21/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Drapeaux

drapeaux,nice,foncia,scandale,polémiqueÉtrange pays que cette France qui n'ose plus afficher son patriotisme. Le 9 septembre dernier, un couple de retraités niçois reçoit une lettre du syndic de leur copropriété. Il leur est instamment demandé de retirer le drapeau tricolore planté dans leur jardin. Motif invoqué : "Les activités sportives estivales sont terminées". Cela empêchera ainsi "d'éviter tout débordement". Refus sec et net des propriétaires qui médiatisent illico l'affaire.

La vague d'indignation dépasse rapidement les frontières des seuls réseaux sociaux. Depuis, la société a présenté ses plus plates excuses mais des interrogations restent sur la véritable motivation de cette injonction. Tout d'abord, il était faux de prétexter la fin des activités sportives puisque la lettre est arrivée en pleins jeux paralympiques. Pas du tout sympa pour ces handicapés courageux qui eux aussi, espèrent un soutien de la population à propos de leurs performances d'autant plus méritoires. Mais surtout quels sont les "débordements" redoutés par le seul fait d'arborer un drapeau français ? Voilà quelques mois, le gouvernement demandait à chacun d'afficher les couleurs nationales aux fenêtres et balcons en signe d'hommage aux victimes des attentats terroristes. Certains y sont encore accrochés.

Enfin, comment ne pas comprendre que ce drapeau justement, demeure le plus beau symbole pour honorer la mémoire des 84 victimes de la Promenade des Anglais de même que celles des précédents, innocents fauchés par la folie humaine.

31/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Montrez ce sein

burkini,valls,sein nu,marianne,polémique

 "Marianne a le sein nu, Marianne n'est pas voilée, elle est libre !" déclarait Manuel Valls lundi soir à Colomiers. Décidément les politiques français sont obsédés par les vêtements féminins. Toute cette fin d'été ils se sont écharpés au sujet du burkini. Le Premier ministre, hostile à cette tenue préconisée par l'islam, franchit donc un pas en préconisant indirectement le port du monokini. Juste pour prouver sa liberté. Alors tous à poil ? Car nous les hommes, quels vêtements devrons-nous adopter ? Le bermuda, long et ample, est-il liberticide ? Faut-il, comme Franck Dubosc dans Camping, porter ces slips de bains si moulants qu'ils ne dissimulent rien de notre anatomie ?

burkini,valls,sein nu,marianne,polémiqueEt si plus simplement on regardait la réalité en face. Marianne sur ses nombreuses représentations a effectivement un ou deux seins à l'air, ce n'est cependant pas pour représenter l'allégorie de la mère nourricière, ni parce qu'elle est libre. Peut-être, tout simplement, car c'est beau. Oui, depuis la nuit des temps, le galbe d'un sein fait partie des choses si agréables à dessiner et admirer. Manuel Valls, tout Premier ministre qu'il soit, est un homme avant tout. Donc sensible à la beauté d'une poitrine féminine.

Mais parfois, montrer est moins explicite que les subterfuges pour cacher. Le burkini en soi couvre le corps de la femme, mais en sortant de la mer, elle se transforme sans le vouloir en candidate à un concours de tee-shirt mouillé. Et ceux qui pensent que j'ai l'esprit mal tourné n'ont qu'à objectivement se souvenir de leur premier émoi sexuel. Dans une grande majorité des cas, l'apparition subreptice d'un téton a suffi à changer leur vision de la vie.

