13/06/2017

Cinéma : Une famille unie autour du vin

 


Une année. Il faut une année complète pour « fabriquer » un vin. Mais il en faut beaucoup plus dans cette Bourgogne pour que le breuvage gagne ses lettres de noblesse. Il existe des crus où le vin doit être vite bu, d’autres où il ne gagne ses galons de grand cru qu’à l’issue de longues années de maturation, en fûts puis en bouteilles. Dans l’exploitation familiale au cœur d’une région devenue riche à force de faire des breuvages d’exception, le temps de la relève est venu. Le patriarche, malade, est hospitalisé depuis des années. Juliette (Ana Girardot) a pris la relève, un peu contrainte et forcée. Son jeune frère, Jérémie (François Civil), l’aide un peu, mais il est fort occupé par la naissance de son fils et le travail sur l’exploitation de son épouse.



Tout change quand Jean (Pio Marmai) est de retour. Jean, l’aîné, le grand frère protecteur ayant préféré faire le tour du monde que de rester les pieds collés à cette terre collante quand il pleut trop. Cela fait plus de quatre ans qu’il n’a pas donné signe de vie. Installé en Australie à la tête d’un immense vignoble, il revient du jour au lendemain, à quelques jours du début des vendanges. Du décès du père aussi. Mais la vigne, elle, se moque de la mort. Le raisin est arrivé à maturité. Il faut lancer la récolte. Un beau symbole de la suprématie totale et absolue, quoi qu’il arrive, de la vie sur la mort, de la continuité face à l’abandon.
Ce film « agricole » du réalisateur du « Péril Jeune» ou de « L’auberge espagnole » s’intéresse avant tout aux trois enfants, perdus face à l’enchaînement des difficultés. Car en plus des vendanges, il faut gérer l’héritage. Et les lois françaises font que pour conserver le domaine en l’état, il faut payer 500 000€ de droits de succession. Or les frères et la sœur, s’ils ont des problèmes de riches, n’en ont pas les moyens.
■ Réconciliations
De plus, Jean est partagé entre ces racines et sa nouvelle vie. Car s’il est revenu tenter de se réconcilier avec son père mourant, il a laissé en Australie une compagne et un petit garçon de 4 ans. Pour lui, il est évident qu’il faut vendre. Mais Juliette, pourtant toujours en admiration devant ce grand frère qui l’a aidé, éduqué et protéger, ne veut pas qu’il décide pour elle. Jérémie, hésitant, va tenter d’oublier les rancœurs contre son frère qui n’est même pas venu aux obsèques de leur mère.
Le film montre aussi, sur une année complète au fil des travaux de la vigne (de la taille aux vendanges) comment ces trois, éloignés par la force des choses, vont se retrouver et gagner en complicité. C’est au final le véritable intérêt de plus de « Ce qui nous lie », qui bascule de film ancré dans la réalité viticole pré- sente vers une histoire universelle sur la famille, ses joies, séparations et retrouvailles. Notamment quand, dans l’adversité, les trois, comme dans leur enfance heureuse, s’unissent et font face à toutes les difficultés.
------------------

De la vigne au vin
 


Tout en consacrant l’essentiel de l’intrigue aux personnages, le film de Cédric Klapisch prend parfois des allures de documentaires quand il est question de la vigne et du vin. Les premières images montrent ces vignobles aux couleurs changeantes au fil des saisons. De l’austère dépouillement de l’hiver à vert tendre du bel été en passant par l’or de l’automne. La vigne, filmée sous toutes ses coutures, est presque un personnage à part entière, aux humeurs changeantes mais toujours au rendez-vous des saisons. Que cela soit la taille ou les vendanges, les propriétaires l’arpentent inlassablement, surveillant chaque cep et guettant le moindre signe de maladie jusqu’au jour du début des vendanges. En quelques scènes joyeuses, le réalisateur capte la dureté de cette période mais aussi sa joie liée au travail de groupe.
Ensuite vient le travail dans le chai. Le pressage, l’assemblage et le vieillissement. C’est aussi là, dans cette fraîcheur ancestrale que le vin est élaboré par petites touches personnelles, habitudes et goût des vignerons.
Sans verser dans la démonstration un peu trop pédagogique, on sort de ce film avec un savoir supplémentaire. Surtout on apprend que certains goûteurs-testeurs, dont ceux de la famille de Jean, Juliette et Jérémie, ne crachent pas. Au contraire, ils dégustent jusqu’au bout et profitent de cette ivresse divine provoquée par l’alcool. La fonction première du vin que des aristocrates de la dégustation ont trop souvent tendance à occulter.

