23/06/2015

BD : Ric Hochet, même pas mort !

 

ric hochet, tibet, duchateau, zidrou, van liemt, lombard

 

Les héros de BD peuvent-ils survivre à leurs créateurs ? Cette question revient régulièrement en fonction des disparitions des grandes gloires de la BD. Quand Tibet, dessinateur de Ric Hochet, meurt soudainement, l'aventure en cours n'est pas terminée. Elle sera publiée en l'état, avec simplement le scénario d'André-Paul Duchâteau pour savoir qui a tué (le principe de toutes les enquêtes du jeune et impétueux journaliste). Quelques années plus tard, le reporter de la Rafale est de retour pour des enquêtes développées sous la houlette de nouveaux auteurs. Zidrou se charge du scénario et Van Liemt du dessin. Un pari risqué car tout en conservant l'esprit d'origine, il est clairement demandé aux nouveaux venus de moderniser et dépoussiérer une recette efficace durant de longues décennies mais aujourd'hui complètement obsolète pour ne pas dire ringarde. Certains puristes vont hurler au sacrilège, mais finalement voir Ric en slip et Nadine entièrement nue est une évidence qu'on ne pouvait plus nous cacher. Quant au méchant de ce retour, c'est un revenant aussi. Mais il ne faut pas trop en dire...

 

« Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet » (tome 1), Le Lombard, 12 €

 

26/02/2012

La quintessence de Ric Hochet dans un remix de Vandermeulen

Ric Hochet, Tibet, Duchâteau, lombard, Vandermeulen

La série Ric Hochet de Tibet et Duchâteau, considérée par certains spécialistes de la BD comme la quintessence du ringardisme, s'offre un happening d'art contemporain. David Vandermeulen a soigneusement découpé des dizaines de cases dans les 78 titres parus et, en les assemblant comme un immense puzzle, en a fait un « remix » détonnant. Ne changeant strictement rien aux dessins ou dialogues (si ce n'est quelques recadrages) il a mis en évidence la dureté de la BD. Dans un premier chapitre, sur une dizaine de pages, Ric encaisse coups de poings, de pied, d'objets contondants et autres armes par destination pour finir pendu. Un premier uppercut au ventre pour le lecteur qui redécouvre une BD qui souvent l'a passionnée enfant. Ensuite c'est Ric qui distribue les mandales et les autres chapitres sont du même acabit : violence extrême à tous les coins de pages.

« Ric Remix », Le Lombard, 15,95 €

24/11/2010

Last Tibet

 

Ric Hochet 78.jpg

Le 78e album de Ric Hochet, sous une couverture classique, n'est pas du tout comme les autres. Cette aventure intitulée « A la poursuite du Griffon d'or » est inachevée. Tibet, le dessinateur, est mort en janvier dernier, alors que moins de la moitié de l'album était finalisé. Les éditions du Lombard ont préféré publier cette œuvre inachevée en l'état. Cela donne un superbe hommage au travail de Tibet, trop souvent considéré comme un dessinateur manquant d'envergure et de talent. Cela permet également au lecteur de découvrir sa technique de travail, car il s'était adjoint l'aide d'un décoriste. En regard de chaque planche terminée (de la 1 à la 17), on découvre l'esquisse du découpage. Le trait de Tibet y est plus relâché, moins rigide. Les planches 18 à 26 ne comportent que les personnages encrés par Tibet, les décors n'étant qu'esquissés. Enfin, les deux dernières planches présentée, les 27 et 28, ne sont que crayonnées. André-Paul Duchâteau, le scénariste, dévoile en quelques paragraphes la fin de l'intrigue. Mais prévient également dans la préface : « Les enquêtes de Ric Hochet, selon la volonté de Tibet, se poursuivront ! ». Il y aura donc un album n° 79.

« Ric Hochet » (tome 78), Le Lombard, 9,95 €

 

08:40 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tibet, duchâteau, ric hochet, lombard

04/05/2010

Ric Hochet et les acteurs

Ric Hochet 77.jpgRic Hochet a été, durant des décennies, un des héros emblématique de l'hebdo Tintin, le journal des jeunes de 7 à 77 ans. 77, un chiffre symbole, qui est en couverture du 77e titre de la série imaginée par Duchâteau et dessinée par Tibet. Un chiffre maudit également car il marque la mort de Tibet. « Ici 77 ! » aura été le dernier album entièrement dessiné par Tibet, mort en janvier dernier. Ric Hochet se plonge cette fois dans le milieu des feuilletons télévisés. Il doit démasquer un tueur dans l'équipe de tournage d'une série policière. Il se trouve surtout face à des acteurs qui cabotinent en diable. La vieille star sur le retour qui ne veut pas laisser la place à la jeune première, l'acteur en fin de carrière que les producteurs veulent à tout prix faire mourir pour injecter un peu de jeunesse dans la distribution, le scénariste frustré, le metteur en scène ayant la folie des grandeurs mais pas le budget... Duchâteau prend beaucoup de plaisir à brocarder un milieu qui ressemble parfois étrangement à celui de la BD.