04/08/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Cher Maître Gims

maitre gims, ille, saint-avold, rap, polémiqueL'affaire du concert de Maître Gims à Ille-sur-Têt fin juillet continue de provoquer des vagues. Rappel pour les absents : le rappeur a chanté en playback durant 45 minutes devant des fans déçus de ne pouvoir le rencontrer à la fin du concert. Un groupe de mécontents se monte sur Facebook, les organisateurs y jettent leur grain de sel et finalement l'artiste répond dans un communiqué qui, je l'avoue, m'a fait me gondoler de rire. Je ne connais pas Maître Gims, et encore moins ses chansons. Il semble cependant avoir, comme on disait dans ma jeunesse, « chopé le melon ». Déjà, le « Maître » aurait dû me mettre en alerte. Le communiqué, présenté comme une réponse personnelle à ses détracteurs, est rédigé à la troisième personne. Comme un roi (ou Alain Delon). « Maître Gims tient à clarifier la situation avec ses fans. Il a assuré sa prestation avec tout le professionnalisme qui est le sien. » Et de promettre une tournée « spectaculaire ». Mais les soucis estivaux du Maître ne font que commencer. Le 14 août il doit se produire à Saint-Avold en Moselle dans le cadre de la Fête de la piscine. Problème : l'opposition municipale demande l'annulation du contrat, jugé trop onéreux. 74 000 euros de cachet. S'il ne chante que trois-quarts d'heure comme à Ille, il empoche plus d'un smic par minute. Qui a dit que la poésie n'a plus d'avenir ? Rien que ces deux vers de Maître Gims, « Mais quand je la vois danser le soir / J'aimerais devenir la chaise sur laquelle elle s'assoit » lui rapportent pas loin de 100 euros.

05/05/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Débats fumeux à tous les étages

polémique, pipe, sébastien, todd, caron, fourest

Le temps est à la polémique. Pour un oui, pour un non, le ton monte, l'invective fuse.

Les Républicains, nouveau nom de l'UMP trouvé par des publicitaires (pas si novateurs) et avalisé par Nicolas Sarkozy, ne fait finalement pas l'unanimité. Trop américain pour certains. Avant que l'affaire ne dégénère, les militants sont appelés à la rescousse. Ils voteront par internet. Point final, plus de débat.

Emmanuel Todd, sociologue, lance un pavé dans la mare en dénonçant la prétendue mascarade des manifestations du 11 janvier. Mal lui en a pris. Une armée d'intellectuels se lève contre ce pourfendeur de l'unanimité. La polémique, là, commence à peine.

Caroline Fourest, invitée sur le plateau de Laurent Ruquier pour parler de son livre, se prend la tête avec Aymeric Caron et le traite de con. Depuis, cette guerre des « deux gauches » provoque les ricanements à droite.

Le joli mois de mai s'annonce comme celui de la contestation. Tous les sujets incitent à la controverse. Hier matin, sur RTL, Laurence Rossignol, ministre de la Famille, s'insurge contre un texte qu'elle considère comme « limite incestueux ». Ce morceau, quatre millions de personnes (chiffres Médiamétrie) ont pu l'entendre samedi soir sur France 2. Rien de bien transcendant, juste une chanson de Patrick Sébastien interprétée dans son émission « Les années bonheur » en hommage au patrimoine français, à Simenon, à Brassens. Titre du chef-d'œuvre pinaillé : Une petite pipe. Sébastien y entonne ce refrain : « Une petite pipe avant d'aller dormir, Une petite pipe avant d'aller se coucher ». Ça c'est de la polémique !

15/09/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ondes agressives entre Bourdin et Canteloup

canteloup, bourdin, europe 1, rmc, radio, polémique, fnCanteloup un peu relou, Bourdin lâche les chiens. L'humoriste d'Europe 1 a pris l'habitude d'envoyer des piques au présentateur de la matinale de RMC. L'imitateur assimile celui-ci à un soutien déguisé du Front national et l'accuse de ne donner la parole qu'à des caricatures de Français mécontents. Rien de bien méchant, mais Jean-Jacques Bourdin vient du Sud, du Gard exactement.

canteloup, bourdin, europe 1, rmc, radio, polémique, fnMercredi en direct à l'antenne, il a un peu craqué. Et de menacer Canteloup : "J'irai l'attraper au collet et lui dire ce que je pense. Car je ne pense pas que ça soit un homme... » Une centaine d'années plus tôt, ces menaces physiques se seraient réglées en duel. Sur le pré, point de quartier. En l'occurrence Canteloup ne peut tirer qu'une seule arme de sa manche : son humour.

Alors le lendemain il en remet une couche et consacre près de la moitié de sa "Revue de presque" à l'événement. Il a beau jeu car la veille, pour couronner le tout, RMC était victime d'une panne générale d'électricité. En plein milieu de la matinale, coupant la chique à un Bourdin qui d'ordinaire ne s'en laisse pas conter, notamment par les politiques à la langue de bois. Canteloup lui fait donc dire : "Déjà qu'on n'est pas des lumières à RMC, si en plus on nous coupe le courant... »

Telle est la situation ce week-end. La suite (car Canteloup et ses auteurs lâchent rarement leurs têtes de Turc) nous l'entendrons ce matin à 8 h 45 sur Europe 1.

À moins que, comme le rappeur Rohff après son différend avec Booba, Bourdin ne fasse une descente dans la station concurrente avec ses hommes de main (Moscato et Brunet) et ne tabasse le stagiaire de l'accueil.

25/02/2013

Chronique : polémique entre Iacub et Angot, les drôles de dames et DSK

iacub, dsk, angot, polémique, cochon, stock

Marcela Iacub fait mieux que Christine Angot dans le genre littérature d'autofiction à forte connotation sexuelle. La querelle, par journaux interposés, de ces deux drôles de dames délurées a beaucoup agité le net ces derniers jours. Rappel des faits : Marcela Iacub, belle Argentine, tombe amoureuse d'un « cochon » vilipendé par toute la planète.

De ces huit mois de passion amoureuse elle en tire un livre. Un brûlot. Alternant réalité et fiction. Son amant, elle le compare à un porc. Marcela Iacub ne le nomme jamais mais tout le monde reconnaît DSK empêtré dans le scandale Nafissatou Diallo. Couverture du Nouvel Obs', une de Libération : ce sont les journaux de gauche qui donnent toute son ampleur à l'affaire.

La polémique enfle et prend une nouvelle tournure avec la publication, dans le Monde cette fois, d'une longue tribune de Christine Angot. « Non, non, non et non » jette-t-elle à la face de Iacub car certains critiques ont comparé son « Belle et Bête » aux romans d'Angot. Il est vrai qu'Angot a elle aussi complaisamment romancé ses amours, ne privant pas le lecteur de détails croustillants. Le principal reproche fait à Iacub est d'avoir séduit DSK pour écrire son livre. Une impression résumée dans un tweet de Mickaël Frison « Mi-homme mi-cochon. Mi-livre mi-torchon. »

Je ne sais pas si la littérature ressortira grandie de ces querelles de coucheries étalées sur la place publique, mais la machine à fantasmes a toujours fait courir les foules. 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.

15:17 Publié dans Humeur, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iacub, dsk, angot, polémique, cochon, stock

07/02/2013

Chronique : petit cours de rap pour les nuls

Booba, la fouine, rohff, rap, polémique

Depuis quelques jours, une polémique entre rappeurs français prend une dimension jamais atteinte. Relayée par les réseaux sociaux, elle oppose Booba au duo Rohff et La Fouine.

Vous n'y comprenez rien ? Rassurez-vous, moi non plus. J'ai dû réviser mon « rap pour les nuls » pour avoir une petite chance de démêler les fils.

Il était une fois trois petits gars de la banlieue. Ils n'ont pas la langue en poche. Leurs rimes sont riches mais violentes. Les oreilles chastes sont choquées. Les autres apprécient. Succès et argent changent la vie des rappeurs. Ils entrent dans une autre dimension. Mais dire du mal de la France, des policiers et autres symboles de la société ne suffit plus. En septembre dernier, Booba prend pour cible les autres rappeurs. Pour être sûr qu'ils saisissent le message, la chanson est truffée de gros mots. Rohff se sent directement visé. Sur la même musique, il attaque en frontal Booba, paroles tout aussi explicites à l'appui. Le duel (qui a failli se régler sur un ring) accueille un troisième larron, La Fouine, dézingué par Booba qui rappelle ses démêlés judiciaires d'antan.

A ce stade, on pourrait en rire, trouver que cela ressemble à une querelle de cour de récréation, niveau CE1. Problème, il y a longtemps que ces lascars ne sont plus des gamins. Quand l'un ressort une vieille affaire d'agression sexuelle, l'autre se fait tirer dessus au petit matin.

Prochaine étape ? La sortie d'un album. De trois exactement. Ce serait idiot de ne pas profiter de toute cette publicité gratuite...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue en dernière page de l'Indépendant ce jeudi. (Illustration trouvée sur le site Team Blog)

Le clip de La Fouine "T'as la tremblote"  (attention textes et images explicites)


La réponse de Booba "Tue les tous"