23/03/2017

DVD : Rap et peinture dans "Tour de France"


Gérard Depardieu ne pouvait pas rêver de meilleur rôle pour son état d’esprit de ces dernières années. S’il a voulu s’exiler en Belgique, qu’il a pris la nationalité russe, ce n’est pas pour fuir la France et ses impôts. Plus justement, il veut être ailleurs, sur les routes, à la découverte du monde.


Dans « Tour de France », film de Rachid Djaïdani, il interprète Serge, un vieil homme fatigué, lancé dans un tour de France des ports de France. A chaque escale, des ports de la Manche à La Rochelle en passant par Sète ou Marseille, il reproduit une peinture de Joseph Vernet, peintre marin du XXIIIe siècle. Un voyage qu’il veut accomplir avec son fils. Mais ce dernier se décommande et confie le volant de la vieille camionnette paternelle à un ami : le rappeur Far’Hook (Sadek). Le tête à tête entre le Français aigri et le jeune arabe fait des étincelles. Mais rapidement les deux trouvent un terrain d’entente. Serge a besoin d’un chauffeur et Far’Hook, pris dans une embrouille entre bandes rivales, doit se faire oublier durant quelques semaines.

Le film, petit budget mais vrai road-movie, est parfois émouvant, parfois grave, voire énervant quand on détaille les histoires de rivalités entre rappeurs. Il est aussi un peu moralisateur.
Reste Depardieu. Excellent. Toujours excellent. Sa masse, ses murmures, ses emportements. Certes il fait du Depardieu, que du Depardieu. Mais il incarne si bien cette France un peu désuète, nostalgique et râleuse mais toujours aussi foncièrement bonne, solidaire et fraternelle. Ce n’est pas le frais minois de la Miss Univers qui devrait être pris pour modèle afin d’incarner la nouvelle Marianne mais la bonne bouille et le gros nez de Gérard Depardieu.
● « Tour de France », Studiocanal, 19,99 €

16/03/2017

DVD et blu-ray : L’électro-choc de Wes Craven

 

shocker,wes craven,studiocanal,pileggi,peter berg

 


On retrouve tout l’univers de Wes Craven dans « Shocker », film d’horreur sorti en 1989 et qui semble la somme de toutes ses obsessions. La version remastérisée proposée en DVD et blu-ray réhabilite ce film culte un peu oublié entre les immenses succès que sont « Les griffes de la nuit » et « Scream ». Son originalité tient surtout à la seconde partie, dans le duel entre Jonathan (Peter Berg) le jeune rugbyman et Pinker (Mitch Pileggi) le tueur en série qui boite. Dans un délire d’effets spéciaux, ils se battent en passant de chaîne en chaîne de télévision. On assiste à une scène hilarante, débarquant sur le plateau d’un télévangéliste récoltant des dons pour contrer « La Bête », ce dernier est balancé sans ménagement dans le public par un Pinker énervé ne pouvant s’empêcher de lui hurler, en plus, de la fermer...
Pourtant tout commence comme un classique teen movie d’horreur. Jonathan, sportif pas futé, aime la belle Alison (Cami Cooper). Ils se bécotent au bord du terrain. Il est maladroit, presque touchant. Mais son passé d’enfant adopté le rattrape. Le « tueur des familles » terrorise la ville. C’est son véritable père et un lien existe toujours entre Pinker et son fils. Ce dernier rêve des futurs crimes du papa démoniaque. Un don de divination qui lui permet d’arrêter le méchant. Mais après qu’il ait sauvagement assassiné Allison. Quelques mois plus tard, Pinker est conduit sur la chaise électrique. Mais cet adepte de la magie noire profite des 100 000 volts pour transporter son esprit démoniaque de corps en corps. Avec un seul et unique but : faire souffrir Jonathan.
■ Comme « Hidden »
L’idée de changer de corps n’est pas nouvelle, on la retrouve dans « Le témoin du mal » (angoissant) ou « Hidden » (chef-d’œuvre dès la scène d’ouverture), mais Wes Craven en profite pour y glisser quelques scènes d’anthologies comme le crachat lancé par une petite fille possédée sur le corps de l’homme quelle vient d’assassiner. Si les effets spé- ciaux numériques ont mal vieilli, on admire quand même la folie finale.
Côté bonus, on apprécie particulièrement les entretiens de deux des acteurs principaux. Mitch Pileggi, excellent en psychopathe violent, a bien changé. Le colosse au crâne rasé a fait carrière dans les séries télé. Il est Skinner, le patron des deux agents de X-Files. Et il a un rôle récurrent aussi dans Supernatural. Camille Cooper, après quelques apparitions dénudées dans des séries B qui n’ont pas franchi l’Atlantique, a tourné le dos à ce milieu pour recentrer sa vie sur des choses plus essentielles. Elle a notamment créé une association pour aider les enfants violés.
Manque Peter Berg, l’acteur principal. Il a longtemps tenté de s’imposer comme un jeune premier. Mais son jeu, déjà limite dans Shocker, ne s’est pas amélioré avec le temps. Il est finalement passé de l’autre côté de la caméra et réalise désormais des blockbusters comme « Traque à Boston » actuellement à l’affiche ou des séries à succès comme « The Leftovers ».
➤ « Shocker », Studiocanal, 10 € le DVD, 14,99 € le blu-ray (sortie le 17 mars)

12/01/2017

Blu-ray : Indémodable « Petit baigneur »

 

de funès,galabru,dhéry,petit baigneur,collioure,aude,studiocanal

Un demi-siècle. Cette année 2017 marque le 50e anniversaire du tournage dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales du film « Le Petit Baigneur », réalisé et interprété par Robert Dhéry. On retrouvait dans cette comédie burlesque Louis de Funès et Michel Galabru en tête d’affiche. Le film, dépoussiéré, vient de sortir en blu-ray, comme pour mieux profiter des dé- cors lumineux des Cabanes de Fleury et de Collioure. Le scénario basique (l’inventeur d’un voilier révolutionnaire est sollicité par deux entrepreneurs) est surtout l’occasion pour Robert Dhéry de jouer à la Tati et De Funès de piquer des colères mémorables. Quant à Galabru, en clairon d’une fanfare, il se lamente à qui mieux mieux après que la décapotable de De Funès lui a roulé sur le pied.

Ce n’est pas un chef-d’œuvre du 7e art, mais ces 90 minutes permettent de revoir quelques lieux emblématiques de la région avant l’invasion massive des touristes. Notamment les rues étroites et tortueuses de Collioure ou le côté sauvage du littoral audois. Une jolie bouffée de nostalgie, la haute définition en plus.

➤ « Le petit baigneur », Studiocanal, 14,99 €

 

18/12/2016

Série télé : The Young Pope, la religion rock’n’roll

De toutes les séries proposées en cette année 2016, « The Young Pope » de Paolo Sorrentino remporte aisément la palme de l’originalité. Il ne pouvait pas en être autrement par le réalisateur italien récemment remarqué par « The Youth » et multiprimé avec « La Grande Bellezza ».

Série originale Canal +, « The Young Pope » est interprété par Jude Law. Dans un présent parallèle, le concile vient d’élire le nouveau pape. A la surprise de tout le monde, un jeune cardinal américain l’emporte et devient Pie XIII. Beau, insouciant, orphelin au passé mystérieux, il se pose beaucoup de questions sur son rôle, le pouvoir et sa relation avec Dieu. N’ayant pas de réponses dans un premier temps, sa première décision est de ne plus apparaître en public.

Une catastrophe pour les relations publiques (et surtout le marketing) du Vatican dirigées par une Cécile de France interloquée mais immédiatement séduite par cet homme d’église beau, intelligent et charmeur.

Les 10 épisodes de 50 minutes permettent de mieux faire connaissance avec ce drôle d’oiseau. Et les intrigues de ce petit état que l’on pourrait qualifier d’exotique. Une dimension politique personnifiée par le secrétaire général interprété par Silvio Orlando, véritable révélation pour le public français de cette série. Il a des côtés sombres, manipule son petit monde et tente de sauver la maison en recourant au chantage. Mais c’est avant tout un homme, il tombe amoureux de Sœur Mary (Diane Keaton), mère de substitution de Pie XIII et le soir s’occupe d’un enfant handicapé, comme pour se faire pardonner toutes ses exactions.

La série prend ensuite une dimension plus spirituelle, le jeune pape se révélant en relation directe avec Dieu et capable de miracles. Jude Law est plus que convaincant, on découvre d’ailleurs dans les bonus qu’il semble véritablement habité par le personnage. Un pape très rock’n’roll, fumant comme un pompier tout en étant très sportif. Le tout est sublimé par des musiques très actuelles et un générique qui déménage. La plus originale mais également de loin la meilleure série de 2016.  

