10/04/2017

De choses et d'autres : Seule la victoire compte


La politique, comme le sport, est une histoire de classement. Une seule place importe : la première. Si au soir du 23 avril prochain, ils ne restent plus que deux en lice - la course par élimination laissera 9 candidats sur le bord de la route - la victoire ne sera en aucun cas fêtée par celui qui, deux semaines plus tard, terminera second. Cruauté de la démocratie et de la majorité, une fois que les urnes ont parlé, un peu moins de la moitié des voix exprimées, celles qui se sont portées sur le perdant, partent à la poubelle et le vaincu aux oubliettes. 
Cela explique sans doute l’acharnement de certains (Mitterrand et Chirac) à se représenter jusqu’à l’obtention de la place tant convoitée. Car à la différence du sport, les occasions de monter au sommet du podium sont beaucoup plus rares en politique, surtout dans une élection présidentielle. 
Hier, Lewis Hamilton a remporté le grand prix de Chine. Il devait être content, mais ce n’est qu’un début. Il gagnera d’autres courses en 2017 et même les années prochaines. L’USAP a battu le Racing à Narbonne. Espoir d’un côté, désespoir de l’autre. Néanmoins rien n’est encore joué pour la qualification ou la descente. 
Au marathon de Paris, l’exploit de Paul Lonyangata et Purity Rionoripo doit surtout à leur situation particulière. Habitués des médailles, chacun devait certainement être plus heureux de la victoire de l’autre. Normal, quoi de plus sympa que de gagner la même compétition que son ou sa compagne. Dommage que l’on ne puisse pas voter pour la première dame, voilà qui pimenterait encore plus cette élection. 
(Chronique parue le 10 avril en dernière page de l'Indépendant.)

14/11/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Je suis un faux gentil

gentillesse, journée, hollande, sarkozy, usap, hanouna, philae, rosetta

François Hollande m'épate. Voilà un président de la République sûr de lui et d'une grandeur tout à l'honneur de notre beau pays. Bien entendu, la voie était toute tracée après les cinq années de bonheur passées sous la houlette de Nicolas Sarkozy. Dommage que la vraie vie ne soit pas comme à l'école des Fans, ces deux-là auraient mérité d'être déclarés ex-aequo. Le pays ne s'en serait que mieux porté, même s'il est impossible de trouver nation où l'herbe y est plus verte.

Chaque jour je regarde religieusement l'émission de Cyril Hanouna, le plus grand animateur télé de ces cinq dernières décennies. Son humour, ses réparties, son rire ensoleillent mes avant-soirées. Mais que faisait-on pour se distraire avant l'éclosion de son talent ?

Comment ne pas vibrer en assistant à un match de l'USAP ? Même plongée dans les profondeurs de la ProD2, l'équipe reste vaillante, engagée, courageuse et fidèle à ses valeurs centenaires. Toutes les autres formations de la région devraient en prendre de la graine.

Extraordinaire l'exploit des chercheurs européens. Poser un robot sur une comète, voilà des millions d'euros judicieusement dépensés pour un projet essentiel et vital. Et dire que cet argent aurait pu bêtement servir à trouver un vaccin contre le paludisme.

Voilà, c'était ma contribution à la journée de la gentillesse (chaque année le 13 novembre). Vous aurez compris qu'en fait, je ne pense pas une miette de toutes ces mièvreries... Mais une fois par an, je fais un effort.

05/05/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : De l'importance d'apprendre à être perdant

perpignan, usap, rugby; top14, prod2, clermont, nantes, foot, guingamp, cioran

« Une seule chose importe : apprendre à être perdant ! » Cet aphorisme de Cioran, devrait être enseigné par tous les professeurs de sport de la planète. Encore plus forte que « l'important, c'est de participer » de Coubertin, cette réflexion d'un philosophe qui n'a probablement jamais assisté à un seul match de rugby de sa vie devrait cependant suffire à redonner un peu de baume au cœur des supporters catalans. Après plus d'un siècle dans l'élite, redescendre ne peut que renforcer le club, lui donner une nouvelle expérience dont il ressortira grandi, plus solide.

De tous temps les perdants ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Prenez Raymond Poulidor, souvent second, il a toujours été plus populaire que les coureurs cyclistes qui le précédaient sur la ligne d'arrivée. Un échec, comme un succès, n'est jamais définitif. Ce n'est qu'un passage.

Et puis, il y a plus mal loti que l'USAP. Le Stade Rennais par exemple. Depuis 1971, le club n'a plus gagné un seul trophée. Samedi soir, en finale de la Coupe, face à Guingamp, bis repetita de celle de 2009. Rennes revient bredouille du Stade de France. L'autre club breton s'impose. Mais est toujours menacé de relégation en Ligue 2.

On monte, on descend, on gagne, on perd... La glorieuse incertitude du sport (mise à mal, il est vrai, par les millions du PSG) fait tout le sel de la compétition. Si tout était écrit d'avance, quel intérêt à se déplacer au stade, à regarder un match à la télévision, lire les analyses et décortiquer les classements dans le journal ?

Chronique "De choses et d'autres" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant