21/06/2016

BD : Pères impurs et manque...

peyraud,djian,futuropolis

Jean-Philippe Peyraud, après avoir adapté plusieurs romans de Philippe Djian, se lance en solo sur un long roman graphique que l'auteur de "No" ou "Mise en bouche" ne renierait certainement pas. Robinson, quadra désinvolte, vivote en tentant de sauver son magasin de vente et de location de DVD. Célibataire, il multiplie les conquêtes grâce à son bagout sur un site internet. Il vient de passer la nuit avec Amandine, jeune femme aux formes avantageuses. Elle se réveille seule, mais heureuse de revoir sa copine Charlène de retour d'Amérique du Sud. Cette Française revient à Paris pour rencontrer son père. Un père indigne qui a abandonné mère et fille à la naissance. Des retrouvailles sous forme d'enquête policière. Son seul indice : il tient un vidéo-club... En multipliant les personnages et les intrigues entrecroisées, Peyraud transforme sa BD en une sorte de sitcom déjantée, avec rebondissements et fausses pistes à la pelle. 192 pages menées de main de maître et qui pourraient bien se prolonger dans un second tome.

« L'inversion de la courbe des sentiments", Futuropolis, 26 euros

 

07:19 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peyraud, djian, futuropolis

05/08/2011

Le désespoir du singe de Peyraud et Alfred chez Delcourt : dramatique

Peyraud, Alfred, Delcourt

Peyraud, Alfred, DelcourtElle était très attendue la troisième et dernière partie de cette série écrite par Jean-Philippe Peyraud et dessinée par Alfred. Il a fallu patienter quatre ans pour connaître le dénouement des amours de Josef, peintre raté dont le cœur balance entre sa fiancée Joliette et la belle Vespérine, chef des insurgés. Précédemment, les deux jeunes femmes étaient persuadées que Josef avait trouvé la mort. Il est cependant en vie, secouru par un nomade. Il tentera de rejoindre la capitale en train alors que les insurgés lancent une grande offensive. Tout se jouera dans ce train, lancé à grande vitesse, chargé d'explosif. Josef devra choisir une nouvelle fois entre Joliette et Vespérine. Le dessin d'Alfred, sombre tout en restant élégant est idéalement mis en valeur par les couleurs très ténébreuses de Delf. Espérons qu'une intégrale donnera une seconde chance à ce récit ambitieux.

« Le désespoir du singe » de Peyraud et Alfred, Le dernier vœu, tome 3. Delcourt. 14,95 €

08:11 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peyraud, alfred, delcourt

27/07/2010

Amour multiple avec Djian et Peyraud

 

Lui.jpg

Pas évident d'adapter en bande dessinée une pièce de théâtre. La BD aime les grand espaces et permet, à moindre coût, de présenter des scènes gigantesques ne lésinant pas sur le figurant. Le théâtre c'est plus limité, surtout quand il s'agit d'une pièce minimaliste de Philippe Djian : quatre personnages et un seul décor. Dans le salon d'une luxueuse villa, un homme se dispute avec une femme. On comprend que c'était son infirmière, elle est devenue sa maîtresse. Elle l'a soigné, lui permettant de remonter la pente. Il souffre psychologiquement. A cause de son ancienne femme. Elle vient souvent le hanter. Il y a deux ans, il s'est mal comporté avec elle. Adaptée par Jean-Philippe Peyraud, cette pièce peut être considérée par certains comme la longue prise de tête d'un homme aimant les femmes mais trop lâche pour en assumer les conséquences. En fait, en se laissant prendre à ces dialogues incisifs, on pénètre l'âme humaine. Attention, cela chamboule. Mention spéciale aux portraits de Peyraud : lui aussi semble aimer les femmes...

« Lui », Futuropolis, 24 €

28/06/2008

Amour captif

3df44f8e01ad56c8fc0a9353c6483d97.jpgUn homme, une femme. Ils sont voisins. Tous les deux divorcés, avec enfants à charge. Le matin, le père conduit sa voisine à l'école. Il se trouve que c'est l'institutrice de sa fille. Elle lui plaît. Il n'ose pas lui dire. Jusqu'au jour où ils arrivent en retard. Dans la classe, un homme cagoulé, ceinturé d'explosifs, a pris en otage cette classe de maternelle d'une banlieue chic. L'homme et la femme, otages eux aussi, vont passer 48 heures ensemble. 48 heures de peur et de passion. Cette nouvelle de Jean-Philippe Djian (qui reparaît en même temps chez Folio), est adaptée par Jean-Philippe Peyraud. D'un faits divers encore dans les mémoires, ils font une superbe histoire d'amour.
« Mise en bouche », Futuropolis, 19 euros




06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Djian, Peyraud, Futuropolis, Folio

30/01/2008

Iconoclaste

16ea2ecf68203426f2addb0b088ea457.jpgMarc Villard, avant de se faire un nom dans le polar, a été lycéen, étudiant, poète maudit puis simple employé dans une grande société. Des souvenirs qui lui ont donné de la matière pour quelques nouvelles, adaptées pour Jean-Philippe Peyraud. On découvre donc les exploits du jeune Marc Villard, un iconoclaste, soucieux de la longueur de son sexe, persuadé de devenir une rock star et prêt à déclencher une grève pour le retour de certaines friandises dans le distributeur de l'entreprise qui l'emploie. Certaines histoires sont à hurler de rire, d'autres plus tristes et nostalgiques. Entre tendresse et humour, les auteurs ont trouvé un parfait équilibre d'émotions.
« Quand j'étais star », Casterman, 12,95 euros

06:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Villard, Peyraud, Casterman

27/11/2007

Fuites

b049c018f080219ed2cb5a097dfbbc4d.jpgSombre, très sombre le second tome de cette série écrite par Peyraud et dessinée par Alfred. Les vies des différents protagonistes de cette histoire de fuite comptent peu quand une impitoyable répression étatique est instaurée partout dans un pays imaginaire au bord d'une mer intérieure qui se vide inexorablement. Joseph, le héros, peintre maudit et torturé, décide de prendre la fuite tant que c'est possible. Il part avec sa fiancée Joliette. Mais dans sa tête, c'est la nuit d'amour qu'il vient de passer avec Vespérine qui le hante. Avec d'autres clandestins, il prend un bateau pour aller le plus loin possible sur l'eau. Ensuite, la fuite se fera à pied, à travers le désert des épaves, vastes étendues où des navires échoués finissent de rouiller, dernier souvenir d'une époque maritime prospère. Par ailleurs, Lazlo, un riche bourgeois, tente de sauver une jeune artiste, Edith, libertine enceinte d'un de ses multiples amants. Ces deux couples seront confrontés à la violence aveugle, typique de ses périodes troublées. L'armée d'un côté, les brigands de l'autre. Avec pour point commun des assassinats arbitraires qui réduiront considérablement le nombre de personnages de cette série passionnante.

"Le désespoir du singe", Delcourt, 12,90 €

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Peyraud, Alfred, Delcourt