➤ « The Young Pope » (saison 1), Studiocanal, coffret 4 DVD.

 

11/12/2016

DVD et blu-ray : L'écrivain, l'éditeur et les chefs-d'oeuvre

genius,firth,jude law,nicole kidman,studiocanal

Thomas Wolfe (à ne pas confondre avec Tom Wolfe) fait partie de la fameuse génération perdue des écrivains américains. Avec Scott Fitzgerald ou Ernest Hemingway, il a profondément marqué les lettres des USA malgré une carrière éclair. « Genius », film de Michael Grandage raconte son ascension, dans le giron des éditions Scribner et plus particulièrement de son éditeur Max Perkins. Wolfe (Jude Law) dépose le manuscrit de son roman sur le bureau de Perkins (Colin Firth), persuadé que ce dernier, comme tous ses confrères, refuseront de le publier. Mais Perkins devine derrière cette prose un style magnifique. Il suffit simplement de le simplifier, de l’élaguer un peu. Il propose à Wolfe de retravailler le texte en sa compagnie. L’écrivain, pourtant très imbu de sa personne, accepte et après des mois de travail intensif « L’ange exilé » est un immense succès. Le second roman, encore plus long dans sa version originale, bénéficie lui aussi des coupes suggérées par l’éditeur.

Si le film semble un poil austère, il est surtout édifiant sur le travail de l’ombre des éditeurs. Perkins, passionné par son travail, va presque se transformer en père de substitution pour un Thomas Wolfe de plus en plus excentrique, comme sa relation tumultueuse avec Aline Bernstein (Nicole Kidman), sa maî-tresse.

➤ « Genius », Studiocanal, 19,99 €

 

03/11/2016

Cinéma : Max et Léon (du Palmashow), héros malgré eux

max et léon,palmashow,studiocanal,marsais,ludig

LA FOLLE HISTOIRE DE MAX ET LÉON. Les deux comiques du Palmashow passent au grand écran. Ils multiplient les déguisements, les hommages et les rebondissements. Divertissant.

 

 

Ils sont tous passés par là. Un succès à la télévision se transforme obligatoirement en film au cinéma. Les Nuls, Les Inconnus, Les Robins des Bois… L’occasion d’augmenter son cercle de fans. De laisser une trace aussi, de développer des univers avec plus de moyens. Si les noms de David Marsais et Grégoire Ludig ne vous disent pas grand chose, vous avez par contre forcément ri, à un moment ou un autre, à un de leurs sketches qu’ils signent sous le nom de « Palmashow ». Avec leur réalisateur attitré, Jonathan Barré, ils se sont lancés dans l’écriture d’un longmétrage diffusé dans les salles depuis hier. Ils n’ont pas choisi la facilité en montant ce projet sur la seconde guerre mondiale avec costumes, effets spéciaux et ré- férences à des œuvres cultes comme « La grande vadrouille » ou « Papy fait de la résistance ». Il fallait oser. Ils s’en tirent plus qu’avec les honneurs.

■ Le classique duo des opposés

Max et Léon, deux orphelins, passent toute leur enfance ensemble à Mâcon. Ils s’épaulent car si l’un est vif et intelligent, il est aussi malingre et pleutre alors que l’autre, fort, costaud et bagarreur, ne brille pas par ses lumières. Le classique duo en opposition, indispensable à toute entreprise comique. Devenus adultes ils vivent simplement, l’un accumulant les conquê- tes féminines, l’autre les occasions de boire des coups. Mais on est en 1939 et la guerre est déclarée. Ils tentent bien de se faire réformer, mais se retrouvent quand même au front, à Charleville-Mézières. Le début du film, un peu lent, manquant de peps et de bons gags, est rapidement rattrapé quand les Allemands attaquent. La débâcle va pousser les deux olibrius à multiplier les déguisements pour sauver leur peau. Un régal pour Marsais et Ludig qui endossent avec un plaisir évident des tenues de soldats allemands, de sous-officiers français, de soldats anglais, de Nazis et même de tortionnaires de la Gestapo. Toujours pour se dissimuler et au service de la Résistance. Car Max et Léon, de déserteurs peu glorieux, vont devenir des légendes des FFI. Des héros français comme on les rêve. Loin d’être une succession de sketches, le film a une intrigue (parfois farfelue) qui se tient. On apprécie au passage l’apparition pour des scènes clin d’œil de quelques figures connues comme Florence Foresti, Kad Merad ou Kyan Khojandi et d’autres moins célèbres mais bien identifiables comme Monsieur Poulpe (parfait en chef de la milice), Alban Lenoir ou Simon Astier, deux complices déjà vus dans « Hero Corp ».

____________________

Dominique Pinon, sa gueule et son talent

Au générique de « La folle histoire de Max et Léon », on retrouve Dominique Pinon dans la peau de Michel, un second rôle plus important qu’il n’y paraît au début. C’est lui qui s’occupe de l’orphelinat, seul foyer des deux amis. Avec sa gueule un peu de traviole, il essaie de les amener sur le bon chemin à coup de maximes moralistes passe partout. Ce qui a le don de bien faire rire les deux compères. Michel un peu idiot mais qui se révélera par la suite comme un redoutable meneur d’hommes.

Extrêmement talentueux, Dominique Pinon parvient sans problème à transformer son personnage, presque du jour au lendemain. Il est vrai que cet habitué des seconds rôles a une filmographie des plus impressionnante. Il a débuté dans « Diva » de Jean-Jacques Beineix, a été de tous les films de Jean-Pierre Jeunet (même Alien) et peu passer des drames les plus poignants comme « Le thé à la menthe » aux délires absolus comme « Dikkenek ».

Il excelle dans les rôles de marginaux et autres cas sociaux. Il est vrai qu’il a la gueule de l’emploi. Pourtant on devine une grande humanité derrière ces traits marqués, encore plus depuis qu’il vient de passer la soixantaine. Mais son regard, doux comme un agneau, sait aussi émouvoir. Un grand acteur atypique qui par chance a trouvé quelques réalisateurs capables de mettre en valeur son formidable potentiel. 

27/10/2016

DVD et blu-ray : Magouilles d'est en ouest

Référence absolue en matière de roman d’espionnage tendance « guerre froide », John Le Carré, à 80 ans passés, n’a pas déposé les armes. Il signe toujours des romans ancrés dans leur époque et n’hésite pas à en superviser leur adaptation sur grand écran. «Un traitre à son goût» paru en 2011, devient «Un traitre idéal» en 2016 au cinéma dans une réalisation de Susanna White.

Sa sortie en DVD permet de retrouver toute la force des intrigues imaginées par John Le Carré. Il n’est plus question cette fois d’espionnage entre états mais de magouilles financières entre les garants de la démocratie anglaise et les nouveaux maîtres du Kremlin entièrement dévoués à la mafia russe. Tout débute par des vacances au Maroc. Un couple d’Anglais Perry et Gail (Ewan McGrégor et Naomie Harris) croisent la route de Dima (Stellan Skarsgård), riche Russe exubérant. Dima se confie à Perry. Il cherche à sauver sa famille des griffes de la mafia. Il détient des documents qui pourraient compromettre certains haut responsables anglais. Il veut les vendre au contre-espionnage britannique contre l’immunité des siens. Gail va servir de messager. Un rôle difficile à tenir pour cet universitaire, plus habitué à l’analyse des textes de Shakespeare qu’aux blanchiment de l’argent sale. Sa femme, avocate, va entrer dans la danse et l’aider. Une opération internationale sous la houlette d’un agent aux méthodes peu orthodoxes : Hector interprété par Damian Lewis.

Parfois un peu lent et compliqué, ce film vaut surtout pour les numéros d’acteurs particulièrement convaincants. On placera en tête la performance de Stellan Skarsgård, acteur suédois fidèle de Lars Von Trier, apportant folie et humanisme à un Russe lassé d’une vie trop violente et en quête d’un peu de tranquillité. 

➤ « Un traitre idéal », Studiocanal, 19,99 €

 

29/09/2016

DVD et blu-ray : Fille facile et gars benêts

Coffret Bridget Jones

 

bridget jones,nicz guys,studiocanal,eurpacorp

La semaine prochaine sort le troisième volet des aventures romantiques de Bridget Jones. Celle où elle attend un bébé... Histoire de vous replonger dans ce monde si féminin, profitez de la sortie du coffret des deux premiers films adaptés des romans d'Helen Fielding. Vendus à des millions d'exemplaires, ces romans typiques d'un certain humour british ont un peu perdu dans leur adaptation sur grand écran. Mais on retrouve l'esprit si torturé de la jolie Bridget, parfaitement incarnée par Renée Zellweger, pourtant Texane jusqu'au bout des ongles. Ses jolies courbes enchanteront les hommes et les spectatrices ne seront pas en reste avec Hugh Grant et Colin Firth au casting. Une femme, deux hommes : classique triangle amoureux, basé sur les histoires de Jane Austen, avec l'humour en plus.

