10/09/2017

BD : La dernière croisade d’un incroyable trio

 

Ils sont trois, un chevalier, un moine et une princesse arabe. Trois sur les routes de France au cœur de ce moyen âge où l’essentiel de l’actualité, déjà, tournait autour d’un conflit religieux. D’un côté les chrétiens, de l’autre les musulmans. Au centre, la Terre sainte et des reliques. Le chevalier Brayard revient d’un long périple au cours duquel il a surtout tué et oublié son morne quotidien. Repu de sang et d’aventures, il rentre au bercail escortant le moine Rignomer qui lui ramène les reliques de la sainte de son ordre. En chemin il tombe sur une donzelle vindicative ; la princesse Hadiyatallah. La fille de ce dignitaire, capturée, représente une belle rançon. Zidrou, au scénario, livre une de ces histoires dont il a le secret, avec de l’humain, du marrant et de l’authentique. On rit beaucoup aux refrains des chansons paillardes de Brayard, on compatit avec Rignomer, au destin peu palpitant de moine copiste. Et puis on tombe follement amoureux de la petite princesse, prête à tout pour rentrer au pays. Le Barcelonais Francis Porcel au dessin donne toute sa rudesse à cette geste moyenâgeuse très moderne finalement et qui aurait fait un excellent film dans le genre de « La chair et le sang » de Paul Verhoeven.
➤ « Le chevalier Brayard », Dargaud, 14,99 €

24/01/2009

Manipulation à l'antenne

Reality show 3.jpg


On a beaucoup critiqué la télé-réalité sur son côté scénarisé. La réalité présentée à l'antenne ne serait que la transposition d'un scénario écrit à l'avance et interprété dans des candidats-pions manipulés ou consentants. Jean-David Morvan, dans cette série dessinée par Porcel, abonde dans ce sens. Dans un futur proche, les abonnés peuvent suivre au quotidien l'action des forces de l'ordre. Plus spécialement un flic, beau, téméraire et charmeur. Pour relancer l'intérêt, une nouvelle partenaire fait son apparition : Oshii. Le programme prend une toute autre ampleur quand des terroristes enlèvent la fille du président et diffusent des scènes de torture. Oshii va tenter de retrouver la jeune fille. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que tout est truqué par le machiavélique patron de la chaîne Médiacop. Le dénouement de cette série, c'est lui qui le raconte par le menu à une amie, avant même que tout ne se réalise. Fiction, réalité, anticipation, le lecteur ne sait plus et s'interroge d'autant plus sur le genre.
« Reality show » (tome 5), Dargaud, 13,50 €


06:35 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : morvan, porcel, dargaud