24/03/2017

De choses et d'autres : l'Eden français


Et si toutes les solutions à nos problèmes se trouvaient dans les émissions de télé- réalité ? Celles du genre de Survivor, devenue Koh Lanta en France. En Angleterre, ils ont poussé le concept encore plus loin. Eden, dans un coin retiré d’Ecosse, suivait la vie d’un groupe coupé du monde pendant une année complète. Ils viennent de mettre fin à l’expérience. Avec une surprise au bout du suspense : l’émission n’a pas rencontré le succès escompté et n’est plus diffusée depuis six mois. Channel 4 a quand même continué à tourner mais n’en diffusera qu’un résumé programmé « prochainement ».
La campagne de la présidentielle avec ses coups bas, révélations et attaques incessantes me rappelle par moment un mauvais épisode de Koh Lanta. Pour mettre fin à ce chaos électoral, pourquoi ne pas larguer les 11 finalistes sur une île déserte et les laisser se débrouiller entre eux quelques mois. Hamon signera-t-il enfin l’alliance avec Mélenchon ? Macron, sans ses soutiens, retombera de son piédestal, bon élève en théorie mais incapable de scier une branche ou d’attraper le moindre poisson. Marine Le Pen, trop autoritaire, risque de se retrouver bannie du groupe en quelques heures. Fillon, en teeshirt et bermuda, rencontrera l’unique l’occasion de vivre tel un simple quidam.
Et tous ne viseront qu’un but : devenir meilleur pote avec Jean Lasalle, le seul capable de traire une brebis, et Philippe Poutou, ouvrier adroit de ses mains.

10/11/2016

De choses et d'autres : Trump à la Maison Blanche, vers quatre ans de téléréalité

trump,usa,président,teleréalité

J’avoue, jamais je n’aurais cru en arriver à écrire une chronique sur l’élection de Donald Trump au poste de président des USA. Et pourtant... Comme la grande majorité des sondages et des « analystes » politiques, je ne misais pas un centime sur ce milliardaire démagogue et populiste. Perdu !

Enfin ce n’est pas moi directement qui ai perdu quoi que ce soit. Par contre les hispaniques, les femmes, les noirs, les musulmans et d’une fa- çon plus générale tout ce qui n’est pas blanc, mâle et plutôt riche, risquent de vivre quatre années terribles. La présidence Trump a toutes les chances de s’apparenter à une longue, très longue, émission de téléréalité. Car le personnage, sorte de bateleur de l’ère 2.0, semble toujours avoir une idée pour repousser les interdits, aller plus loin dans le trash. Trump au pouvoir c’est Nabilla, sans téléphone mais avec le doigt sur le bouton qui déclenche le départ des ogives nucléaires dirigées sur celui qu’il veut « éliminer » du prochain épisode.

A moins qu’il n’ait fait tout cela que pour la gloriole. Un caprice de gosse de riche qui prend le pari qu’il deviendra président des USA. Son dernier challenge. Une fois ce Graal atteint, espérons que la raison lui reviendra, qu’il ne fera pas trop de de bêtises avec ses nouveaux joujoux.

Le dernier mot revient au cinéaste Michael Moore quand il tweete, quelques minutes après le résultat, « Quelle que soit l’issue, c’est ainsi que tout a commencé ».

 

17/06/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Enfoncer les portes ouvertes

tnt, nrj12, cas, w9, nt1, téléréalité

Le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) cartonne dans la pratique d'enfoncer les portes ouvertes. Les "sages" de l'audiovisuel viennent d'avertir solennellement trois chaînes de la TNT. NRJ12, W9 et NT1 feraient preuve de sexisme dans leurs différents programmes de téléréalité.

Particulièrement visée, l'émission "Les Anges" contiendrait "plusieurs scènes portant directement atteinte à l'image des femmes (...) en raison de propos stéréotypés et dégradants". Ils me font rire parfois, ces prétendus gendarmes du bon goût télévisuel. D'abord, ils délivrent des canaux de diffusion à des groupes qui ont clairement l'intention de faire de la sous-télévision, peu chère et trash, puis ils s'indignent du résultat obtenu. Comme s'il n'était pas évident que les nouvelles chaînes ne programmeraient pas un équivalent d'"Apostrophes", mais plutôt du "Loft Story" low cost. Après Loana, il convenait d'aller plus loin dans la caricature de la bimbo complètement idiote.