"Coffret Bridget Jones", Studiocanal

The Nice Guys

 

bridget jones,nicz guys,studiocanal,eurpacorp

Sorti au moment du festival de Cannes, "The Nice Guys" avec son casting original (Ryan Gosling et Russell Crow) a dérouté nombre de cinéphiles. Normal, cette comédie policière est avant tout une… comédie. Les deux stars ne se prennent pas au sérieux et en font des tonnes dans leurs personnages respectifs. Une révélation pour Ryan Gosling, irrésistiblement comique dans ses apparitions. La scène quand il découvre un cadavre est digne du panthéon des expressions tellement surjouées qu'elles en deviennent œuvres d'art. Un De Funès en puissance. À regarder sans a priori et surtout sans la moindre envie de réflexion philosophique. Juste pour se marrer !

"The Nice Guys", EuropaCorp

18/09/2016

DVD et blu-ray : Apprentissage dans les années 30 au "Café Society" entre New York et Los Angeles

 

café society,woody allen,studiocanal

Woody Allen est un grand cinéaste. Très âgé aussi. Il semble vivre un peu dans le passé, comme porté par une époque révolue, qu'il n'a même pas connu mais qui semble encore et toujours l'inspirer. "Café Society" se déroule dans les années trente, entre New York et Los Angeles. La grisaille et l'intelligence d'un côté des USA, le soleil et la superficialité de l'autre. Pour montrer l'opposition entre ces deux mondes, les deux faces d'un même pays écartelé, Woody Allen place sa caméra dans les pas de Bobby (Jesse Eisenbeg), jeune Juif lassé de l'étroitesse de sa vie entre une mère étouffante, un père bijoutier, une sœur trop idéaliste et un frère gangster.

 

 

Il s'envole donc pour Los Angeles se placer sous les bons offices de son oncle Phil (Steve Carell), agent de stars du cinéma. Simple coursier dans un premier temps, Bobby monte un peu dans l'organigramme pour passer à la relecture de scénarios. Surtout il tombe sous le charme d'une belle Californienne. Il s'attendait à succomber aux charmes d'une star du cinéma mais finalement c'est une simple secrétaire, dans l'entreprise de son oncle, qui le fait chavirer. Mais Véronica, alias Vonnie (Kristen Stewart), a le cœur déjà pris. Depuis un an elle sort avec un homme marié qui ne cesse de lui promettre qu'il va quitter sa femme… sans jamais le faire.

La seconde Véronica

Un soir, elle sonne en pleurs chez son "ami" Bobby et lui confie que son amant vient de rompre. Bobby la réconforte et à force d'attentions et de gentillesse gagne son amour. Une simple bluette le dernier Woody Allen ? Ce serait mal connaître le réalisateur américain expert en retournement de situations. Le conte de fée tourne au cauchemar quand Vonnie apprend que son ancien amant vient de divorcer. Entre le riche Californien et le petit juif new-yorkais sans grande envergure son choix est vite fait. Même s'il s'agit, selon elle, d'une décision uniquement dictée par l'amour. De retour à New York, Bobby, pour tenter d'oublier sa jolie Vonnie, épouse une ravissante blonde qui, comme par hasard, s'appelle, elle aussi, Véronica. Avec son frère gangster il ouvre une boîte de nuit sélect, devient un ponte des nuits de Manhattan. Et un jour, Vonnie débarque…

« Café Society" n'est certainement pas le meilleur film de Woody Allen, mais on retrouve son style dans quelques portraits hilarants (la mère de Bobby, son frère…) et surtout une certaine nostalgie de ces années folles où certes tout était plus lent mais où aussi tout était possible aux audacieux et originaux.

Présenté hors compétition en ouverture du dernier festival de Cannes, "Café Society" n'a malheureusement pas le moindre bonus dans ses versions DVD et bluy-ray alors que les cinéphiles serraient ravis de voir le maître sur un plateau de tournage ou mieux, lors de l'écriture du scénario. Dommage.

"Café Society", Studiocanal, 19,99 €