07/01/2017

De choses et d'autres : Terreur urbaine

rats, paris, extermination, peur, phobieLes images font peur. J’imagine l’effroi de ceux qui se retrouvent véritablement devant de telles scènes. Certains parcs et jardins de la ville de Paris sont littéralement envahis par les rats. Des dizaines de rongeurs, aux longues queues si repoussantes, se promènent en toute impunité à quelques mètres d’enfants jouant au ballon ou de personnes âgées qui prennent un bain de soleil sur un des bancs mis à leur disposition dans ces havres de verdure. Le rat a mauvaise presse. Depuis la nuit des temps. Tant qu’il reste dans les égouts, loin de notre champ de vision, pas de problème. Mais s’il s’enhardit au point d’aller voir ce qu’il y a dans votre panier de pique-nique, cela s’apparente à une scène de film d’horreur. Depuis les premières épidémies de peste, ces animaux effraient. A juste titre car ils transportent quantité de maladies.

Et ce n’est pas en vous mordant (tous mes poils se hérissent en écrivant cette phrase) qu’ils sont les plus dangereux. Le vrai fléau reste leur urine qu’ils ont la fâcheuse tendance à répandre un peu partout pour marquer leur territoire. Ce nouveau mode de vie des rats, au grand air, est donc un réel danger sanitaire. Pour les enfants notamment. Conséquence les parcs sont fermés et les rats exterminés. Comme pour les huîtres (lire cette même chronique hier), il n’y a pas une seule association de protection des animaux qui s’insurge. Comme quoi l’empathie a aussi ses limites et un bon rat sera toujours soit invisible, soit mort. 

27/07/2014

BD : les rats nautiques de Ptiluc

 

rats, ptiluc, pirats, fluide

Ptiluc, en plus de 30 ans de carrière, est devenu le dessinateur animalier le plus productif de la BD franco-belge. A la différence que ses rats n'ont rien à voir avec les gentilles souris et souriants mulots de Macherot. Dans « Pacush Blues » (13 volumes) il est question de dépression. Il a poursuivi dans le même style avec « Rat's », transposition de la lutte des classes dans un univers de rongeurs. « Pirat's » est la suite des aventures du peuple rat, en train de voguer sur l'océan infini, à la recherche d'un hypothétique monde meilleur. Les rats sont observés par les batraciens, le peuple crapo. Ils se battent, s'entretuent sans se douter que le véritable danger viendra du fond de la mer. Une monstre tentaculaire bien décidé à faire respecter « la bonne marche de la sérénité des profondeurs ». Parue sous forme de récits complets dans Fluide Glacial, ces métaphores animalières sont beaucoup plus intelligentes qu'il n'y paraît. De l'exercice solitaire du pouvoir à l'endoctrinement des masses en passant par la fameuse « l'union fait la force », les thèmes sont vastes et pertinents.

 

« Pirat's » (tome 2), Fluide Glacial, 10,80 €

 

08:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rats, ptiluc, pirats, fluide

19/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : La dent dure

dentiste, dent, rats, yuzna, sadisme, tortureUne découverte médicale va bientôt nous changer la vie. Terminées les roulettes, fraises et autres instruments de torture pour réparer les dents cariées. En pointant un laser sur une dent abîmée, les chercheurs sont parvenus à enclencher un phénomène d'auto-réparation qui lui redonne toute sa santé.

Les dentistes, profession la plus honnie de la planète, augmenteront de plusieurs degrés au baromètre des métiers sympas. Par contre, les opposants aux expérimentations animales risquent de s'offusquer car cette avancée découle d'un essai préalable sur des rats.

Et là, mon esprit cartésien est saisi d'un gros doute. Si mes souvenirs sont bons, les rats sont des rongeurs. Ces bestioles ont la particularité de devoir en permanence manger des aliments durs pour limer leurs dents qui ne cessent jamais de grandir... Je sens la grosse entourloupe. Comment constater que le laser est efficace alors que les dents testées se régénèrent naturellement ?

Je me doutais que c'était trop beau. Car en fait, dentiste est la couverture de prédilection d'une ribambelle de sadiques en liberté. Même en vous faisant la piqûre d'anesthésique, ils semblent prendre du plaisir à vous perforer la gencive. Si ce laser est véritablement efficace, il aura pour conséquence de laisser dans la nature des milliers de tortionnaires en état de manque. Le nombre de meurtres horribles subira sans doute une hausse considérable.

Mais là, je sens que c'est moi qui noircis un peu trop le tableau. Le rendez-vous que j'ai ce matin chez mon dentiste n'y serait-il pas pour quelque chose ?

En bonus, la bande annonce d'un film de série B, "The Dentist" de Brian Yuzna :