Au risque de ne pas provoquer le buzz synonyme d'écrans publicitaires hors de prix. Nabilla et son "Allo, quoi... » en représentent le parfait exemple. En fait, la philosophie de ces programmes tient en deux lignes encore plus misogynes que le triste "sois belle et tais-toi". Les Anges, Les Marseillais, les Ch'tis et autres Bachelor encouragent le "Sois sexy et dis des conneries pour te ridiculiser". Le CSA semble parfois découvrir l'eau chaude. Et comme sanction il envisage d'interdire ces émissions aux moins de 12 ans. Mais quels sont les parents indignes qui autorisent leurs enfants à regarder ces programmes abjects ?

17:58 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tnt, nrj12, cas, w9, nt1, téléréalité

10/03/2015

BD : Koh Lanta vu du canapé

feroumont, merveilleux spectacle, téléréalité, koh lanta, dupuis

Commenter une émission de télévision sur Twitter est devenu une mode et une façon commune de « consommer » ce genre de spectacle. Benoît Feroumont, dessinateur de la série « Le Royaume » chez Dupuis, va plus loin dans cette pratique en réalisant des compte-rendus de Koh-Lanta. Des croquis faits au fond de son canapé et mis en ligne le lendemain sur son blog. Ces quelques dizaines de notes sont reprises dans cet album de BD enrichi de dessins inédits et de planches en couleurs. D'abord il y a la genèse. Un vendredi soir, les enfants de Benoît demandent l'autorisation de regarder Koh-Lanta à la télévision. Le père de famille, tout à fait dans son rôle de roc garant d'une éducation sans faille, émet des réserves : « Une téléréalité qui érige la compétition, le coup bas, la stratégie bas de gamme comme manière de vivre. Je ne suis pas sûr que cela soit bon pour des gens de votre qualité. » Mais finalement, il accepte « Ce sera un programme que nous regarderons tous ensemble. Si ça m'ennuie je dessinerai. » La bonne idée que voilà ! Feroumont, qui se dessine en Grizzli, n'a pas son pareil pour donner de la vie à des dessins faits dans l'urgence. Du noir et blanc, sans le cadre contraignant de la mise en page de la planche classique, où décors et personnages se complètent en un minimum de détails. Son trait fait penser à du Jijé, celui qui prétendait qu'il faut savoir dessiner les yeux fermés. L'auteur s'enthousiasme pour certains candidats (Gwenaelle avec qui il devient ami, ou un certain Steve, Belge machiavélique...) et parfois se lasse des ressort toujours identiques de l'histoire qu'il dénonce sans vergogne. Il regarde en pointillé plusieurs saisons, ne conservant que les grandes lignes. Un recul salvateur rendant « merveilleux » ce spectacle totalement « affligeant » au premier degré.

 

« Le merveilleux spectacle de la téléréalité », Dupuis, 18 euros

 

30/01/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Écrire la réalité sous l'oeil des caméras

Mars one, académie balzac, téléréalité, iacub, banon, angot

Les concepteurs de téléréalité ne manquent jamais d'imagination. Entre la nouvelle émission aux Pays-Bas qui observe un groupe de "naufragés" volontaires réinventer la vie en société ou le projet "Mars One" visant la colonisation de la planète rouge sous l'œil de caméras, le genre a de beaux jours devant lui.

Un nouveau projet est en gestation sur internet. Les éditions du Net organisent la première émission de téléréalité littéraire qui permettra de suivre en ligne vingt écrivains enfermés dans un château, 24h/24, afin de rédiger un roman collectif en 20 jours sur le thème de leur choix. Les postulants devront avoir déjà édité un livre et les sélections débutent le 1er février. Le choix passe par un vote en ligne sur le site academiebalzac.fr, du nom de l'émission. Programmation prévue : début octobre.

