19/12/2017

Quelques idées de cadeaux BD pour les fêtes de fin d'année

Ligne claire... et noire



Voici le côté Noir de la ligne Clerc avec les récits de « Manoir », de « L’irrésistible ascension », des « Mémoires de l’espion » et de nombreux inédits. Ce volume constitue une exploration chronologique et exhaustive des recoins sombres de la fiction avec Serge Clerc pour guide exclusif, assorti d’un dossier signé Frédéric Prilleux : plus de 350 dessins et pages de BD au total !
➤ « Noir », Dupuis, 48 €
Blutch le caméléon



Il est sans doute l’un des plus doués de sa génération. Blutch n’en oublie cependant pas ses maîtres. Dans cet album très grand formant, il revisite une planche de classiques de la BD. En noir et blanc, on peut redécouvrir Astérix, Gaston ou Blueberry, mais avec cette ironie et décontraction spécifiques à cet auteur. On apprécie aussi sa vision de Blake et Mortimer et de séries plus sulfureuses comme Valentina de Crépax.
➤ « Variations », Dargaud, 29,90 €
L’œuvre de Will



Durant des décennies, il a consciencieusement illustré les aventures de Tif et Tondu. Mais au fond de lui, Will ne désirait qu’une chose : « dessiner des femmes, belles de préférence ». Cette énorme anthologie, courant sur toute sa carrière, monte quantité de croquis de ces « belles ». Mais aussi nombre de reproductions des planches, avec tous les détails, ratures, collages et autres « rustines ». Une plongée dans son art. 400 pages commentées, sobrement, par Vincent Odin.
➤ « Mirages », Daniel Maghen, 59 €
Net et masques



Que se passerait-il si toutes les données stockées dans le cloud et les archives du net (mail, textos...) étaient consultables par tout le monde du jour au lendemain ? Cette idée saugrenue a été développée par Brian K. Vaughan, scénariste, dans un long roman graphique présenté à l’italienne. Cette quasi 3e guerre mondiale a laissé des traces. Tout le monde a désormais cessé d’utiliser internet et se déguise pour ne pas être reconnu. Et si on veut une identité secrète, il suffit de la tester en live. Dessinée par Marcos Martin, cette histoire de détective, de paparazzi et de star passionnera les amateurs de comics.
➤ « Private Eyes », Urban Comics, 28 €
Mondrian et ses modèles



Ses toiles sont reconnaissables au premier regard. Mondrian a toujours recherché la simplicité et les couleurs simples. Ce peintre néerlandais vivait comme un ascète dans son atelier. JeanPhilippe Peyraud et Antonio Lapone se sont inspirés d’une simple photo de cet «antre» pour imaginer une relation entre le créateur et une femme, vendeuse dans un grand magasin parisien dans ces années 20, amoureuse comme lui de la musique jazz. Les très grandes planches mettent en valeur la mise en page sophistiquée de cet album idéal à offrir à un amateur d’art contemporain.
➤ « La Fleur dans l’atelier de Mondrian », Glénat, 19,50 €
Cinéma de légendes



Ed Brubaker et Sean Phillips revisitent la période noire du maccarthysme à Hollywood dans ce roman graphique de 400 pages. Charlie, scénariste, n’arrive plus à écrire. Alors il passe un accord avec son collègue et meilleur ami Gil. Ce dernier, dénoncé comme communiste, ne pourra plus écrire officiellement mais en coulisse c’est lui qui finalisera les scripts de Charlie. Un marché du diable qui va mal tourner. Car Charlie tombe amoureux d’une starlette et Hollywood, à cette époque, était peu fréquentable.
➤ « Fondu au noir », Delcourt, 34,95 € 

06/04/2017

Bande dessinée : Trop belles pour être vraies

 


Nouvelle de Neil Gaiman parue en 2007, « Comment aborder les filles en soirée », de bijou littéraire, devient une BD passionnante avant d’être adaptée au cinéma avec Nicole Kidman et Elle Fanning, film qui devrait, selon les dernières indiscrétions, être en compétition au prochain festival de Cannes. L’histoire se déroule en Angleterre dans les années 80. Enn, adolescent timide, suit Vic son meilleur ami, un tombeur absolu, dans une soirée privée. Le jeune garçon rêve de tomber amoureux, de tenir une fille dans ses bras, de l’embrasser, de l’aimer. Mais là où Vic conclut toujours, Enn échoue systématiquement. Mais ce soir, cela va changer. D’autant que dans la grande maison, il n’y a que des filles, des touristes d’une beauté suprême, étranges mais accueillantes. Dessiné par Fabio Moon et Gabriel Ba, des auteurs brésiliens, ce comic étrange a des airs de fable fantastique digne des récits de Poe.
➤ « Comment aborder les filles en soirée », Urban Comics, 13 €

