assemblée nationale ont créé le buzz. Qu’il entonne un chant de berger en direct, sa cote grimpera en flèche. S’ils ne veulent pas se faire éliminer à cette «battle», les autres candidats devront relever le gant comme dans The Voice. Marseillaise à droite, Internationale à gauche. Un exercice doublement compliqué pour Macron, qui se sentira obligé de reprendre, en canon, un couplet sur deux de chacun des chants emblématiques.