« Ric Hochet » (tome 77), Le Lombard, 9,95 €

06:13 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tibet, duchâteau, ric hochet, lombard

03/01/2010

Ric Hochet est orphelin : Tibet est mort

ric_hochet_76.jpgTibet, le dessinateur de Ric Hochet et Chick Bill est mort la nuit dernière. Il avait 78 ans. Il a fait toute sa carrière dans les pages de Tintin et aux éditions du Lombard. Jusqu'au bout il aura publié deux titres par an alignant des milliers de planches et des millions d'albums. Fin janvier paraîtra un nouveau Chick Bill, le tome 70, "Qui veut gagner des Filons ?". Créateur discret, jamais véritablement reconnu par la profession, il a pourtant fait rêver plusieurs générations. Les aventures de Ric Hochet étaient parfois époustouflantes. Je me souviendrai toujours d'un angoissant "Alerte extra-terrestes" lu adolescent. Chick Bill lui permettait de s'adonner à une de ses passions : les jeux de mots.

La BD populaire est en deuil.

PS : Plus de précisions sur sa (longue) carrière dans cet article d'ActuaBD

Chick Bill 69.jpg

18:24 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tibet, ric hochet, chick bill

08/03/2009

Mes BD souvenirs (3)

relfrh006.jpgLire des BD est devenu pour moi une véritable drogue. Notamment les BD franco-belges. Et en bon camé, je me souviens parfaitement de mon premier "fix". C'était aux Nouvelles Galeries de Langon, magasin peu sympathique et vieillot mais qui avait un petit rayon livres. Toujours fasciné par mon premier album de Tintin, je remarque dans le présentoir un gros album de Tintin. Mais pas des aventures du héros de Hergé. Un recueil de l'hebdomadaire. En couverture, la photo de Belmondo devant une vieille Rolls, dans le coin en bas à gauche un dessin de Michel Vaillant de Graton. A l'intérieur, ce sont une dizaine de numéros permettant de lire quatre grandes histoires à suivre. Une de Ric Hochet : "Le signe de la peur", Luc Orient : "Le 6e continent", Olivier Rameau : "L'oiseau de par-ci par-là" et Michel Vaillant. C'est surtout l'histoire de Luc Orient qui me marquera. Le héros était capturé par des hommes robots vivants au cœur d'une montagne comme des fourmis. Je me régalais également des gags. Robin Dubois était mon héros préféré (j'adorais les chevaliers teutoniques) avec Cubitus. Les récits complets complétaient mon mon bonheur, notamment ceux de Dani Futuro de Gimenez et Mora. Ce duo espagnol m'a initié à la science-fiction, genre que je ne connaissais pas du tout. Autre découverte, les histoires de Korrigan, dessiné par Franz dans sa période comique. Un immense dessinateur qui a mis du temps à s'affirmer, de Jugurtha aux Fous de Kaboul.
tintin rififi.jpgJ'ai passé des heures et des heures à lire ce recueil, le 6e de la série Hebdoptimiste. J'ai même réussi à persuader mes parents d'acheter le 7e. Avec là aussi quelques belles découvertes de Tounga à Rififi. Cette dernière série de Mouminoux m'a longtemps interpellé dans un gag que j'ai mis des années à comprendre. Rififi, toujours geignard et malheureux, acceptait de jouer à pile ou face. Et il perdait tout le temps. Car on lui annonçait : "Pile je gagne, face tu perds". J'étais naïf, pas très dégourdi. Et c'est en lisant ces BD que je me suis petit à petit ouvert au monde. Mon imaginaire s'est formé, s'est enrichi. Ces deux recueils étaient le début de ma collection. J'arrivais à argumenter pour que l'on m'abonne. Ce fut fait durant l'année 1975. Depuis je n'ai jamais cessé de recevoir Tintin chez moi chaque semaine jusqu'à la disparition de ce journal qui aura marqué bien des générations, dont la mienne.
Mais comme tout lecteur de Tintin, un jour j'ai été tenté de regarder ce que faisait le grand concurrent, Spirou. Pas de chance, j'ai adoré et doublé ma dose de drogue hebdomadaire.
(A suivre dimanche prochain)

PS : Je n'ai plus mes deux recueils de Tintin. Je raconterai par ailleurs comment je les ai "perdus"... Je me suis rafraîchi la mémoire grâce au site "BDoubliées" qui est la première adresse internet que je regarde chaque matin, pour la couverture du jour, celle d'un Tintin ou d'un Spirou, souvent des années 80. Un site idéal pour les nostalgiques et les collectionneurs.
Autre site très complet, notamment pour les couvertures : Le journal de Tintin

01/08/2007

Ric Hochet au théâtre

medium_Ric_Hochet_73.jpgDécidemment, Ric Hochet, aura tout fait dans son interminable carrière. Dans le 73e album de ses aventures, il s'essaie au théâtre. Le propriétaire d'un théâtre en difficulté a eu la bonne idée de faire jouer son propre rôle au journaliste détective dans une pièce policière. Mais le soir d ela première, on frole l'accident : le pistolet utilisé par le « méchant » de la pièce a de vraies balles au lieu de munition à blanc comme prévu. Un premier avertissement pour Ric qui va rapidement se lancer sur les traces d'un tueur en série, affronter le Bourreau dont c'est le grand retour, se battre avec son père, apprendre que sa mère n'est peut-être pas morte et jouer devant le ministre de l'Intérieur, futur président de la République beaucoup moins courageux que notre héros. Bref, André-Paul Duchâteau, le scénariste, une nouvelle fois, a mis le maximum de rebondissements, d'action et de fausses pistes dans ce récit à la facture très classique. Tibet, le dessinateur, ne semble pas se lasser de ces aventures policières mouvementées. Il se fait parfois plaisir comme cette caricature du ministre de l'Intérieur ou la représentation de Nadine, l'amie de coeur de Ric Hochet, les seins nus... (Le Lombard, 8,70 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Ric Hochet, Tibet, Duchâteau, Lombard