27/10/2014

BD : Loisirs révoltants

 

urban, monplaisir, runberg, ricci, futuropolis

Rien ne va plus dans le beau pays de Monplaisir. Cet immense parc d'attraction pour des vacances de rêves vient de subir une violente attaque terroriste. Plus d'électricité pour alimenter les casinos et autres attractions. Des milliers de touristes sont laissés à l'abandon. Heureusement, il existe une police à Monplaisir. Mais ses membres ne sont pas formés pour maintenir l'ordre. Leur mission est de participer à des chasses à l'homme télévisées, des distractions comprises dans le prix d'entrée. Zacchary, jeune policier, se pose beaucoup de questions. Ce fils de paysan a préféré fuir la misère de l'extérieur pour participer au rêve de cette société futuriste imaginée par Runberg et dessinée par Ricci. Mais il vient de voir un enfant se faire tuer par son « concurrent » et ce dernier, une fois la partie terminée, redevient un citoyen inattaquable. De plus, le chef de la police vient de lui donner l'ordre de patrouiller et de tirer sur tout ce qui peut ressembler, de près ou de loin à un terroriste. Le troisième tome de cette série de SF fait monter la pression. A l'intérieur de Monplaisir, royaume des manipulations, mais aussi à l'extérieur où les robots sont en pleine révolte.

 

« Urban » (tome 3), Futuropolis, 13,50 €

 

28/02/2013

BD : "Urban" ou la police des plaisirs et des vices

urban, futuropolis, brunschwig, ricci

Dans un futur proche, pour oublier un travail harassant et des conditions de vie dégradées, tout le monde a droit à une semaine de vacances dans la zone de Monplaisir. Dans ce gigantesque parc d'attraction, tous les vices sont permis. Sexe, violence et jeux de hasard. On se déguise et on profite de ces sept jours hors du temps. Mais Monplaisir, loin de ressembler au Paradis, a des airs de purgatoire, se transformant en enfer pour certains. La seconde partie de cette série de SF écrite par Brunschwig et dessinée par Ricci se concentre sur les deux personnages principaux : Zachary Buzz, le jeune flic et Niels, le petit garçon perdu. Zach va devoir affronter le redoutable tueur Ebrahimi dans un duel où tout le monde peut parier et espérer devenir riche. Niels va tomber sous la coupe d'un magicien des rues, clochard sans cœur bien décidé à profiter de nouveau de tous les avantages de Monplaisir quand on a un compte en banque bien rempli, ce qui est le cas de Niels. Un futur noir et pessimiste, pourtant plein de couleurs grâce aux planches de Roberto Ricci, un très grand dessinateur pour un projet ambitieux.

« Urban », Futuropolis, 13 €



08:46 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urban, futuropolis, brunschwig, ricci

05/11/2011

Pariez sur le flic de Monplaisir avec Brunschwig et Ricci chez Futuropolis

 

Urban, Monplaisir, Brunschwig, Ricci, Futuropolis

Urban, Monplaisir, Brunschwig, Ricci, FuturopolisDans un futur proche, un parc de loisirs pour adultes remporte un succès phénoménal. Sur plus de 300 000 hectares, Monplaisir permet à ses visiteurs d'assouvir tous leurs vices autour des jeux. Avant d'y entrer, on choisit un déguisement (de Dark Vador à Mickey en passant par Godzilla) et place au rêve. C'est cher, mais on ne regrette pas. Car en dehors de Monplaisir, même si ce n'est pas montré dans la BD de Brunschwig et Ricci, la vie n'est pas rose. C'est d'ailleurs ce marasme qui pousse Zacchary Buzz à quitter sa campagne. Mais il n'arrive pas dans le parc de loisirs avec un déguisement de client mais un uniforme d'apprenti d'Urban Interceptor, les flics privés de cette principauté du bonheur. Car à Monplaisir aussi il y a des faits divers. Des vols (réglés par des robots) et des délits plus graves réservés aux UI. Quand c'est un meurtre, le coupable, grâce aux multiples caméras de surveillance, est rapidement identifié. Il a cependant une chance de s'en tirer s'il remporte son duel avec le meilleur UI du moment. Une chasse en direct se transformant en jeu car il est possible de parier sur le vainqueur. Brunschwig, plus que la justice spectacle, invente la justice distraction. Le tout est dessiné par Roberto Ricci, jeune dessinateur excellant dans les couleurs directes et les ambiances à la Blade Runner.

 

« Urban » (tome 1), Futuropolis, 13 €