Pas sur TF1, toujours aussi à cheval sur le "mieux-disant culturel" qui lui colle aux basques depuis la privatisation. Et comme le remarque Kevin, fan de Secret Story depuis la première saison : "dans culturel y'a trop de turel et pas assez de... »

A moins que le casting en cours ne donne leur chance à des pointures de l'autofiction, friandes de transgressions. Marcella Iacub dans le même dortoir que Christine Angot ou Tristane Banon, en train de se faire des confidences sur leurs ex, voilà de quoi affoler l'audimat. Plus en tout cas que de mettre des caméras à l'Académie française pour filmer le travail des Immortels sur l'utile mais très austère dictionnaire.

Chronique "De choses et d'autres" parue ce jeudi en dernière page de  l'Indépendant. 

16/09/2013

ÇA BRUISSE SUR LE NET : Lauriers réalité

 

lauriers,téléréalité,oscas,césars,mcdoom

Enfoncés les Gérard ! Les anti-césars du cinéma ou de la télévision ont du mouron à se faire. Leur suprématie dans la catégorie « cérémonie comique et décalée » sera remise en cause le 9 janvier prochain. A la Cigale, devant des centaines de personnes seront décernés les « Lauriers de cristal », « la première cérémonie de récompense de la télé-réalité ». Oui, ils ont osé. Comme il y a un césar du meilleur acteur, il y aura un Laurier du meilleur « amoureuse et amoureux issus d'une télé-réalité ». On va donc en rire, car pleurer ne servira à rien, surtout pas à remonter le niveau des programmes...

Ces Lauriers, qu'il aurait mieux valu nommer « Chiendents » tant ce genre télévisuel prolifère comme une mauvaise herbe sur les chaînes de la TNT, seront présidés par Vincent McDoom. Un site internet est déjà en ligne. On y découvre les catégories en lice, de présentateur à cuisinier en passant par compétiteur. Il faudra attendre fin octobre pour découvrir les premières listes de nominés. Je me délecte d'avance à choisir entre Morgane, Adixia, Tara et Gaëlle ou Guillaume, Jamel, Charles ou Jordan. Illustres inconnus pour tout humain maîtrisant plus de 200 mots de vocabulaire, ils font rêver les autres. « Pourquoi moi aussi je serai pas dans la télé comme Kevin puisque je suis grave plus beau que lui ? » ne cesse de se répéter le téléspectateur de base de ces programmes.

Personnellement je ne manquerai pas les Lauriers de cristal en janvier car vu la conjoncture, on n'aura pas souvent l'occasion de rire en 2014. 

Chronique "ça bruisse sur le net" parue ce lundi 16 septembre en dernière page de l'Indépendant.

14/03/2013

Chronique : Nan mais, allo, allo quoi, Nabilla...

 

nabilla, anges, téléréalité, nrj12, néant, allo quoi

De plus en plus bas. Le néant absolu. Les théoriciens du buzz sur internet  en mangent leur chapeau. Depuis une semaine le « Allo, quoi... » de Nabilla (obscure participante à une téléréalité sur la téléréalité...) est sur tous les écrans. Toutes les lèvres aussi, comme si imiter la bêtise personnifiée était le summum de la branchitude. 

Tout est parti d'un court extrait des « Anges de la téléréalité », émission de NRJ12. Nabilla s'étonne, en simulant un coup de fil, que deux autres participantes n'aient pas de shampoing. Il suffit désormais de dire « Allo, quoi... » pour déclencher les rires. Les parodies se multiplient. Même Audrey Pulvar a cautionné le phénomène... Les professionnels du porno ont récupéré la séquence, avant de pouvoir faire signer un contrat juteux à la fameuse Nabilla.


Seul effet positif de ce buzz, les blondes ne passeront plus pour les idiotes de service car Nabilla est brune. « A forte poitrine » selon l'expression d'Elie Seimoun, mais brune. Par contre, je plains toutes les femmes prénommées Nabila (notre star du moment a doublé ses L, pour devenir un ange). Un prénom d'origine arabe signifiant « noble »... Jusqu'à la semaine dernière on n'y voyait qu'un brin d'exotisme. Aujourd'hui, c'est la honte suprême. 

Personnellement je me réserve pour le prochain télévendeur de panneaux solaires (deux appels par jour) : « Nan mais allo, allo quoi... Des panneaux solaires alors qu'il pleut... »   

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.