10/02/2017

DVD et blu-ray : Rions avec les gros bras de la CIA

 

agents presque secrets,kevin hart,dwayne johnson,rock,universal

Rien ne vaut des acteurs ne se prenant pas au sérieux pour réaliser une bonne comédie. Le duo de « Agents presque secrets », film de Rawson Marshall Thurber est l’exemple parfait. Kevin Hart, acteur noir surtout connu pour ses succès sur scène est là où on l’attend (et il excelle). Par contre Dwayne Johnson est plus surprenant. L’ancien champion de catch sous le pseudo de « The Rock », après quelques films d’action où ses muscles étaient pris au premier degré, s’est diversifié avec une autodérision de très bon aloi.

Dans ce film d’espionnage à l’intrique un peu légère, il interprète un agent secret américain de la CIA qui tente de découvrir qui va acheter les codes secrets des satellites pilotant les missiles nucléaires. A moins que cela ne soit lui le méchant. Kevin Hart ne le sait pas exactement. Mais là n’est pas le problème car ce grand baraqué capable d’assommer trois hommes en deux secondes est un ancien collègue du lycée. A l’époque il était le petit gros dont tout le monde se moquait. Alors que Kevin, brillant, se voyait gouverneur, il végète en petit comptable. Deux personnalités opposées, qui donnent aux scénaristes une quantité quasi illimitée de gags.

On rit beaucoup, encore plus en visionnant le bêtisier, très fourni dans ce genre de distribution avec deux acteurs toujours capables de partir dans des improvisations démentielles.

 ➤ « Agents presque secrets », Universal Vidéo, 14,99 €

 

27/11/2016

BD : La musique des Dieux

wicked,divine,rock,dieux,gillen,glénat

Le postulat de base de cette série très personnelle de Kieron Gillen (X-men, Star Wars…) est d’une simplicité extrême : les rockstars sont les nouveaux Dieux. Dessinée par Jamie McKelvie, « The Wicked + The Divine » raconte comment une simple groupie va se retrouver au centre d’un combat sanglant entre Dieux. Elle admire Luci (le clone de David Bowie) mais cette dernière se retrouve emprisonnée car suspectée d’avoir tué de simples mortels. Il y aussi l’intervention d’une simili Beyoncé, d’un Prince... Mais ces Dieux savent que leur temps est compté. Car s’ils sont adulés et célèbres, leur présence sur terre se limite à quelques années. Une immortalité qui passe par de multiples réincarnations. Pas toujours simple à comprendre, cette BD passionnera ceux qui connaissent leurs classiques rocks par cœur.

➤ « The Wicked + The Divine » (tome 1), Glénat, 17,50 €

 

10:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wicked, divine, rock, dieux, gillen, glénat

26/08/2016

Rentrée littéraire : les platanes de Christian Laborde

 

christian laborde,platanes,campagne,rural,rock,éditions rocher

Écrivain du Sud-Ouest, Occitan oserait-on dire au risque d'irriter quelques Catalans, Christian Laborde a beaucoup écrit sur le sport. Dans ce, roman lancé dans la cohue de la rentrée littéraire, il préfère jouer sur la corde nostalgique. A deux niveaux. Rock pour le narrateur, France profonde pour le portrait des grands-parents disparus.

L'occasion aussi de pousser quelques gueulantes : contre les multinationales du net qui tuent les libraires et les élus qui coupent des platanes sous couvert de sécurité routière.

D'une écriture alternant uppercut rageurs et tirades lyriques. Tom, le narrateur, quitte la région parisienne pour rejoindre ce Sud tant aimé. Sa grand-mère vient de mourir. Un voyage triste ? Non car il part avec la belle Joy, pétillante copine qui n'a pas sa langue dans la poche.

Presque un road movie, avec de gros morceaux d'amour dedans, le tout saupoudré de souvenirs joyeux. A déguster frais, à l'ombre de ces platanes devenus trop rares le long des routes de la région.

« Le sérieux bienveillant des platanes » de Christian Laborde, éditions du Rocher, 14 €.

 

01/10/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Explosion de caca

explosion, caca, dès, rock

Normalement, vous auriez dû lire en lieu et place de cette chronique un peu insipide, un texte hilarant de vécu et de pittoresque (en rapport avec le dépistage de certains cancers). Mais à mon grand regret, une nouvelle fois, j'ai été censuré. Pas par ma direction (qui me laisse une totale liberté), ni des élus trop susceptibles. Non, la seule qui ait un droit de veto sur mes écrits, c'est ma femme.

Donc en lieu et place des 1 600 signes particulièrement comiques la mettant en scène, vous aurez droit à cette petite information légèrement réchauffée sur les déboires d'un père et son fils. A la base, mon attention est attirée par un article sur Henri Dès. Le célèbre chanteur pour enfants déclare son soutien indéfectible à son fils menacé de prison pour défaut de paiement d'une amende de 30 000 francs suisses.

Que lui reproche-t-on ? Tout simplement d'avoir hébergé dans sa cave un salon de massage. On imagine immédiatement une histoire de prostitution. Pas du tout affirme Henri Dès : "Il s'agit en réalité d'un centre de massage tentrique, une méthode hindoue qui aide le corps et l'esprit à se mettre en harmonie avec sa sexualité ou celle de son couple". Et de dénoncer une cabale, surtout alimentée par le fait que son fils "appartient au groupe Explosion de caca". J'avoue mon incrédulité (et mon hilarité, voir ci-dessus) en lisant ces dernières lignes.

Je découvre, merci Google, les tubes populaires à la mode heavy métal en même temps que l'existence de ce duo déjanté. En résumé : le fils d'un chanteur pour enfants, reconverti dans le rock scatologique, est suspecté de proxénétisme…

En bonus internet, le dernier clip d'Explosion de caca.

08:08 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : explosion, caca, dès, rock

16/08/2014

BD : Musique satanique finlandaise

 

perkeros, ahonen, alare, metal, rock, casterman

Le hard rock, tendance métal et sataniste, connaît un formidable succès dans les pays scandinaves. Les Finlandais Ahonen et Alare, après avoir tenté de percer sur la scène musicale locale, ont rangé leurs guitares pour s'atteler à une autre œuvre, plus dans leurs cordes : un roman graphique sur cet univers si particulier. Axel, leader du groupe Perkeros, croit à son destin. Il compose et joue de la guitare. Veut aussi chanter ses créations, même s'il n'est pas du tout au point, voire carrément bègue par moment. Cela suscite quelques tensions avec Lily, le clavier, Kerninen le bassiste et l'Ours, le batteur. Ce dernier est un véritable ours, premier indice dans une BD qui finalement va tendre vers le fantastique dans sa dernière partie. Mais sur les 180 pages, pas moins de 120 sont essentiellement consacrées à la vie du groupe, ses espoirs, ses désillusions et même sa rupture quand rien ne va plus. Axel, persuadé que la musique a un grand pouvoir sur les êtres vivants, va se retrouver métamorphosé après une expérience mystique. Certains sons sont-ils capables de vous transformer ? En bien ? Ou en mal, tendance Satan, métamorphoses et sacrifices humains ? Un album à lire en écoutant sur Spotify des compositions originales liées à l'histoire.

« Perkeros », Casterman, 17 €

10:12 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perkeros, ahonen, alare, metal, rock, casterman

24/12/2012

BD : Phil Perfect, la classe de l'intégrale

serge clerc, phil perfect, rock, dupuis, intégrale

Serge Clerc, habitué du festival du disque et de la bande dessinée de Perpignan, est le créateur de Phil Perfect. Ce détective rocker, dandy et moderne, a évolué dans les pages de Rock & Folk et Métal Hurlant, essentiellement durant les années 80. Cette intégrale de près de 280 pages reprend les récits et illustrations ayant fait le renommée du « dessinateur espion ». Mais avant de plonger dans « La nuit du Mocambo » ou « L’allégorie du Rock & Roll », découvrez l'incroyable parcours de ce lycéen de province, devenu en quelques mois, avec Moebius et Druillet, un des piliers de « Métal Hurlant ». Il y croisera Yves Chaland, son jumeau de plume, et affinera son style pour aller vers « le fouetté de Jijé, magnifique et sensuel. »

Cette intégrale, très classe, ravira tous les quinquas, nostalgiques de leur jeunesse rebelle.

« Phil Perfect, l'intégrale », éditions Dupuis, 32 euros.