14/03/2017

De choses et d'autres : Et alors ?

« Se faire tailler un costard », « prendre une veste »… la dernière mésaventure de François Fillon et ses costumes taillés sur mesure, habituellement hors de prix mais gratuits pour lui, prête à rire. Jusqu’à sa réponse hier matin dans une interview aux Échos : « Un ami m’a offert des costumes. Et alors ? »
Tout tient dans le « et alors ? » désinvolte. Comme ce présent allait de soi pour le député de Paris. Il brigue la présidence de la République, mais ne semble vraiment pas vivre dans le même pays que ses électeurs. Combien de personnes en France comptent dans leurs intimes des amis si généreux qu’ils leur offrent des vêtements taillés sur mesure ? Comme ça, juste par gentillesse ? Sans prendre trop de risque, je peux affirmer qu’on en dénombre moins que de doigts dans une main.
Des fleurs, des bonbons, un livre ou une cravate, d’accord. Mais des costumes à plus de 6 000 euros pièce, cela ne relève pas de la rareté mais carrément de l’exceptionnel, genre cocher les bons numéros du loto deux fois dans la semaine…
L’anecdote est à rapprocher avec une autre saillie médiatique d’il y a quelques mois. Emmanuel Macron, en visite dans l’Hérault, apostrophé en pleine rue par deux syndicalistes en T-shirt, sort cette réplique qui lui colle encore aux basques : « La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler ». Voilà peut-être toute la différence entre le programme des deux candidats : pour l’un son costume on se l’achète, pour l’autre on se le fait offrir. 
 
(Chronique parue le 14 mars en dernière page de l'Indépendant)

21/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Drapeaux

drapeaux,nice,foncia,scandale,polémiqueÉtrange pays que cette France qui n'ose plus afficher son patriotisme. Le 9 septembre dernier, un couple de retraités niçois reçoit une lettre du syndic de leur copropriété. Il leur est instamment demandé de retirer le drapeau tricolore planté dans leur jardin. Motif invoqué : "Les activités sportives estivales sont terminées". Cela empêchera ainsi "d'éviter tout débordement". Refus sec et net des propriétaires qui médiatisent illico l'affaire.

La vague d'indignation dépasse rapidement les frontières des seuls réseaux sociaux. Depuis, la société a présenté ses plus plates excuses mais des interrogations restent sur la véritable motivation de cette injonction. Tout d'abord, il était faux de prétexter la fin des activités sportives puisque la lettre est arrivée en pleins jeux paralympiques. Pas du tout sympa pour ces handicapés courageux qui eux aussi, espèrent un soutien de la population à propos de leurs performances d'autant plus méritoires. Mais surtout quels sont les "débordements" redoutés par le seul fait d'arborer un drapeau français ? Voilà quelques mois, le gouvernement demandait à chacun d'afficher les couleurs nationales aux fenêtres et balcons en signe d'hommage aux victimes des attentats terroristes. Certains y sont encore accrochés.

Enfin, comment ne pas comprendre que ce drapeau justement, demeure le plus beau symbole pour honorer la mémoire des 84 victimes de la Promenade des Anglais de même que celles des précédents, innocents fauchés par la folie humaine.

11/05/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les coiffeurs cachent bien leur jeu

Grosse indignation il y a quelques jours après une décision du conseil des prud'hommes de Paris qui considère que le terme de "PD" adressé à un coiffeur n'est pas homophobe car "il est reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles". Les associations de lutte contre l'homophobie montent au créneau pour dénoncer un cliché lamentable. Même la ministre du Travail Myriam El Khomri a qualifié de "scandaleux" et "choquant" ce jugement.

Pourtant, un lecteur régulier de cette chronique, qui a durant 20 ans coupé les cheveux de ses clients et clientes, ne le prend pas de façon si dramatique. Au contraire, il m'a confié qu'il se réjouissait de la réputation de son corps de métier. "Parce qu'il ne faut pas oublier qu'il y a des coiffeurs qui aiment se transformer en femme et d'autres qui aiment les femmes."

Car à l'époque, le cliché du "figaro gay" était encore plus répandu qu'en nos temps de politiquement correct : les maris confiaient leurs épouses aux mains d'hommes qu'ils ne considéraient pas comme des rivaux. Mais certains cachaient bien leur jeu et profitaient de leur position pour faire mentir les statistiques. On commence par un shampooing, suivi d'un massage du cuir chevelu. Puis on joue avec les mèches, on touche la nuque, les oreilles... autant de zones érogènes en puissance. Après, si la cliente se relâche un peu, tout peut aller très très vite.

Résultat, non seulement certains coiffeurs ne sont pas "PD", mais en plus se révèlent meilleurs amants que les maris cocufiés.

09:26 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coiffeurs, pd, scandale

20/10/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Pâtes al dente


Le scandale est énorme, la mobilisation forte et spontanée. Pas question de laisser passer cette abomination. Non, je ne parle pas de la Jungle de Calais ni du blocage des routes par les gens du voyage. En fait ce qui agite quelques intellos actifs sur internet concerne plus prosaïquement la question de la cuisson des pâtes. La révolte semble partir d'un article d'une certaine Floriana sur le site Slate.fr. Un papier rageur dans lequel elle démontre que le "one-pot-pasta" n'est pas du tout une recette italienne.
Imaginée par des Américains, cette hérésie est d'une simplicité aberrante. On met des légumes et des pâtes dans de l'eau froide, on fait cuire trente à quarante-cinq minutes... L'eau froide ne passe pas du tout. Pour Floriana, les pâtes italiennes se dégustent exclusivement al dente. Et pour obtenir cette texture une seule solution : plonger les pâtes dans de l'eau bouillante. Cette aberration totale a le don de lui libérer la plume : "Vous cuisez trop les pâtes et ensuite vous vous étonnez d'être allergiques au gluten, à l'air, à la joie, à la vie. Si vous avez mal au bide en mangeant des pâtes, ce n'est pas à cause du gluten, c'est parce que vous bouffez vos pâtes trop cuites". La suite est encore plus violente.
Une indignation crescendo et pas une seule voix ne s'est élevée pour contredire la chroniqueuse de "cuisine rital" de Slate. Au contraire, la 'pâtosphère' (terme inventé à l'instant pour désigner les amateurs de pâtes connectés) surenchérit pour se moquer de ces ignares de bouffeurs de nouilles molles, dénués du moindre goût. Le débat est clos, les nouilles cuites !
En bonus, la vidéo de la recette maudite :

24/09/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : La maladie du capitalisme

Cette histoire devrait refroidir un peu les ardeurs de ceux qui vantent les vertus du capitalisme et du libéralisme.

Un fonds d'investissement américain dirigé par Martin Shkreli, jeune homme ambitieux de 32 ans, prend le contrôle d'un laboratoire pharmaceutique dont le catalogue propose le Daraprim, un remède indispensable aux malades du sida pour les protéger de la toxoplasmose. Martin veut rentabiliser son investissement. Il décide donc d'augmenter le prix de vente du Daraprim. Coût de production d'une plaquette, environ un euro. Vendue 12. En une nuit, elle passe à... 670 euros. Une augmentation de 5 450 %. Si avec une telle culbute Martin Shkreli ne se paye pas des vacances à vie aux Seychelles, c'est à désespérer du capitalisme sauvage. Le problème évident concerne les malades, transformés en vache à lait. Du moins les rares qui auront encore les moyens de se payer le traitement. Les autres, les pauvres, ne donnent visiblement aucun remord à Martin. De toute manière, dans un an, ils seront tous morts et enterrés.

La morale de cette histoire ? Il n'y en a pas. Trouver une morale dans le capitalisme équivaut à chercher une aiguille dans une meule de foin. Il ne reste plus à la horde des utilisateurs des réseaux sociaux qu'à s'insurger contre cette augmentation astronomique. Mais leurs efforts seraient vains. Aux USA les prix des médicaments sont libres, la concurrence les rend parfois accessibles.

A contrario, le monopole les transforme en produits de luxe.

23/09/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le scandale du cochon

Tout est dans la nuance. David Cameron, Premier ministre britannique, est accusé "d'excès de débauche" durant ses jeunes années. La débauche, ce n'est pas grave. Mais attention à l'excès. Reste à savoir quand on franchit la ligne jaune. L'affaire, qui fait grand bruit outre-Manche, a débuté avec la publication des meilleures pages d'un livre à charge signé par Lord Ashcroft, ancien vice-président du Parti conservateur.

Ashcroft qui n'a pas sa langue dans la poche, a reconnu qu'il a écrit ce livre pour se venger, David Cameron ne lui ayant pas donné le poste de ministre qu'il convoitait. Dans "Call me Dave" ("Appelez-moi Dave"), on apprend qu'en plus de fumer du cannabis et de boire plus que de raison, le jeune David Cameron, membre de la société secrète d'Oxford, le Piers Gaveston, aurait, lors d'une soirée de bizutage, "introduit une partie de son anatomie dans la gueule d'un cochon mort". Sur les réseaux sociaux, le mot-dièse #piggate (le scandale du cochon) fait florès. Et chacun d'en rajouter sur une image déjà assez peu ragoûtante.

À ceux qui voudraient prendre la défense du politique anglais, je leur conseille plutôt de voir ou revoir le film "The Riot Club" sorti en DVD chez Paramount. On suit la soirée mouvementée des jeunes et arrogants membres de cette confrérie d'étudiants d'Oxford. Ce qu'ils font dans une auberge est ignoble. Et ils s'en tirent sans le moindre dommage, assurés de finir dans les plus hautes sphères de l'État en raison de leurs fortunes. La fiction précède parfois la réalité. C'est juste une question de temps.

En bonus, la bande annonce du film "The Riot Club" :

 

12/06/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Manuel Valls, papa à la mi-temps

manuel valls, gravoin, falcon, berlin, barça, scandale

Faute avouée à moitié pardonnée. Manuel Valls fait son grand mea culpa : jamais il n'aurait dû prendre ses enfants dans le Falcon gouvernemental samedi soir pour rejoindre Berlin et assister à la finale de la Ligue des champions. Mais comment cet incorruptible de la République, si exigeant quand il s'agit d'éthique et d'exemplarité, a-t-il pu commettre une bourde pareille ?

L'explication est peut-être à trouver dans son statut de père de famille recomposée. Ses enfants (dont on ne sait quasiment rien) sont issus de son premier mariage, avant de refaire sa vie avec la violoniste Anne Gravoin.

Le week-end dernier (1), comme des milliers de papas à mi-temps, Manuel Valls avait la garde de deux de ses garçons. « Papa, qu'est-ce qu'on fait samedi ? », demande le plus jeune. « Je dois aller à Poitiers au congrès du PS puis à Berlin, le soir. Vous allez rester avec Anne. Vous irez l'écouter en concert », explique le père trop occupé. « Oh non, se lamente l'aîné, encore de la musique classique... A choisir je préfère encore Merkel à Berlin... »

Manuel Valls, gêné, obligé d'avouer : « En fait ce n'est pas Merkel que je vais rencontrer à Berlin mais Michel Platini. Et après la réunion, je suis... hum... obligé de rester pour la finale du Barca. » Les deux gamins se mettent à sauter partout, surexcités : « On veut venir ! Allez papa, soit sympa. Pour une fois... » Et là j'imagine parfaitement la cuirasse du papa d'un week-end se craqueler : « OK, vous venez, même si je sens que ça va me coûter cher... »

1 250 euros par enfant exactement. Et quelques points de popularité en moins.

(1) La situation et le dialogue qui suivent sont imaginaires.

18/10/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les derrières de l'art

Énorme scandale jeudi après-midi place Vendôme à Paris. Dans le cadre de la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), un artiste obtient carte blanche pour présenter l'une de ses œuvres. L'Américain Paul McCarthy y expose "Tree", une énorme structure gonflable toute verte, interprétation personnelle d'un arbre de Noël. Immédiatement, certains piétons sont interloqués et un homme a carrément agressé l'artiste. 

tree, vendome, mccarthy, plug, scandaleMais comment un sapin de Noël peut-il déchaîner une telle violence ? L'explication arrive un peu plus tard avec une campagne virale lancée par le Printemps Français, le mouvement hostile au mariage pour tous. Sous la photo de "Tree", cette légende : "Un plug anal géant de 24 m de haut vient d'être installé place Vendôme ! Place #Vendôme défigurée ! Paris humilié !"

Un "plug anal" ? Qu'es aco ? Je découvre alors qu'il s'agit d'un sextoy destiné à une stimulation locale vaginale ou anale, souvent "conservé pendant que l'utilisateur s'adonne à d'autres activités, voire en présence d'autrui" selon Wikipédia. La ressemblance est flagrante, l'artiste l'admet, mais il n'est pas encore né le géant qui pourra en profiter...

La directrice de la FIAC avance une explication cohérente : "A quoi sert l'art si ce n'est de troubler, de poser des questions, de révéler des failles dans la société ?"

De mon côté, je m'interroge. Mais comment se fait-il que les promoteurs de la famille classique "un papa, une maman" connaissent l'existence de cet ustensile. Pourquoi ne voient-ils dans la sculpture qu'une représentation sexuelle monumentale ? Freud a encore du boulot...

Chronique "De choses et d'autres" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant.

Mise à jour : La sculpture a été dégonflée dans la nuit de vendredi à samedi par des inconnus. Mais elle serait en cours de regonflage...

08/09/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : La meute sonne l'hallali

hollande, thevenoud, scandale, trierweiler

Quand tout est bu, ne reste que le dépôt du fond. Une lie douteuse et infecte, qui vous ferait presque oublier le goût excellent du vin dégusté quelques instants avant. En France, depuis la rentrée, j'ai l'impression qu'on ne nous sert plus que des fonds de bouteilles. Au goût âcre et amer.

Tout a commencé avec la « cuvée du redressement » de Montebourg.Viré l'impertinent ! Un nouveau gouvernement plus tard, et le voilà plombé en moins d'une semaine par l'affaire Thévenoud. Ce député ambitieux, grand pourfendeur des exilés fiscaux, obtient un maroquin de secrétaire d'État. Problème : il oublie de déclarer ses revenus depuis trois ans. Juste avant, Valérie Trierweiler règle ses comptes. Un livre à charge pour un président au plus bas dans les sondages.

Phénomène de meute, une sorte d'hallali virtuel est lancé partout sur les réseaux sociaux. Petit exemple : les chefs d'État de l'OTAN assistent à une parade aérienne. La tête en l'air, ils regardent tous dans la même direction, vers la gauche. Tous sauf François Hollande qui fixe on ne sait quoi à droite. La photo, prise par un amateur, provoque des commentaires désobligeants. Forcément...

hollande, thevenoud, scandale, trierweiler

Et voilà qu'apparaissent dans les rues des voitures floquées du slogan « Hollande démission ! ». Qui donc osera circuler avec un tel véhicule ?

Et si, malgré sa solide carapace d'homme politique habitué aux coups, Hollande craquait ? Alors, après l'hallali, place à la curée. Mais qui dans la meute hurlante aura les dents suffisamment longues pour s'imposer ? Malheur au vaincu, gare au vainqueur.

13/05/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ô sein du scandale sur les marches de Cannes

cannes, sophie marceau, sein nu, van damme, lundgren, scandale

A la veille de l'ouverture du festival de Cannes, les marches rouges font toujours autant rêver. A l'heure de la crise économique, du nombre record de chômeurs et de la désindustrialisation, rien de tel que quelques images bling bling pour faire fantasmer le peuple. Même si le cinéma intellectuel et politique est mis en avant lors de la compétition, la légende de Cannes vient bien de ce mélange de strass et de paillettes.

Par exemple, qui se souvient de la Palme d'or en 2005 ("L'enfant" des frères Dardenne, de nouveau en compétition cette année) ? Personne. Par contre, en 2005 également, Sophie Marceau a marqué les esprits. Masculins essentiellement avec une robe si décolletée que le temps d'une demi-seconde elle a montré un sein glorieux quoique furtif à la planète entière et en direct.

En 1992, "Les meilleures intentions" de Billie August triomphe. Mais ce que l'on retient de cette année-là c'est la première bagarre en smoking sur les marches du Palais. Ça castagnait sec entre Jean-Claude Van Damme et Dolph Lundgren. Leur film "Universal Soldier" ne remportant pas le succès escompté, ils ont eu l'idée de cette mise en scène. Et contrairement aux médisances constantes, ils ne sont pas si mauvais acteurs puisque les agents de sécurité du festival se sont laissé berner...


Van damme cannes (1992) fight dolph lundgren... par pierre-27

Cette année, en l'absence de Sami Nacéri et de Justin Bieber, il faudra espérer la venue de Lady Gaga ou de DSK (voire les deux ensemble, bras dessus, bras dessous...) pour espérer un embryon de buzz. À moins que Sophie Marceau ne double la mise : deux seins à l'air, qui dit mieux ?

"Chronique "De choses et d'autres" (spéciale Cannes jusqu'au 26 mai) parue en dernière page de l'Indépendant ce mardi.