26/08/2016

Rentrée littéraire : les platanes de Christian Laborde

 

christian laborde,platanes,campagne,rural,rock,éditions rocher

Écrivain du Sud-Ouest, Occitan oserait-on dire au risque d'irriter quelques Catalans, Christian Laborde a beaucoup écrit sur le sport. Dans ce, roman lancé dans la cohue de la rentrée littéraire, il préfère jouer sur la corde nostalgique. A deux niveaux. Rock pour le narrateur, France profonde pour le portrait des grands-parents disparus.

L'occasion aussi de pousser quelques gueulantes : contre les multinationales du net qui tuent les libraires et les élus qui coupent des platanes sous couvert de sécurité routière.

D'une écriture alternant uppercut rageurs et tirades lyriques. Tom, le narrateur, quitte la région parisienne pour rejoindre ce Sud tant aimé. Sa grand-mère vient de mourir. Un voyage triste ? Non car il part avec la belle Joy, pétillante copine qui n'a pas sa langue dans la poche.

Presque un road movie, avec de gros morceaux d'amour dedans, le tout saupoudré de souvenirs joyeux. A déguster frais, à l'ombre de ces platanes devenus trop rares le long des routes de la région.

« Le sérieux bienveillant des platanes » de Christian Laborde, éditions du Rocher, 14 €.

 

27/09/2015

BD : De la rural fantasy fromagère

Lupano, traquemage, fansy, rural, relom, delcourt

Wilfrid Lupano, excellent scénariste des « Vieux fourneaux » chez Dargaud, tel un couteau suisse multitâches, peut écrire sur tout et n'importe quoi. Comme des défis qu'il se lancerait, histoire de renouveler des genres manquant cruellement de variétés. Prenez la fantasy. Rien de plus manichéen et finalement peu enchanteur que ces univers de trolls, dragons, mages et autres héros flamboyants. Avec Lupano, la fantasy entre dans une nouvelle ère, celle dite « rurale et fromagère ». Pistolin, paisible berger, vit du commerce de ses pécadous, fromages issus de la fermentation du lait de ses cornebiques. Un berger simple, dans tous les sens du terme. Pas très futé notre paysan. Quand des mercenaires déciment son troupeau (il ne lui reste plus qu'une seule et unique biquette, Myrtille), il fait le serment de se venger et de tuer tous les mages du royaume. Le voilà donc parti en vadrouille pour trouver une solution à son problème. Il rencontre dans son périple une gentille fée, Pompette, adorant la potion magique, surtout si elle est très alcoolisée. Dessinées par Relom (Andy et Gina), ces pérégrinations un peu foutraques sont aussi improbables que réjouissantes. De l'humour extrême servi par un dessinateur réaliste qui s'ignorait.

 

« Traquemage » (tome 1), Delcourt, 14,95 €